Carnet de bord de Septembre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • il est 8h, Jarcieu s'allume!
    et José a déjà bien travaillé
    court kilométrage en Ardèche
    Lapeyrouse
    tonton pâté
  • Lundi 28 Septembre 2020
  •  

    Toujours le même horaire, 2h15, mais moins fatigué déjà pour commencer, j’ai récupéré la V40 toute fraichement sortie du contrôle technique, avec 2 amortisseurs neuf et une batterie. ça va quand même mieux qu’une Twingo pour tracer un peu à des heures pareilles. Et autre aide à la motivation, je pars en sens inverse. Peu de trafic, je ne double personne, personne ne me double. Je croise juste mon pote Juju du 42 vers Tournus. Il ne m’a pas vu. Lui c’est facile de le voir la nuit avec les ridelles. On papote un peu, ça aide un peu à avancer.

    A Lyon je me lance via le périf, ça roule malgré que ça soit déjà bien chargé vers 6h15. Au bout par contre, ça coince déjà en reprenant l’A7, quasi bloqué. Je m’échappe à temps et passe en longeant la Solvay et contourne le bouchon provoqué par un carton.

    Je vais me poser à Solaize pour une micro sieste et un café en station. Pas de câble à mettre ce matin, pour aller à Jarcieu ce n’est pas obligatoire. Après avoir croisé pas mal de monde qui démarre tranquillement, Fabien, Dur, Jimmy, j’y arrive à 8h et des poussières. Quai 4 direct, y a José qui va reprendre mes pal adr du devant qu’il ira vider à Voreppe. On remet mes 2 autres lots et je file vider à Portes les Valences chez Gondrand où ça ne mégote pas, c’est les palettes super lourdes de jeudi à Birmingham. Puis je passe en ardèche, du pauvre encore, puisque archi tout près, à Charmes sur Rhône. Là c’est pour les palettes d’épices de Cambridge. Il est 11h, on m’annonce 30 minutes d’attente avant de rentrer. Heureusement que je me suis manifesté après 40 minutes d’attente, car on me dit de me dépêcher si je ne veux pas être coincé du temps de midi par la barrière qui est fermée à ce moment là . Je ressors à midi pile, j’ai eu chaud. Tout ça pour 5 pal.  

    Bon il faut attendre un moment la suite, je casse une graine et ça tombe une fois les pieds sous la table naturellement. Bon ça devrait aller, une ramasse de boisson au Super U de St Sorlin en Valloire. J’appelle, y aura du monde qu’à 14h, tranquille alors. J’y vais par Tain et St Vallier et Anneyron, un peu de ballade quoi.

    Je charge et rentre à Jarcieu par Lapeyrouse, je ne connaissais pas, ça va mieux que par Epinouze. 

    Il est 14h45 à quai. Je vide ça, et reçois la liste de chargement de Julie, digne d’un vendredi aprèm, 8 lots. La bonne moitié est là, mais le reste va arriver pas tout de suite. Comme ça c’est plié, je coupe ici. Damien me file un coup de main puis je passe au lavage pour passer le temps, et vu qu’il ne pleut plus. Il n’y a pas foule, je peux y aller tranquille au chronomètre, on va pas casser une belle 11 dès le lundi. J’ai le temps de fignoler un peu, mais rapplique quand même assez rapidement tonton Moriaud, oui j’ai dit rapidement, qui a une partie de ce que j’attends. En échange, je dois lui remettre sa cargaison de pâtés lorrains qu’il commande régulièrement par 10, il est devenu total addict. Et on dirait que ça le fait encore plus raconter de blagues. Fabien arrive, on le vide, il me montre en photo “Désiré”, son FH tant attendu. Et la suite et fin arrive avec le Dur. Je peux finir de boucler ma semi. 

    Il est 19h, au lit sans traîner.