Mon Carnet de bord... Suivez mes aventures, semaine après semaine!

Fevrier 2008

Retour menu

Vendredi 1

Il est 5:15 lorsque je débarque sur le port de Newhaven (1) et les Douanes Anglaises contrôlent fort ce matin.
A 5:40, je quitte le port afin de ne pas être gêné par la circulation sur Londres. La M 25 passe sans le moindre encombre et ce n'est pas les 7 tonnes que je transporte qui me ralentissent dans les côtes.
A 8:25, j'arrive à Witney (2) où je me mets directement en place et vide mes 25 palettes en moins de 30 minutes.
Une fois vidé, je me fais un petit dèj car j'ai comme un petit creux : Café et pain au chocolat.
20' plus tard, je reprends la route et monte en direction de mon second et dernier client à Bedford (3).
Juste le temps de poser les 7 dernières palettes de mon chargement et je repars pour recharger. Je n'ai qu'un partiel à prendre car c'est apparemment assez calme au niveau du boulot.
Je galère quelque peu pour trouver mon point de chargement qui se trouve près de l'aéroport de Stansted. Entre les routes limitées à 2 m de largeur maxi, celles limitées en tonnage et une autre avec un pont à 3.6 m, je finirai par couper par l'aéroport pour arriver à Elsenham (4) où mes palettes sont dehors prêtes à être expédiées.
Une fois chargé, j'appelle J C qui me dit de rentrer et qu'il me complétera lundi matin près de la maison.
Je passe le Dartford juste avant le grand rush du vendredi soir et arrive au Shuttle (5) où il y a un peu la queue avant le péage.
Mon collègue Didier qui m'a envoyé plusieurs mails est déjà passé et convenons de nous donner rendez-vous coté Français pour faire la coupure ensemble car je n'aurai pas assez d'heures pour rentrer à la maison.
Juste avant d'embarquer, j'ai à nouveau le droit de me faire contrôler au scanner. Décidément, c'est ma semaine.
A 19:30 (heure Française), je sors du train et roule 10' jusqu'à l'Aire des 2 Caps (6) où je retrouve Didier. Nous parlons du passé, de nos années dans la même boite, boulot, etc. ... et mangeons sur place. De plus, Didier étant un grand bavard, nous n'allons pas nous coucher de bonne heure, mais ce n'est pas grave, c'est pour la bonne cause.

 


Traversée d'un vieux village dans le Bedfordshire.

Une soirée en compagnie de mon pote Didier.

Samedi 2

A 6:45, après un café, nous quittons l'Aire des 2 Caps (1) et lorsque le jour se lève, nous faisons un arrêt rapide pour une petite photo de nos ensembles.
Au niveau d'Amiens, nos routes se séparent, Didier rentrant sur Roye (80) quant à moi, il ne me reste plus qu'une heure à rouler avant d'arriver à Bresles City (2) où je stoppe pour le week-end.


Un arrêt rapide sur un parking de l'A 16 pour une photo.

Dimanche 3

Lundi 4

Je quitte la maison (1) sous la pluie à 8:00 et passe par les départementales pour rejoindre Pontoise. J'évite ainsi le plus gros du trafic et passe devant mon ancienne boite. J'en profite pour faire une photo de cette boite à l'abandon qui serait encore debout si elle avait été un peu mieux gérée.
A 9:15, j'arrive à Boisemont (2) pour charger la moitié de la semi qui est vide. La société est le long de la route et je dois manoeuvrer à contre main pour y entrer. Miraculeusement, une voiture qui allait passer me fait un appel de phare et me fait signe d'y aller, c'est une chose rare en Région Parisienne. Vu qu'il y a du monde devant moi, j'attends mon tour et sortirai de là à 10:45.
Je rattrape l'A 13 en passant par Meulan Les Mureaux où au passage je vois un panneau routier qui n'est pas fréquent mais qui a l'avantage d'être clair.
Je reprends l'A 10 à Ablis et fait ma pause après Chartres.
Je devais normalement vider le lot que j'ai chargé vendredi en GB dans le 53 demain matin mais je me dis qu'en ne traînant pas, je pourrais le vider cet après midi.
J'arrive de l'autre coté de Laval à Loiron (3) à 15:40 et le camions qui était à quai n'a plus que 3 palettes à sortir. Le réceptionnaire me fait mettre à quai et me vide. J'ai du bol car il part à 16:00 et refusera le Néerlandais qui est arrivé pendant que je vidais alors qu'il n'avait que 5 palettes à poser.
Je ressors du village et m'arrête à la sortie à l'International sur la RN 157 où je passerai la soirée car j'ai une ramasse à faire sur Laval demain matin.


Un petit coup de nostalgie, je passe devant mon ancienne boite qui est à l'abandon (à droite, une sculpture de J P Rives)

Les transporteurs ne savent plus quoi mettre au cul de leur camion.

Au moins, c'est clair, on sait à quoi s'attendre.

Mardi 5

Ma journée commence peu après 8:00 (1) et je mettrai tout de même 1/2 heure pour arriver chez mon client à Laval (2).
Une fois chargé pour Vendôme, je me rends au Mans (3) où je dois livrer le lot que j'ai chargé hier à Boisemont.
J'y arrive peu après 10:00, me mets à quai et vide directement. Je n'ai pas besoin de refermer les portes de la semi car je dois recharger un lot pour la GB à 100 m de là.
A 10:50, c'est fait et me rends à Vendôme (4) où je vide et recharge deux lots pour l'Angleterre.
Après avoir mangé et rechargé, je quitte Vendôme à 14:50 pour revenir à Blois (5) où je décroche malheureusement le fourgon que je traînais depuis une semaine et après avoir raccroché une semi chargé et passer un petit coup de Karcher sur mon tracteur, je passe faire mon plein à l'AS 24 où Didier me rejoindra et ainsi, nous monterons ensemble à Dieppe.
4h15' de volant plus tard, nous arrivons au terminal ferry de Dieppe (6) à 22:00 où nous faisons nos papiers d'embarquement et au moment de nous rendre au bar pour manger, nous constatons que les nouveaux horaires sont en vigueur depuis le 01/02 et ne pouvons pas manger sur place. Après un coup de fil à un resto proche, il est trop tard pour que l'on puisse venir nous chercher, ce sera donc un petit sandwich jambon et pain de mie au menu de ce soir.


Certaines municipalité n'ont rien trouvé de mieux pour gâcher leur pognon. Ici, Laval et Le Mans.

Mercredi 6

Il est 5:30 lorsque l'on vient nous réveiller dans les files d'attente du port (1) et 1/4 d'heure plus tard, nous montons à bord du Côte d'Albâtre.
Je partage ma cabine avec mon collègue Didier et allons directement au resto afin de nous avaler un bon Breakfast pour rattraper le manque d'hier soir. A peine sorti du port, la tempête se fait sentir et durant toute la traversée (2), à un tel point qu'il faudra bien s'accrocher pour prendre une douche. Après une petite sieste, nous débarquons à 10:00 (heure locale) et montons ensemble, Didier et moi jusqu'à la M 25 où nos chemins se séparent. A 12:00, j'arrive à Slough (2) où je pose 8 palettes et me déleste de 9 tonnes et à 12:30, je repars en direction de mon second client qui normalement réceptionne jusqu'à midi. Il est 13:45 quand j'y arrive (3) et sans problème, ils me vident. A 14:15, je repars de Witney et rejoins la M 40 où je ferai une coupure au premier service rencontré.
Une fois reparti, je roule tranquillement jusqu'à Droitwich (4) où je vide mon dernier client de la journée. En effet, je me garde un peu de boulot pour demain car le programme que je viens de recevoir de J C n'est pas bien alléchant.
Je roule jusqu'à Minworth (6) où je me gare comme à l'habitude dans une cul de sac mais ce soir, je n'ai pas de connexion Internet.
Je vais faire les quelques courses que je n'ai pas fait en France en début de semaine et me fait une soirée Divx.


IMG 6039: Certaines immatriculations en GB me font rire.

Jeudi 7

Le récit de cette journée va être comme mon programme: Bref !
C'est à 9:15 que je quitte Minworth (1) et après 14 km, j'arrive chez VW où je pose les 5 containers qui restaient dans ma semi.
Une fois vide, je me rends à mon point de rechargement mais en flânant un peu par l'A 38 et l'A 41 et me traversant ainsi une partie de Birmingham.
Toujours est il que ça roule bien et que j'arrive à Smethwick (2) à 10:30. Mon chargement n'est pas tout à fait prêt (je le savais) et j'attends tranquillement. Après une douche dans une grande salle comme à l'Armée et un bon repas, je me mets à quai et les containers arrivent au compte goutte. Les vilebrequins qui sont dans les containers sont encore chauds.
A 15:30, je suis enfin chargé et roules quelques kilomètres jusqu'à Oldbury où je me gare en face de chez un gros transporteur où je peux me connecter sur le net. La connexion sera bonne jusqu'à ce qu'un Willie Betz vienne se garer juste devant moi. Grrrrr mais il est tard, il est temps que j'aille au lit.

Entrée dans Birmingham par l'A 38

Traversée de Soho, un quartier de Birmingham.

Petit clin d'oeil à PAT 56. Je me suis tout de même régalé.

Vendredi 8

Mon collègue Roger m'ayant déposé sa semi pendant que je dormais, je l'accroche et pars d'Oldbury (1) à 5:30. Le programme de la journée est assez serré si je veux rentrer en France ce soir c'est pourquoi je pars de bonne heure avant de galèrer pour sortir de Birmingham.
J'arrive à Ebbw Vale (2) à 7:45 pour en repartir 1/2 heure plus tard, il n'y avait qu'une camionnette devant moi. Après une heure de route, j'arrive à Bridgend (3) où là, malheureusement, les choses se corsent : Il y a une semi à quai, un Hollandais qui attend et moi qui arrive ! Je resterai en tout 2h1/2 sur place mais en profitant de la connexion Internet.
Une fois reparti, je roule une heure et après avoir passé le Severn Bridge sous un magnifique soleil, je 'arrête faire une coupure car j'ai mes 4h30 de volant. Une fois reparti, il me faut environ 1h30' pour arriver à Slough (4) où je dois prendre un lot de groupage. Pas de chance, les dernières palettes n'arriveront pas avant 18:00. J'appelle dons J C qui me dit qu'il enverra un autre chauffeur et me dit de faire mon second enlèvement et que je redescende ainsi. Il me faut 35' pour faire la dizaine de km qui me sépare de mon point d'enlèvement (5). 15' pour enlever 7 palettes et je reprends la route en direction de la France mais arrivé sur la M 25, je rigole moins : c'est le gros boxon et je crains de ne pas pouvoir arriver en France ce soir.
Pour finir, ça se passera pas si mal que ça car j'arrive au Shuttle (6) en 4h25' de volant et vu qu'il n'y pas un chat, je ne passe qu'1/4 d'heure à attendre avant de monter sur la navette. En attendant j'échange quelques mails avec Didier qui se trouve une bonne heure derrière moi et qui me rejoindra à l'Aire des 2 Caps pour couper.
Je sors du Shuttle à 21:15 (heure Française) et roule comme la semaine passée jusqu'à l'Aire des 2 Caps où je mange et prends une douche avant que Didier me rejoigne à 23:00. On papotera jusqu'à 1:00 avant d'aller se coucher.


L'ancien Severn Bridge vu depuis le nouveau.

La M 25 porte bien son nom de "grand parking" ce soir.

Samedi 9

Le départ de l'Aire des 2 Caps (1) se fait peu après 6:30 et la descente vers la maison (2) est longue sur cette monotone A 16.
Heureusement que la beauté des couleurs de l'aurore qui ne cesse de changer m'occupera durant ce trajet.


Je suis de retour à m'baraque en ce petit matin frisquet.
Dimanche 10

Lundi 11

Après avoir commencé ma journée en bon père de famille en menant Nicolas à l'école, je quitte la maison (1) à 8:30 et la journée commence mal. Je frotte légèrement mon marche pied gauche contre un trottoir en passant à coté d'un livreur de fioul pas très bien garé. Plus de peur que de mal, il n'est pas cassé, un simple raccord de peinture suffira. Je rejoins Sweden qui livre ce matin à Beauvais (2). Nous nous étions raté 2 fois sur la GB mais là, c'est la bonne. Je fais la connaissance d'un type sympa et espère le rencontrer à nouveau. Peu après 10:00, il est temps pour moi d'aller bosser un peu et après avoir raccroché ma semi, je me rends à Eragny (3) ou je vide dans une boite de transport où je rencontre un ancien collègue de bureau que je n'avais pas vu depuis 3 ans !
Une fois livré mes 7 palettes et une bonne séance de bavardage, j'appelle Jean Charles qui m'a trouvé un complément pour redescendre.
J'arrive à St Denis (4) pendant l'heure de la pause et me mets à quai. Je serai chargé peu avant 14:00 et passe près du Stade de France (et 1, et 2 et 3-zéro), lieu mythique que je ne manque pas d'admirer à chaque fois.
Je passe Paris par le périf sans trop de mal et roule jusqu'à Olivet (5) où je m'arrête chez Phone Express pour laver mon ensemble car la semi n'est plus bleue mais noire.
Une heure plus tard, je repars en direction de Montrichard via Blois pour y faire mon plein.
Arrivé à Montrichard (6), je me rends au resto sur la RN 76 indiqué par Carafon que j'ai eu un peu plus tôt au téléphone mais pas de bol, le resto est fermé ! Les inconvénients de l'A 85 qui vient d'ouvrir récemment, plus grand monde n'empreinte la nationale.
Je retourne dans Montrichard et trouverai tout de même une bonne Pizzeria pour passer la soirée.


Ma rencontre avec Sweden .

Le Stade de France: Et 1 et 2 et 3 zéro.

Mardi 12

Après avoir passé la nuit en face du Musée du Poids lourd, je démarre à 8:00 et me rends chez mon client qui se trouve dans la ZI de Montrichard (1).
Après avoir vidé, je reviens sur Blois (2) où je ferai de "l'inter urbain" une bonne partie de la journée.
Je passe au dépôt où je vide ma semi puis l'emmène chez eromaster pour la déposer, reviens au dépôt où je prends une autre semi pour aller charger un complet chez ND. En arrivant, je passe un coup de balai, ce qui n'est pas superflu. Merci les collègues ! A 13:15, je suis chargé et reviens au dépôt pour compléter mais la machine que je dois charger ne sera pas là de suite. J'en profite donc pour aller laver la semi qui est vraiment sale.
A 16:00, je suis de retour au dépôt, charge la machine qui arrivera peu de temps après mon arrivée et prends la dirrection du ferry.
Je m'arrête avant Thivars pour faire une coupure et, alors que les 22 sont arrêtés au rond point du Relais Beauceron, je m'aperçois qu'aucun camion ne tente la traversée de Thivars et empruntent tous l'autoroute pour contourner Chartres alors que l'arrêté n'est pas valable. Le panneau d'interdiction est pourtant toujours en place.
Une fois reparti (juste après les 22), je passe tout de même par Thivars et ne serai aucunement inquiété.
A 21:30, j'arrive à Dieppe (3) où je vais manger à un resto récemment ouvert avant de rejoindre le terminal ferry où je passerai la nuit car le départ du ferry n'est prévu qu'à 6:30 demain matin.


Mon marche pied que j'ai frotté lundi matin.

Merci aux collègues de balayer régulièrement les semi ! ! !

Mercredi 13

Ayant passer une bonne nuit sur le port de Dieppe (1), je me fais réveiller à 6:00 et monterai sur le ferry à 6:45 où je retrouve mes collègues Sylvianne et Ludo. Le ferry partira avec une heure de retard sans raison particulière et la traversée (2) sera des plus calme. Nous avons tout le temps nécessaire pour prendre une douche, déjeuner et bavarder. Nous aurons encore une heure de rabe car juste avant d'arriver à Newhaven, le ferry se "plantera" sur un banc de sable et devons attendre que la mer remonte un peu ! ! !
A 11:00 (heure Anglaise), je débarque sur le port de Newhaven (3)et après un con trôle de la semi par la police qui est à la recherche de clandestins, je prends la direction de Londres avec Sylvianne.
Arrivé à l'Ouest de Londres, nos routes se séparent et je terminerai mon parcours seul jusqu'à Witney (4) où je vide mes 30 palettes chargées la veille chez ND.
Une fois reparti, il me faut un peu plus d'une heure de route pour rallier Gloucester (5) où je livre une grosse machine à laver le linge et profite d'une connexion Internet le temps de ma coupure de 45' afin de publier les photos de ma rencontre avec Sweden de lundi matin.
A 17:45, je reprends la route en direction de Birmingham où je dois recharger demain matin.
J'arrive à Minworth (6) à 19:15 où je me suis encore garé la semaine dernière pour y faire ma coupure. N'ayant pas envie d'être seul ce soir, je me rends dans un Pub afin de faire un brin de causette.


Presque une heure bloqué sur le sable près des côtes Anglaise.

Le photographe photographié !

Jeudi 14

Grâce matinée ce matin: il est 8:20 quand je quitte Minworth (1) et me rends à 7 km de là (2) afin de charger un complet. J'ai une pensée pour Rascal qui a chargé il y a quelques mois dans cette même usine où sécurité rime un peu avec absurdité: Casque avec jugulaire, lunettes, tenue fluo, chaussures de sécurité et où l'on doit laisser toute bombes aérosols ou bonbonnes de gaz au poste de garde. Tout ça pour une usine qui n'est même pas un site chimique !
Une fois chargé complet et après un coup de fil à Jean Charles, je prends la direction de Douvres. Je ne peux pas rentrer par le Shuttle car ma semi fait 4.35 m de haut.
Je ferai toute la descente sans lever le pied et arriverai sur le port de Douvres (3)en un tout petit peu moins de 4h30' de volant.
Le ferry prévu à 15:15 ne partira en fait qu'à 16:30 ce qui est toujours aussi fréquent avec la Seafrance.
A bord du Cézanne, je prends ma douche et fais un peu de shopping pour la St Valentin.
A 19:00, je débarque sur le port de Calais (4)et roule jusqu'au Meux (5) où je vais manger chez Valou. C'est la première fois que j'y retourne depuis que Manu a disparu. Je suis accueilli les bras ouverts et passerai une superbe soirée.


Un rond point à Birmingham.

Grosse capacité de gasoil sur ce Hollandais. Un 3ème réservoir est situé sur le coté droit du châssis.

Photo ratée sur le port de Douvres.

Vendredi 15

Après 9 heures de coupure, je quitte Le Meux (1) et prends la direction du dépôt car je ne peux pas livrer mon chargement avant lundi.
Je contourne Paris par l'A 104 et serai ralenti simplement avant de rejoindre l'A 6 (2).
En cour de route, je reçois un appel de J C qui semble étonné de mes horaires de coupure et position.
En effet, tous les jours, nous devons envoyer un mail avec nos début de coupure, lieu, fin de coupure et position à l'heure où nous répondons au message. Je ne sais pas pourquoi, il avait l'air étonné ! Je sais que certains tirent un peu au flanc mais je dois justifier et je n'aime pas trop ça.
J'arrive à Blois (3) à 10:00 et après avoir scanné mes disques et traîné au bureau, je pars pendant midi faire une décroche raccroche sur Blois avec Steve, un exploitant de chez Phone Express. Avant d'arriver à destination, nous nous arrêtons chez Mc Do et par le pur hasard, je rencontre Carafon. Une fois le repas terminé, nous nous séparons, échange de semi dans une entreprise voisine et reviens au dépôt.
Je dois attendre qu'un collègue me ramène ma semi chargée.
A 17:00, c'est chose faite, je raccroche et prends la direction de la maison. Je sors de l'A 10 à Alainville et passe par Rambouillet (4) et St Germain en Laye. La région Parisienne passe très bien ce soir et ne mettrai que 4 heures pour rentrer à la maison (5) . Il est 21:00 et j'offre mon cadeau de St valentin à Mme Biloute avec 24 h de retard.


Les gros transporteurs ne savent plus quelle connerie apposer sur leur portes arrières pour se faire bien voir.

Temps gris sur l'A 10 ce vendredi.

Ma seconde rencontre FDR de la semaine : Carafon allias Daniel.

Samedi 16
Dimanche 17

Lundi 18

Je quitte la maison (1) à 4:45 par -6°. J'ai bien fait de mettre le Webasto hier soir, ma cabine est bien chaude.
A 7:30, j'arrive au Shuttle (2) où il n'y a pas grand monde. Après un contrôle rapide par les Douanes Anglaises (je n'ai pas de chance en ce moment !), je vais dans ma file d'attente où je passerai 1/2 heure. A 8:40, la navette démarre et en ressors à 8:15 (heure anglaise). Le temps est aussi beau qu'en France et la circulation est fluide. Le contournement de Londres par la M 25 se fait sans problème et j'arrive à Witney (3) peu après 11:00.
On me vide directement et après avoir fais une coupure de 45', je reprends la route de mon point de rechargement.
J'arrive à Frome à 14:45 et me présente chez mon client. On m'annonce que j'ai rendez-vous à 15:00, chose que j'apprends !
Après 45' d'attente, on me fait signe de me mettre à quai et une heure plus tard, je suis chargé avec un complet de BigBags sur palettes.
Je sors de la cour et me gare un peu plus loin dans la Zone Industrielle pour y faire ma coupure.


La lune me guide sur l'A 16 en ce matin frisquet.

Je me fais dépasser par l'Eurostar sur la M 20.

Une église près de Frome dans le Somerset.

Mardi 19

Après 11 heure de repos, je quitte Frome (1) et prends la direction de Newhaven via Salisbury et Portsmouth et termine mon trajet devant un ciel magnifique alors que le soleil se lève.
J'arrive sur le port (2) peu avant 7:00 et constate que la VOSA contrôle tout ce qui sort du ferry. Apparemment, 5 camions en surcharge à l'essieu devront aller faire bouger leurs chargements chez un transporteur voisin et revenir peser sur le port.
A 7:45, je monte sur le ferry, vais déjeuner puis prendre un douche avant de tenter de faire une petite sieste. La sieste ne sera pas possible car un couple dans la cabine d'à coté "s'envoient en l'air" ! Malgré la discrétion de Madame, les murs étant épais comme du papier à cigarette, j'assiste à tout. Je préfère faire le reste de la traversée (3) au bar devant un café en admirant le paysage par ce magnifique temps.
A 13:00, je sors du ferry, et appelle Olivier qui me donne la suite de mon programme. Il me fait monter une semi et repasserai par le Shuttle.
Je fais mon plein avant de rouler jusqu'au Hayons (4) où je décroche ma semi avant de me garer devant le resto conseillé par notre ami Jack Selere.


Le ciel prends des couleurs magnifique qui changent rapidement.

Mercredi 20

Je démarre à 2:00 et quitte les Hayons (1) après avoir accroché la semi que Sylviane m'a apporté hier soir.
Je prends la direction du Shuttle par l'A 28 et l'A 16 qui sont complètement désertes et arrive au terminal du Shuttle (2) deux heures plus tard. Je fais mon ticket d'embarquement et gagne un contrôle au Scanner ! Comme si je n'avais que cela à faire. Par chance, je ne perds pas trop de temps et suis sur la navette de 4:40 avec les mêmes camions qui étaient devant moi au péage.
A 4:30 (heure Anglaise), je sors de la navette et commence à monter en direction de Londres où j'ai un premier client. Le chemin me semble long et je commence à avoir une envie de pisser avant d'arriver sur la M 25.
Au bout d'une heure de route, le brouillard assez épais ne m'aidant pas, car je fatigue et bois pas mal d'eau, je décide de m'arrêter à Clacket Lane Services (3). Le parking étant blindé (comme d'habitude), je prends la place d'un convoi exceptionnel qui s'en va et me rends vite fait aux toilettes. 5 minutes plus tard, en revenant au camion, j'aperçois une camionnette et deux type devant mon camion. Je vois aussi une affiche collée sur mon pare brise et là je comprends ! ! !
Je viens de me faire poser un sabot sur les deux roues avants du tracteur.
J'interpelle les types mais ces deux en***** me disent qu'il est trop tard, que je dois payer pour les faire enlever. J'essaie bien de parlementer mais ces guignols ne veulent rien savoir. Un des deux me dit que si je ne paye pas les 255 £ (env. 365€) pour retirer les sabots il appelle une dépanneuse qui m'emmènera je ne sais où. Voyant que je n'avais aucune chance de discuter et un des gugusse prenant son téléphone, je me vois obligé de sortir ma carte Visa et de payer l'amende. Les sabots ne seront restés que 4 minutes sur mon tracteur mais ces 4 minutes me coûtent cher. Un Italien derrière moi leur expliquant qu'il est en panne se voit devoir également payer !
Une fois libre, je leurs dit tout de même de bien faire attention s'ils me voient sur la M 25 car je ne suis pas un bon chauffeur et j'ai des problèmes avec le gabarit de mon ensemble ! La plaisanterie leur plaira moyennement.
Une fois reparti (très vite), je me rends à mon premier point de livraison à East Moseley (4) où j'arrive pour l'ouverture et vide 50 colis en vrac.
Une fois reparti, je galère un peu entre les bouchons Londoniens et le brouillard et arrive tout de même à Witney (5) à 10:30 où je vide le reste de ma semi.
Une fois vide, je vais manger et appelle mon patron qui me donne la suite du programme : Je monte changer de semi avec un collègue à Coventry (6) et récupère une semi à vider à Hermes (60), juste à coté de chez moi.
J'arrive à Coventry à 13:30, bois un café avec Fred avant de procéder à l'échange et d'aller me garer dans la Z I pour faire ma coupure.
Je suis HS et vais faire une petite sieste.


Je me fais mettre un sabot sur le tracteur pour stationnement interdit.

Comme souvent, la M 25 est au ralenti à cette heure là.

Jeudi 21

Après une grosse coupure, je quitte Coventry (1) à 5:00 et prends la direction de la maison.
Arrivé sur Londres à la bonne heure, je ne suis pas trop ralenti par la circulation et en passant au niveau de Clackett Lane Servivces, je vois que l'Italien qui était en panne et s'est fait allumé comme moi est toujours en panne au même endroit.
J'arrive sur le port de Douvres (2) en 4h05 de volant.
Je fais mes papiers d'embarquement et prendrai le seafrance NPC de 10:30.
Comme bien souvent, la Seafrance est un peu en retard et partirons avec 1/2 heure de retard. De plus, juste avant d'arriver à Calais, on aura le droit à un demi tour sur place du ferry sans aucune explication de l'équipage.
Une fois arrivé sur le port de Calais, il ne me reste plus que 2h45 à rouler pour arriver à la maison (3).
J'en profite pour aller chercher Nicolas qui est à la garderie pendant les vacances scolaires, il sera surpris de me voir là.


Les Seafrance Cézanne et Renoir dans le port de Calais.

Vendredi 22

Je n'ai pas grand chose à faire au programme aujourd'hui et vu que je reste dans ma région, Madame Biloute a décidé de venir avec moi. Ca doit faire 9 ans qu'elle n'a pas mis les pieds dans un camion, la dernière fois, j'avais encore un Mercedes.
Je quitte tranquillement la maison (1) à 9:00 pour livrer dans une usine de jus de fruits à 7 km de chez moi. Arrivé à Hermes (2), je dois patienter un peu avant que l'on s'occupe de moi. Ca sera tout compte fait assez rapide.
Une fois vide, je me rends à Montataire (3) où je dois recharger chez Arcelor.
En arrivant, je fais la rencontre rapide de Frach60 (un petit jeune qui est nouveau sur le forum) mais je dois vite le quitter car je voudrai charger avant midi.
Pas de chance, et je vous passe les détails, je ne ressortirai de cette boite de m**** que 5heure30' plus tard. Le jour où l'on fermera cette boite pour cause de délocalisation, je ne plaindrai pas les fainéants qui y bossent.
Une fois ressorti, je dois faire contrôler mon sanglage par la boite qui a affrété ce transport juste en face de l'usine. Le contrôleur me dit que c'est OK. Je lui réponds que même si il avait jugé que ça ne l'était pas à son goût, ça aurait été pareil, je me serai cassé. Il a moyennement apprécié.
Une fois reparti, je me rends chez un transporteur à Rousseloy (4) pour charger une palette. Une fois chargé, je dépose la semi à Beauvais (5) afin qu'un collègue vienne pour faire un échange et me laisser une semi chargée pour la GB avec un départ dimanche soir.
Je suis de retour à la maison (1) et vais chercher Nicolas avec Mme Biloute mais cette fois ci, en camion. Je ne vous raconte pas comme il était heureux. Il est 18:15 et je suis en week-end.


Les anciens connaissent bien ça : Je roule avec une "tricoteuse". Non, ce n'est que Madame Biloute.

Je suis le premier membre FDR que Frach60 rencontre. Sympa le p'tit gars.

Samedi 23

Dimanche 24

Il est 22:00 pétante lorsque je quitte la maison (1). Je me rends à Beauvais chercher la semi qu'un collègue m'a déposé vendredi soir. La montée par l'A 16 n'est pas trop monotone ce soir car j'ai 2 longs coups de fils et du coup, je ne vois pas passer le temps. Il est 0:45 lorsque j'arrive au terminal Eurotunnel (2) où je fais mon plein de gasoil.

Lundi 25

Une fois le plein fait, je passe le péage et il n'y a pas grand monde ce soir et je monte directement sur la première navette qui partira à 1:40.
A 1:15 (heure anglaise), je sors de la navette et entame la montée vers mon premier client. Une heure plus tard, j'arrive au Dartford Tunnel et bénéficie du tarif de nuit (1.00 £ au lieu de 2.90 £).
Il ne me faudra encore 2 heures pour monter jusqu'à Peterborough (3) où je me gare dans la cour de mon client où je vais me coucher en attendant l'heure d'ouverture. A 7:00, je me lève mais je suis dans le potage car je n'ai somnolé que d'un oeil.
On me fait reculer dans un hall et ouvre les deux cotés de la semi afin de vider 14 bobines de papier et de faire dégerber 2 palettes qui se trouvent sur les deux bobines qui se trouvent à l'arrière.
A 8:00, je repars de Peterborough et entame la montée pour vider mon second client. Je passe par Oundle (patrie de Jimbo) pour rejoindre l'A 14 où je me paierai un bouchon qui me fera perdre une bonne 1/2 heure.
J'arrive tout de même chez DHL à Coalville (4) à 10:15, me mets à quai et suis vide à 11:00.
J'appelle Jean Charles qui m'annonce la suite de mon programme qui est le suivant :
Je fais ma coupure puis ce soir, rejoins Roger à Birmingham pour prendre sa semi afin de vider et de recharger à Solihull puis de redescendre en France par le Shuttle.
Je quitte Coalville et roule 45' pour m'arrêter à Minworth (5) où je mange un petit bout et vais me coucher avec une paire de Boules Quies.
A 21:00, lorsque je me lève après un sommeil réparateur, je vois que j'ai un mail sur mon téléphone et un message sur ma messagerie. C'est Jean Charles qui m'annonce un changement de programme: Je n'échange plus ma semi avec Roger mais je garde la mienne et charge demain matin à 8:00 à Hinckley ! ! ! Je suis assez mécontent car ayant dormi toute l'après midi, je n'ai plus sommeil. Je tue le temps en regardant deux Divx et en faisant un peu de ménage dans mon PC. A 2:30, je vais me coucher pour finir ma nuit.


Mon chargement de bobines.


Ce nouveau panneau n'est pas toujours respecté !

Depuis que je viens en GB, j'ai vu au moins 5 camions couché dans ce rond point qui est long et à la courbe irrégulière

Mardi 26

Je démarre de Minworth (1) à 7:00 et roule jusqu'à Hinckley (2) où j'arrive peu avant 8:00. Lorsque la boite où je dois charger ouvre, le type m'annonce que mes palettes ne seront pas là avant 10:00. La galère continue, je sens que ça va être une sacrée semaine.
Peu avant 11:00, je suis chargé de 6 mètres de plancher et prends la direction du sud pour faire une deuxième ramasse.
Je m'arrête avant d'arriver sur la M 25 pour manger.
Une fois reparti, il me faudra 1 heure 1/4 pour arriver jusqu'à Rayleigh (3) où je charge une machine sur palette de 3 mètres de long. Une fois chargé, j'appelle J C qui me file un dernier enlèvement à West Thurrock (4) juste à coté du Dartford.
En cours de route, je ne peux m'empêcher de photographier mon GPS qui à un moment m'indique de prendre un rond point par la droite ce que naturellement je ne fais pas.
Arrivé à est Thurrock, je charge 6 gros carton et appelle JC qui me dit de descendre. Je passe le Dartford comme une balle mais trouve un bouchon de l'autre coté. Une fois ce bouchon passé, je roule jusqu'au Shuttle (5) où lorsque j'arrive, je ferai la queue pendant 45' avant de passer le péage.
Une fois mon ticket en main, j'ai le droit à un contrôle de ma cabine (passage d'un petit tampon sur divers points de l'intérieur de la cabine tels que les poignées, le volant, le levier de vitesse, ... pour vérifier si je n'ai pas été en contact avec des explosifs.) Une fois ce rapide contrôle passé, je me rends dans les files d'attente où je poireaute encore 1/2 heure.
A 18:30, je monte sur la navette et en ressors coté Français à 20:15 (heure Française).
Je roule 1/4 d'heure jusqu'à l'aire des deux caps où je coupe pour la nuit.


Un des plus gros dépôt Stobart à Rugby.

Si je suis mon GPS à la lettre, je prends ce rond point à l'envers !

Lorsque je vois ce panneau, je fais déjà la queue depuis 1/2 heure.

Mercredi 27

Après 11 heures de coupure règlementaire, je quitte l'Aire des 2 Caps (1) à 7:45. Je descends par l'A 16 et au moment où je passe à Beauvais, je me dis que c'est dommage de ne pas pouvoir passer par la maison qui ne se trouve qu'à 10' de là.
A 11:10, j'arrive à Gonesse (2) où je dois livrer la machine que j'ai chargé hier. Une fois sur place, je me rends à la réception et là, le type qui s'occupe de moi appelle différentes personnes mais personne n'est au courant. J'appelle JC afin qu'il se renseigne de son coté mais n'aura pas la réponse avant 13:00 ! Une fois que je connais la personne à contacter, je me rends sur le quai et un cariste s'occupera de moi. Je dois vider par le coté et alors qu'un autre cariste vient me vider, il me semble le reconnaître. Il travaillais chez LEP à Gennevilliers lorsque mon ancienne boite leur faisait leurs groupages sur Londres dans les années 90.
Une fois débarassé de cette machine, j'appelle Jean Charles qui m'annonce que je vais faire un relais avec Sylvianne afin de remonter ce soir à Dieppe. Le relais se fera à Dreux.
Je rejoins l'A 1 au Bourget où je prends une photo de l'entrée de l'Aéroport et de cette statue qui m'a toujours botté. J'emprunte le périf qui passe sans le moindre ralentissement puis l'A 13 afin de rejoindre la RN 12 qui a bien changé depuis la dernière fois que je l'ai prise.
J'arrive à Dreux (3) bien avant Sylvianne et fais une petite sieste en attendant. Entre temps, je reçois un mail de Didier qui m'annonce qu'il remonte également.
A 21:00, ma semi arrive et une fois l'échange fait, je reprends la route en compagnie de Didier en direction de Dieppe. En chemin, je fais vite fait mon plein de G O à Evreux et monte jusqu'à Dieppe (4) où je fais mes papiers d'embarquement. Une des employée (Emilie) déconne un peu. Ca fait du bien de rencontrer des personnes qui sont tout le temps de bonne humeur, même pendant leurs boulots.


Je passe à 10' de la maison sans m'arrêter.


La RN 12 a bien changé. Ici à Jouars Pontchartrain où il y avait un bouchon quasi permanent.


Émilie qui va chercher les papiers du chauffeur qui se trouve à l'opposé de la cabine.

Jeudi 28

Nous monterons à bord du ferry à 0:40 et partagerai ma cabine avec Didier et Yannick (un nouveau venu dans la boite).
A 1:00, nous quittons Dieppe (1) pour effectuer une traversée (2) plutôt calme.
A 5:00 (heure Anglaise), nous débarquons à Newhaven (3) et finissons notre coupure sur le port.
A 9:45, Didier et moi quittons le port et montons ensemble jusqu'à l'Ouest de Londres où nos chemins se séparent mais nous pourrions nous retrouver ce soir si j'arrive à vider mes deux clients.
En cours de route, je mange les deux sandwiches jambon que je me suis préparé avant de partir de Newhaven car si je veux être vide ce soir, je n'ai pas le droit de traîner. La circulation est très fluide et arrive à Bridgend (4) en 4h24' de volant. Il n'y a personne à quai, ce qui m'arrange fortement.
Je profite de la connexion Internet pendant que l'on me vide puis en faisant une coupure une fois sorti du quai.
A 15:20, je repars de Bridgend et prends la direction d'Ebbw Vale (5). Il me faut généralement une heure pour monter là haut en étant peu chargé ce qui est le cas aujourd'hui.
A 16:18, j'arrive dans la cour de mon client, me rends en courrant à la réception et tombe sur le réceptionnaire qui est en train d'enlever ses chaussures de sécurité. Il a l'air vachement heureux de me voir ! Vu que je n'ai que 5 palettes pour lui, il remet ses pompes et vient me vider ce qui m'arrange fortement. Je lui offre une bière pour le remercier.
Une fois vide, j'appelle J C qui me confire que je recharge bien comme prévu à Smethwick mais que demain midi. Etant en relation par mail avec Didier, il me confirme qu'il recharge également là bas à 16:00 ! Nous nous retrouvons à la jonction de la M 50 et de la M 5 (6) pour terminer la route ensemble.
A 20:00, nous arrivons à Smethwick (7) où l'on se gare en face notre client. On va se faire une soirée (BIG) Kebab mais avons prévu de nous coucher de bonne heure vu que la nuit dernière fut courte.
A 2:00, après avoir parlé du passé, écouté de la musique que l'on apprécie en commun, nous allons enfin nous coucher. Ce n'est pas grave, vu nos heures de chargement, on pourra faire la grâce matinée.


Chauffeur inconscient qui aurait pu s'avancer un peu plus (il y avait de la place) !

Je n'aimerai pas garer ma voiture ici.

Soirée avec Didier ! Au fait, ça pue le tabac froid dans ma cabine mais la soirée fut bonne.

Vendredi 29

Il est 7:30 lorsque l'on frappe à nos cabine et que l'on nous demande d'entrer rapidement dans l'usine. C'est Wayne (le cariste) qui ayant vu nos camion et en ayant 14 à charger aujourd'hui veut prendre de l'avance. Nous entrons, pesons et me mets à quai le temps que l'on me charge, vais prendre ma douche. Une fois complet, je laisse ma place à Didier qui ne devra attendre qu'1/2 heure pour voir son chargement complet.
A 9:45, nous quittons Smethwick (1) et prenons la direction du ferry. Je dois prendre par Dover vu que j'ai une semi de 4.35m de haut.
A peine parti, Didier me dit qu'il vient de recevoir un coup de fil d'Hervé (un ancien collègue des années 90-95 qui quitte GBE et entre dans notre boite mardi prochain) qui lui annonce avoir passé pas mal de temps pour rentrer d'Angleterre suite à la grève des marins de la Seafrance (la CGT en particulier). Vu également que le temps est à la tempête, je décide d'appeler Jean Charles afin d'avoir une réservation pour redescendre par Newhaven. Tout compte fait, Didier qui aurait pu rentrer par le Shuttle en fait de même. Nous redescendrons ensemble.
Nous avons largement le temps vu que le départ du ferry est prévu à 18:00. En cours de route, nous coupons au Mc Donald de Slough (2) où nous nous faisons une pause thé et nous connectons sur le net. La Police arrive au bout d'un moment mais est plus intéressée d'aller se restaurer que de nous mettre un PV parce que nous sommes garés à cheval sur le trottoir.
Au bout d'une bonne heure, nous repartons en direction du ferry. La M 25 roule impec et arrivons de bonne heure à Newhaven (3) pour nous mettre dans les files d'attente et retrouver Yannick un peu plus tard.
Le ferry est à l'heure malgré le vent qui souffle fort. A 18:00, comme prévu, nous entamons la traversée (4) qui sera assez mouvementée.
Une fois terminé le repas, nous allons faire un tour sur le pont (à l'abri du vent) afin que mes collègues fument leurs cigarettes. Au bout d'un moment, je trouve que Yannick n'est plus trop en forme. Il est temps qu'il aille se coucher car il change de couleur à cause de la tempête.
A 0:30 (heure Française), nous sortons du ferry et terminons notre coupure sur le port de Dieppe (5) et Didier et moi quittons Yannick qui habite Dieppe et nous quitte ici.


Pause thé chez McDo mais les Bobbies ne sont pas là pour nous.
Petit aperçu de la traversée (vidéo).