UNE JOURNEE

EN PULVE BTP

avec Romtheo (Fufu13)

 

 

Cliquez sur les images pour agrandir

Il est 5h, position travail, le FH est chaud, c'est parti !

(Journée type) :

Direction la cimenterie qui se trouve à moins de 30 minutes du dépôt, pour mon premier chargement.

 

Arrivé au BEX, petit bonjour réglementaire aux secrétaires pendant l'attente du badge.

 

 

Badge écrit, direction les postes de chargement. Les postes sont identifiés soit par un numéro soit par qualité du produit.

 

 

Mise en place sur le pont, je monte dans la cabine de chargement écrire mon numéro de badge sur la borne de pesage.

 

Je descends la passerelle pour ouvrir mon trou d'homme, je place la manche de chargement, remonte la passerelle.

 

et je valide le chargement. J'en ai pour 10 à 15 minutes d'attente.

Une fois chargé j'effectue les mêmes manœuvres, mon BL est directement imprimé sur place y a plus qu'à partir.

 

Mais avant petit passage à la douche et arrêt syndical en salle détente pour boire le kawa avec les collègues. C'est pas tout mais faut y aller….

 

Arrivé chez mon client, je repère de suite ou sont les silos, ont peut pas les manquer !

Je présente mon BL au centraliste, il m'indique le numéro du silo et me donne la clé du cadenas. Pendant ce temps j'ai pris soin de démarrer ma turbine pour gonfler la bonbonne, histoire de gagner du temps.

Je repère le silo, je sors ma manche, par sécurité je n'hésite pas à bien serrer ma manche à ma sortie et au silo.

 

Une fois la pression mini pour déballer atteinte (1 bar), j'ouvre la vanne d'air qui va me servir de pousseur, ensuite la vanne arrière de ciment qui va me vider l'arrière. Une fois l'arrière vide, je passe à l'avant. Cette opération dure environ 30 minutes parfois plus, cela dépend de la hauteur du silo et de la pression de déballe.

 

Pendant ce temps...

La citerne est vide, je ferme toute mes vannes, j'arrête ma turbine, je débranche ma manche, surtout ne pas oublier de purger la cuve car elle se trouve encore à plus d'un bar et rouler en pression est interdit et très dangereux! Je récupère mes papiers et c'est reparti pour mon deuxième tour.

Explication détaillée

 

L'air chaud produit par la turbine est envoyé dans la colonne principale le long de la citerne. Cette colonne alimente une première durite qui monte sur le dessus de la cuve pour exercer une pression par le haut, sur cette même durite, une autre est branchée pour servir de purge d'air.

La seconde durite, appelée fluidisation ou émulsion est branchée à la base du cône, elle chauffe le produit et le rend liquide.

La troisième durite appelé piquage ou pousseur, est branchée juste avant la sortie à la jonction des 2 manches de sortie de produit.

La quatrième fluidifie le cône arrière.

Et une dernière qui me sert de purge d'air.

De l'autre côté de ma cuve j'ai deux vannes à clapets en bout de cône qui me servent de purge produit.

 

 

Vues intérieures, L'échelle qui va bien

 

La toile au fond permet une bonne répartition de l'air chaud.

Sur les citernes plus récentes, toutes les vannes ont été améliorées pour avoir le moins de problèmes possibles, devenues pneumatique et à clapets. D'autres options peuvent être demandées à la commande, comme d'autres sorties ou d'autres branchements ou essieu directionnel… mais ça c'est le patron qui décide.

C'est un boulot qui demande pas mal d'attention lors des déballes, beaucoup de sécurité due à la pression de 2 bars.

La maintenance de son matériel est obligatoire, graissage des vannes, fuites éventuelles sur les joints, vidange de la turbine… Enfin j'y accorde toute mon attention. La connaissance de son matériel est primordiale, pour ma part je connais ma cuve par cœur, j'évite de trop la marteler à coup de maillet, ça ne sert pas a grand-chose.

 

Pour les temps de déballe faut juste jouer avec son Mano de pression de suspension et sa montre!

 

Il m'est arrivé d'être plusieurs fois en galère soit par un défaut du produit, par une panne mécanique, par un bourrage de manche, par un débordement de silo, ou encore éclatement du filtre du silo, alors là, arrête tout et va t'en en regardant ou va le filtre.

La pulvé en btp n'est pas facile, souvent dans la poussière, la boue… et du courage quand il faut descendre au fond  pour la laver ou récupérer un objet douteux!

Petites anecdotes: j'ai déjà récupèré un tee-shirt, un sac plastique, une baguette à soudure, un disque à meuler, des cailloux de ciment gros comme des ballons de basket… et j'en oublie.

 

 

Mon outillage courant: je dispose également de 3 manches de 5 mètres diamètre 80, 1 manche de 5m diamètre 100, 1 manche de 2m50 diamètre 80, des raccords italiens, et tout plein de raccords, colliers, embouts de secours…

chargement calcaire en carrière.

 

vidé dans un silo de 5000 tonnes.

 

 

Eclatement de manche lors d'un chargement! Résultat 1 tonne sur la citerne.

......................

Vidé sur le port de Nice dans un bateau de 6000 tonnes à destination de l'Algérie.

 

Depuis la crise le travail a changé, on a perdu des clients, on en a gagné d'autres, le marché s'est cassé la gueule. Ça fonctionne en dents de scie. Grace à ses reins solides, l'entreprise n'as pas licencié et pourtant elle pouvait le faire! Je m'estime heureux de ma place malgré la difficulté du travail.

Le mot de la fin : Vaut mieux perdre 5 minutes de réflexion que de faire le bourrin!