Carnet de bord de Mars 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • perte de minutes
    rainy departure
    sunny arrival
    A22
    Lingfield
  • Lundi 2 Mars 2020
  •  

    Comme prévu donc, grasse mat puisque démarrage à 4h55 de mon parking ce matin. J’avais pensé 6h, mais non, je me suis brusquement réveillé à 2h30, bien avant le réveil, avec l’impression de l’avoir loupé ou plutôt de manquer à mon devoir..

    A titre purement exceptionnel, je roule à 80 jusque Pagny sur Meuse, étant sur la réserve depuis Langres vendredi. Je ne fais pas le gros plein, je ne vais pas loin en GB. La station n’ouvre qu’à 6h, tant pis pour le café, à 5 minutes près.

    ça roule à peu près comme d’hab, hormis les derniers rond point de la 44 avant Reims, où quelques minutes sont perdues par rapport à d’habitude.

    C’est drôle, j’ai plus vite le coup de barre après Reims, c’est perturbant de changer d’horaire. Mais j’arrive quand même à l’aire du Plateau pour la pause sieste petit dej. 

    Je ne suis plus loin de la sortie pour aller à mon client du 62, à Beaurains, au sud de Arras. 

    J’y arrive à 11h, je recule direct dans leur cour derrière et vais voir au magasin car personne au stock. Un type est bien là, mais me regarde de travers, il est avec des petits vieux sans doute en  train de vendre une pompe à chaleur ou un truc du genre. Il me dit juste qu’il faut que j’attende. Ok j’ai compris. 

    Il vient une bonne demi heure en m’expliquant qu’il est commercial. J’avais bien compris. iIl attrape ses pompes ou clims, aux portes et gerbées sur le papier, et en étant un peu plus souriant. Il est presque midi quand je repars vers le Shuttle. 

    Mon appli déconne, je n’ai pas les infos sur le trafic là bas, difficile de penser si je peux caser le 1er londonien ou pas. Bon c’est veet sur map. 

    ça se confirme, peu de file aux clébards, ni à l’enregistrement, je suis vite dans les lignes. J’ai juste le temps de me manger le pâté lorrain. 

    Quitté l’A16 à 13h25, je retrouve le M20 1h30 plus tard, et sous le soleil. Impeccable. 

    Du coup je suis motivé pour aller tenter le Lingfield avec le papier. D’après Julie c’est 16h.

    je fonce, ça roule, et fais l’économie d’un contrôle VOSA à Ashford, vu que c’est un Trota qui était devant qui est y est convié. 

    Je quitte le M25 sud pour un bout de A22 vers le sud. Pas mal de rond points, route un peu défoncée mais le business park, encore un genre d' ancienne base militaire est en bordure de cet axe.  J’y arrive à 15h30. C’est bien vaste, verdoyant, mais affiché à l’entrée au poste de garde qu’il ne faut pas stationner la nuit. Peu importe, on me vide de suite, c’est chez un transporteur, dégroupeur, au vu des semis de 5 m à étage dételées. Ils sont sympas, je leur tourne les palettes avec mon transpal , c'est un format courant dans le papier, genre 100/60.

    Vide à 16h15, je demande quand même si je pourrais passer la nuit dans le site, mais c’est non. Pas grave, j’ai encore de quoi bouger. 

    Je refonce sur M25 et rejoins le plus vite possible le service de Cobham, sans bouchon. 

    Il est 16h55 local, et il y a encore l’embarras du choix au niveau place, je vais tester le parking tout neuf côté station. Places bien large, éclairées, et bonnes clôtures protégeant des talus. Un bien beau lundi comme j’aime, 8h58 de volant sur 13h juste d’amplitude. Et une bonne nuit à venir.

  • Photos
  • Additionnal HVG parking Cobham
    les crumpets pour la semaine
    Giraud et Duarig à Slough
    Customs Folkestone
    Dover sans l'hiver
  • Mardi 3 Mars 2020
  •  

    Pas de réveil, c’est cool. Juste réveillé par la forte lumière du soleil.

    RAS sur les bâches, je reviendrai. Depuis le nouveau parking, faut juste marcher un bon bout pour rejoindre le bâtiment des restos et douches. J’en profite pour faire un tour au M&S Food pour acheter des crumpets, je les mérite bien après toute cette marche.

    Je prends le temps de me faire un bon petit dej alors que Lucas m’envoie mon rechargement complet sur Heathrow, pas loin de Slough, où je finis de vider. 

    Et ce n’est pas à 11h que c’est prêt mais 13h. Donc y a le temps de traîner, faire les carreaux, un peu de ménage.

    Je mets en route à 11h30, c’est tout au vert pour rejoindre le transporteur à Slough. Y a toujours le même français qui est là, un Giraud de la région parisienne. Ils ont des couleurs très anglaises. 

    ça vide en peu de temps, je repasse au dessus du M25, longe l’aéroport et arrive au transitaire à Feltham un peu avant 13h. La rue est en travaux, Lucas m’avait prévenu. Il n’y a qu’une voie de circulation. Il y a des barrières à la place de voitures garées en temps normal. C’est un peu plus mince quand même. Je rentre en marche avant, et reculerai à main pour ressortir, comment veux tu comment veux tu faire autrement. 

    Il manque encore une caisse, mais on commence tranquille à charger, après le café offert bien sûr. Toujours bien sympa ici. On charge un petit groupage pour l’afrique du nord à déposer bien sûr sur 3 adresses marseillaises. Le responsable ici, francophone a prévu un complet et à peur que tout ne rentre pas. On gerbe un peu au début, mais ça va passer large finalement.   

    J’ai le temps de manger un morceau pendant l’attente de la caisse manquante. 

    Je repars avec 10m de plancher à peine à 14h40, après le 2éme café offert of course.  

    ça roule encore sur le M25, j’arrive vite à Folkestone où il faut faire un arrêt à la douane au Stop 24. A peine 15 minutes de perdues. Je ne suis pas soumis à l’ADR, mais des quantités limitées obligent à prendre la ferry. Pas grave, il fait encore beau et le channel n’a pas l’air blindé au vu de l’absence de file au Shuttle. 

    A Dover, il y a de la file à la P&O, je bifurque vers la DFDS où il n’y a personne. Avec mes DGN, c’est parking obligatoire, et passage au bureau de la cie. 

    Pas de soucis, je suis encore booké pour le prochain Calais qui est à 19h50. C’était limite en fait, les lignes sont blindées.

    Je prends un fish and chips chez les truckers et vais respirer de temps en temps le grand air. Il n’y a pas de caisseux, il y a moyen de trouver des coins tranquilles dans les salons. 

    ça débarque à 22h25 à Calais. 

    La journée n’est pas finie, normal vu l’heure où je l’ai démarrée, et Noël m’a trouvé une ramasse sur le 80. A26, A1 et N29, je fini 2h30 plus tard à Nesle sur le parking d’une usine d’agroalimentaire à côté d’une sucrerie, chez mon client quoi.

     

  • Photos
  • 02 power
    Duracell Truck
    SITT(10)
    périf au vert
    Jarcieu best of truckstop
  • Mercredi 4 Mars 2020
  •  

    Décidément ça traine au lit cette semaine. Et y a le temps de réchauffer les crumpets avec le café. 

    Après avoir arrangé un peu les palettes légères d’hier, je vais voir au bureau des éxpés. C’est site Seveso ici, ça ne rigole pas, autant se pointer avec tout le tintouin direct. Je rentre pour charger à 10h10. ça ne rigole pas de trop non plus pour charger. j’ai cru qu’il ne voudrait jamais me charger ses 3 pal en mode tetris le long de la caisse, mais non, bon ça a été difficile quand même. Du coup j’ai encore 3m  larges aux portes.

    Noël m’a renvoyé 1m20 à prendre sur Troyes. 

    Je repars d’ici à 11h, direction le 10 donc, via Ham Tergnier et A26.

    Je fais un arrêt douche à l’aire de Reims Champagne. Peut être un an que je n’avais pas douché ici, elles ont morflé. Je casse la graine également, ce sera fait.

    Mon enlèvement est au sud de Troyes, à Rosières prés Troyes, chez SITT,le transporteur qui ressemble aux Gamba Rota mais en bleu.D’ailleurs  c’est la même famille je crois, ou le même groupe. Je prends donc une pal de 1m20 par 2m. C’est des portail en colis vrac dessus, même pas filmés. Je pourrai reposer tout ça plus savant si il faut, et j’aurai toujours ces foutus 3m qui ne veulent pas réduire aux portes. Je le signale à Noël qui me dit de rentrer à Jarcieu, qu’il y aura bien 3m à compléter. Impec.

    Je vois une Leclerc avant de retrouver la rocade de Troyes, je vais y compléter un peu mon gazole. Puis A5, A31, ça devrait largement aller pour aller dormir à Jarcieu ce soir. Je croise Tophe qui monte au Lux vers Langres, petit coup de bigo, c’est cool. 

    Pause repas de 30 minutes avant Tournus, une bonne soupe de la maison, l’idéal quand il faut encore rouler un peu après. 

    Il commence à être tard sur Lyon j’enquille le périf, ça roule bien.

    Par contre Jarcieu est bien blindé au niveau place, je manoeuvre bien pour aller squatter une des dernières places libres, et du coup je valide 9h09  pour ce jeudi. Pas grave, je n’ai pas encore de 10h cette semaine. 

    Il est 22h20, ça roupille sec sur le parking Duarig, sauf un qui vient me dire salut, c’est Emeric. On se case au chaud à la cuisine pour se descendre une binouze, ça fait pas de mal de temps en temps.

     

  • Photos
  • Montfavet
    PAF!!!
    la zone fret de Marignane
    ce soir, c'est San Lagaffe
  • Jeudi 5 Mars 2020
  •  

    Double sms du chef au lever, le traditionnel puis  le lot à prendre si ça colle, 6 pal 100/120, ça passe crème, donc avec n° de quai dans la foulée. Je ne m'éternise pas sous la douche et prend vite le quai 3 à 7h15. 

    Mais y a un hic, les pal de jus de fruit anglais font en fait 110 par 110, ça va être compliqué sur 3m avec une longue caisse qui ne se bouge pas. Faut ressortir quelques trucs, regerber, puis mes portails du 10 en vrac aussi, avec l’aide de Philippe, tout est rentré. ça aurait été trop simple sans tout ça. Et puis entre temps les viennoiseries sont arrivées, je peux partir avec ma cargaison de lots à vider entre 84 et 13 qu’il est déjà 8h40.

    La météo n’est pas terrible ce matin, dans la vallée non plus. 

    J’arrive au 1er à Montfavet vers 11h15, c’est les portails par le côté, le type ronchonne un peu mais je n’y valide pas 15 minutes. Puis go sur St Martin de Crau pour les 3 pal picardes, là je traine un peu pour valider 15 quand même.

    Go sur Vitrolles pour la suite. On voit la patrouille de france qui survole l’A54 en aller retour permanent, et avec les célèbres fumées des réacteurs bleu blanc rouge, le spectacle est sympa.   

    Pause à Lançon de Provence pour casser la graine, 30 minutes, que l’aprèm midi soit ainsi libre des pauses réglementaires. 

    Bon finalement j’en valide une bonne chez mon 1er Vitrolles chez les Corses, avec mes palettes de Jarcieu de ce matin. Ils ne savent pas où va ce jus de fruit de Londres. ça a meublé pas loin d’une heure pour 6 pal. Mais c’est assez à la coole quand même. Les seules consignes affichées en gros sur le quai, est qu’il faut poser obligatoirement un cadenas sur toutes les semi décrochées. 

    Il est déjà 15h15 quand je vais au 2éme, aux Estroublans, chez Geodis Gaz et Oil. 1 pal, ça va assez vite, et pas besoin de la grue comme la dernière fois, c’est plus pratique. 

    De là je dois filer à la zone de fret de l’aéroport de Marignane, je connais, ça gagne du temps. Il est un peu avant 616h, ils vont me vider. Ouf, même si ça prend du temps, c’est pour ici la fameuse caisse de 7m.

    Tant que j’y suis, j’aimerais bien enquiller le dernier, un autre Marignane, ce soir. Lucas a demandé, c’est 16h30, mais ils peuvent un peu attendre, il me donne un contact.

    16h30, c’est l’heure où je quitte la zone fret seulement..Et j’ai bien 15 minutes de route, faut traverser tout Marignane. J’appelle, le type n’est guère emballé. “ c’est trop tard monsieur, et puis 17 palettes!!”. Je ne me montre pas trop insistant, demande juste avec un air résigné si je peux passer la nuit dans les alentours.   “Euh… bon attendez, je regarde si il me reste du monde sur le quai”. C’est bon, c’est ok. “ vous venez hein, parce qu'on vous attend jusque 17h hein!”

    La traversée de Marignane est interminable , les minutes stagnent. J’arrive enfin dans la zone à Vectorys et chez mon transitaire qui est derrière à 16h50. On vide à quai, heureusement, vu l’averse de trombes d’eau qui se met à tomber. 

    Finalement, ce n’est pas un monde de vider à cette heure là, j’ai plutôt eu le sourire de leur part. Impec, la semi est vide. Maxime ne tarde pas en m’envoyer la suite, pour demain, sur Vitrolles, ou même Rognac plutôt. ça ne roule pas encore dans l’autre sens, et pour retrouver la 113. Je repère mon client qui est au bord, et vais me poser à 2 bornes de là, au San Carlo. Enfin on va valider cette 2éme 11.

     

  • Photos
  • Oh Marseille!
    la GB c'est moins compliqué...
    dans le grand nord ça va plus vite
    mon adjudant chef gerbeur préféré
  • Vendredi 6 Mars 2020
  •  

    11 bien validée en effet, puisque je suis l’avant dernier à quitter le parking à 8h05, direction Vitrolles, mais à la limite de Rognac, à 2 km donc d’ici. Et donc dans cette direction il y a le bouchon du matin, je mets pas loin de 10 15 minutes pour faire ces 2kms. 

    J’avais repéré le client hier soir en arrivant, petite cour en contre bas de la RN113 où ce n’est guère engageant. Je vais voir à pied avant. On voit que ça embauche seulement, comme m’avait dit le patron du site que j’ai eu au tel hier soir pour m'annoncer.  Il aurait pu juste me dire aussi que c’était pas prêt, un type prépare seulement mon chargement, et il y en a pour 2h au moins. C’est du matos de je sais pas quoi, un genre de coffrage, des trucs sans queue ni tête quoi. J’ai bien fait de rester dans la rue, je textote Maxime qui appelle et me redit. Au bout de 30 minutes il me demande si ça bouge.  Ben je sais pas je suis toujours en haut. Je retourne et tombe sur le boss qui m’avait dit 8h15 hier soir. Il fait l'étonné qu’on est pas trop content.  “Et ben rentrer, on va charger au fur et à mesure..”. Je rentre, c’est pas trop évident au niveau place, c’est calculé assez juste. 

    ça attaque encore bien 40 minutes que j‘ai ouvert mon côté. Le cariste est quand même bien sympa, on a étudié comment ranger les énormes plaques et poteaux. Mais bon ça va pas vite. Maxime relance. Il me dit que si dans 45 minutes c’est pas fini, je repars. Mais ça fait pas aller plus vite que la musique. Ma foi, le cariste reçoit un coup de fil de l'affréteur et me le passe, et me confirme que je peux me barrer. ça me gêne toujours un peu , mais ma foi c'est comme ça on peut pas toujours être gentil dans le boulot. Faut se montrer sûr de soi de temps en temps, merde. Bon le temps de sangler comme il faut et refermer, il est vite 11h30. Ici, ils n’ont pas l’air embêtés, ce ne doit pas être eux qui payent le transport. En fait j’ai appris quelque chose, c’est du matériel de “blindage de tranchée”.

    C’est pas fini, je ne peux pas sortir comme ça, un itaslovaquobubu s’est emmanché à l’entrée de la cour, c’est malin, c’es sûr que c’est compliqué de reculer sur la N113 sans parler de la largeur et du dévers de l’accès.  Faut encore faire des manoeuvres de sardines dans la cour pour arriver à se croiser. J'en ai un peu marre. Comment être heureux ou espérer de retourner vite en UK..

    Direction Grigny pour vider ce super voyage. C’est 17h maxi, on est encore large. 

    Je casse quand même une graine au niveau de Livron, il est déjà bientôt 14h.

    J’arrive chez mon client à Grigny à 15h20. Même genre de boutique, de cour, d’accès, sauf en moins pourri. Et surtout plus efficace. En moins de 45 minutes tout est dessanglé, vidé, remballé, balayé, signé...Et sympa ici, de toute façon ils m’auraient attendu ce soir au pire, ils avaient besoin de la camelote.   

    Je peux remonter direct à Jarcieu. Au moins quand on est vide tard, pas de ramasse, c’est l’avantage!

    Je suis là haut un peu avant 17h, et j’ai vite un quai malgré le peuple présent. Et toute ma marchandise est là. Un bon petit métrage que m'a concocté Jean No. Rien de compliqué quand même, juste à gerber un peu de groupage, dont des longueurs, donc pas le choix que d’achever en extérieur. Ce vendredi c’est Adjudant Jefe Fournet qui s’y colle pour me donner un précieux coup de main pour faire rentrer 20m dans 13. Cool, on se marre un petit peu quand même.

    Bon après tout ça, il est bien 18h30, c’est mort pour rentrer, à cause de l’amplitude, mais ça je m’en suis douté dès ce matin 8h15. Si les autres m’avaient dit de ne venir ne serait ce qu’à 10h ce matin ça passait. Enfin y aurait eu une autre embrouille à la place. Bref, si, si, si, si ma tante en avait on l'appellerait mon oncle..

    Du coup je me paye quand même un coup de rouleau, et surtout pour le plaisir de griller la place à Emeric qui se place derrière. Il en a besoin, il a fait les pays de l’est cette fin de semaine, 25, 68, 67. Le veinard. 

    Je me sauve à 19h passé, Lyon passe bien, c’est l’avantage quand on a trainé aussi. Faut juste que je fasse un arrêt habituel à la Access de Bron. 

    Après c’est 85 pour finir un peu les heures. Ce sera à Gevrey Chambertin sur mon parking tranquille. Il est 22h40.

     

  • Photos
  • parking de chef
    bientôt le concours
    c'est les présélections
  • Samedi 7 Mars 2020
  • Il fait jour avant 7h, c’est beau temps, c’est cool, ça sent le printemps proche.

    Petit dej des mes derniers crumpets. Je suis pas sympa, j’en ramène pas à la maison. De toute façon ça périme toujours vite ces trucs en pâte à crêpes. 

    Je démarre à 7h40, et c’est parti et avec quelques km/h de plus que la veille. 

    je tombe sur une redif d’une émission d’Inter de la semaine dernière avec Pascale Clark qui était invitée. ça fait drôle de réentendre sa voix particulière. Qu’on n’aimait ou pas la personne ou ses opinions, elle a toujours fait de la radio de qualité. Ils ont repassé ces célèbres passages d’antenne avec Pat’Co, c’était drôle. Bref, je suis vite à mon parking à Châtenois, 1h50 plus tard. Je ne traîne pas à reprendre la Volvo, mais je fais quand même un saut à la boulangerie du bled, faut je me paye un pâté. Un autochtone qui se reconnaitra persiste à me dire que ce n’est pas le vrai pâté lorrain, puisqu’il a la de la Migaine. C’est donc un pâté lorrain de Châtenois. Après dégustation, je ne saisi pas bien la différence avec les pâtés habituels hauts vosgiens. Bref, vaste débat entre beau frères et qui ne gâche pas le week end! 

      

  • Photos
  • A26 liner
    ADR liner
    old wagon liner
    do not stack liner
    truckstop liner
  • Lundi 9 Mars 2020
  •  

    Fini les cadences infernales, départ qu’à 4h20 encore. Quoiqu’un peu plus tôt que la semaine passée quand même, pour éviter toute chute de moyenne possible jusque Reims.

    Je perds un peu de temps ce matin, je peux, en sortant à St Quentin sud, pour aller au gazole à la Leclerc, y avait longtemps. Le gazole est à 1.319. On dirait la chute finale. Enfin, ce n’est pas bon signe une telle baisse paraît il. Bruno Lemaire l’affirme ce matin. 

    Je retourne sur l’autoroute pour m’offrir ma pause habituelle sur le plateau avec 4h25. Pas trop dormi, il y a les hommes en jaune de la SANEF qui ont attaqué à couper des branches avant de les transformer en copeaux via un bruyant broyeur. 

     55 minutes plus tard et le thermos à moitié vide, je file sur Calais, où le beau temps semble être de la partie. Mais la crise aussi, il n’y a vraiment pas grand monde au pitstop, je peux passer au guichet après l’enregistrement pour déclarer mon adr sans trop se faire griller de places. 

    J’embarque quasi aussi sec après , à 12h30. Ce qui fait déposer roues à terre de l’autre côté à 12h10 local. 

    Il fait encore beau sur le début du Kent, et plus loin gris mais sec. Des conditions pour braver le M25 sur ouest sans difficultées, tout en croquant dans le lorrain, le vrai, de Cornimont. J’arrive chez le transporteur allemand de Slough à 14h, il n’y a pas un chat du côté de l’entrée, ça tombe bien car c’est là que je dois vider, à cause que ce sera par côté vu les longueurs chargées par mon camarade du 07. Ils s’y mettent à 3, ça ne traîne guère, en ayant même remis au sol ce qui doit l’être. 

    J’ai 8h10 à peine, je ne vais quand même pas couper en face. Je dois ensuite monter par le A1(M) demain, j’ai juste assez pour me rendre au tout début de cet axe, au truckstop de South Mimms, en bord de M25 qui était encore au vert. 8h54 de volant, et à peine 12h d’amplitude, la 11 va être bonne.

     

  • Photos
  • Milton Keynes
    JCB Trucking
    le clocher qui se tors
    c'est sans fin la bagnole
    même les toupystes vont chez Stobart
  • Mardi 10 Mars 2020
  •  

    Ce n’est plus vraiment un truck stop, puisqu’il n’y a plus de resto, reste juste la station et sa boutique et les douches. Mais de vastes douches et propres. Il faut aller au service qui jouxte pour utiliser le voucher, dans un des fast food ou resto de chaîne. je trouve un breakfast, je ferai avec ça.

    je démarre tranquille à 7h15, avec RAS sur les bâches, c’est cool. 

    Petit bout de A1(M) et sortie à Knebworth, bled connu pour ses festivals. Je vais de l’autre côté, à Stevenage, dans un truc de l’armée pour livrer les fûts de carburant pour hélicoptère je crois. Il attaque à 8h avec du mal, je valide déjà 45. 

    La suite à Milton Keynes, c’est pas loin mais chiant à y aller, faut retrouver le M1 à travers via Luton. 1h15 pour faire 50 bornes. 

    La traversée de cette ville nouvelle qu’est Milton Keynes, très étendue, mais bien quadrillée de 2x2 voies, est assez longue, le déchargement lui est assez court, je ne me mets même pas à quai pour décharger la minuscule palette qui ne fait que 30kgs, je l’amène moi même à la main. 5 minutes tout est plié. 

    Maintenant retour au vrai, à l’authentique, puisque la suite est à Stafford. un but de A5 puis M1 à Northampton. M6, et pas toll, vu l’heure, rien ne justifie de payer 12£.

    J’arrive là bas vers midi. C’est la fête, on peut vider à quai, le réceptionnaire parait tout de suite plus détendu, lui d’habitude si déprimé. Et il cause même, parlant du corona. Lui c’est le reste de l’année qu’on croirait qu’il l’a.

    Je ne valide même pas 15 minutes et file chez le binôme, à Stone, à 10 minutes d’ici.

    20 minutes pour vider, j’achève 45 dans la rue, histoire de me boire une soupe maison.

    Rechargement reçu de Julie à Chesterfield. 

    C’est parti à travers via Uttoxeter Derby pour arriver à la ville au clocher tors 1h30 plus tard. 

    C’est au client des moteurs et boîtes hs, j’ai déjà fait. Assez sympa, il y a le café avant de commencer. C’est en containers assez bancales, faut mettre une sangle de temps en temps. Y a de toutes les marques, notamment du PSA. C’est bien fait quand même, avant on montait ces pièces neuves. L’usine d'assemblage a entre temps fermé, et maintenant on redescend les pièces usées ou en panne. 

    J’ai une bonne moitié dans la semi, on va retraverser qu’avec ça. J’ai un stop douane en route, mais ça sera pour demain, il me manquerait bien 15 minutes pour y arriver ce soir. D’autant plus que là à 16h30, il n’y a déjà plus de place disponible sur la plateforme de réservation de place à Ashford. 

    Pas grave, à la place, je ne tire pas les heures, mais vais à Rugby à la maison Stobart et ce sera tout aussi bien. Il est 18h ici, il reste encore de la place.  

     

  • Photos
  • Darford Morning
    Stop24 Folkestone avec un autochtone
    Bernard&Bernard&Bernard
    les hommes en jaune au bois
    l'A26 cuvettes
  • Mercredi 11 Mars 2020
  •  

    Douche ici avant de partir, les bons plans sont si rares dans ce pays qu’ils faut en profiter jusqu’au bout quand on y est. Un café et je quitte cette bonne maison Stobart à 3h55 local pour vite se retrouver mécanique chaude sur le M1 après quelques tours de roues sur la A5 où du monde squatte les nombreux lay-by. Ils sont courageux de dormir là les types.

    A cet horaire on est vite sur le M25, et aussi de l’autre côté sur le M20.

    Il est affiché fermé de la junction 8 à 9, je croyais à une fin de fermeture nocturne coutumière, mais non, à 6h30 local ce n‘est pas normal, il s’agit d’un “serious accident” comme affiché. Il faut donc prendre la A20 à Maidstone est  jusque Ashford. Ma foi on paume peut être 15 minutes, c’est pas trop grave, par rapport à l’accident que l‘on peut en effet apercevoir au loin en longeant le motorway.

    J’arrive au service Stop24 à Folkestone à 7h15, je dois y faire un passage chez un transitaire pour mon chargement à destination de la Tunisie. ça dure 20 bonnes minutes.

    Je file ensuite au proche Shuttle où c’est du vert d’après l’application qui se vérifie dans les faits à l’enregistrement.

    1h45 plus tard, je suis de l’autre côté, c’est pas mal, et pas plus mal même, car entre temps Maxime m’a envoyé une ramasse sur le 62 Hénin Beaumont.

    1h35 plus tard j’arrive par l’A21 à une base d'électroménager au pied des terrils. Pas mal de camions autochtones, mais j’ai vite un quai, et du temps du midi. Peu de temps pour charger 11 pal, auquel je ne peux pas assister, corona oblige. Ma foi on marque sur cmr.

    Je file de là à 13h, je n’ai pas validé 45, pas grave, je les boucle à l’aire de la Vacquerie sur l’A26.  C’est marrant, y a les mêmes hommes en jaune que lundi qui font de l’élagage sur l’aire, qui doit être celle juste en face de mon habituelle du lundi matin. ça fait toujours du boucan, c’est moins gênant quand on mange que quand on dort.

    Je fonce par full A26, rouler au plus loin tout en validant 11 ce soir, tel est l’objectif. L’A5 et un poids de 10t à peine se prêtent bien à une optimisation. Je me pose à 17h50 au péage de la sortie Semoutiers. Impec. 

     

  • Photos
  • Chic et Dachser
    A47
    le virus n'a pas atteint le vrai style
    on croit gagner du temps avec Philippe
    Et Manu tu descends?
  • Jeudi 12 Mars 2020
  •  

    ça va, ça n’a encore pas trop ronflé de la béquille ici cette nuit, j’ai vu pire.

    Je déjeune vite fait, il me reste des moricettes. Faut juste que je n’aille pas tout droit sur Mulhouse via la 19 à Langres. 

    Il pleuvotte un peu, mais ça s’arrange une fois en plaine de bourgogne, c’est agréable. J’aime toujours bien la redescente. Je fais un stop de 15 à la Total de Tournus pour du gazole puis continue par la natio jusque Macon chez les truckers pour une douche, café baguette. Ce n’est pas encore refait ici, alors qu’il paraît qu’à Roye ça l’a été récemment.

    Je file d’abord avec mon électro ménager à SQF, ça vide sans difficulté chez la maison Alainé. Je remonte dans le proche 01 à Beynost chez Dachser pour vider les moteurs et bv qui iront en Tunisie. C’est assez long, j’ai le temps de passer un coup de chiffon sur le plancher entre les conteneurs qui ont dégouliner d’huile moteur. 

    Il fait beau, c’est quasi un temps de printemps, si ça pouvait aider à faire passer plus vite le virus qui devient anxiogène à voir de plus en plus de gens porter le masque. 

    Je fie plus haut à St Vulbas pour charger une ramasse pour le 34 chez Dimotrans. Toujours la même impression qu’on nous calcule pas à notre arrivée, mais finalement ça ne traine pas à charger 9 pal de matériel de plein air, des glaciaires, des barbec… Si ça peut permettre de ne plus penser au virus. Je casse une graine vite fait avant de repartir compléter sur le 42 Montbrison. Y a un bout de chemin, je passe Lyon via périf, et A47, j’ai croisé Tophe en chemin. J’arrive à l’usine de peinture vers 15h. Y a des gros panneaux d'instructions pour tout ce qui concerne l'import ou l'export vers l’Italie, le masque, l’accès interdit aux quais… Il y a justement un camion italien qui vient sans doute de vider, un beau T aux couleurs R420, bien joli. 

    Je charge 3 lots pour le Maghreb à poser chez un transporteur à Pusignan. Je suis quasi complet, je ne vais pas à Pusignan, je peux rentrer direct à Jarcieu. 

    Sainté passe pas trop mal mais faut quand même pas loin de 1h50 de route. Je recroise Tophe, en solo cette fois. Coup de bigo. Il se tape un peu la cloche au niveau voyage la semaine prochaine, avec un paquet de frontières à passer. Mais avec la joyeuse actu, ça risque d’être de la frontière, de la vraie, quelque soit les pays à passer. 

    Je suis à quai à 18h. La marchandise pour le  Maghreb via  Pusignan est destinée à Mr Philippe Moriaud. Donc ça prend un certain temps à transvaser car il a quelque chose à raconter entre chaque palettes, et il y en a 22.  Aurélien a failli attendre les palettes du 34 devant.

    Sinon moi je suis bien gâté, car la tournée concoctée par Jean No est déjà toute réunie sur le quai ce soir.

    Philippe Giraud me file un coup de main. Je pose 3 4 sangles, ferme les portes, tourne les plaques et reste à quai avec mes 8h55 de volant.

    Je vais manger une bricole restante de mon frigo et une boîte  tout seul à la cuisine. Enfin non, pas tout à fait seul, il y a Macron à la tv qui nous explique comment bien se laver les mains. En fait ça doit être chiant son job y a des jours.

  • Photos
  • la Bourgogne c'est encore mieux le vendredi
    elsass breakfast
    le corona-vabis a franchi les Alpes
  • Vendredi 13 Mars 2020
  •  

    Là pour une fois un vendredi y a pas trop de stress avec l’amplitude. Je démarre à 4h40, après la douche et un café de la Senséo de la cuisine. Pas de lavage, j’ai pas envie. Déjà les mains, c’est le plus important. Et ça ferait rentrer moins tôt!

    Lyon périf, au vert, encore heureux, et calage à 84 85 pour la suite. Il va faire grand beau, je regrette de ne pas avoir lavé en fait.

    Arrêt avant 4h30 de conduite à Montigny, pour achever les moricettes, hopla, l’orange, et un café. 

    1h plus tard je me gare chez Jacky land où c’est bien vide, même plus calme que le samedi matin.

    Je ne vais pas rentrer tard. Pas de bistrot ni de cinoche ce week end, alors. Comme tous les autres quoi. Mais je trouverai peut être quelques heures pour enfin préparer le F12 au contrôle technique, ça commençait à me stresser. Mais si ça se trouve les rares compet prévues vont être annulées aussi.  

    Le week end ça ne s’annule pas, c’est l’essentiel.

    Avant toute chose, je dois m’empresser de boucler et publier ce cdb, j’ai un Pierre70 à narguer moi!

  • Photos
  • -10 cts
    les masques arrivent
    on est mieux là que sous la mer
    A20, in the garden of England
    Stobart Truckstop
  • Lundi 16 Mars 2020
  •  

    Après 63h et quelques, ce n’est pas trop tôt de s’y remettre à 2h ce matin. ça a failli être encore plus tard, après un tour des pneus avant de partir, j’en ai sauvé un d’une bonne pointe, ça fuyait pas ,ouf. Déjà que j’avais le témoins de batterie qui zozotait sur la Volvo en venant, mais le comte tour tourne bien, et elle redémarre bien.

    Enfin, en ces moments qui s’annoncent incertains, on va devoir réapprendre à ne plus être à un emmerde ou une heure près, et ce sera bien le minimum. Les trous dans le travail, ça rappellera un peu les années 90.

    Un peu de gazole à Pagny, il a bien perdu 10cts en une semaine.

    Pour le moment il y a toujours  peu de monde sur la 4, du camion lorrain habituel, Aubry, Secoué, mauvais garçon... 

    Je pousse jusque l’aire du plateau en 4h15, petite sieste et bon petit dej, comme d’hab quoi, j’ai toujours mon thermos, et d’autant plus que j’éviterai le gasthaus du ferry, c’est préférable je pense. 

    J’arrive vers 9h au port, il y a encore pas mal de monde, c’est mort comme d’hab pour le ferry qui va partir, et j’ai même eu une frayeur de louper le 10h50, il y avait quelques autres ADR devant dans les files à l’enregistrement. 

    Aujourd’hui j’ai 4 étiquettes danger à mettre.  

    Je monte en 1er à 10h et quelques et passe la majeure partie de la traversée sur le pont. C’est pas que je commence à stresser mais c’est mieux d’être à l’air libre au maximum. 

    Surtout quand on entend qu’en GB aucune mesure n’est prise, Johnson veut laisser se propager le virus sur 80% de la population afin qu’ils développent leur propre immunité. 

    Il fait beau, c’est déjà ça, et ça débarque à Dover à 12h40 local. Pas de contrôle particulier, tout roule comme d’habitude. lls nous surprendront toujours les anglais, j’ai souvenir il y a une vingtaine d’années où il y avait une grippe aviaire ou du mouton qu’ils nous faisaient rouler dans un bac de désinfection alors que la maladie venait de chez eux..

    Je ne fais pas un grand bout, sort de l’autre côté de Ashford pour choper la A20. Mon 1er client est à mi chemin avant Maidstone, dans un dépôt de matos de plomberie dans une vieille usine, juste au bord de cette nationale. Je livre des chasses d’eau. C’est du fret aussi stratégique que la bouffe ou le médoc. Ils ont peut être mal compris, ils croient que c’est le virus de la gastro qui va arriver. ça vide assez vite, je recule 2 pal de fûts aux portes pour soulager un peu le devant et repars aussi sec, impossible de couper ici, comme partout le long de cette route. Pas grave, j’ai encore largement de quoi rouler. 

    Arrêt au Dartford mais pas besoin du convoy pour passer le tunnel, quelques minutes de grapillées. 

    J’avais en tête de monter au suivant, Elland, via la A1(M), et hésitais sur quel service où couper, ou du moins où se faire couper la bâche, Stansted, Cambridge ou Peterborough, que je percute qu’il n’y a que 10 miles de plus par le M1 et le bon truckstop de Rugby où je devrais pouvoir arriver.

    Le M25 passe tout au vert, les cuvettes du M1 aussi, et ses zones de travaux limitées à 60mph aident à une bonne moyenne.

    Je me pose chez Mr Eddie à 16h local avec 9h52. Il y a pire comme confinement. 

     

  • Photos
  • Elland toujours rapide
    je ferais bien une offre
    baker industry
    petit crochet en North Wales
    West Bromwich
  • Mardi 17 Mars 2020
  •  

    Ici ça s’est rempli comme d’hab. Mais à 3h30 du matin, y a pas foule à la douche. Ici c’est bien propre, bien aéré. Un café et biscuits aux pommes, et décollage à 4h20, go the north. 

    Le message du chef ce matin est clair, on n’est nullement obligé de continuer à travailler pour la suite. On a le choix, et on nous le dit. Sans parler des encouragements et du rappel des précautions à prendre si on bosse dans notte message. On se sent soutenu.

    Finalement en montant par le M1, on évite un morceau du M62 et ça passe tout au vert pour arriver à Elland. Ce n’est pas encore ouvert, mais il n’y a pas de queues aux entrées du Morrisons. 

    A mon bon client aussi il n’y a pas foule, je rentre aussitôt et vide aussi sec.

    J’en repars avant 8h, direction Manchester pour la suite. D’habitude des temps de conduite sont bien allongés pour passer Manchester, mais là, 9 10 minutes supplémentaires à peine annoncées. 

    Je fais quand même 30 minutes au service juste avant, pour manger une bricole, et peux enquiller les 3 derniers clients.

    D’abord Leigh, sur la A580. Il a fallu que j’arrive dans la cour du client pour que je me souvienne l’avoir déjà fait. Je n‘ai plus ma mémoire d’éléphant. Enfin fait ce client qu'une fois, et au tout début, du temps de Régis quoi. 10 minutes plus tard, les dents de marteaux piqueurs sont vidées et direction le suivant avec la même marchandise, à Middlewich, au sud de Manchester. Déjà fait quelques fois, je me souviens par contre. Il y a un garage Volvo à côté, avec un beau lot de FH3 460 en 6x2 sans doute d’occas. J’irais bien demander combien ça se vend, mais faudrait déjà savoir ne pas quoi faire de son argent, et j’ai déjà un F12 qui sert à rien dans ma mini cour.

    Je peux filer au dernier au sud de Liverpool, enfin en face, à Bromborough. Usine d’alimentaire, rdv à 13h, j’y arrive presque 2h avant, j’ai un quai de suite, mais il faut attendre en cabine pour vider, j’ai le temps de casser une graine. 

    Je repars une heure avant le rdv, impec, et Lucas m’a envoyé la 1ére ramasse. West Bromwich, à l’ouest de Birmingham. Y a un peu de rouge sur le M6, de là, je vais passer par le nord pays de Galles, Wrexham, Oswestry et Shrewsbury. Y a 10 miles de plus, c’est beaucoup de la natio, mais ça roule très bien et c’est joli.

    2 bonnes heures plus tard je suis dans la cour à Gondrand UK pour prendre quelques pal de groupage, ça traine pas, ils sont sympas ici. La suite demain à Dordon au nord est. Je vais au plus simple, je monte au truckstop de Cannock, sur la A5. Il n’est pas 16h, validage de 11h assuré. 

     

  • Photos
  • ça bouge enfin ici
    Leicester logistics
    Milton Keynes
    ça dit plus que le tunnel non?
    Je tilt que c'est Fabien!
  • Mercredi 18 Mars 2020
  •  

    Le message du matin arrivé de Jarcieu est sur la même thématique que la veille, on fait notre libre arbitre pour la suite des événements. 

    C’est pas forcément le discours de tout employeur non plus. J’entends parler d’une usine de la vallée, où la méthode old school, disons d’un autre temps, prévaut. Produire produire produire, et sans protection, de ce qu’entend ma chérie par d’anciennes collègues.…Résultat, c’est la gendarmerie qui est intervenue pour faire évacuer l’usine.

    Ici à Cannock, c’est correct les douches, vastes, aérées. Je me prends quand même un café et déjeune au camion. Je retourne sur la A5 est à 6h30. ça bouchonne pas trop, enfin il est tôt. 

    Je mets 45 minutes pour arriver au business park où ce n’est que dépôt de pièces autos de diverses marques.

    Je vais charger au fond, chez un généraliste, je connais. Des mesures commencent à être prises ici, il y a un pupitre devant le dépôt où les chauffeurs n’ont plus le droit de rentrer. On y pose les clés, sa CMR, et on reprend ensuite le tout avec les bl, pas de contact. Je charge des palettes de pièces autos usagées.  

    La suite n’est pas bien loin, à Syston, au nord de Leicester, enfin 1h quand même. 

    je charge 3 pal pour l’Ardèche, des trucs qu’on fait régulièrement encore.

    Pour achever, un bon métrage m’attend à Milton Keynes. Moins d’une heure trente pour descendre. ça roule encore, mais il est affiché que les déplacements touristiques sont limités, qu’il faut se renseigner. Il n’y avait pas de raison qu’ils ne suivent pas ici, Boris Johnson ou pas, on a dû lui dire que c’était inconscient de ne rien faire.

    Je charge 17 pal de friandise, ce ne doit pas être la priorité à transporter actuellement, mais on ne va pas rentrer à moitié vide non plus.

    Je redescends par la A5 encore, jusqu’au nord de Dunstable pour rechoper la M1.

    Le M25 passe à la régule, je fais un stop casse croûte salade dégottée au M&S Simply Food de Thurrock.

    Une heure plus tard, encore arrêt au Stop 24 à Folkestone pour la douane des pièces autos, 20 minutes. 

    ça monte encore, on croise du français en pagaille, de toutes boîtes. 

    C’est bête, il n’y a pas foule au train, mais là j’ai pas envie, de me confiner ne serait ce que 35 minutes sans parler des navettes bus qui sont déjà de désagréables moments en temps normal. Ferry, et puis c’est tout, c’est ma barrière à moi. Et si ça se trouve ma chérie m’interdirait l’entrée à la maison si je prendrais le train!

    Il fait beau sur Dover avant 16h, pas trop de file, je vais où il y en a le moins, à la P&O.

    Bon je n’ai que celui de 17h45. Pas grave, c’est le prix à payer pour 1h30 d’air pur.

    ça part à l’heure. Et pis zut je file quand même au gasthaus, j’ai envie de bouffer un fish and chips. ça va, la majorité des types se frottent les mains avec le gel hydroalcoolique dispo avant de taper dans les couverts et plateaux. Et c’est dans la salle Foodcourt, assez vaste, on n’est pas l’un sur l’autre. 

    Au salon du bar, j’entends parler français, 2 accoudés au zinc se descendent des bières, des chauffeurs. Ils doivent se croire entre Kiel et Oslo. Ah ben faut pas déconner, ils vont retrouver la zone occupée privée de ses lieux de convivialité.

    Débarquement à 22h25, j’aperçois Fabien en ligne qui va certainement remonter dans ce même ferry, après une bonne aprèm de files dans le calaisis.

    Je taille sur l’A26 achever l’amplitude. Y a pas foule quand même, et quasiment pas de bagnole. Mais c’est quand même juste pour trouver une place au péage de St Quentin nord à 22h30, après un demi tour derrière la tirelire.

     

  • Photos
  • Steff La Bresse
    le monde perdu
    Egetra
    St Priest 17h40
  • Jeudi 19 Mars 2020
  •  

    Je frotte les dents à la jerrican avant de partir à 7h30, ça fera déjà une partie de nettoyée, des fois que ce soit galère à trouver un bain en chemin. 

    Je ressors déjà à St Quentin sud pour filer au gazole et adblue à la Leclerc. 1,217€/l, ça n’en finit pas de dévisser à la pompe.

    Encore arrêt aux monts de Nizy pour une tentative de douche, c’est ouvert, mais y a quelqu’un devant, j’abandonne. Je retenterai plus loin. Y a un Steff(88), ex compère Gefco garé,mais je ne connais pas le chauffeur.

    J’enquille la nationale à Reims. C’est assez calme dans la secteur.

    Mais toujours beaucoup de camions quand même. Chez Serge à Perthes, c’est bouclé.

    Seconde tentative à Langres perrogney, en même temps, j’ai plus de 4h de volant.

    Bon là la douche est occupée, mais personne d’autre devant. Mais j’attends bien 20 minutes, c’est énervant les types qui se pressent pas. Encore plus quand on voit qu’il y a 2 douches mais que une seule est en service, alors que la station est flambant neuve. Je mets 10 minutes pas plus, en rendant la clé, la caissière me dit que j’ai été vite..Ben oui, faut que je casse une graine aussi, en 10 minutes également..

    Je repars de là à 12h50, route vers ma 1ère livraison lyonnaise, chez Dachser à Montluel, avant 16h. Ils peuvent vider par le côté, heureusement. J’y suis à 15h55. ça vide en peu de temps, et avec le sourire sous le masque. On est quand même mieux de vider ça ici qu’à la rue des Charbonniers à Vénissieux..

    La suite est aussi cool, c’est chez Egetra à St Bonnet de Mure. C'est avant 18h, je suis large. Et faut dire que par St Ex, ça roule plutôt bien, le secteur est calme.

    A quai à 17h chez le transporteur batave, je valide 30 minutes pour vider les friandises de Milton Keynes. Ici, ils sont déjà en personnel réduit, les 2 gars du bureau, qui font quai en même temps. J’ai déjà chargé au début ici des lots ou groupage pour la GB, ils sont bien sympas.

    Lucas me dit de rentrer à Jarcieu, on va recoller une bricole pour achever les livraisons sur 26 et 07 demain. De là, c’est plus simple de retrouver l’A46, d’autant plus que ça roule bien, la D1006 est déserte à St Priest, et ça roule bien sur la rocade. Et les zones indus vides, voire mortes, ça fait bizarre, sur autoroute, on se rend pas bien compte de tout ça. 

     Il y avait un contrôle de police sur des voitures sous l'échangeur avec l’A46. On a l’impression de vivre une drôle d’époque même si il est indispensable de respecter ces règles. Avec ce beau temps, y a des plombs qui vont péter. 

    Je mets 1h pile pour rentrer à Jarcieu, du jamais vu, comme le rond point vide de Chanas.

    Par contre dans la cour à Jarcieu, ça bat son plein, comme sur le quai qui déborde presque de lots. Ma foi on n’y comprend rien. 

    Je porte pour la 1ére fois depuis le début de la crise, le masque et les gants latex, d’autant plus que c’est Arthur et Yvan qui veillent au bon respect des règles. 

    Yvan me file un coup de main pour rebouger un peu mes palettes et prendre 8 IBC pour Marges. 

    Ensuite, on se détend un peu, Yvan qui reste là ce soir, va chercher des pizzas à Jarcieu. Y a son copain jurassien Alexandre de chez Chimirec avec son tradi. On passe une bonne soirée, d’autant plus que José le catalan a rappliqué. ça fait un peu de chaleur sur la terrasse. On a tombé les masques, pour manger la pizza, pas trop le choix. 

     

  • Photos
  • José et les gestes qui peuvent sauver
    ça ne chôme pas dans l'alimentaire
    07 lover
    ça prend 1 minute
    Yvan et Christophe adoptent les gestes qui peuvent sauver
  • Vendredi 20 Mars 2020
  •  

    Le lot que j’ai récupéré pour Marges a rdv 10h. Donc presque grasse mat. J’ai large le temps de trainer à la douche et non moins sur la piste de lavage. Je fignole presque, c’est dire. Je discute un peu avec André de la situation en Allemagne, sa maman est des coins de la frontière polonaise où les files de pl PL qui rentrent au pays n’en finissent pas de s’allonger. En fait les autorités polonaises testent chaque chauffeur et ça prend du temps pour avoir le résultat. 

    Je démarre le plus tard possible, 8h30 c’est le bon compromis tout en arrivant un peu en avance au rdv. 

    Beaurepaire, Hauterives, c’est joli, encore plus paisible que d’habitude dans ce joli coin de la Drôme.

    J’arrive à 9h15 à l’usine de jus de fruits, je rentre facile mais me gare plus difficilement, c’est archi blindé de camions. On viendra me chercher au camion. Il y a Lionel garé à l’autre extrémité. 

    Je demande au gardien si on peut quand même se déplacer sur le parking. Pas de souci. Lionel vient vider la même marchandise, du brenntag, mais en complet. ça va on a une pile de palettes qui sert de gabarit pour garder la bonne distance de 1m20 pour papoter, on a le temps. Vers 10h30, avec l’accord du gardien, on peut aller voir à la réception, ils sont débordés, ne savent pas nous dire quand on passera. 

    En observant les autres conducteurs, qui viennent charger pour la plupart, on remarque que tout le monde joue le jeu des gestes à adopter, distance, masque, gel... c’est prit au sérieux cette situation, il le faut.

    ça bouge vers midi, ils font de la place pour stocker nos IBC dehors. Lionel me laisse passer devant, c’est sympa. Du coup je sors mon transpal et suis enfin vide à midi trente passé. Il serait temps, j’ai encore les 2 lots UK contre tablier à vider. 

    Mon beau frère m’appelle, il revient d’Allemagne. là bas, c’était encore light au niveau restrictions, tout ouvert. Il a trouvé joli la Bavière. Il peut. Je suis content que ça lui ai plût.

    Je descends par Romans, où la rocade est déserte hormis un contrôle de gendarmerie vers le barrage, mais pour les voitures. On en est presque mal à l’aise de disposer de notre libertée de mouvement. Mais c’est notre métier, et à priori il y a encore des demandes de transport, d’autant qu’une bonne partie de la flotte disponible est rentrée à domicile. Comme si on revenait à un monde normal. On fait nos transports chez nous, et qui plus est, du transport sans doute un peu plus justifié. Ben oui l’industrie automobile qui raffole de ce moyen - j’en ai vécu et profité dans le passé - est à l’arrêt.  

    Et donc la rocade et le péage de Valence sud a des allure aussi de monde perdu, je suis vite de l’autre côté chez les Ardéchois du Pouzin. Pas embêté pour croiser dans les hameaux avant St Julien en St Alban. Je vide les palettes de Leicester en peu de temps. La dame me souhaite bon courage,  je lui rend bien ce souhait. En période de crise, il n’y a pas que des gens excédés derrière leur caddie, c’est rassurant. 

    Plus que Portes les Valence, mais je casse une graine avant le Pouzin sur un lay-by avec pour seul dérangement le bruit du ruisseau.

    J’arrive chez Gondrand pour vider le petit groupage de West Bromwich, grand calme aussi ici. Je dois attendre à l’extérieur. ça va vite, 30 minutes, lavages des mains inclus. J’avais déjà un peu cette habitude, mais là plus que jamais je sors la jerrican à chaque client. ça prend une minute.

    Stéphane m’a mis de côté une ramasse, enfin carrément un complet à prendre à Malissard. C’est juste à côté de chez Fustier. Cour blindée de fûts et emballages de fruit, mais juste la place pour la mise à quai. Là encore j’attends dehors le temps qu’on me charge un complet de boissons. 

    Je peux remonter ça à Jarcieu, vu qu’un groupage UK m’y attend. Ma foi, tant qu’il y a du boulot, il faut prendre et continuer. 

    1h pile plus tard je suis au quai 3 et le collègue affrété Christophe est là pour reprendre les pal de boissons pour le 80 qu’on transvase, et m’aide ensuite avec ce bien chef ami Yvan pour charger mes 3 lot qui s’étale sur un bon métrage encore. Tous protégés de nos masques, comme tout le monde, ça va de soi. Et même le chef Stéphane dans ces incessants aller retour bureau quai montre l’exemple.

    Je suis quitte à 19h, il fait encore jour, je peux voir la dernière acquisition de Yvan, un beau break BMGestapo de 2002. Nickel pour aller au boulot. Son sacré numéro de Sochaux était au bout du rouleau. 

    Je tourne les plaques en orange et file avec confiance sans rien checker via A7 et périf lyonnais. C’est aussi vert qu’irréaliste cette situation.

    Comme un vendredi lambda, je fini à Gevrey Chambertin à 22h30. Mais pas seul sur mon parking, c’est bien rempli de caravanes bataves ou germaniques et même anglaises. On ne les arrête pas eux?.

    Bon certes,  faut bien qu’ils rentrent de je ne sais où, mais je ne peux m’empêcher de penser à ma fille qui est bloquée dans son petit appart à Thionville car elle ne voudra pas se permettre de rentrer dans les Vosges. C’est dur.    

     

  • Photos
  • le Lou Cavaranou de Gevrey Chambertin
    la nouvelle rse de tout le monde
    non, on se marc pas, c'est sérieux cette histoire
    Grand est = cluster...
    Volvo = batterie
  • Samedi 21 Mars 2020
  • Je déjeune encore dans mon camion, enfin comme la quasi majorité du temps de toute façon. C’est quand même pas le plus dramatique des problèmes dans cette situation particulière qui nous entoure. 

    Je démarre à 7h35, ça roupille encore dur chez les caravaneux.

     Je remonte au sec mais la pluie ne va pas tarder à menacer en arrivant à mon parking. 

    Je remplis et tamponne mon attestation de déplacement envoyé par ma chérie à Jarcieu, que Stéphane a imprimé.

    La Volvo démarre nickel, la batterie ne s’est pas déchargée finalement. 

    Je vide tout, le couchage, pour un bon lavage. C’est les consignes de chérie Samu à adopter, et elle a raison. Coup de ménage vite fait en cabine, surtout les endroits ou instruments que l’on manipule sans arrêt, poignées, volant, frein de parc, levier… aux pschit pschit St Marc, dégoté aussi par ma moitié.

    Je ne vois aucun gendarme, ça roule. Juste le témoin de batterie de la bagnole qui s’allume encore de temps à autre. Par contre de croise des pompiers, ce qui est moins drôle..

    Je fais arrêt à la boulangerie du Syndicat, plus très loin de la maison, pour éviter de ressortir. Grave erreur, j’ai coupé le moteur bêtement, et là plus de jus pour repartir…

    Du coup obligé de provoquer un autre déplacement, ma chérie arrive avec des câbles…

    Où est ce qu’on coche sur l’attestation dans ce cas?!

    ça y est, c’est week end, mais restons vigilant!

     

  • Photos
  • vivement le changement d'heure, que je fasse ma sieste au noir
    si tout le monde part tôt, on va pas y arriver
    Une mouette à la place des mouillettes
    route via A2 M2
    TS Northampton
  • Lundi 23 Mars 2020
  •  

    Démarrage 2h05, en retard ce matin, ben oui, en Twingo,  la régule n’est pas bien haute. La Volvo ce doit être l'alternateur, mais vu que les garages sont fermés, je n’en sais pas plus, et je n’ai pas pris le temps de jouer aux apprentis mécano. 

    Enfin rien ne va mal, je ne commence à livrer que mardi 9h30, mais vu les complications vues à Calais fin de semaine passée, je préfère garder mon horaire habituel matinal. Cet horaire en principe va bien, du moins il collait bien lors des événements du passé, les gilets jaunes en 2018, les grèves de douaniers en 2019.. Bon ces crises de l’époque paraissent de pacotille par rapport à la crise ou plutôt catastrophe sanitaire qui s’annonce de jour en jour au vu des journaux du grand est..

    A côté de ce qui se passe, ce ne sera vraiment pas grave si l’on doit cesser l’activité.

    Comme la semaine dernière, je passe au gazole à Pagny, où il fait un froid de canard, et taille jusque l’aire du plateau en 4h15, où je vais louper le lever du soleil juste le temps de la sieste. Le ciel est beau clair, la baisse de la pollution y est peut être pour quelque chose. 

    Je petit déjeune comme il faut, façon continental, jambon, fromage, beurre confiote, ça fait du bien. Mon frigo est encore plus blindé que d’habitude, c’est dire. 50 minutes de pause validées, go sur Calais, que je checke avant d’arriver. Pas mal de délais au Shuttle, mais sans file pré enregistrement. Moi c’est ferry obligatoire, et la rocade est bien verte à 9h, c’est déjà ça de gagné, c’est mon principal souci, et raison pour laquelle j’ai voulu partir tôt.  Juste ll y  nettement plus de monde que les autres lundi aux contrôles sécurité, mais je suis vite à l’enregistrement. Booké non pas pour le 10h50, mais le suivant 11h55. C’est bien qu’il y a plus de monde que les autres lundi. Peut être tout simplement des lignes notamment normandes sont suspendues.

    Enfin on embarque assez vite, et il part même avec 10 minutes d’avance, c’est pas souvent.

    Monté en 1er, je passe vite fait au Foodcourt, où le personnel de la P&O veille bien à ce que chacun se passe les mains au gel hydroalcoolique. Mais je ne me prends qu’un café, et monte sur le pont extérieur pour manger mon pâté en guise de repas. La vue sur les falaises de Douvres est impressionnante de clarté encore. Je reste dehors toute la traversée, et souvent tout seul.  Il fait plutôt bon, même pas froid. Juste une mouette est venue me tenir compagnie, pas sauvage du tout.

    Je débarque à Dover à 12h15 local, ça n’a pas traîné. La sortie du port non plus. J’enquille via le haut, A2 et M2, ça change un peu du M20. Et ça roule bien, en 1h15 je suis au contrôle ADR du Dartford. A peine 5 minutes d’attente de passer en convoi, le M25 continue dans cette lignée au taquet, et le M1 pareil. ça paie quand même de partir tôt. Je visais comme d’hab la maison Stobart, mais ça m’aurait fait un crochet pour demain, je me rabats alors sur une sortie un peu avant, à l’aussi sérieux truckstop Red Lion à Northampton, il est 15h25 local, et je dépasse un peu moins les 9h. 

    Ici, des mesures ont été prises, on paie à une caisse en extérieur, à du personnel masqué, et les plats sont à emporter. Peu importe, j’ai ma soupe. Et les douches sont accessibles normalement. 

  • Photos
  • pas de crise à Stone encore
    typical
    Derby
    Chesterfield Business Park
  • Mardi 24 Mars 2020
  •  

    Les douches sont accessibles, mais que pendant les heures d’ouverture réduite du drive, c’est donc qu’à 8h. Du coup je déjeune avant et retourne aux sanitaires ensuite, qui ouvrent plus à 8h10 que 8h. C’est donc douche en 3éme vitesse. Je met en route à 8h25 et retourne sur le M où le confinement n’est pas encore vérifiable comme en France au vu de la circulation quasi normale.

    Route via M45, Ryton feu l’usine PSA, et A46 pour arriver à mon client à Warwick pile à l’heure du RDV de 9h15.

    ça vide tranquille comme toujours ici, leurs produits vétérinaires, après un frottage des mains au gel hydroalcoolique et port de gants latex le tout fourni par le client. C’est le tout 1er client UK que j’ai fait pour Duarig en septembre 2018, le truc qu’on n’oublie pas. 

    Je file sur le M40 pour passer Birmingham et aller au suivant, un habitué aussi, Stone. Quoique ça fait drôle de ne pas faire Stafford avant. Ils exercent peut être leur droit de retrait.

    A Stone à 11h, là ça vide sans le kit de précautions. Pas grave, je prends les miennes, le réflexe est bien là.

    Plus qu’un seul à vider, les IBC de Voreppe à Derby, un client que je n’ai jamais fait. Route à travers par Uttoxeter et la A50. Je fais une pause juste avant pour casser la graine. 

    Grave erreur, j’arrive là bas, à une usine de cosmétique ou pharma à 13h15, et ça ne s’annonce pas très bien. On me pose dans un coin, d’abord un cariste me dit que je peux ouvrir. ça bouge pas. Un autre revient et me dit que ça ne videra peut être pas à cet endroit, me dit d’attendre et repart.. Il revient bien 1h après, pour me faire effectivement bouger, grrr. 

    Entre temps j’ai signalé à Lucas, qui m’avait déjà envoyé la 1ere ramasse, mais il a compris que j’attendais à cette ramasse, à Chesterfield, et a relancé 1h plus tard… Bref, le mega couac.. Pas grave, ici à Derby, ça n’aurait pas été plus vite, le cariste me dit qu’il était occupé à vider d’autres camions. Je repars de là à 15h40, quais 2h30 passé ici. Chesterfield ce n’est pas loin heureusement, c’est encore jouable. J’y arrive à 16h20, c’est encore ouvert, ouf. Mais en fait c’est pas prêt… Ils ne plus que 2 à l’atelier et ne savent pas me dire quelle heure demain, 9h comme midi…  SMS à Lucas, cette fois je suis bien à Chesterfield, il n’y a plus de couac. Il appelle son affréteur.  Je devrais finalement y aller à 8h.. Bon, ça va je ne serai pas garé trop loin, c’est dans la zi du truckstop de Chesterfield. Je pourrai aller voir à pied demain avant de démarrer. Je ne raque pas un parking au truckstop, il y a largement de quoi garer dans la zi. 

     

  • Photos
  • Chesterfield, ça inspire confiance
    Leicester, un peu moins
    le confinement arrive par la Tamise
    épidémie=success ferries
    Calais in the evening
  • Mercredi 25 Mars 2020
  •  

    Tranquille, la grasse mat encore, et ras sur les bâches. Bon j'avais ouvert à l'avant et à l'arrière. Je déjeune, toujours au camion, même si le truckstop inspire confiance au niveau hygiène. Je vais juste à la douche, et il faut bien se frotter les mains avant de rentrer, il y a un distributeur à l'entrée. De là je vais voir mon client qui est à 2 pas, et c'est bon, on peut charger maintenant à 8h15.

    C'est des caisses bois pour 26 Romans, pas bien lourdes, de dimensions hybrides mais que je serre sur un côté, ça laisse une bonne place le long. Et il reste bien de la place derrière aussi, vu qu'il y en a une en moins bbc que prévu.

    Lucas m'envoie la suite, quelques palettes d'agencement à Leicester pour le 77. Fragile et pas lourdes, ça va ensemble. 

    Il reste encore de la place, on peut garer facile dans la zi. A retenir, à part qu'il est précisé que des voleurs opèrent dans le secteur.

    Ca va, Lucas ne me fait pas attendre bien longtemps, on redescend comme ça, il faut livrer le 77 demain.

    Ca roule nickel sur M1 ce milieu de journée, et M25 aussi, comme si le confinement ici commençait à se ressentir. D'ailleurs, je constate qu'il n'y a que des camions sur le pont du Dartford. 

    J'enquille le M2, go Dover. J'ai largement le temps, et malgré les indications de prises de précautions de la part d’eurotunnel via son appli, comme la limitation du nombre de personnes dans le minibus, les distributeurs de gel… je préfère traverser via ferry. Je préfère toujours traverser via ferry de toute façon. 

    J’y arrive un peu après 14h, au pif vers la P&O, les files sont minces et kifkif. Je suis booké pour le 16h. Ma foi, j’ai le temps. Et le temps de casser une graine aussi et de chercher un peu où je vais garer ce soir.

    C’est sur le Pride of Kent qu’on embarque et qui part à l’heure. Il fait grand beau, ce n’est pas désagréable encore. Je n’ai pas l’habitude des ces horaires, l’arrivée sur Calais est bien jolie. 

    Il est 18h40 en France, je file via A26 et A1, j’ai 300 bornes à faire pour rejoindre mon client F77.

    ça roule, ben oui, toujours aussi peu de voitures. A104 , A4 pareil, bon il est tard. 

    A 22h15 je suis posé à 1km du client, derrière un Range en solo de chez Stem dans une rue repérée cet aprèm. On verra si je fait 11h. je demanderai l’autorisation à Lucas demain matin si le client peut attendre 9h15. 

  • Photos
  • Bussy OKLM
    Affreteur 9-2
    At home
    photo montage
    PELI RP RA LINER
  • Jeudi 26 Mars 2020
  •  

    C’est bien calme dans cette zone, période oblige sans doute. Et l’A4 qui longe juste à 300m est bien paisible aussi. 

    J’ai le feu vert de chef Lucas pour traîner jusque 9h15 , donc la 2éme 11 est validée.ça donne un peu de temps pour faire un méga tour à la lingette Carolin de la cabine. 

    Je vais vider mes pal d’agencement chez un logisticien de parfumerie parisienne, à peu près la seule boite qui a l’air de bosser dans la rue.

    Vide une demi heure plus tard,  j’ai un complément, voire quasi complet à la rue des Caboeufs à Gennevilliers, soit à la célèbre maison bleue. 

    A4, A86 au vert extra clair. Je mets à peine 40 minutes pour y arriver. 

    Je trouve facilement Pascal, ils ne sont que 3 dans le bureau. Il me donne vite un quai, je dois prendre un groupage pour Milan. Il vient m’aider à sortir les caisses de Chesterfield, Emeric qui est au ferry et a un peu de place les prendra, enfin on verra.

    ça charge assez vite, et finalement il reste large de la place pour reprendre ces caisses, enfin en les gerbant bien sûr. Mais il faudra encore les rebouger vu qu’il faut compléter ce groupage demain à Vénissieux. Je repars de là à presque 13h, ça m’a bien fait plaisir de recharger à mon ancienne maison, en plus de revoir Pascal.

    Pas trop compliqué concernant l’itinéraire, je peux me payer le périf sans trop réfléchir. Je n’ai jamais vu désert comme ça la porte de la Chapelle. J’avance bien et casse la graine 1h plus loin, quasi à hauteur de Fontainebleau. 

    Je voulais descendre un peu par la natio, mais Pont sur yonne est barré, je dois remonter à Montereau et retrouver la N6 à Sens. 

    Encore moins de monde sur la RN, on croise surtout du Jacques Martin. Un peu d’A6 de Auxerre et Avallon.

    Chez Loiseau c'est fermé,  j’espère quand même qu’ils servent des plateaux repas et ouvrent leurs sanitaires. Bon visiblement il s ne servent pas le goûter, alors je le prend plus loin en 30 minutes avant Nolay. Un paquet de shortbread fait l’affaire.

    Un petit coup d’autoroute de Chalon à Tournus, gazole, c’est l’automat.

    Pour filer sur Jarcieu,je tombe sur Culture, à A voix nue, c’est un autre belfortain connu que Pierre70, c’est Jean Pierre90, Chevénement pour les moins de 20 ans. ça permet de revisiter un peu les années 90 justement.  

    Il est 22h quand je me pose au quai 2 qui était réservé par sms. C’est gratuit et mieux qu’à Ashford comme système.

    Petit tour de la cabine encore au carolin, tout ce qui se touche, intérieur extérieur et je file à la cuisine me réchauffer ma dernière soupe.

    Y a Ludo qui sort de la douche, on papote un peu, de l’actualité forcément.

     

  • Photos
  • Circuisine man
    la bonne ballade du vendredi matin
    UK 05 Liner
    Lescot Maschine
    Et on n'est pas à la moitie
  • Vendredi 27 Mars 2020
  •  

    C’était pas le moment de se louper, à 6h30, je vois déjà la lumière de la porte du quai ouverte sur ma semi. Je file à la douche, et georges se pose à quai à côté. C’est lui qui va reprendre mon groupage. On attaque de transvaser tout ça. C’était mieux se s’y mettre de bonne heure, y a un peu de fourbi.

    Je repose mes caisses de Chesterfield,  me fait un café, et fait trainer un peu l’heure de départ. J’ai déjà de quoi m’occuper, la senseo de la cuisine a fuit, déjà la semaine dernière. Arthur m’avait engueulé que je savais pas m’en servir, mais là non elle fuit bien, il diagnostique la panne. ça va être compliqué de trouver un truc ouvert pour faire réparer ça en ce moment. Je finis quand même par partir à 8h30, ça laissera un peu de marge pour ce soir.

    Direction Romans via Hauterives. J’aime bien me promener par là, ça sent le vendredi. Et confinement ou pas, on ne fait pas la différence sur ces axes 38 26.

    A Romans, on remarque plus le calme dans les zi. Je vide les caisses assez vite, et file au Blachère pas loin. 1ére boulange braquée depuis le début de crise, je me lâche, chausson aux pommes, pain de campagne et pizza. 

    Avec tout ça je suis paré pour aller ramasser un lot catalogne adr à Pont de Claix.

    Je suis vite là bas, en 1h. Il n’est pas 11h30 mais c’est déjà trop tard pour charger avant la pause de midi. je ne rentre qu’à 12h20.

    Bref, ça fait environ passer quasi 2h pour 7 IBC, normal ici 

    La suite est joyeuse et efficace, puisque chez Allemand à Voreppe. Y a pas foule sur la rocade de Grenoble, enfin si, je croise quand même Emeric qui rentre tranquille d’UK à la maison. Il a l’air content, c’est l’essentiel.

    Moi aussi, ça ne traine pas chez Allemand, comme d’hab, 25 minutes sourires compris.  

    Vu que c’est de la France, je ne vais pas garder non plus ce lot, je remonte tout ça à Jarcieu au quai 4 où on vide en 3 éme vitesse avec Ludo et josé. Moi je dois filer charger en extérieur, chez Egetra à St Bonnet de Mure. Encore 1h de route tout juste, confinement lyonnais oblige. Je retrouve les 2 sympathique compères qui ont concocté une belle semi uk. C’est pas mal rempli, on y passe pas loin de 2 heures. Ils sont encore plus infernaux que la firme de Jarcieu j’ai l’impression. Je repars à 18h passé, A46 sans réfléchir, ça roule, du coup, cette fois ça devrait rentrer large ce soir. 

    Une pause 30 avant Beaune pour déguster la pizza Blachère. Je commence à avoir sommeil, j’écoute le dernier A voix nue du socialiste belfortain et réécoute les épisodes manqués du début de semaine. C’est bien intéressant, surtout quand il raconte qu’il était contre la libéralisation des capitaux en 83. Et ça me mène quasi jusqu’à mon parking à Jacky. Il est bientôt 23h, mon Range miniature démarre, ouf, y a pas à dire, le made in France...