Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • k├ęzako ?
    il y du vent
    on me presse, il y a du monde derri├Ęre
  • Lundi 5 Octobre 2020
  •  

    A 8h je suis au dépôt, je range mes affaires, je vais faire coucou au bureau, le boss me file mes fiches de paye en retard et zou !

    A la mairie de Montbozon tout est éteint. Je vois une pancarte « communauté de communes », je me dis que les services techniques sont peut-être au même endroit, c'est à la sortie du bled en face de la biscuiterie dont j'ai déjà parlé ici. Les biscuits de Louis XVI... Visiblement c'est pas là, il n'y a que des bureaux. Je vais quand même à la pêche aux informations, je tombe sur une dame bien aimable qui appelle je ne sais qui mais ça doit être la bonne personne paraît-il. Je retourne à la mairie, je tombe sur un petit gars qui me fait signe quand j'arrive. Garé sur le trottoir, j'ouvre et je lui décharge son truc bizarre. En fait c'est un ascenseur, ou plutôt un monte-charge pour que les handicapés puissent monter à l'étage de la mairie. Purée les handicapés nous coûtent un pognon de dingue... En deux coups de fourches c'est posé. J'avais pas bien vu mais la palette est en deux parties, le gars me demande si je peux lui dégerber. Ce mec est bien sympa, c'est un tout petit service, aucune raison de refuser.

    Sur les coups de 10h je suis chez Casino Besançon, ici plus de gardien on s'inscrit sur un écran tactile et on attend au camion. J'ai rendez-vous à 10h30, j'ai le temps de remplir des récépissés pour prendre un peu d'avance. Fabrice m'appelle : « Pierre tu peux venir, j'ai pris de l'avance, à 14h je dois charger un conteneur pour la Guyane. » Comment te dire ? Je suis encore à Besac', même pas vide et si chez Waterair vous êtes à cheval sur les horaires, dans la grande distribution ils n'ont pas la même rigueur, ni le même respect pour les chauffeurs mais ça c'est une autre histoire... Bon j'ai été médisant, à 10h36 mon immat' s'affiche. Je tombe sur une dame bien gentille, elle me dit où décharger et qu'elle garde les papiers pour contrôler plus tard. Du coup une demi-heure plus tard je me sauve. Nickel-chrome.

    J'ai même le temps de passer manger ma tomate du jour chez ma chérie viteuf'. Tomate améliorée faut avouer, avec un bout de tarte à la rhubarbe maison pour finir.

    Quand j'arrive à l'usine Fabrice a déjà attaqué le conteneur. C'est un alsacien qui tractionne le conteneur et pas Yaya le nouveau boiteux de FDR, je suis déçu. Après je me suis souvenu que ce matin il était à Rouen. Boh Rouen Seppois en 4h avec un FH3 ça passe crème...

    Fabrice a sorti mon fourbi et c'est Jean-Pierre qui me charge. On aurait presque pu tout poser au sol mais ça aurait fait juste quand même, mes cadres sont en place dans la semi, pas la peine de faire le malin. A 14h45 je file.

    Je descends dans le sud pour changer. Je ne traîne pas, je commence à Vauvert demain matin, faut enquiller un peu. Les 4h30 de volant sonnent à Ambérieu, allez c'est bien on finira demain.

    Par le plus grand des hasards je tombe sur Damien l'ex formateur de chez Buffa. Il est chez BC Express désormais, il fut formateur là aussi mais il a demandé à être dégradé comme il dit. Il roule en S520, V8 bien sûr, suspensions intégrales, tout blanc, un bel objet. Non vous n'aurez pas de photo il fait nuit. Déjà qu'en plein jour je suis un photographe à chier …