Carnet de bord de Septembre 2019 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Givert
    Badoit, c'est mimi
    Forez
    "mangez des pommes!"
    théma lorraine
  • Lundi 30 Septembre 2019
  •  

    Il faut savoir renouer avec les lundis matinaux, 4h15 du parking, c’est pas mal. Ici c’est sec, à la maison, ça tombait des cordes, il va bientôt neiger si ça continue.

    Direction le Rhône Alpes, faut pas se gourer après le péage. 

    Ça varie, on ne s’ennuie pas puisque je quitte l’A31 pour l’A39, et m’offre la pause sieste café à l’aire du Poulet, près de l’ancien haut lieu de St Trivier de Courtes, j’ai roulé que 3h, mais il fait encore un poil nuit, la sieste profite plus je trouve. 

    Je redécolle à 8h, le pâté déjà englouti avec le café de la Avia.

    Je commence plus très loin de là, à St Vulbas, tranquille quoi pour un lundi. Je vide les dernières palettes chargées en GB vendredi en même pas 15’, tout va bien. Tout comme la circulation déjà repassée au vert sur Lyon, A46 tout ça. A peine 1h après je suis à quai chez DHL à Vénissieux, une petite heure pour vider quand même le Manchester. Plus qu’un client paumé dans le 42, je passe au gazole avant à Feyzin, c’est plus prudent. j’en mets juste assez pour finir le mois, le stockage ça coûte cher. 

    Je m’arrête  casser la graine à la BP après Givors où le pont passe désormais nickel.

    Mon bled est au dessus de St Galmier, faut sortir à Andrézieux. C’est drôlement joli par là, en montant. St Galmier aussi, on est à Badoitcity. Mon bled est après, Chazelles sur Lyon. 10 minutes pour vider le Walsall et je me dirige vers mon rechargement reçu du temps de midi. Je ne traîne pas, vu la destination hispanique, donc alléchante, faudrait pas que ça change. Ça charge à Montbrison, un complet. 

    Je suis chargé à 15h et quelques, alors que c'est pas l'envie qui manque de se faire oublier et de prendre les voiles tout à travers vers cette destination qui fait envie. 

     À la place, je signale honnêtement mon avancée et le petit mètre restant à Stéphane qui en retour m'invite à rentrer sagement à Jarcieu. 

    Ça re-roule bien, c'est tôt, Sainté, où je vois le chantier immense d'un centre commercial encore - pas très vert tout ça - et Givors, où par contre le vert domine toujours, mais au niveau circulation.

    Un peu avant 17h dans le bureau de Duarig Transports Internationaux, en posant mon épaisse pile de cmr passés, j'ai l'information que je peux bien garder celui en cours, Julie me souhaite carrément bonnes vacances, faut juste que j'attende un des 2 lots que je reprends ici, qu' Yvan ne va pas tarder à ramener. 

    Pas grave, j'ai 8h50, je vais valider une vraie 11. Je termine de charger un collègue balte pour occuper l'attente, de la GB,comme ça je garde les un peu les pieds sur terre, enfin l'île.

    Mon ami, mais néanmoins ex Bressan,  arrive, il était temps, car je maîtrise mal la langue lituanienne, et c'était silence sur le quai.

    Je reprends la place de l'ami lituanien et j'ai à ressortir quelques 6 pal pour en gerber 2 plus légères et le cartonnage que dépose Yvan. Il s'en reviennent de circuit catalan avec Arthur. Ils m'assistent dans mon gerbage et c'est bien gentil à eux alors qu'ils ont leur fourbi à décharger.

    Je peux couper à quai, c'est mieux, merci boss. Enfin il a l'habitude avec moi.

    Yvan qui a passé donc son weekend sur circuit, prend encore le temps de m'offrir une bière dans la cuisine avant de rentrer à son nouveau repaire qui est beau. Philippe se joint à nous. Je leur fait donc la dégustation du fuseau lorrain. Ça tombe bien, la bière ramenée d'Espagne par Vanvan est brassée à Champigneulles, en Lorraine…

    j'attaque en Catalogne demain. 

    Je casse ensuite la graine dans la cuisine avec José de chez Géry Lorfeuvre. Une soupe maison de ma chérie, en bocal, la 1ere de la saison, déjà adaptée au climat uniquo-annuel de l'Angleterre. 

    Mais il y a Stéphane qui rapplique avec 2 plats de pizzas et mini fours qui proviennent d’un apéro dinatoire qui se déroulait à l’étage. Nous voilà bien avec tout ça. On goûte, c’est pas mauvais la pizza aux ravioles, mais un peu bourratif. José a de l’alu, il recouvre tout ça et range ces bonnes choses au frigo. 

    Un peu de cdb, et un petit qso gsm avec le prof, qui est là dans son élément puisque j'attaque en Catalogne demain.