Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • province de Soria
    au village dans la sierra
    E.T. t├ęl├ęphone maison
  • Mercredi 21 Octobre 2020
  •  

    La chica enlève le trépied « sol glissant » et je vais me doucher. Ici c'est toujours nickel, ce matin encore plus.

    Je livre dans la province de Madrid mais bien au nord, pour une fois j'esquive la N2, à Saragosse je tire tout droit. Autoroute direction Logroño jusqu'à Gallur ensuite c'est le kif ! N122 puis N110, le pied ! Le jour se lève sur les montagnes, c'est magnifique. Là c'est l'Espagne profonde, des villages isolés, des maisons en pierres. Je crois que la province de Soria est la plus pauvre et avec la moyenne d'âge la plus élevée d'Espagne, ça se ressent que c'est pas l'opulence. Je ne loupe pas le seul resto que j'ai vu au bord de la route, je vais me jeter un cortado à 10h. Cette route retombe sur la N I au niveau du Somosierra.

    Un peu après le col je quitte l'autovia pour une toute petite route, les gens dans les bleds me regardent passer, c'est l'attraction du jour. La route est incroyablement tortueuse, par endroit c'est fin. Tellement fin qu'à un moment je me fais coincer dans un village. C'est impossible de tourner entre deux maisons et un coin de mur. Je passe un long moment à ressortir sans rien casser. Putain si je dois faire demi-tour je fais comment ? Je n'ai rien vu de correct depuis des kilomètres. Je vais voir à pied... En fait il faut passer derrière la première maison sur un chemin bétonné puis on retombe plus loin sur la route, bien sûr rien n'est indiqué, faut deviner et le chemin en béton jamais t'as l'idée de t'y aventurer. J'ai perdu de précieuses minutes de volant, déjà que mon histoire était chronométrée... Javier s'inquiète de ne pas me voir arriver, il m'appelle. Bé oui sur les routes de merde de ton pays c'est pas facile. Il m'attend à l'entrée du bled, on fait le tour en voiture, à 200m je peux garer, c'est bien. Il fait un temps de chien, il pleut ça caille, je ne m'éternise pas.

    Le voyage que Laurence m'a trouvé est confirmé, je me rapproche de Madrid. Bon bouchon un peu plus loin sur l'autovia, deux bagnoles se sont tamponnées, ça coince. J'ai faim je m'enfile dans la sortie avant le bouchon et je mange un bout. Quand j'ai fini ma soupe le binz est passé.

    A 14h30 je suis chez un fournisseur de Peugeot. La fille au bureau ne voit pas ce que je viens faire, elle me demande si je suis sûr que c'est là. Ben non j'ai vu de la lumière … A 15h un mec revient de la soupe, il me dit « Peugeot ? » et me fait mettre en place. L'accès est espagnol, petit portail, des bagnoles mal garées, trottoir haut, normal quoi ! On charge un complet d'emballages vides. Je comprends pas trop, en général on apporte des emballages aux sous-traitants Peugeot pour expédier les pièces, on reprend pas de vides. Bref, pas grave, en une bonne heure c'est chargé, ça me va bien.

    Il me reste 4h à rouler pour faire 10, venga ! On est mercredi, on reçoit les programmes pour dans 15 jours, ma piscine en Galice est reportée, Barcelone idem, je suis vert ! Je me retrouve avec un relais en Belgique... Bon, ça fait du changement, faut positiver.

    Je finis mes heures à l'entrée de Vitoria à la Ruta de Europa, nickel.