Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • en mode assistance petit camion 70
    Sauzet
    prochaine tenue pour Sir Pete, le kilt
    aller il est tard, une photo de derrière pour finir la semaine
  • Vendredi 23 Octobre 2020
  •  

     Impec, pas tant que ça, la boulangerie à 200m repérée sur map n’est plus ouverte. Je me suis fait rincer pour rien. ça descend bien ce matin, je vais quand même voir à pied le client à 8h, car l’accès n’a pas l’air terrible. Tout va bien se passer puisqu’il va m’emmener à une autre boite qui dispose d’un quai, plus simple en effet pour vider l'engin remorqué. A 8h25 c’est vide, sans s’être fait trop mouillé, et le client a attelé direct la machine. La suite est à Notre Dame de l’Osier mais en fait le client va venir me retrouver à Tullins. Bonne idée encore, car rien qu’au nom du bled y avait de quoi s’inquiéter quant à l’accès. Je l’appelle donc et une petite heure plus tard, je suis dans une contre allée de la ZI de Tullins, le monsieur qui fait dans l’espace vert arrive peu de temps après. Il a un petit camion benne, et on vide ça cul à cul, ça ne traîne pas. Sa première machine de marque Grennmech a 25ans, ça doit être de la bonne qualité alors. Les couleurs d’automne rendent encore plus joli le Vercors, en une semaine ça s’est bien coloré partout. 
    Je file à la suite, pour le reste de la semi qui est palettisé, d’abord chez nos amis les jaunes à Portes les Valence. Là comme d’hab ça ne traîne jamais. La suite et fin, c’est à Sauzet, joli bled du début de la Drôme Provençale que j'affectionne toujours, même par ce temps, là aussi c’est bien coloré. J’y suis un poil avant midi, le sympathique client, représentant du produit détergent anglais dans le secteur me vide vite fait. Comme à chaque fois que je viens, on refait le Brexit pendant 5 minutes.
    Je peux remonter direct à Jarcieu. Enfin direct, je n’ai toujours pas trouvé de pain. Je suis obligé de m’abaisser à une courte baguette d’autoroute vendue tout de même 1.40€ à Latitude 45. La pluie monte en cadence à Chanas, et c’est carrément des trombes d’eau qui tombent à Jarcieu. Là on est content de charger tout à quai. Il fait même de l’orage. Tous mes lots sont là, mais Jean No comme souvent se gratte la tête. Qu’est ce qui se passe Jean No? Un souci de compatibilité de produits sur ferry remet en question le chargement, obligé d’inverser avec un autre un lot. Mais après faut voir si l'autre lot qui partira en frigo pourra se vider tel que chez le client. Bref c’est pas facile. Pete s’est déjà changé 2 fois avec la météo, mais ça ira quand même, comme ça il est préparé pour finir en Scotland.
    Je suis chargé à  16h, je suis large pour rentrer. J’aurais pu prendre une voiture pour aller chercher ma petite à Grenoble, elle est en vacances ce soir, mais elle ne sortait qu’à 17h, alors que je croyais 15h, et là l’amplitude coincera, et dormir en route avec le petit chat, ça ne serait pas trop facile, et pourtant j’aime bien les chats.
     Alors elle restera sur l’idée de départ, le train jusque Belfort demain matin. Comme ça le chaton fera son baptême de TGV.  
    Moi vu l’heure et le poids assez moyen, je n’hésite pas à prendre la route de Beaurepaire et Cours et Buis, c’est moins risqué si je veux rentrer ce soir, surtout que je rentre côté hautes Vosges. A39 jusque Poligny, N83 et pause à l’entrée de Besak sur les lay-by où c’est toujours blindé de camions peco. ça n’a trop mal roulé ce tronçon de 83 pour une fois. C’est un poil plus direct que la route des Vosgiens qui est plus adaptée pour rejoindre l’A6.
    La sortie de Besançon est passée au vert, hormis les éternels travaux de Cayenne. C’est grâce à Pierre70 que je sais que ce tronçon s’appelle ainsi, j’avais jamais fait gaffe avant. On se demande si ce bout de 57 jusque Vesoul sera fini un jour. Ils n’ont pas eu Poncelet en Franche Comté pour leur finir les routes, pas de bol.
    Je reçois une photo de mon derrière à Vesoul, c’est un autre notable Vosgien qui suit à Vesoul, Titou de chez Rouillon avec son FH cr. On papote un peu de chez Gégout, vieille boite des hautes Vosges disparue il y a 21 ans déjà, où son père roulait. Il a récupéré des photos, du lourd. On se suit jusqu’au Syndicat, moi j’arrive à mon bled peu de temps après, il est 22h45, impeccable. Week end, et un vrai avec 3 bon gros dodos.