Carnet de bord de Décembre 2013 Partager sur Facebook
  • Photos
  • lever du jour
    il y a de l'attente
  • Lundi 2 Décembre 2013
  • Fin de la grève ? Non, ça continue encore, faut tenir bon, il y a une bonne équipe sur Lyon, si Mickaël and co pouvait faire des petits un peu partout en France, dans 2 semaines c’est les vacances, ça râlera, mais ça fera entendre cette voix silencieuse qui en a marre de ne pas être entendu, et surtout compris. Mélenchon a rassemblé selon ses dires 100 000 manifestants, la police en a compté que 7 000, il est fort ce Vals, il a fait disparaitre 93 000 humain d’un seul coup, je ne sais pas pourquoi, mais je crois plus les chiffres de la préfecture que ceux de l’énervé permanent.

    Il est 4h, je décolle, parait que ça va être le bordel à Paris, les routiers et les écuyers sont de la partie. En attendant je file telle une gazelle à 80 km/h vers Milan, une petite pause-café à Rivoli avec l’ami PF, suivi d’une sieste à Santhia, et j’arrive chez mon client le roi du petit pain italien made in France dont la maison mère est Bretonne pile à 9h45, un peu le bordel pour entrer en marche arrière dans la cour, merci le personnel de vous garer n’importe comment. Une belle surprise m’attend, le cariste n’est plus là, il a été remplacé par una bella regazza, belle et compétente, ça change du mec d’avant, mais sourire plus lui irait mieux, on verra si au printemps la chaleur la déridera…

    A 10h45 je suis parti, il me reste un client à Opéra, une seule palette à livrer par le côté, j’arrive chez eux à 11h30, le temps d’ouvrir, de fermer, de boire le café, et il est déjà 12h, je dois aller charger à Varese, j’ai 1h15 de route, pile avant l’ouverture, je mangerais devant.

    J’ai bien fait de rouler, quand j’arrive à 13h15, il y a déjà 9 bahut devant le portail, dont 3 posé sur la route, je me mets au cul, ils ouvrent à 14h, j’ai le temps de manger et de lire un peu mon livre du moment « Si je peux être futile à la France » ce sont les chroniques du grand François Morel, écrivain et poète à son temps pas perdu, quel talent il a ce mec.

    C’est le bordel ici, on sort par ou on entre, et c’est un chemin dans le bois pour ne pas simplifier, il faut avancer, reculer en permanence pour laisser sortir ceux qui était devant.

    Je sors enfin d’ici à 16h30, en route, il me reste 2h45 de conduite, juste de quoi aller au Paradise si la Tangenziale de Turin veut bien me faciliter mon choix.

    Bingo je traverse comme une lettre à la poste, juste un ralentissement à l’arrivée de la route du Mt Blanc.

  • Photos
  • Les Alpes
    Le futur
  • Mardi 3 Décembre 2013
  • Parait que la grève des routiers fut un fiasco sur Paris, que TF1 a encore magouillé l’info en rassemblant les 50 manifestants du bouillant et incompétent Mélenchon autour de lui pour l’interview, mais parait que c’est normal, que 100 000 manifestants c’est trop bruyant, surtout quand ils ne sont pas là, de là à dire que TF1 est à droite il n’y a qu’un pas que je franchis bien volontiers.

    Je franchis aussi la frontière qui n’en est plus une, et je fonce vers le dépôt pour refaire le plein, et pouvoir être tranquille si jamais de lyon je repars pour Paname, j’arrive chez mon client à une heure normale, il est 8h30 docteur Schweizer quand j’arrive chez mon client, j’ai droit à un tour complet, car on entre par l’autre rue, mon adresse est celle des voitures.

    Une fois cette affaire réglée, je me mets à quai et je patiente avec un collègue de José qui livre aussi, petit café, il ne connait pas personnellement le roi du PQ, dommage, il aurait pu me raconter des trucs croustillant sur lui.

    Une fois vide, je dois aller charger 33 palettes chez un client pour les vider là où je recharge, je fais donc cela dans le bon sens, je dis ça ou toi ami lecteur tu pourrais croire que je fais des conneries.

    La bonne nouvelle, c’est que je suis prévu pour 14, et il est 11h30, mais c’est prêt, ça c’est cool, à 12h je suis complet de lait UHT pour Milan, et comme une bonne nouvelle entraine souvent une mauvaise, la nouvelle pas bonne du tout, c’est que je vais faire le cobaye au dépôt pour la médecine du travail, je dois montrer toutes les facettes du métier, alors j’ai droit devant ses jolies yeux bleus dans un pantalon en cuir qui lui va comme une 2ème peau, et aussi moins agréable de mon patron et du directeur des chauffeurs, du quai, et du garage, à une mise à quai, à sortir 3 palettes de lait avec le transpall à main, 1 palette avec le transpall électrique (j’aurais préféré l’inverse), puis ouvrir le toit, le refermer, ouvrir le rideau latéral, enlever les planches de 2 ridelles, et de faire coulisser le potelet, ensuite, elle a le droit de voir comment on décroche et on raccroche le tracteur à la remorque, elle me fait sourire quand elle dit, ah c’est ça de s’accoupler, j’aurais bien dit quelque chose, mais le regard de mon patron m’en empêche…

    Sinon le patron a la très mauvaise idée de vouloir lui faire voir le truc le plus chiant du métier de chauffeur, non ce n’est pas de ne plus avoir d’argent devant une dame de petite vertu, mais de changer une roue, là je ne rigole plus, et je lu idemande si elle a une heure à perdre, sa réponse me plait « oh non je ne vais pas vous faire perdre plus de temps », je ne sais pas si ce sont mes beaux yeux qui lui font dire ça, ou le 0° dans la cour, mon boss rigole, mais pas tant que ça, tant pis, mais déjà que ça me gonflait, si en plus il m’imposait ça, c’est bon…

    J’apprends dans la foulée que j’ai bien ma semaine de Noël, me reste plus qu’à acheter une cheminée et une peau de bête pour mettre devant pour les nuits froides et érotiques…

    16h30, je file vers ma destinée, je pensais aller jusqu’à Santhià, mais le sort à pipé les dés, je retourne donc au bout de mes 15h à Bussoleno au Paradise pour le second soir d’affilé, je vais pouvoir attaquer une nouvelle carte de fidélité, l’autre m’ayant permis de manger gratis hier soir

  • Photos
  • Pollution
  • Mercredi 4 Décembre 2013
  • L’Italie est dans la merde, des trombes d’eaux sont tombés je ne sais ou (Pérouge peut-être), et ont dévastées toute une région, les images aux infos hier soir parlaient d’elles même. En attendant le soleil est présent sur la Lombardie, et j’arrive chez mon marchand de lait à 8h45 après avoir subi le bouchon traditionnel Milanèse. Je ressors de chez eux à11h, il fallait attendre que les quais se libèrent des produits lactés, pour que je puisse vider. En voyant mes palettes de laits sortir de là, je me demande combien de vaches il faut pour produire une palette de 630l, et surtout les 20 000 litres que j’ai. En estimant qu’il y a 8 camions qui sortent de là par heure, qu’ils chargent pendant 12h, il faut combien de vaches pour suivre la cadence, vous avez 4h, vous avez toute la vie pour trouver la réponse…

    Je recharge chez mes copains de Technoform, pour mes autres copains de Technoform, j’arrive chez eux à 12h, ce n’est pas fini d’être préparé, comme d’habitude, as grave, je me mets en place et j’attends.

    C’est à 15h15 que je pars de chez eux, en route pour livrer demain matin, pas besoin de coupure pour arriver jusqu’à Epierre, ou j’arrive à 19h pour l’apéro.

     

     

  • Photos
  • Lever du jour
    Déviation ADR
  • Vendredi 6 Décembre 2013
  • 5h je quitte les lieux, je n’ai pas envie de trainer ce matin, pleins de choses à faire à la maison, mais vu l’heure où je vais arriver, je ne vais pas pouvoir faire grand-chose, c’est la vie, c’est notre vie, et que son mes petits soucis domestiques, quand tu vois les gros problèmes qu’on nos amis qui se battent pour récolter des dons au Téléthon, rien, nada, un grain de poussière dans leur carrière à eux…N’oubliez pas « 3637 »

    Je ne vais apprendre que fort tard dans la matinée que j’ai l’ami Prodrive au cul, bon d’accord j’ai un gros cul car il est à 1h derrière moi, dommage pour la croisure, j’étais trop chargé avec mon trapanel pour passer par la N6, raté une belle occaz de le voir lui en même temps que Tonin.

    Je vais faire un arrêt de 30mn pour prendre une douche rapide à la BP du côté de Semur, puis une autre au bout de mes 4h30 à celle de Chalon, car Beaune était surchargé de camions, pas une place…

    Et puis comme la logique préfectorale est une logique d’énarque, je suis en ADR et je n’ai plus le droit de passer par les tunnels de Dullin et de l’Epine du vendredi soir au dimanche nuit, donc je vais faire un rajout d’1h en passant par les Echelles, cherchez l’erreur.

    J’arrive enfin à 14h30 au dépôt, je passe voir le mécano, qui vérifie mes batteries, elles sont à 13v chacune, il pense que c’est le coupe circuit électrique qui me pompe un max, et il y a une oxydation sur un truc au fond que je n’ai pas reconnu, il va s’en occuper.

    Moi lundi je commence à 8h