MON RESSENTI EN TANT QUE FILS DE ROUTIER

par Gerard73

 

Mon père a travaillé pendant 12 ans aux transports Chamiots (73) et les a quitté 3 mois avant leur rachat par Giraud et le licenciement de tous ses collègues. Il a commencé chez eux 4 mois avant ma naissance, en novembre 87 en faisant des trajets FR IT, en ferraille et autres bâchés.

Lorsque je suis rentré en primaire, son patron lui a proposé de prendre un taf régional bien payé (pour l'époque) où il rentrait tous les soirs et où je pouvais partir les mercredi après-midi avec lui. C'est dans ces moments là que j'étais le plus heureux, avec mon père, on rigolait, on chargeait la benne pour PlacoPlatre à Chambèry. C'est là ou j'ai eu droit à mes premiers tours de volant, un Mercedes SK 1832 boite séquentielle chantier. J'étais fier du boulot de mon père et avait envie de faire comme lui ! Puis le rachat, mon père avait la chance d'avoir de bons contacts avec son patron et il fut licencié (pour toucher les indemnités). Il a retrouvé du travail assez rapidement parce que mon père est un bosseur, il n'a que son permis pour faire vivre sa famille alors il cherche un truc bien et s'aperçoit que le régional qu'il avait, était un taf en or. Payé 8000 frs à l'époque, impossible de trouver une offre semblable avec les même avantages.
Il fut embauché, par le biais d'une vielle connaissance à lui, chez un tractionnaire de Transport de Savoie. Là il partait la semaine, moi j'étais au collège et attendais avec impatience les vacances pour partir avec mon père ! Partir une semaine en Italie, rencontrer des gens nouveaux, des paysages magnifiques ... C'était pour moi, des vacances de rêves. L'affréteur de mon père était sympa, mon père comme toujours essayait d'arranger tout le monde, il était apprécié de tous par sa volonté et son entrain. Mais de mon côté, j'avais droit à tout autre chose dans ma vie, pas de père à la maison, élevé par ma grand-mère les 6 premières années puis par ma mère et ma grand-mère, je n'avais pas l'image d'un père, ni d'un homme. Il appartenait au monde des "vacances" Quelqu'un qu'on voit pour partir sur les routes, dire des conneries et rigoler de tout et de rien. J'ai jamais eu de relation père - fils avec lui, en vérité, juste que dans ma tête, il est mon père. Je le respecte pour ça, je respectais ses motivations, son passé l'a poussé à ce métier pour nourrir sa famille, est-ce-que je peux le blâmer pour ça ? Oui j'ai souffert de ses absences, les enfants ne sont pas tendres entre eux, comment expliquer à mes camarades que l'homme qui est avec ma mère est mon oncle et pas mon père ? J'ai eu droit à "ton père est en prison !" ou "ton père est mort !?!". Dur de vivre ça tous les jours ... J'avoue que je lui en ai voulu pendant des années, mais c'est grâce à lui que j'ai pu faire mes études ! C'est grâce à lui que je suis là à écrire ces lignes.

Pendant 2 ans, il a travaillé avec le père qui tenait la société tractionnaire puis se fut le tour du fils de régner ... La boutique déposa le bilan en 2008 après un redressement judiciaire. Eh oui, le fils voulait s'en foutre plein les poches, les frais n'étaient pas payé correctement, du coup le salaire passait de 14000 frs à 10000frs alors qu'il découchait 4 nuits minimum !! Puis arriva l'accident qui mit le feu au poudre... En sortant d'une aire de repos en Italie, il s'inséra après les appels de phares d'un italien, mais 30 secondes plus tard, l'italien vient percuter le milieu de la semi chargée de contre poids pour Caterpillar, l'italien traversa le terreplein central et renversa un monospace dans le fossé. Mon père s'arrêta, appela les secours, la police arriva, interrogea tout le monde et, par une écoute des carabiniers, il comprit que le chauffeur italien était en excès de vitesse. Mon père rentra chez nous sans bobo physique mais choqué car il apprendra sur le chemin du retour que le conducteur du monospace avait été amputé ... Je vais couper court à ce passage mais mon père a failli finir en prison par les incompétences d'un patron j'm'enfoutiste.

Il décida d'arrêter la route et rentra aux transports urbains de Chambéry, autant dire que l'apprentissage fût douloureux pour les usagers... Eh oui papa, un bus ce n'est pas un porteur, la marchandise n'est pas sanglée lol. Il était tout heureux de pouvoir voir grandir ses 2 filles, mais avec le fils... Ce fut dur... Nous nous engueulions au moins 2 fois par jour, on restait dans la même pièce sans se parler, pourquoi me direz-vous? Mais parce qu'on se serait dit quoi? Je n'avais pas l'habitude de le voir autant, quand je le voyais beaucoup c'était pour mes "vacances". Comment ça marche une relation père-fils??? On a mis 3 ans pour apprendre à communiquer, où ma mère faisait tampon entre nous pour absorber les éventuelles engueulades...

Jamais j'en voudrais à mon père d'avoir fait ce métier ! Jamais je ne pourrais lui reprocher ses absences ! Je pourrais juste lui dire, redire et redire une chose. Papa tu m'as manqué !!!

Laisser un commentaire

 

http://www.fierdetreroutier.com - reproduction interdite

al