Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • N36 liner
    1er F60
    Compiègne
    A1 Liner
    Jarcieu liner
  • Lundi 12 Octobre 2020
  •  

    Pour ma part je n’ai pas vraiment dormi 57h, mais le camion si, donc tout va bien. J’ai dormi un peu ici depuis hier soir après avoir déposé ma fille chez elle et mangé avec. On en a convenu que c’était sympa cet aller retour mais qu’on ferait pas ça tous les week end. Ma foi son chaton a bien supporté le voyage, le retour plus que l’aller, à 3  mois se payer un trajet de 4h, il est rodé maintenant le greffier.   

    Je prends une douche, café à la senseo et démarre à 2h05, dans un froid venteux et humide. Je ne suis pas le seul dans ce cas puisque Ludo décolle aussi, et rentre de 2 semaines de congés, il a l’air motivé aussi. Heureusement qu’il était là pour guider ma sortie de ma place, parking blindé oblige, le porte faux ne passait pas loin de la semi voisine.

    Cap au nord, enfin pas la GB comme un lundi, heureusement, ça aurait vraiment été raide, mais juste le nord de Paris. J’enquille le périf lyonnais, j’ai pas osé tailler tout droit.

    C’est pas mes axes habituels du lundi, je suis un perdu mais les horaires ne diffèrent pas donc ça trace à peu près. Et avec 3t dans la semi, faut dire que ça ôte toute pénibilité.  En 4h15 j’arrive l’aire de Venoy soleil levant. Chauffage au fond, je fais un bon roupillo et vais déjeuner à la station, me pointe au 1er self trouvé. 4.40€ le grand crème plus 2,70€ le maxi pain au chocolat. Un full break fast c’est des fois moins cher. 

    Quand je repars le soleil n’est toujours pas levé, mais on voit qu’il va faire beau. 

    Je fais via A19 et A5 et checke la 104 avant les Eprunes. No risque, j’enquille la N36, tant pis. Ma fois ça roule, un tracteur de temps en temps mais pas trop de casse pied. Et ça roule comme ça après Meaux aussi, impec. Et je suis sur la route pile de mes clients dans l’Oise. 1er à Nogent sur Oise, map m’envoie à l’opposé de la bonne cour du client mais je ne perds pas de temps. Vide à 11h15, j’appelle le suivant à Jaux, pas loin de là vers Compiègne, j’y serais vers 11h45, mais niet, il me dit 13h30. 

    J’y arrive bien à l’heure dite, vais voir gentiment à pied, mais toujours niet. Comme ça la messe est dite, je ne validerai pas une vraie 11h ce soir. Du coup je casse la graine et fait une bonne sieste, c’est bien aussi. Heureusement que je ne suis pas procédurier, car en place et ouvert à 13h30, ça ne se pointe que 15 minutes plus tard pour vider. Bref. Je recharge à notre plateforme habituelle de boissons à Estrées Deniécourt, à 60 bornes. 

    Un peu d’A1 et j’y suis à 15h. ça charge aussi sec, via les côtés, et c’est collègue Lionel qui arrive quand j’ai fini. Il a la patate Yoyo, il charge pour Miramas à livrer mercredi.  

    Du coup comme c’est mort pour l’amplitude de 13h, je dis achever au mieux mes 10h, do,c j’enquille par St Quentin. Un peu d’A26, et je trouve place au péage de la sortie la Feré, il est 16h25.