Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Jeudi 15 Octobre 2020
  •  

    Ce matin j'ai la grande douche, celle des filles. C'est souvent le cas dans les routiers, les douches des filles sont plus grandes et luxueuses, les dames ont besoin de la salle de bain de Cléopâtre ?

    A 8h je suis dans une boutique qui fait des profilés plastique, un camion devant moi ensuite le cariste bien sympa d'ailleurs me charge. C'est pas complet mais je ne laisse pas le temps à Laurence de réfléchir j'appelle Pauline. Ma semi est périmée aux Mines à la fin du mois, ça va être juste, on a une fenêtre de tir demain, si je vide ça dans la foulée demain matin je peux charger du lourd et passer au contrôle. On fait ça. Mon plan est nickel-chrome.

    A 14h30 je suis à Genlis. Je tombe sur une harpie, elle me dit qu'elle n'a pas de cariste, accident il vient de partir à l'hôpital et de toute façon j'ai rendez-vous demain à 10h30. J'essaie d'abord le mode Caliméro, elle ne veut rien savoir, puis la menace de facturer une deuxième présentation de la cam' mais ça ne marche pas. Chié !

    Pauline me trouve un transporteur pour déposer le lot. Je fonce aux transports Vingeanne à Chevigny. Je me vide tout seul, je fais un tas propre avec les profilés et je file.

    Retour à Besançon, je passe chez Mécano Services pour charger des gueuses en béton. J'en mets 4 devant et 8 derrière pour avoir du poids sur les essieux, ensuite je rentre à Devecey pour charger un abri de jardin. Je le poserai sur les gueuses et c'est à livrer avant l'heure du contrôle technique, le plan parfait. Il est 18h, ça bouchonne tous les soirs au niveau de Valentin, normal. Je roule cool, 40 ou 50 à l'heure, je laisse une bonne distance, tu as toujours un abruti qui déboîte de la file arrêtée pour gagner deux places. Mais là c'est pas un mais une abrutie. Dans une Mégane . Elle me double, se rabat devant la cabine, c'est difficile de faire une queue de poisson plus sévère, elle voit que la file de droite où elle voulait aller est arrêtée, donc elle s'arrête, normal. Je saute sur les freins, l'erreur ! J'entends les gueuses glisser dans la semi, un boum, et je tape la bagnole. Pas fort heureusement. Sauf que le tablier de la semi est amoché. On fait un constat et retour chez Mécano Services, les gueuses sont à l'avant ça va pas le faire.

    Je rentre au dépôt en solo, mon patron m'attend, je suis dépité. Heureusement j'ai bien rempli le constat, moi je n'ai pas de case cochée, elle elle a la case « changeait de file », une case de la mort. Les cases de la mort c'est : changeait de file et heurtait par l'arrière. La meilleure case c'est, à l'arrêt. Mais là je ne pouvais pas le mettre faut pas déconner. Mon patron me dit de prendre une bagnole et rentrer chez moi, on fera rien de plus ce soir. Il a raison, dormir dans le lit de ma chérie c'est bon pour le moral.