Carnet de bord de Février 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • frontière météo 52/88
  • Samedi 1 Février 2020
  • Démarrage à 6h45, ça va je ne suis pas trop coincé par les camarades, hormis un du 13 qui a eu la même idée, pas gêné le type.

    1er février, pas de grève à Inter, ni de la pub des chaussettes made in Vosges qui reprend pour un mois.

    Il fait sec, ou bien il pleut, du coup j’ai droit à un chouette arc en ciel en passant la frontière vosgienne grâce au lever du soleil.

    8h40, je suis chez Jacky.

    A lundi, mais faudra pas louper le réveil! 

  • Photos
  • ah ben moi j'me mets en travail quand je vide ma carte
    c'est mieux que 4h30
    a lot of froggies this morning
    Old A20 Kent
    Field Junction26, euh Truckstop Junction26
  • Lundi 3 Février 2020
  •  

    Ce n’est pas ce matin encore qu’on va gratter le pare brise, 14 degrés à 1h30 quand je démarre. Mais ça remue bien quand même au niveau de la pluie et du vent. Le temps de vider ma carte, car déjà un mois de 2020 est passé, je décolle à 1h35. 

    La météo maintient éveillé déjà quand il faut s’arrêter mettre du gazole à Pagny/ Meuse. Pas besoin du gros plein vu la courte destination de la tournée. Comme tout lundi matinal qui se respecte, je fonce jusque l’aire du Plateau pour mériter ma sieste de 45 minutes, et le petit dej qui suit. Ce matin moricettes au Cadbury. Et oui, la pâte à tartiner Crunch n’existe pas, dommage..

    ça a bien roulé jusque là, et ça continue jusque Coquelles. Je commençais à psychoter avec l’appli du Shuttle qui indiquait depuis cette nuit qu’il fallait 4h30 pour traverser, sans queue à l’enregistrement. C’est sûr, il n’y avait que 2 navettes/heure. Mais plus j’approche du terminal et plus les temps diminuent, jusque afficher fluides quand j’arrive, ouf.  

    Les contrôles frontière passent bien aussi, même la garde frontière anglaise m’a parlé en français. D’ailleurs pas mal de français dans les lignes je trouve ce matin, du XPO, du Gondrand 26 entre autre.  ça va vite ce matin, 1h10 ttc de la A16 au M20, pas mal.

    Bon le brexit n’est pas en application faut dire, et ça se voit, les microbes voyagent encore facilement, ça tousse de tous les côtés tant et plus dans la navette, c’est désagréable.  

    9h30 local à Folkestone, je fonce au 1er pas très loin, enfin au bout d’une heure pile de route, à Hartlip sur la vieille A2, vers Maidstone. Nom de client qui ne m’est pas inconnu, puisque c’est où travaille ma chérie, mais dans les Vosges, un fournisseur de pièces autos d’origine espagnole de Burgos, spécialiste des éléments intérieurs.

    Mais rien n’à voir avec l’industrie automobile pour ma livraison, c’est des caisses de matos pour travaux. On me vide sans tortiller aux expés classiques des pièces autos. 

    Retour vite fait sur M20, 26 et 25. Le suivant c’est Epsom, le client cool des photomat au sud de Londres. Il va toujours bien, et n’est pas regardant sur nos gerbages, surtout des propres siennes. Je lui souhaite bonne année avec du retard, je l’avais pas encore fait en janvier, c’est pas trop tard pour lui filer un porte clé.

    Il est midi 40 quand c’est vide, je suis encore bien large pour aller au 3éme, à Slough. Il est tôt, ça roule encore bien sur le M25, et en avalant le pâté bien sûr. 

    Client que je ne connais, pas, c’est un data center, un peu en ville mais propre au niveau accés, enfin j’avais bossé le truc hier sur street view ça aide pour savoir comment rentrer au client. Là en marche arrière d’office. C’est une forteresse, mais on m’ouvre de suite. ça fait un boucan d’enfer, il y a des clims plein. On vide la palette à la main, ça va vite, cool. 

    J’ai 9h15, je peux viser le truckstop de la jonction 26  sur le M25 nord. ça roule au vert, 15h40, garé sur ce qui est toujours un champ de mines, mais garé.

  • Photos
  • perdu un bout
    ça devait pas être assez bien
    Stratford Upon Avon
  • Mardi 4 Février 2020
  •  

    Pas trop eu besoin du réveil pour s’être réveillé tôt alors que ça n’était pas prévu. Vers 3h30 local  ça a bougé un peu. Tout de suite coup d’oeil dans les rétros, et j’ai vu une porte de la semi ouverte. Aie, ça y est, c’est pour moi cette fois. Et j’ai vraiment le doute si il y a du monde ou non dans la semi. Il y a du vent aussi. Que faire, appeler la police, ne rien faire? Bon, je guette pendant 10 minutes dans les rétros, pas d’ombres, rien. Je mets en route et avance de 4 m, j’étais garé contre un fossé et des arbres. Je vais voir derrière, rien, monte dans la semi, et constate juste que quelques cartons ont été ouverts, mais rien ne manque. Je referme et recule, puis n’arrive pas redormir. Ils n’ont rien pris c’est l’essentiel, mais c’est flippant, c’était quand même du luminaire pour un des 2 lots restants. 

    J’avais jamais eu de soucis ici, mais là faut dire j’étais pas garé à mon avantage, enfin contre un fossé avec la route juste derrière pourtant bien passante, les gars sont vraiment fortiches pour voler là quand même, surtout que la semi était levée au taquet pour passer au dessus des branches et ronces. Il devaient avoir une échelle c’est pas possible autrement.

     Bref, il vaut mieux être garé en paquet au milieu de tous. Enfin on ne sait pas, je m’aperçois qu’il n’y aucune règle, et surtout que ça n’arrive pas qu’aux autres..

    Je me lève à 6h, vais à la douche et prends 2 3 photos pour envoyer au bureau. Nathalie m’appelle à 8h, si il n’y a pas de dégâts apparents, ni manquant, je peux aller vider, sinon il aurait fallu tenter de faire venir la police pour un faire un constat, le truc qui doit être bien long. 

    Avant de partir, un feu de croisment grille, je change l’ampoule vite fait et je démarre à 7h15 local vers le M25 est, pour un petit bout jusque la A12. Je suis vite au 1er à Chelmsford. Purée, je découvre que j’ai oublié de remettre le cache arrièrre des phares, une grosse plaque le long des marches pied. Merde, je l’avais posée sur la plateforme des batteries et j’ai zappé de la reposer. Bref.

    Ici je préviens aussitôt que des cartons sont abîmés. Les mecs relèvent à peine, pas de réserves, rien. J’ai quand même eu chaud, c’est des barettes de leds, ça doit bien se voler et se revendre tout ça. 

    Je file au dernier, à 10 bornes de là, à Witham. Là c’est de la tresse métallique très délicat apparement, dans des cartons très protégés, et qu’il ne fallait pas gerber alors que c’est pourtant très léger. Il me signale juste un carton ouvert en réserve. 

    Je constate que ici et dans la zone précédente à Chelmsford,  on peut stationner à l’aise. Mais bon peu importe, je ne sais plus quoi juger correct ou non en matière de stationnement. Ce début 2020 met fin à toutes mes certitudes. 

    Lucas m’envoie sur Cambridge pour la 1ere ramasse. C’est bien paumé à l’ouest de cette ville. 1h20 plus tard, j’arrive dans la zone du client où là encore pas de ligne jaune au sol. 

    Le client me dit que ma référence n’est pas bonne. Echange de sms avec Lucas qui me balance d’autres infos, comme le vendeur, l’acheteur, mais non, rien ne leur convient, ils veulent un autre no. Lucas me dit que son affreteuse de ce lot lui affirme que je n’ai pas donné le bon no. ça dure comme ça 1h. Je revois un cariste, qui le pire, est impatient de me charger, et je constate quand il regarde son tableau, que mon no et très proche du mien, genre il y 2 2 ou 2 3 au lieu de 1 seul. Mais il ne veut rien savoir quand même. Je dis à Lucas de m’envoyer un sms avec une autre formule, ressemblante à ce que j’ai cru voir. J’essaie de montrer la sms pour faire sérieux, mais niet, on se plante encore.  Et pas de news de l’affréteuse. Ils sont vraiment vaches ici, juste pour un chiffre. Enfin c’est comme le reste, depuis le début de l’année en GB, je croise au moins un client très très tordu par semaine.

    ça se confirme au bout de 2h quand le cariste me dit finalement de me mettre en place et me charge les 5 palettes d’amandes de Californie pour Marseille. Purée, 2h15 pour ça. Bon c’est sûr, la boulette n’est pas de eux, mais quand même. 

    ça ne servait à rien de s’énerver, le taf est très calme, Lucas me dit de ne pas bouger. 

    Je me pose dans la rue de la zone, il y a de la place en effet, et valide une bonne 3h, en me disant que au pire, je ne serai pas mal là pour la nuit. J’en profite pour réparer la bâche encore, ils ont mis 2 coups de cutter cette nuit, avant d’ouvrir la porte pour voir de plus près sans doute. J’appelle aussi Volvo bretagne, qui font dans la pièce de rechange d’occas, il a un cache comme paumé ce matin. C’est pas cher, mais on s’en passerai quand même.

    A 16h, Lucas me fait signe de rouler sur Stratford pour demain. Ouf on est sauvé. 

    C’est déjà le coup de bourre sur Coventry. Après sur la route de Warwick, c’est tout bouché sur la A46, 25 minutes de retard. Je sors en suivant une départementale qui longe la 2x2. Le truc que je ne fais jamais. C’est pas jojo dans le noir, mais ça roulotte. Jusqu’à que peu de temps avant de retrouver la A46, je vois un panneau indiquant un pont à 13’’3’. Je ne sais jamais exactement la conversion des pieds en mètres mais là c’est pas haut,sachant que 13”9’ c’est guère plus de 4m. Rien pour faire demi tour, juste un croisement au niveau du pont, tant pis, je fonce. 

    Bon en effet, c’est pas haut, et le croisement est pile sous le pont, je suis mal si ça passe pas.. 

    J’avance doucement, ça passe presque large, mais j’ai baissé la tracteur, et la route remonte aussitôt de l’autre côté, donc je passe à 1 à l’heure. Ouf, c’est passé. ça rappelle qu’il est toujours mieux de ne pas se moquer des camarades du pacte de Varsovie. 

    Je retrouve enfin la bonne route, croise le M40 et file sur Stratford. Mon client est bien paumé en dessous.

    Dans cette ville qui paraît bien jolie, je vois un parking pour vl, bus et pl public indiqué. J’y vais, c’est pas rempli.  Il y a un parcmètre , 2£ la nuit, ce n‘est pas une folie. 

    Aller, assez joué au héros ce mardi, je serai très bien là. Je paie, et vais faire un tour dans cette ville, il est tard mais ça changera les idées. Des vieux ponts partouts, des canaux, des péniches, c’est vraiment atypique. Et surtout des théâtres indiqués à divers endroits. Ah oui, je percute, en pigeant après un tour sur la fiche wiki de cette ville, que je suis dans la cité natale de William Shakespeare. Ah par rapport à un truckstop londonien pourri, ça rabiboche avec l’angleterre, la vraie, l’authentique qu’on aime bien.     

     

  • Photos
  • breakfast sucré
    refugee 43
    diverted traffic
    Stop24 Hythe
    fluide!
  • Mercredi 5 Février 2020
  •  

    Bien dormi, tout est ok. On n’a pas l’impression d’être en GB. Enfin si, grâce aux crumpets que j’ai trouvés dans une superette ouverte hier soir, je vois bien que j’y suis quand même et qu’il y reste des trucs sympas. Réchauffés, avec de la pâte à tartiner c’est délicieux en plus d’être nourrissant. 

    Tous les camions qui étaient là hier soir sont repartis. reste 2 bus, et surprise, un est immatriculé dans le 43! La Sté Migratour. Au début j’ai pensé à un car de migrants. L’Angleterre a toujours été une terre d’asile pour les dictatures, et avec Lolo la terrible parka rouge poivre et sel, la vie ne doit pas être rigolote là bas. 

    Mais non, j’ai tout faux, après discussion avec le chauffeur du bus auvergnat, je comprends qu’il s’agit de collégiens en voyages d’anglais. Ils sont de Romans, et le bus du Puy en Velay. Le chauffeur a l’habitude de venir ici, et me dit qu’il y a toujours un peu de place, à toutes saisons et même le week end, bon à savoir. 

    Vraiment le bon plan, toilettes, snack à la base de loisirs à côté déjà ouverte.

    je mets en route à 8h20. Je roule 6 miles après la fin de la traversée de Stratford-upon-Avon pour rejoindre une zone industrielle genre ancienne base de la royale air force. C’est de la petite route, j’y arrive 20 minutes plus tard. C’est bien 9h comme l’avait dit Lucas. Je me mets en place assez vite et on charge rapidement au transpal des moteurs de voiture pour la Tunisie comme on fait souvent.  Au début les palettes sont assez hybrides en taille. Je crains que tout ne rentre pas. Lucas a dit 9m, il m’en reste 10m30. ça ira peut être. Les palettes qui suivent ont beau se standardiser, ils en rajoutent même, 2, ça va finir aux portes. Faut bipper Lucas pour prévenir. La dame ici soutient mordicus que c’était bien le nombre de palettes prévues. Mais pas pour moi. Lucas me revient, vu avec son affréteur ça a changé hier soir. Mais il compte sur 1m20 derrière. Finalement les dernières palettes rétrécissent. Et le cariste bien sympa comprend mon problème de place et monte m’aider pour gerber à l’os les petites palettes et tout ça sans pinailler, j’ai les 1m20 larges. Cool. 

    Lucas m’envoie la ramasse suivante, à Worcester, pour mon client lecteur de cdb. Re cool. Je connais l’adresse par coeur, je file, cap à l’ouest alors.  

    J’ai juste passé Alcester, que la ramasse est annulée, pas prête. Zut. Et là y a plus rien n’à prendre. Re zut.

    Enfin, j’ai un passage à la douane de Hythe à faire pour le lot de Tunisie de ce matin. 

    D’ici pas trop le choix que de revenir en arrière sur Stratford et Warwick.

    ça roule je suis vite au M25. Mais 30 minutes de retenue sont annoncées vers Cobham. 

    Je sors et fait un bout de A3 puis une départementale qui redescend. Forcément ça bouchonne aussi, je n’ai rien dû gratter de spécial. 

    ça va j’arriverai quand même sans pause à Hythe au Stop 24, service de Folkestone exactement, où il y a la douane.

    Il est 14h30 local.Je prends mon sac de douche et la facture pour le transitaire en question. 20 minutes de prévues pour récupérer un T1. Impec, je me lave, et c’est ok. Je traine un peu dans une épicerie pour acheter 2 3 trucs à grignoter encore, des shortbread, chips aux arômes insolites, et je boucle 45. 

    je file pour traverser, via Shuttle. Mon copain Emeric est devant, il a passé en rien de temps. 

    C’est pareil pour moi, 1h30 avec un contrôle de sécurité inclus. On était bien 7 français dans la navette, incroyable. 

    Il est 18h à Calais, Lucas me dit de finir mes heures et point demain.

    Pas 10 minutes plus tard, c’est un sms de Stéphane pour éventuellement une foulée du 80 au 71 si ça ferait. je pense que oui si on charge à l’ouverture. Ouf, je peux encore enquiller l’A16. 

    Le coucher de soleil est superbe sur la Manche depuis la côte d’Opale qu’on peut apercevoir depuis l’A16. On voit les ferry, et même les lumières des côtes du Kent. 

    Je fonce dans les cuvettes picardes, passe Amiens, route de Roye, et fini à proximité du client transporteur dans une zi tranquille de Moreuil, il est 20h30.

     

  • Photos
  • serie 2 ou 3 en mode grumeau
    N6, une autre route des vosgien
    Saulieu
    le Morvan, l'autre massif des Vosgien
    Mt Blanc
  • Jeudi 6 Février 2020
  •  

    7h40, après un petit dej encore bien copieux, j’avance au transporteur à 300m de là.

    Ils finissent un de leur camion et me pose une palettes d’escabeaux. Sans doute de l’usine proche où j’étais allé une fois avant Noël. Bref, c’est encore du pas trop lourd. 

    Route sur le 71, via d’abord une pause gazole à Roye, à une Access derrière l’ITM. 1.377€/L, c’est pas cher.

    Ensuite au taquet A1 et la route de l’est, Ermenonville, Meaux tout ça. Déjà 3 fois que je passe ici cette année. Aujourd’hui c’est pas ça, un petit porteur, Scania genre série 2 ou 3 fait office de grumeau, de Senlis à Meaux. Tout ça à 60, 70  de temps en temps, c’est bien pénible. Et le pire j’ai eu du mal à le doubler sur le début de la 2x2 à Meaux, le grand classique quoi. Je l’ai klaxonné, le truc que je fais jamais, mais là il m’a gonflé.

    La moyenne de la N36 ensuite n’ a pas été perturbée de la sorte. Enfin ça secoue juste un peu.  A5, A19, A6, enfin la moyenne prend de l’assurance. J’ai presque 4h30 à l’aire de Venoy soleil Levant, je fais la pause douche et repas vite fait. Les douches sont correctes ici, il y en a beaucoup, c’est récent et propre. Je mange vite faite une pie trouvée hier au Stop24.

    Je sors un peu après pour un bout de N6 jusque Saulieu où une route indique Autun. Là y a moyen de croiser du grumier vosgien.

    Mon client de matériaux et sur la route de Nevers. Il fait beau, c’est joli ici. enfin la Bourgogne c’est souvent joli. La palette d’escabeaux est vidée à 15h15. 

    je n’ai plus qu’à filer à la suite à Thil(01), Montluel quoi. Ce sera sans doute que demain vu que c’est avant 17h d’après Lucas. C’est chez un transporteur. je trace quand même. Le Creusot, Chalon sud et full régule. A Mâcon la vue sur le Mt Banc est impeccable cette fin d’aprem avec les reflets du coucher de soleil d’en face. Mais impossible sur retranscrire ça via l’APN.

    On évite de peu les grumeaux en bifurquant en bas de l’A46 vers A42 extérieur. 

    J’arrive à Beynost vers 18h. je vais voir ma foi, et au cas où on pourrait dormir. Sans doute que non, la rue est déjà blindée. La barrière s’ouvre, c’est déjà bien. Et le quai Maghreb est bien indiqué. Guichet bouclé mais un type au bureau me voit et me demande ce que je cherche. Ce sera demain. Quelle heure? 9h30… Aie. Pas possible avant? Et un autre monsieur arrive. Regarde ce que c’est. Ah ça part demain. C’est compliqué comme chargement? Non, de la palette propre, normal. Bon mettez vous à quai, on vous vide, vous serez quitte de rester là ce soir. 

    Good good, trop cool. 

    il n’y a plus de cariste, je vide avec l’un des 2 bureaux au transpal. C’est la 1ere fois qu’ils ont ce trafic de moteurs qui part en Tunisie. 

    Je boucle 45 à quai, j’avais 4h25 de route. En tous cas sympa ici, ça change de mon ancienne maison agence de Vénissieux.

    Julie m’envoie une ramasse, pour demain matin bien sûr, sur SQF. 

    Ici, j’ai 8h50, ici les places sont chères. J’en connais une, devant l’entrée d’un fournisseur PSA près du rond point de l’autoroute. J’y file, mais non c’est pris. Obligé d’avancer vers le bled de Beynost je crois, et là je vois une autre boîte, avec des places devant, ouvertes, mais qui ont l’air privées. Je tente. Mais non, je vois le gardien se pointer. Inutile de se fatiguer à  discuter, je me sauve. tant pis je grille la 2éme 10, go sur SQF.

    Je trouve au QRO où un Portmann réatelle une semi et libère une place, impeccable.

  • Photos
  • Juju Stern 42
    ballade en MP4
    Au Vaulx Milieu des palettes
    38 power
    Mon chef ami
  • Vendredi 7 Février 2020
  •  

    Je vais au Pitstop, resto à côté pour la douche et le pain beurre. C’est tout qro ici.

    Je démarre à 7h55 pour faire  2 ou 3 kms à un dépôt logistique forcément. 

    Un type ne trouve pas ce que je dois charger. Et il faudrait un n° de commande pour aider. 

    SMS à Jarcieu pour demander. ça ne vient pas. A défaut de n° de commande, je reçois un message de Stéphane avec une autre ramasse que je peux éventuellement faire en attendant vu que le fameux n° de commande n’arrivera que vers 10h, ça doit arriver d’angleterre dixit Jean No.

    Il est 9h passé, je file donc à la ramasse en question à Oullins. ça roule bien, une bonne demi heure. C’est dans une cour de petites boîtes, derrière Arkema. 2 pal pour Londres, que je garderai. Je retourne sur SQF. Rien de neuf là bas, hormis que j’ai un n° de commande maintenant,et que ici ils viennent de l’avoir seulement aussi, donc c’est pas prêt naturellement. Je suis à quai un peu avant midi. Je peux tout ressortir ce que j’ai, heureusement encore, car ici je prend du vrac que je garderai aussi, donc au tablier. Je suis enfin chargé à 12h45. 

    La suite pas loin à Vaulx Milieu, pour les célèbres Stone et Machinford. Là c’est 14h30, jamais avant. Je mange une bricole et attaque une petite marche autour de l’immense entrepôt logistique car mon pote stéphanois Juju y charge de l’autre côté. 

    J’attends qu’il termine et on papote un peu et il me ramène, histoire que je fasse une courte balade en MP4.  

    Je charge vite à 14h30, 6 pal seulement. 

    Retour à la casbah de Jarcieu, à travers bien sûr. Et en arrivant de Vaulx Milieu, on arrive pile sur la boulangerie Lafayette à Diémoz, donc un stop baguette car je sens que j’en aurai besoin ce soir, l’après midi n’est pas terminée.   

    Ici à travers, impossible de se lasser de la vue, du massif alpin de l’est au sud jusqu’au Pilat à l’ouest. 

    Pas de quai immédiatement disponible, y a du peuple et de la marchandise cet aprem, et de toute façon il en manque un petit bout dans mon groupage bien garni aujourd’hui. 

    ça ne traine tout de même guère à prendre un quai et aujourd’hui c’est mon chef ami Yvan qui m’assiste dans mon chargement, ça faisait longtemps. 

    Fabien arrive avec le chaînon ouest londonien manquant juste quand on y arrive au milieu de la semi. 

    Rien de compliqué, ni un métrage délirant, mais une belle semi quand même.  

    Bon, belle semi, c’est au sens figuré, et pas au sens propre justement, car ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais laver, il est déjà tard quand je repars et j’ai passé l’âge de faire la queue pour laver un camion. Limite j’aurais préféré aller déguster le fameux boudin grillé à Jarcieu convié par le chef, mais me dire qu’il n’y en avait que pour un 1/4h, j’y ai pas cru là! 

    Il est 18h, c’est plus sâge d’attaquer la remontada. 

    Naïvement je file sur Chanas sans checker maps, vu que je repartais à la même heure que la semaine passée, mais là c’est rouge de partout, des 18 minutes de retard. Ah oui c’est les vacances scolaires déjà. Tant pis, on y va tranquille, de toute façon c’est mort pour rentrer ce soir. 

    Pour changer j’enquille l’A42 et A39. Je ne tire pas les heures et stop à la sortie Choisey, il est 21h45. Il m’aurait manqué 1h en amplitude pour la maison. 

     

  • Photos
  • Vosgian Road
    Le Saint Sauveur de l'Adblue
    Volvo Trucks F88 Saint Nabord
  • Samedi 8 Février 2020
  • J’achève mon bout de baguette de Lafayette et je décolle à 6h45.

    Ce matin, c’est route des vosgiens. Et je ne la prends pas tous les 2 jours, c’est la 1ére fois cette année. 

    Je remonte côté hautes Vosges, c’est pas souvent. Et ça fait boycotter le parking à Jacky.

    Arrêt adblue à St Sauveur, à la Leclerc, il est vraiment pas cher. Le gazole on verra lundi, j’en trouverai du pas trop cher aussi normalement.

    Avant de rentrer, je fais un saut chez Volvo à St Nabord, mon tuyau de lave glace a coupé je ne sais pourquoi, j’en reprends un bout pour réparer ça ce week end entre autre recharge des batteries. 

    10h je suis au bled, il va faire grand beau, comme le calme avant la tempête. Je balance 2 sangles sur le toit de la semi, c’est plus facile avant.

    Lundi, oubliez le réveil!  

  • Photos
  • Fensch Valley
    Martelange, forcément
    Bruxelles Xelles
    Vamos a la playa
    Zeebrugge, puisque te revoilà
  • Lundi 10 Février 2020
  •  

    Les choses sont bien faites, il y a tempête le jour pile où je ne cours pas à Calais en partant à 1h30 du matin, alors que les traversées sont suspendues. Et j’ai le temps de bien faire le tour de la maison voir si tout va bien. Juste une serre à tomates qui s‘est retrouvée les 4 fers en l’air,  c’est moindre mal. Et j’ai le temps de ranger un peu tout ça avant de partir à 10h. 

    Tempête ou pas, C’est rudement appréciable un horaire comme ça de temps en temps. 

    ça souffle encore je ne regrette pas d’avoir mis 2 sangles sur la semi. C’est moche, mais si ça peut éviter des ennuis. 

    Je trace par l’A31 vers Metz. Maintenant que j’y passe rarement, j’aime vraiment bien cet axe, ça change, en plus de rappeler un peu le passé depuis mes débuts, et même l’enfance. On croise toujours les jolis ensembles bataves qui descendent. 

    Passage par Aubange, normal, je ne vais pas payer une taxe juste pour le luxembourg.

    Et passage obligé aussi par la case Martelange sur la N4, à sa Total en haut, et son gazole à 1.088. Pour presque 900l, ça vaut le coup. 

    Je casse la graine plus loin, à Bande, il est déjà tard, mais je ne mangerai pas tôt non plus ce soir. Je passe la cable ici après avoir contrôler un peu les quelques gerbages de chef ami Yvan. ça va, ça bouge pas. 

    La météo est toujours bien agitée par endroit, ça promet pour ce soir en mer du nord.

    Malgré tout ça et l’heure de l’après midi bien avancée, le ring de Bruxelles passe relativement bien. De l’autre côté, l’E40 est archi chargée, mais ça roule .

    J’arrive à Zeebrugge vers 18h30, il fait presque dégagée sur la plage que l’on aperçoit en arrivant au port, mais ça souffle toujours bien. 

    Enregistrement ok, scanner, et je file me mettre au parking au quai du ferry pour Tilbury, que l’on avait boudée depuis quelques mois. Apparemment, la ligne au départ de Calais n’a pas tenu le coup au vu du trop faible remplissage sans doute. A la limite, j’aime mieux venir ici, ça change un peu.

    Mise en position ferry à 19h. Il y a encore de bonne rafales. J’allais dire que j’aimais mieux cette traversée que celle de Calais car un peu plus longue, 8h, mais cette nuit risque d’être particulièrement longue, surtout que ça tourne à la grêle en attendant.

    ça se rempli, c’est plus blindé que sur celui de Calais.

    ils viennent nous chercher vers 21h30.

  • Photos
  • Croydon Road
    Croydon Groupage
    Spirit of race
    The customer is the grass
    A34 mode old school on
  • Mardi 11 Février 2020
  •  

    Pas déçu en effet, ça a bien remué. Je n’ai pas trop dormi, mais je n’ai pas été malade, c’est déjà ça.  

     C’est un anglais qui a partagé la cabine. Il était peu bavard, sauf quand son V8 s’est mis à ronfler une bonne partie de la nuit, ce doit être pour ça aussi que je n’ai pas dormi.

    Après un bon moment calme sur la tamise, puis l’écluse à Tilbury où on se pose tranquille. Ici c’est étoilé, c’est le calme après la tempête. 

    On sort du ferry à 6h30 local.

    Déjà 4 sont sortis devant moi, si il y a les gardes frontières qui fouillent tout le monde, on n’est pas quitte. Mais non, pas de borders force ce matin.

    Je peux filer à mon 1er à Basildon, pas loin de là, via la A13 à proximité. J’y suis un peu avant 7h, un petit centre de recherches, les types arrivent déjà, ça vide vite leur palette de carburant. 

    La suite est moins rigolote, c’est Croydon en 2. L’accès au M25, Dartford est à peu près roulante, mais il me faut bien 1h15 pour faire les 15 derniers miles qui rentrent en banlieue londonienne. Pas le choix.

    C’est chez le dégroupeur que l’on va de temps en temps. Je l’ai toujours fait le lundi début aprèm, ça roule mieux et il n’y a jamais personne chez eux. Là ils finissent de charger leurs camions double étage. Pas grave, je valide 30 minutes comme ça. En 3 cap au sud, un bled paumé à l’ouest de Crawley, Gatwick. Là c’est le bon sens pour sortir de la ville, la A23 roule bien. En 1 bonne heure je suis à une écurie de course, dont le nom me rappelle les avoir vu à des essais que j’avais livré à Spa l’été dernier. Ils sont bien installés, en pleine brousse mais c’est très serré, surtout au passage du portail. Il s me déchargent avec un gerbeur manuel, c’est pas trop facile, mais le quart d’heure y passe pour leur palette de 3 fûts de carburant. 

    Je remonte sur Londres pour le 4éme, Slough, encore un connu. Je préfère y aller maintenant, car il ferme à 16h, je ferai le client plus au sud ouest après. je n’ai pas envie de rester sur Londres ce soir, surtout avec mon chargement au tablier.

    Je fais une pause repas à Cobham, je peux voir le nouveau parking pl supplémentaire récemment ouvert, ça n’a pas l’air trop pourri, bien large. 

    A Slough, chez le Deutsche Spediteur Hellmann, je passe à peine 20 minutes pour vider le groupage de Pusignan.

    Je n’ai plus qu’à opérer le dernier prévu ce jour, Winchester, un peu avant Southampton. M3, ça roule à fond, pas de travaux, une belle motorway. 1h pile après je suis chez le client installé dans une ferme. Vendredi, Jean No m’avait bien rodé le truc en me montrant l’accès  suivre. Une route taillée en haie, comme ils en ont le secret dans toute l’UK. Je vide 3 palettes de marteaux piqueurs et demande si je dois repartir par la même route, je pensais des fois à un sens unique. Oui, il faut bien revenir sur ses pas. Le mieux est de ne croiser personne quand même pendant 2 ou 3 kms. 

    Je file au nord pour la suite demain, par la A34 qui monte via Oxford. 

    Enfin demain, pas sûr. Jean No s’est carrément renseigné si je pouvais couper chez le client vu la marchandise que c’est, et les récurrences de bâches entaillées ces dernières semaines. Dingue, on peut dormir dans leur cour. 

    Je file, ça roule bien, par Silverstone, Towcester, et j’arrive à Daventry où déjà de bonnes zi offrent de belles possibilité des stationner. 

    A la 3 éme tentative, je m’adresse au bon dépôt de pneumatiques sud coréens, il est 17h passé. Pas de problème, je peux rentrer, et surtout même vider ce soir, encore mieux. C’est DHL qui qui est aux manettes de la logistique ici. Je ne peux pas accéder au quai, c’est bête, j’avais 12 palettes à bouger pour qu’ils puissent accéder aux pneus au tablier. No problem, ils se chargent de tout.  Incroyable, voici les anglais que typiquement on aime bien, il en reste. Et on m’offre même le café pour patienter. Bref, tous des détail qui fait que ça rend impossible de confondre ce lieux avec Gefco Vénissieux.

    Vide, et palettes des autres client de demain reposées à 18h et quelques, cette fois la journée s’achève enfin non loin de là, à 15 bornes au nord, à la bonne maison Stobart. Lieu que je visais quand même dans la cas où j’aurais passé la nuit avec cette marchandise vulnérable.

    18h30, le parking du truckstop est encore loin d’être blindé. Je devrais bien dormir, les bâches aussi en principe. 

     

  • Photos
  • nok
    A50
    West side
    Kings of Lymm
    M62
  • Mercredi 12 Février 2020
  •  

    Une bonne douche, et un breakfast au buffet bien bon aussi, je peux constater ensuite au petit jour, qu’il n’y a pas eu de coup de canif dans le contrat de stationnement passé avec la vieille maison de Carlisle.  Je mets en route à 7h20 vers le M1 north. Hélas ,je tombe sur un bon bouchon à la sortie que je dois prendre, Nottingham sud. Et je n’ai pas trop le choix d’autres routes. ça dure quand même 1h pour passer cet échangeur, j’ai réussi à valider un pause de 45 minutes..

    Dans l’autre sens c’est pas beau, je ne sais pas par où je reviendrai de là. 

    Pour le moment, je vais vider chez mon client situé pas loin de là à East Leake, chez Placo. 

    C’est de la grosse boutique, j’ y passe pas loin d’une heure pour 6 palettes. Au moins le bouchon qui croise le M1 s’est estompé. Je file tout droit vers l’ouest via la A50, vers les 2 vieux camarades Stafford et Stone.

    ça fait passer par Uttoxeter, ville de mon collègue affrété Pete et aussi des engins JCB.

    J’arrive d’abord à Stafford un peu avant midi. Mon ami déprimé me vide de suite. Faut dire que pour une fois ce n’est pas compliqué, on peut vider à quai, du coup il paraît moins au fond du trou.  Suite logique à Stone, là pour 2 pal. Impossible de valider un quart d’heure, chez l’un  comme chez l’autre.

    Go vers la 1ere ramasse, à Wrexham, au nord Pays de Galles. 

    A travers, Nantwich, Crewe, ça ne roule pas super, mais c’est le plus court. 1h25 de route quand même. On voit les montagne au fond enneigées, avec le beau temps c’est joli.

    Ici, c’est encore bien long pour 5 palettes, 1h pile. C’est du beurre de cacahuètes, déjà fait ce truc il y a bien un an, et ça avait été aussi long.

    Lucas me dit de rouler vers Oldham, il attend juste confirmation d’un lot. 

    En repartant, je m’aperçois n’avoir pas valider une bonne pause. C’est le comble en ayant attendu une heure. j’ai bougé en plein milieu, et l’histoire des quart d’heure que je n’avais même pas validé aux derniers clients vidés y a contribué. Je n’arriverai jamais à Oldham sans refaire 30 minutes. 

    Plus qu’à faire ça au truckstop de Lymm.  Bon ça tombe bien, plus rien ne va mal pour mon après midi, Lucas n’ a pas eu validation du lot pour une histoire de rdv, du coup c’est annulé. J’ai le suivant qui sera demain de l’autre côté de Leeds. No stress donc, je prends 2 3 photos de jolis spécimens qui passent toujours par ici.

    Plus qu’à aller au plus près du client de demain, il faut passer Manchester et ce n’est plus trop la bonne heure sur le ring A60.

    Pas grave, ça meuble un peu la journée. 

    Sur le M62 qui suit, pareil , la neige n’est pas loin sur les hauteurs.

    Leeds bouchonne un peu aussi. Je sors à la 1ere sortie Castleford, après croisement du M1, c’est le bled de ma ramasse de demain, il y a un truckstop, je vais voir quand même malgré qu’il est déjà 18h ici. Il reste juste une place, ouf le bol. 

  • Photos
  • faut marcher un peu les parois souples
    M25 rainbow
    M25 red black
    Dartford sunset
    le Shuttle et son cinoche
  • Jeudi 13 Février 2020
  •  

    Tranquille, les jours se suivent, les grasses mat aussi, merci le décalage horaire. Je prends une douche pas terrible au truckstop un peu dans son jus, avant le petit dej au camion. Je retourne sur le M62 à 7h45 pour 3 miles jusque la sortie suivante où est le client. Client que je connais un peu, mais là je n’ai pas de n° de commande. J’attends bien une ½ heure le sésame, et après que les palettes se fassent.. Plus d’1h30 pour 7 pal, pas mal. Surtout que c’était 6 prévues au départ. 

    La suite à l’est, à Scunthorpe, au sud de Hull. Coin bien paumé, donc disposant de zi où il y aurait moyen de stationner. Un peu de boulot ici, faut ouvrir les 2 côtés, ça fait un certains temps que je n’avais pas tiré les bâches. C’est des longues palettes de profilés plastique pour le 39. Pareil, plus longues que prévues, si ça continue le dernier lot ne rentrera jamais. 

    Je repars à 11h45. Je casse la croûte avec une saucisse fumée acheté à Martelange lundi, j’avais failli l’oublier. ça ressemble au fumé vosgien, c’est trop bon.

    Je descends au dernier, sur Leicester, par Lincoln et Newark. C’est des belles routes nationales, ça roule au taquet. 

    J’arrive à des dépôts logistiques où je suis venu il y a 2 ou 3 semaines vers 13h30. Bonne nouvelle, j’attends moins que la dernière fois, et les palettes pour le 26 et 07 rentrent largement alors qu’on était au cm près sur le papier. Au moins un client honnête sur cette redescente. 

    Une bonne heure plus tard je repars cette fois vers le channel, bonne nouvelle. On est quand même jeudi, soit mon 3éme jour en GB mine de rien. J’aime bien, mais aussi quand ça s'arrête. 

    Retour via M1, 25 où ça merdoie un peu, forcément vu l’horaire. Mais j’arrive au tunnel largement en moins de 4h depuis le nord de Leicester. 

    Il y a une panne d’application du shuttle, je n’avais aucune idée de l’état du trafic, mais ne voyant pas de file du tout depuis le M20 j’ai engagé la traversée par là. Enregistrement fluide, mais c’est bloqué juste après, avant les contrôles. 

    Au bout de 20 minutes j‘attaque de casser la graine, et naturellement ça redémarre en plein festin de ma salade de pâtes achetée hier au M&S de Lymm.

    Je le dis à chaque fois mais ce moyen de traversée est pénible, froid, sans intérêt et parfois aussi incertain que le ferry. Tant pis pour moi, j’aurais dû continuer tout droit, surtout que ma semaine est terminée.

    Bon, une fois en ligne 1 bonne heure plus tard, je peux enfin terminer de casser ma croûte.  

    ça embarque à 20h30. Traversée toujours joyeuse, chacun rivé sur son smartphone, moi le 1er, et à se pincer le nez par l’odeur de renfermé. Ils pourraient un peu aérer leur navettes. Limite on aurait envie de piquer les masques respiratoires de secours. On se demande comment on faisait pour manger un repas sur la à peine 1ere décennie de cette invention. 

    Retour sur le continent à 22h20. Comme d’hab, je taille vers St Omer, à son péage de sortie, il est 22h55, j’aurais encore pu rouler 1h, mais pour atterrir où? 

  • Photos
  • STH 02
    la maison Pneus Gérard
    au banc d'essai de la semaine 8
  • Vendredi 14 Février 2020
  • C’est vendredi, plus qu’à rentrer, alors autant ne pas traîner au lit, 8h c’est parfait pour repartir.

    Arrêt aux Monts de Nizy pour la douche. Ici, on squatte un peu chez STH. 

    N44 à Reims, N4, les presques 4h30 me mènent au parking pourri en haut de Ligny pour casser la graine.

    Cette fois à Toul je taille tout droit vers Nancy et et les Vosges Hautes. 

    C’est presque la route, lundi je commence sur Arbois. Et divers courses à faire.  

    Tout d’abord un arrêt aux pneus à Chavelot. Pas pour mon attelage, mais j’en ai 4 à prendre pour Jarcieu, enfin 5, j’en ai négocié un 5 offert. Gérard me gerbe ça en 3 temps sur mes longueurs. On se bidonnent 5 minutes, comme toujours avec Gégé.

    Je passe ensuite chez Volvo à St Nabord. Pareil, mon tracteur n’a rien à y faire pour une fois, mais Eric le commercial m’a proposé un véhicule à l’essai pour la semaine prochaine. 

    Aux 1ers abords c’est le même que le mien, un 500, mais Globe tout court mais finalement suffisamment haut pour moi, et surtout encore avec des rétros, ouf. C’est en dessous que la nouveauté a opéré, il s’agit du modèle I Save, qui est doté du Turbocompound qui fait son retour après une absence sur presque 2 phases de FH. Doc il s’agit surtout du couple qui largement amélioré, et qui doit se répercuter sur la conso. Je suis curieux de tester ça. 

    Eric me présente le véhicule en gros, je connais le plus gros, mais il y a bien quelques nouveaux boutons, dont les vitesses puisque ce modèle n’a plus le sélecteur collé au siège. 

    Je déménage l’essentiel et indispensable de mon fourbi pour une semaine et attèle à la Schmitz. 

    L’ancêtre bleu, qui eu connu ses heures de modernité en d’autres temps, va rester au repos ici une semaine.

    18h30, retour à la maison. Lundi, on fera muuse avec ce joli joujou au bruit que l’on remarque tout de suite différent. Il est quasi neuf, 6000 bornes et quelques.