Devenez contributeur de la galerie de photos FDR

Vous connaissez la galerie de photos FDR ? Vous avez un stock de photos qui dort dans votre téléphone, votre ordi, ou dans des albums papier ? Ne les laissez pas moisir ! Tout nous interesse, les camions du quotidien, autant que les bêtes de course. Les photos de routes, du quotidien, il y a de la place pour tout. A ce jour, nous avons 321.000 photos ! Partagez les votres, les photos sont toujours signées du contributeur, et annoncées sur les divers canaux…. Allez, franchissez le pas, on prend le contact 😉  sitefdr@gmail.com https://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/

Renault Magnum, 67 nouvelles photos

Mythique il est, mythique il restera. Le Renault Magnum restera longtemps dans les mémoires des routiers, toujours inégalé à ce jour !
Alors ne nous privons pas avec ces 67 nouvelles photos, dont un bon nombre de collectors ici : https://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/index.php?/category/ae-magnum des photos triées par pays, par transporteurs et envoyées par Carlos Mateus, Chouchen, David Christian Dav, Gérard Bobenrieth, Mat Ireland, Samu88, Stephane Barbotin, Tophe69

En Roumanie en 2000 avec Samu

Quoi de mieux qu’un voyage en Roumanie pour passer des vacances !? Le tout en 2000, bien avant l’€, Shengen et les applications mobiles. Tout ça parait si loin, mais pourtant c’était hier ! Accompagné par sa jeune copine, son beau FH12, pour une belle boucle que vous allez découvrir en cliquant ici

La Bresse – Mostar en 1999

Dans la série voyage qui casse la routine, Samu nous propose un voyage mémorable de 1999.
Avec son père, ils sont parti livrer des chalets et du matériel humanitaire depuis La Bresse dans les Vosges jusqu’à Mostar en Bosnie Herzgovine.
Le Magnum et la savoyarde bien chargées, contact et on clique ici pour démarrer ! 

David, chauffeur en Guadeloupe

Connu sur les routes du sud de la France, David, routier occitan a tenté sa chance à La Guadeloupe. Terminée la distribution de carburant avec son Scania, il roule désormais avec un Volvo FM, livre des chantiers à travers la Guadeloupe. En route pour la Caraïbe il nous raconte :

Ici le boulot complètement différent.

Pas de parkings juste quelques bas cotes qui font office d’aire de repos pour une petite pause à l’ombre..

Pas de restau routier non plus mais des petits camions ou des cuisines aménagées dans de simple conteneurs où l’on mange local pour un petit billet de 10.

Il n’y a pas de découchers ici ou alors cas extrême. On est amené à se déplacer sur les îles voisines (La désirade, les saintes ou Marie Galante) et la suivant la durée du chantier on rentre le soir même ou on y dort dans une chambre d’hôte. Beaucoup de camions n’ont pas de couchettes même certains 770 v8 flambant.

La RSE un peu différente notamment pour les heures de conduites. Ici c’est 5h30 maximum avant une 45 car beaucoup d’embouteillages le réseau est saturé. Mais le décor, vaut vraiment le détour !

 

Une semaine avec Guillaume chez Capelle

Guillaume ou Guizmo, est chauffeur depuis une douzaine d’années, il a intégré l’équipe Capelle depuis 2019, enchainant des missions variées.

Il partage en détails sa semaine du lundi 13 au vendredi 17 fevrier 2023

Lundi départ de mon dépôt à côté de Beuzeville 27 direction une carrière dans le 27 entre Vernon et Gisors pour cela je prend un porte engin 4 essieux dont 3 sont directionnelles.
Sur place je dois récupérer une pelle Caterpillar 336gc avec son godet et un BRH ( Brise Roche Hydraulique) h130.
La pelle en elle même mesure 2,95 de large au chenilles, 3,80m au plus haut avec le bras replié le plus possible, longueur 11,5m pour un poids de 40t totale avec les accessoires.
Une fois chargé ça me donne une hauteur à 4,6m puisque en retirant le godet j’ai pu descendre le bras dans la fosse. Pour un poids totale de 71t.

Livraison foulée à Moissy-Cramayel puis retour à mon dépôt le soir même pour décrocher la remorque.
Maman habitant à côté de Honfleur j’irai la bas avec mon tracteur en solo.

Mardi debout à 6h départ à 6h30 direction le port de Rouen sur place je récupère la 6 lignes avec laquelle je transporte un fût d’éolienne.
Bon après ça reste le port rendez-vous pour chargé à 8h mais au final il font d’abord le bateau donc ce sera pour l’après midi.
C’est pas grave ça me permet de préparer tranquillement la remorque pour le transport. Première poutre on ouvre de 8m50, deuxième poutre un peu moins seulement 8m de plus ce qui avec ma longueur a vide et fermé 37m de long.

Positionnement sur les bers des protections pour ne pas marqué le fût et ensuite attente. C’est le plus long puisque à 15h30 il lève le fût et à 16h30 je sort du port avec.
Longueur totale du convoi 39,5m largeur 3,4m hauteur totale 4,45m poids totale de l’ensemble 77t.
Maintenant il ne faut pas traîner car le pont Flaubert m’est interdit entre 17h00 et 19h puis ensuite de nuit je n’ai pas le droit de rouler.

L’itinéraire n’est pas compliqué sortie du port on repars à droite direction Moulineaux, après le terminal ruby premier stop du camion, le rond point qui permet de reprendre la sud 3 doit être passé par le centre et pour aller plus vite je monte dans un vp et on debarasse les plots, flèches et bastaings de l’entrée du rond point. Une fois cette étape faites, retour au camion pour aller jusqu’à ce fameux rond point. L’idée est de garé le camion en son centre pour remettre les équipements retiré juste avant et laissé juste de quoi sortir au camion.
Ensuite c’est reprise de la sud 3 jusqu’au pont Flaubert, puis la monté de Barentin et l’A151 jusqu’à Totes. S’en suit de la petite nationale en passant par Saint Victor l’abbaye, Saint Saens et la route habituelle pour les convoi jusqu’au rond point du relais des hayons, où on prendra la direction de Forges les eaux puis Gournay en Bray.
A Gournay au niveau du Aldi on reprend direction Marseille en Beauvaisis pour finir la journée à la sortie de Choqueuse. Il y a un parking à la sortie où on peut garé camion et vp, fin de journée à 19h30.

Mercredi remise en route à 8h du matin pas avant sa sert à rien de ce parking là en moins de 4h on arrive à Reims. Petit tour du camion vérification de l’arrimage et contrôles visuel des pneumatique il ont tous l’air OK donc on peut partir.
Traversée de Marseille en Beauvaisis puis tout droit direction Beauvais, comme je suis à moins de 4m50 je peut même passé dans le petit tunnel. Après c’est une route que pas mal de monde emprunte la N31 jusqu’à Compiègne (plutôt Venette) ou on doit quitter la N31 et prendre la première bretelle à droite en direction de la zone commercial, après c’est tout simple au premier rond point c’est tout droit au deuxième aussi mais c’est interdit au +7,5t sauf convoi donc j’ai le droit et on continue toujours tout droit jusqu’à arriver à un rond point ou on doit reprendre la d973 donc la pas on se met bien au milieu de la route, avec le tracteur bien droit comme si il fallait monter sur le terre plein et après seulement il faut commencer à tourner pour prendre la direction de la d973, pendant ce temps là vp avant bloque les usagers qui arrivent de cette route car pour passer sans touché à la télécommande il faut aller jusqu’àu trottoir d’en face et quand le deuxième essieu de la remorque arrive à la sortie du rond point c’est bon on peut revenir dans la bonne voie.

Mais le plus difficile n’est pas là, tout au bout de la ligne droite il y a un rond point pas assez grand pour le prendre en normal donc c’est à contre sens qu’il se prend. Comme depuis que nous sommes sortie de la N31 j’ai un convoi derrière moi avec des mobile home je profite du moment où je suis à l’envers dans le rond point pour le laisser passé.
Encore un rond point et on reprend la N31. Il est tellement grand que il se fait limite tout seul.

Prochaine étapes les virages en S avec la lignes SNCF, la voiture avant va assez loin pour bloqué voiture est camions une cinquantaine de mètre avant le virages à droite pour ceux qui arrivent de Soissons car avec la longueur quand je ressort du virage j’ai le tracteur à droite le long de la ligne mais la remorque elle se trouve à mi voies de l’autre côté :tetedanslmur:.

Ensuite c’est de la ligne droite jusqu’à Fismes ou les deux ronds-points sont fait à contre sens, plus que le pont à passer tout à gauche et hop Fismes c’est fini.
Prochaine étapes le parking d’attente des convoi à l’entrée de Reims c’est pas compliqué si tu arrives à situé Ikea bah c’est la sur les zébra de la voies d’insertion.

L’avantage café, toilettes et repas il n’y a qu’à traverser la route. Ça a bien rouler car à 12h on est garé prêt à repartir mais ça c’est à 14h30.
14h30 deux motos de la police nationale arrive et pour commencer contrôle des papiers et de l’autorisation de convoi avec un raccordement spécifique pour la longueur qui nous évite un virage à gauche très serré. Et pour les vp papiers permis et fip.
14h35 tout le monde est OK l’itinéraire est refait avec la police pour être sûr c’est bon on peut partir maintenant c’est open bar, le convoi ne doit pas s’arrêter.
La première difficulté est un virage à 90° vers la droite entre la D980 et l’avenue d’Epernay au début de la manœuvre il faut que la vp arrière empêche la remorque de tourné en automatique puis une fois le camion dans l’axe la elle doit envoyer la remorque à gauche pour essayé de l’aligner pour passer dans la bretelle entre les feux. Pendant que le tracteur va jusqu’au trottoir d’en face et monte dessus pour faire passer le reste de la remorque et ensuite seulement revenir dans la voie mais le plus dur arrive c’est en haut de l’avenue d’Epernay il faut faire un 180° pour reprendre le boulevard Franchet d’esperey et la ça travail dur pour la remorque car même en élargissant la trajectoire au maximum elle tourne limite sur place. En gros ce virage prend presque 5 bonnes minutes car pour éviter de déjanté je le prend en première courte.
Et après c’est plus calme on reprend le boulevard président wilson le rond point à l’air petit mais il se fait en auto on traverse tout le boulevard jusqu’à l’avenue de champagne ou d’après le premièr arrêté on doit passer au dessus puis prendre aussitôt à gauche direction Châlons en Champagne mais comme c’est une manœuvre fastidieuse, il ont eu un additif ou raccordement qui nous autorise à prendre l’avenue de champagne pour descendre 1,8km plus loin dans un grand rond-point faire demi tour et remonter direction Châlons. Et la c’est tout droit jusqu’au domaine de Pommery ou il faut prendre tout à droite mais le virage ne peut se faire en direct donc l’ idée et de faire une amorce de virage et d’aller tout droit direction rue de crayeres une fois dans cette rue là vp arrière s’occupe d’envoyer la remorque sur la route à la gauche de façon à reprendre la D944 en direction de Châlons le plus droit possible.
Une fois la manœuvre exécuter c’est toujours tout droit jusqu’au rond point de l’avion à la sortie de Reims en gros cette étape peut prendre 1h pour 14km.

Le reste de la route est plus simple D944 tout du long avec déviation par sillery également pour les petites loges à cause de la limite de poids sur les pont emprunter. Châlons on passe par la rocade puis direction Pogny on sort comme pour allé à France Luzernes mais dans la sortie il y a une bande de gravier pour nous permettre d’accéder à la contre allée. Tout ça juste pour prendre le rond point qui se situe juste après. Comme il est petit impossible de faire le tour pour aller tout droit et rejoindre la D79 donc encore une manœuvre, il faut aller cherché très loin sur la route pour aller en centre ville de façon à faire passer la remorque, ensuite une fois la remorque en direction de Pogny il faut reculer pour prendre la D79 mais en marche arrière et ça pendant 3km jusqu’à rejoindre un pan coupé qui va permettre de se retourner pour prendre une route et un pont et arriver au début du chantier.

Petite photo sympathique je crois que j’ai le combo gagnant. Heureusement pas de retrait de point :siffle:

Arrivé sur le chantier peu avant 18h du coup on regarde où se placer puis fin de journée. Comme il y a les pales qui ne sont pas vides des vp sont resté pour faire les manœuvres je peux donc libérer les miennes.

Jeudi début de journée très tôt il doit être 8h comme j’ai libéré les vp hier soir je profite des deux vp et du fait qu’il fait jour pour accéder à l’éolienne qu’on doit livré. Je suis le premier à bougé car je gêne les pâles qui elle doivent être vidé en premières, donc on me fait monter puis me mettre dans un chemin en attente.
Comme je n’aime pas rester sans rien faire je filerai un coup de main pour retirer l’arrimage et fermé les remorque de transport de pâles ou appelé superwing c’est comme les chiken wing mais en plus grand :lol:.

11h30 en position à côté des grues 13h remorque fermé matériel range plus qu’à rentré et se sera retour à vide jusqu’à Beuzeville car entretien de la remorque à faire et si possible lavage.
Du coup le jeudi soir bah c’est encore à Honfleur.

Vendredi  je pars a7h30 de Honfleur je rejoint mon dépôt pour faire l’entretien de la remorque qui consiste a remplir les pots de graisse, faire le graissage manuel si il y en a, contrôle de l’éclairage et pression des pneus a froid. Lavage histoire d’enlever un peu de boue de la marne sur l’ensemble mais pas lavage complet car je sais que je retourne sur le même chantier. Le midi c’est restau a Foulbec 27 entre collègues.

L’après-midi je file un coup de main a un collègues a décharger une chargeuse 926 de sa remorque (c’est toujours mieux d’être a deux pour les rampes manuel a assistance manuel) Puis retour a la maison.
J’ai déjà mon boulot pour toute la semaine prochaine du lundi matin au vendredi soir je récupère mes autorisations de rouler (en gros l’itinéraire avec les prescriptions) puis retour a la maison.