JOURNAL DE MA CREATION D'ENTREPRISE

par Solaris1840

 

DE L'ENVIE A LA REALISATION

 

Comment faire quand on a le transport dans le sang, que l'on est titulaire de l'attestation de capacité et que l'on veut créer son entreprise de transport sans avoir de fortune personnelle à dilapider?

Et bien la réponse à cette question n'existe pas tout comme le père Noël ! Oui je sais c'est dur.. Vous étiez pas préparé à apprendre que le père Noël n'existe pas..

Bien sur on peut toujours y arriver ; ma fille Maëline qui a 3 ans chante souvent la comptine << Quand on veut on peut ! Faut toujours essayer !!>> Leitmotiv que j'ai eu à cur à prouver durant tout le processus de création du rêve de ma vie : Rouler sous SES propres couleurs .

Mais bon reprenons du début quand vint l'heure du départ de chez mon précédent employeur, j'étais déjà préparé : Je disposais déjà de l'attestation de capacité marchandise passée avec succès en 2010 en candidat libre. J'avais noté également le ralentissement économique comme beaucoup en 2008 2009 2010 comme beaucoup, c'est alors que je me suis interrogé sur quoi faire si la boutique pour laquelle je travaillais ne pouvait plus subvenir à mes besoins. C'est alors que j'ai compris que le transport de produits ou matériels TP étroitement lié au marché de la construction ne serait pas porteur pour les prochaines années même avec le concours des grands travaux.. (y'à qu'a voir le résultat du plan de relance 2009-2010). A cette époque j'ai même songé à quitter le transport, mais c'est ma drogue,ne pas avoir un camion entre les mains est quelque-chose de tout bonnement inimaginable. C'est ainsi que je me suis dit: « qu'est ce qui fonctionne dans le transport ? »

C'est là que j'ai songé au transport de matière première en vrac surtout sachant qu'un affréteur recherchait des transporteurs comme affrétés permanents. Et oui quand on y pense le vrac couvre beaucoup de besoins (céréales, produits agroalimentaire, matières premières, etc..). Voici pour les bases.

Passons aux choses sérieuses...

 

LE DEPART

 

Pour faciliter les choses, j'ai négocié un départ conventionnel, dans mon cas c'est gagnant-gagnant évitant à mon précédent employeur un licenciement et à moi une démission qui ne me permettais pas de m'inscrire au pôle emploi. Il faut savoir que le départ conventionnel ne se fait pas du jour au lendemain et nécessite trois RDV avant le départ effectif de plus un délais de 15 jours est nécessaire pour le « veto » de l'inspection du travail. En gros il faut prévoir un gros mois pour faire toute la paperasse et quitter définitivement l'entreprise.

Ensuite une fois signé le solde de tout compte et obtenu certificat de travail ainsi que l'attestation ursaff, direction pôle emploi pour l'inscription. Mais là attention gros piège et je tiens à prévenir vaut mieux avoir quelques économies devant soi :

Je dépendais de la caisse des congés payés de Bordeaux, mon employeur ne me payait donc pas directement les congés payés. Au moment de la rupture du contrat de travail, le solde de tout compte indique juste la gestion par la caisse de congés payés et indique dans mon cas 21 jours acquis.. Cependant ces 21 jours sont inclus dans le calcul de la carence pôle emploi alors que l'on n'a pas touché la somme correspondante.. Ces délais sont incompressibles et si on ne dispose pas d'économies les ennuis sont droit devant !

Pour débloquer mes congés payés j'ai du attendre leurs « mises à jour mensuelle » et leur envoyer une copie de mon attestation Pôle-emploi. J'ai reçu effectivement le chèque des congés payés que le 25 janviers soit 2 mois après le départ effectif de chez mon précédent employeur.

 

LES JOIES DE LA CREATION D'ENTREPRISE...

 

Une fois le départ soldé, vient le moment de créer la structure qui financera mon avenir ainsi que celui de ma petite famille. Pour préparer au mieux la création de mon entreprise, plus d'un an en amont, l'affréteur qui fera rouler mon camion, m'a fait parvenir le planning complet d'un de leur affrété permanent. Avec ce document comptable, j'ai constitué mon business plan.

Le business plan est un document très important et on ne doit pas le laisser de coté. J'ai pour ma part mis près d'un an à le préparer. Le business plan c'est le CV de la futur entreprise. Il doit permettre à la personne qui va le consulter de comprendre l'enchaînement qui vous pousse à créer une entreprise, la façon dont vous allez vous y prendre et votre vision pour les 3 premières années.

J'ai rédigé le mien sur la base des informations dont je disposais de la part de mon affréteur, mais pas seulement : J'ai également fait beaucoup de recherches sur des sites comme www.societe.com ou www.infogreffe.fr , Sur le premier, j'ai fait des recherches de compte de résultats et de bilan, sur le second des recherches plus institutionnels de la « concurrence » à savoir les artisans chauffeurs occupant un seul camion (en gros les boites avec 9000€ de capital avec recoupement avec la liste du registre des transporteurs). Ce travail de fourmis effectué essentiellement le week end m'a permis de montrer que les chiffres d'affaires que j'annonce dans mon business plan ne sont pas farfelus ou sur-dimensionnés. Il faut surtout penser à montrer que l'on connaît son sujet.

 

PLAN DE FINANCEMENT

 

Le montage financier de mon entreprise est un peu spécial du moins de l'avis de la DREAL de ma région. En effet, je ne dispose personnellement que de 2500€ de coté d'une part, mais en tant que demandeur d'emploi indemnisé je peux prétendre à l'ARCE (Aide à la Reprise ou Création d'Entreprise) soit la moitié de mes droits versés en 2 fois. Dans mon cas deux fois 6500€, on arrive bien aux 9000€ (2500+6500) mais ça serait pas drôle si tout était si simple.

Tout d'abord posons les bases réglementaires :

Pour enregistrer une entreprise au RCS pour l'activité transport, il faut fournir en plus des justificatifs usuels une attestation de pré-inscription au registre des transporteurs et des loueurs de la part de la DREAL. Pour obtenir cette pré-inscription, il faut remplir une demande d'inscription au registre et donc satisfaire aux 3 conditions (maintenant 4 avec la condition d'établissement) à savoir :

- l'attestation de capacité du dirigeant

- la capacité financière

- l'honorabilité du dirigeant.

Bon, je n'ai tué personne donc mon casier est vierge, j'ai l'attestation de capacité, et mon financement prévoit les 9000€.. Tout est bon..

Sauf que la réglementation ne prévoit pas le cas d'un chômeur voulant créer son entreprise avec l'ARCE du pôle-emploi : Pour toucher l'ARCE, le pôle-emploi veut que l'on produise l'accord de l'ACCRE (exonération des charges sociales du dirigeant pendant 1 an) et un K-BIS.. Pour obtenir ce K-Bis, il faut immatriculer l'entreprise au RCS, mais pour une entreprise de transport, il faut la fameuse pré-inscription de la DREAL.... Bref le serpent se mord la queue.

Comment faire pour contenter tout le monde ?

Et bien, il n'existe pas de solution miracle; ce n'est pas impossible (j'y suis arrivé), mais comme vous allez le voir la méthode que j'ai employé n'a fonctionné que parce je suis tombé sur des fonctionnaires qui ont compris ma problématique et qui m'ont aidé dans la mesures de leurs moyens.

Dans l'ordre ça a donné ceci :

•  Rédaction des statuts, j'ai utilisé le site suivant : http://www.creation-entreprise-gratuit.com Tout est gratuit, vous avez uniquement à remplir un questionnaire et le site vous sort les statuts, et les documents afférents ( domiciliation, conjoint associé etc..etc..)

•  Ensuite j'ai pris rendez vous à la banque pour déposer 20% des 9000€ soit 1800€ sur un compte bloqué au nom de la société

•  Une fois l'argent déposé, j'ai été enregistrer les statuts au service des impôts des entreprises de ma région et cela pour 7 exemplaires (la démarche est gratuite)

•  Pendant ce temps j'ai fait mon annonce légale (dans le site création entreprise il le propose, mais c'est 3 fois trop cher..) via le site http://www.annonces-legales.fr/ qui permet de faire des annonces à moins de 100€

•  Avec la comptable et après contact de quelqu'un de la DREAL, j'ai rempli ma demande d'inscription au registre des transporteurs mais avec uniquement les 1800€ de libérés sur les 9000€

Je vais m'arrêter un peu sur la DREAL, car si j'explique pas ce point, on peut ne pas comprendre les décisions que j'ai prises après. Le premier contact avec la DREAL a été difficile car le financement de mon projet n'était pas commun à savoir utiliser l'ARCE pour ma capacité financière. Il m'ont tout simplement répondu que c'était IMPOSSIBLE !

Dépité je me suis renseigné et un ami, patron chauffeur également, m'a fait part de son expérience. En effet, lui aussi a créé son entreprise via une aide de 10000€ (l'AGEPHIP). Il avait également libéré 2000€. Sur sa pré-inscription, la DREAL de sa région lui indiquait que son entreprise pouvait être enregistrée au registre des transporteurs sur production d'une attestation prouvant la libération intégrale de son capital..Toutefois, il pouvait poursuivre son chemin et immatriculer son entreprise.

C'est pourquoi, j'ai introduit et rédigé ma demande en ce sens, pour étayer ma demande, je produisais en plus des pièces justificatives, la copie de la pré-inscription de la dreal de mon ami et un courrier de ma comptable établissant la marche que je devais suivre pour obtenir l'ARCE. J'avais surtout choisi le bon moment a savoir l'application du paquet routier du 4 décembre dernier et pour moi cela signifiait un délai de traitement assez long qui au final ne sera pas si long...

•  C'est donc ainsi, sur ces information que je décidais d'immatriculer ma société au départ SANS activité, cela m'a permis de commencer à faire courir le délai de demande ACCRE et rapidement obtenir les premiers K-BIS pour mes premiers achats.

•  Une fois l'accord ACCRE reçu, j'ai fait ma première demande d'ARCE, qui m'a été refusé sous prétexte que ma société était sans activité.. Immatriculation que j'avais faite sur conseil conjoint d'une personne du CFE et une autre du pôle-emploi. Procédure qui je le rappele coûte 185€ de plus..

Finalement heureusement que la DREAL a été sensible à mes arguments, j'ai reçu finalement assez rapidement ma pré-inscription, derniers éléments manquant à la mise en activité de ma société.

Le 15 février donc j'obtint mon fameux code APE le 4941A. Je refis donc une nouvelle demande d'ARCE. C'est là où je me dit que le pôle emploi m'en veut, car la conseillère qui a refait ma demande a utilisé un document de l'INSEE à la place du K-bis ce qui a valu une nouvelle retouche et une nouvelle semaine de perdue.

 

LA BANQUE

 

Pour Financer mon fond de roulement, nous n'avons pas trop le choix : Sachant qu'aujourd'hui les banque ne financent (dans mon cas.. tout est relatif) que le haut du bilan (immobilisations corporelles) et le crédit-bail pour le véhicule. La trésorerie ne sera financée que par mon apport de départ, et via une aide Gironde-initiative de 7500€ en plus des 9000€ de départ. J'ajoute également le montage d'un dossier sur le très bon site http://www.friendsclear.com/ , une sorte de « mymajorcompagnie » version financement d'entreprises. Pour Friendsclear j'ai fait une demande de 3000€ mais les dossiers peuvent aller de 3000 à 25000€. Attention toutefois, les investisseurs sont chevronnés et posent beaucoup de questions (même plus durs que le banquier lui même) mais cela vaut vraiment le coup surtout quand on a besoin comme dans le transport d'un gros fond de roulement. Alors récapitulons :

-2500€ Perso

-6500€ ARCE

-7500€ Gironde-initiative

-3000€ Friendsclear

19 500€ pour la trésorerie

Viendra en Août le 2ème versement de 6500€ de l'ARCE que j'utiliserai pour augmenter mon capital et sécuriser mon entreprise.

La banque finance donc le matériel informatique et mobilier à hauteur de 3000€ (cela couvrira tout ces achats de matériel mais tout devra être justifié sur facture) et le crédit bail du tracteur. Nous sommes tous passionnés par le transport, je vais donc un peu approfondir cet aspect.

 

MATERIEL ROULANT

 

Le choix du matériel roulant est un choix crucial et de mon avis dans notre secteur du transport, la première grosse décision stratégique.

Alors finalement j'ai choisi un Renault premium soit, mais j'ai eu la chance de pouvoir commander dans sa version Truck Racing. Alors pourquoi un véhicule neuf ?

Tout d'abord l'envie d'avoir un camion neuf ! Mais ce n'est pas la seule raison. J'ai contacté des gros loueurs de véhicule et finalement quand on lit leurs conditions, la location n'est pas aussi économique qu'on le pense. Ensuite j'ai rejeté d'emblée un véhicule d'occasion, je roule pour un client et je ne souhaite pas lui faire subir de probables pannes.

Pourquoi un Renault ? Et bien c'est surtout le contact qui s'est noué depuis près de 2 ans avec le vendeur de chez Renault alors que mon entreprise était encore au stade de projet, il m'a aidé à monter le camion comme je le voulais et surtout de manière réaliste pour l'intégrer dans mon business plan et donc monter un projet viable.. Finalement il bouclera sa vente avec moi 2 ans plus tard.. Les autres constructeurs sur la région bordelaise ne se sont pas donnés cette peine sauf Scania .

Pour la benne je la prends en location vente.

 

EXPLOITATION DIRECTE 

 

Mon expérience, n'est pas assez grande pour trop m'exprimer sur ce chapitre, mais je peux vous dire, qu'actuellement je ne pense prendre aucune carte de carburant. La plupart des enseignes demandent des cautions dépassant l'entendement : Exemple parmi d'autres, Shell qui demande 3000€ pour une carte avec facturation à la semaine avec paiement à 3 jours.. Tout ça pour 6 cents de rabais/l. Autant dire rien sans compter l'immobilisation de capital financier. Ma banque me donne un différé de 30 jours pour 8000€ de capacité de paiement. Pour le péage la garantie est de 600€ ce qui est somme toute acceptable eu égard aux 13% de remise.

Pour suivre mon entreprise et ne pas trop faire de paperasse le WE, je me suis équipé d'un Imac, d'un Ipad et du logiciel Numbers (l'excel version Mac..) Avec Icloud en semaine, j'enregistre toutes mes facturettes (carburant, achat, frais etc..), les kilométrages jours, le CA généré etc etc.. Le WE tout est déjà enregistré à la maison et je n'ai juste qu'à archiver les facturettes car la comptable à accès à ces données.

De plus via l'Ipad et l'Iprint, je peux imprimer une facture, un courrier etc directement depuis la route et donc faire courir les délais et surtout être réactif.

 

CHRONOLOGIE

 

Voici ci-après la chronologie de la création de mon entreprise

•  2010 : préparation du projet premier contact clients, premiers relevés, début des suivis conso gazole, temps de trajet, coût autoroute etc etc..

•  AOÛT 2010 : inscription pour passer l'attestation de capacité marchandise pour la session du 6-10-2010 à Toulouse

•  Août> Octobre 2010 : Révision grâce notamment au site pmoui et un amis qui m'a fournis des cours.

•  6 Octobre 2010 : Examen à Toulouse entre 14h et 18h : je doit noter que j'ai vraiment eu besoin des 4 heures de l'examen pour répondre à tout et j'avais « dixit certains formateur » le vrai profil du candidat libre en ayant mieux réussis la partie composée plutôt que le QCM

•  6 Décembre 2010 : Résultats.. Ouf je l'ai du premier coup 127/200 comme note c'est pas terrible ( le mini est à 120) mais bon c'est passé.

•  Année 2011 : rédaction du business plan avec intégration de toutes les charges, le CA prévisible et ceux sur 3 ans ( j'ai prévus un plan pessimiste avec par exemple + de 15% de hausse par an de gazole etc..)

•  Septembre 2011 : début du préavis départ conventionnel et premiers contact CCI c'est à cette occasion que j'apprends l'existence de Gironde-initiative et du prêt d'honneur de 7500€

•  Octobre 2011 : premier contact bancaire ( ma banque perso étant en ligne elle ne s'occupe pas des pro). J'ai fait tout de même 3 banques pour trouver une oreille attentive

•  25 novembre 2011 : Départ conventionnel effectif et en suivant début de la procédure d'inscription au pôle emplois.

•  29 novembre 2011  : RDV avec mon futur client pour finaliser certains points de notre future collaboration

•  2 Décembre 2011 : Le pôle-emploi à rien trouvé de mieux que de me faire suivre une formation pour apprendre à créer une entreprise.

•  1 décembre 2011 : inscription effective au pôle-emploi indemnisation prévue au 26-01-2012

•  décembre 2011 : rédaction des statuts, préparation de l'inscription au registre des transporteurs

•  03 Janvier 2012  : Bonne année : Dépôt des 1800€ soit 20% du capital de 9000€ à la banque puis dans la foulée enregistrement des statuts au SIE ( Service des Impôts Entreprises )

•  Janvier 2012  :Envoie de la demande d'inscription au registre des transporteurs et loueurs à la DREAL avec lettre de la comptable expliquant le montage financier de l'entreprise et assurance que la demande de licence communautaire sera faîte une fois le capital libéré à 100%, mais que j'ai besoin de l'inscription RCS pour avoir l'ARCE.

•  6 Janvier 2012  : Envoie de l'annonce légale

•  12 Janvier 2012  : Sur conseil du CFE et pôle emplois, immatriculation de l'entreprise mais sans activité afin de ce passer temporairement de la pré-inscription DREAL ( boulette de ma part car ça à juste servis à me couter 190€ de plus..)

•  12 Janvier 2012  : Demande ACCRE pour exonération des charges fiscale

•  20 Janvier 2012  : Réception Accord ACCRE dans la foulée envoie de la demande d'ARCE au pôle emplois avec K-BIS et accord ACCRE. Cette demande sera refusée car l'entreprise n'est pas en activité

•  1 Février 2012  : Réception pré-inscription DREAL et N° TVA intracommunautaire. En suivant direction le greffe pour la mise en activité et nouvelle demande ARCE

•  Mi février 2012 : Réception Accord ARCE, mais la première banque avec qui j'étais en contact me lâche. Une solution de replis..Vite.. finalement ce coup de stress ne sera pas trop long.

•  Fin Février 2012 : Après un premier Refus au siège parisien de la banque, mon dossier est ré-étudié en local et la grâce au concours du CCI Sud gironde, le financement du crédit Bail est accepté.. Mais cela n'est que la première pierre ; c'est a ce moment là où on commence à signer des papiers engageants et qui mettent en jeux tout l'avenir de ma famille. Pour commencer le questionnaire médical :

•  Et oui on en passe par là tous les prêts sont assurés et j'ai du remplir un questionnaire médical. Malheureusement, même si je n'en ressent plus les symptômes depuis des années, je suis à 100% à la sécu pour de l'asthme. En conséquence, j'ai eu droit à une visite chez le docteur et au final, le crédit-bail est assuré pour tout sauf pour l'asthme..

•  Ensuite et là c'est le documents le plus dur à signer, c'est la caution solidaire personne physique. En gros ce document manuscrit en 3 exemplaires stipule que nous nous engageons ma femme et moi en tant que personnes physique à rembourser tout le crédit-bail en cas de défaillance de l'entreprise. ( Pour être très clair, si papier signé enlève le « RL » de SARL;))

•  Début Mars : Commande officiel du tracteur à Renault et donc préparation de celui-ci à mon activité

•  6 Mars 2012 : Commission Gironde-initiative moment assez dur car le comité était assez frileux quand au transport. Mais finalement ça c'est bien passé car il ont accepté

•  12Mars 2012 : Aller chercher le chèque de 7500€ de Gironde-initiative et le déposer en suivant sur mon compte perso, ensuite je ferai un chèque personnel, pour compléter mon apport

•  15 Mars 2012 : La capacité financière est attestée par mon banquier et mon expert comptable, je dépose en main-propre directement à la cité administrative la demande de licence communautaire.

•  15-17 Mars : Achat mobilier et informatique

•  17 Mars 2012 : RDV à la banque pour apporter les cautions signées

•  Semaine du 19 Mars : Dernier préparatifs, Enfin, TGR prends vraiment vie le 23 Mars, la DREAL m'informe que ma licence et une copie conforme valable jusqu'au 31/12/2013 m'attendent à la cité administrative de Bordeaux. Je fonce la chercher, entre temps Renault me prête un Renault Lander de demo, pour ma première semaine d'activité. Donc :

•  23 Mars 2012 : 14 Heure, je vais chercher la licence, à 15 passage à la douane pour laisser passer en attente du TVR1 ( taxe à l'essieux), 16 heures je vais chercher le camion de demo chez renault préalablement assuré par mes soins. Aux soir, je fax tous les éléments à mon affréteur ( licence, RC, etc.. etc..) et je reçoit mon tout premier fax d'affrètement. Le soir je fait le premier plein

•  26 Mars 2012 : Les premier tour de roues sous mes couleurs

•  30 Mars 2012 : Livraison du premier véhicule de l'entreprise, le 01 sur les coté me rappelleront toujours que c'est mon premier camion. A cette occasion un apéro à été organisé

•  2 Avril 2012 : Ma première semaine d'exploitation avec mon premium

 

Bilan : Je suis sur, j'ai oublié de citer beaucoup de choses mais mon récit n'a pas de but exhaustif; je voulais surtout montrer que monter une boite de transports ne se fait pas sur un coup de tête et est une entreprise de longue haleine, dont on ne sort vainqueur qu'après des années d'exploitation. Rien n'est jamais gagné, mais quand on se donne les moyens on peut au moins réaliser ses rêves et faire vivre sa passion, c'est pourquoi j'admire tous ces artisans, chauffeurs de toutes régions, de toutes spécialités qui ont encore la flamme pour notre monde bien à nous et malgré nos différences une même passion nous anime.

A tous ceux-là, je vous souhaite une bonne et longue route !