Carnet de bord de Novembre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Lundi 16 Novembre 2020
  •  

    A 7h et quart je suis à Bourogne, je prends le temps d’appairer mon magnifique téléphone de prêt Orange. Je pensais que le Samsoule qu'on m'a volé c'était un truc à 1€ mais il a moins de 6 mois, si je veux le même c'est 350 boules. Bah c'est bientôt Noël...

    Comme un lundi habituel je me prends du pain à Buvilly, je coupe un quart d'heure, j'en profite pour débâcher. J'ai une bosse dans le rideau, vendredi j'ai gerbé un carton de polystyrène, c'est tellement léger que ça ne se tient pas. Faut dire que la semi est pleine comme un œuf c'est pas facile.

    Comme un lundi habituel les 4h30 de volant klaxonnent à Feyzin, j'attaque une moitié de soupe de ma moitié.

    Je commence à Étoile, c'est la banlieue sud de Valence, chez une femme fort désagréable. D'emblée elle me prend de haut. Je lui dis qu'il faut un peu de place à l'abri, un mètre carré à peu près, elle m'ouvre un garage, il y a une Clio dedans. Je pose la feutrine sur le côté, elle me lance : « ah ben si vous voulez pas ranger je vais le faire. » Bon, je suis brave, toujours sur ma réserve, mais là ça suffit, je l'envoie bouler. Elle pose un colis devant la bagnole, je lui dis qu'elle va bloquer la voiture, paraît-il qu'elle est en panne depuis un an. Ben je pouvais pas deviner. Je fais mon contrôle vite fait et j'abrège l'entrevue.

    Ensuite je descends à Loriol. J'avais pour consigne d'appeler le client un peu avant d'arriver, le gars me donne rendez-vous dans la ZI des Blaches, où j'ai chargé l'autre jour pour Dijon je crois. Le gars est chauffeur, il roule en TP avec un 8x4. Il est super sympa, ça me change de l'autre connasse. Je le suis jusque chez lui par un itinéraire aux petits oignons. Quand on a fini il paye sa bière, bon ça va, tous les Drômois ne sont pas infectes...

    J'arrive à la nuit tombée au centre routier de Nîmes, demain je monte dans l'arrière pays, c'est le trou du cul du monde, aucune envie d'y monter ce soir.