Carnet de bord de Avril 2015 Partager sur Facebook
  • Photos
  • tordue!
    pont de normandie
    ils savent vivre les portugais!
    hippopotame!
    edf n'a qu'a bien se tenir!
  • Mercredi 1 Avril 2015
  •  

    J'ai mis le réveil 1h plus tôt ce matin, afin de régler ce prôblème de panneau de porte au plus vite.
    Au final le mécano avait tout simplement inversé la polarité dans les broches du dégivrage, ce qui sera résolu en un rien de temps.
    Ma caisse à outils à peine rangée, qu'arrive un camion qui à vue d'oeil semble bien pencher, et c'est bien le cas ce dernier à éclaté sur la semi.
    Je jette un oeil sur mon temps de coupure et vais lui proposer un coup de main, on est jamais trop de deux pour ve genre de galère, et d'ailleurs aujourd'hui être deux ne suffira pas.
    Après avoir laissé agir le dégrippant le temps de fumer une clope, on s'atelle à la tâche, et rien n'y fait les deux derniers goujons refusent de venir, à tel point qu'on y tordera sa barre...
    Notre chauffeur se résigne, et fini par appeler l'assistance, quand à moi il est temps de reprendre le volant...


    Ne voulant pas passer Rouen sur les coups de 9h, je décide d'emprunter l'A29, et le pont de Nomrnadie, sur lequel d'ailleurs je me ferrais bien secouer vu le vent qu'il y a aujourd'hui, pour ensuite suivre la direction du Nord, en empruntant l'autoroute jusqu'à la sortie Nord d'Amiens.
    Je ne gagne pas grand chose en temps à couper à travers, mais l'économie de péage n'est pas des moindres, et comme d'habitude ça me permet de me dépayser...
    Ce sera donc par Albert et Bapaume que je vais rejoindre l'A1, jusqu'à l'aire de Phalempin, ou je vais réussir malgré les travaux à me faire une petite place pour manger après 4h25 de conduite...


    La coupure est faite, j'en ai profité pour payer l'eurovignette pour 2 jours sur le net, et me voilà reparti, toujours sur L'A1, direction la Belgique.
    Je passe donc Lille sans prendre le contournement, puis la frontière de Rekkem sans m'arrêter, pour suivre la direction d'Anvers, ou comme d'habitude les bouchons vont faire leurs apparation avant le tunnel, mais ce coup ci ce sera de vrai bouchons, bien dense, et surtout bien long, puisque 9 kilomètres avant le tunnel je suis déjà à l'arrêt!
    Il y a une bifurcation juste avant le tunnel, la voie de gauche prenant le direction de Rotterdam, et les deux de droite me permettont quand à elles de rejoindre Eindhoven.
    Après avoir rongé mes ongles pendant une heure je quitte enfin Anvers, je retrouve enfin le calme sur l'interminable E34, accompagné de ses interdictions de doubler, et donc de ce fait de ses longues files de camions...


    Il me manquera finalement 5 minutes pour rejoindre mon client à Venlo ce soir, mais no stress ce dernier me veut pour 5h30 demain, je sors donc après Heindoven, à la sortie 36 pour rejoindre le truckstop d'Helmond pour un bon repas et une bonne douche...
    Ne me rester que 20 minutes à faire demain, et j'ai déjà 8h40 aujourd'hui.

  • Photos
  • livraison bien matinale
    me revoilà!
    superbe! et sacrée réguke!
    il n'y a pas foule!
  • Jeudi 2 Avril 2015
  •  

    Il est 5h quand je quitte au pas le parking du truckstop, regardant cette fumée blanche s'échapper de mon échappement tandis que ma première blonde de la journée se consumme, aprs un déjeuner des plus copieux...
    Je rejoins le Fresh Park de Venlo pour y trouver mon client, qui ce coup ci porte le numéro 3842, et heureusement qu'il y a un plan à chaque entrée du parc, car aucun numéro n'est dans l'ordre ici...


    Pas besoin de se présenter au bureau ici, le client et du genre à s'informer, et m'a appelé hier me demandant de me mettre directement au quai 5!
    Si il y a bien une chose qui est flagrante ici, c'est la propreté, tant bien éxterieure que sur les quais, rien ne dépasse, tout est rangé et néttoyé, bref c'est la Hollande, pas la GB!
    Une heure plus tard je ferme mes portes, semi balayée et papiers en mains, direction Lummen en Belgique ou j'y ai rendez vous à 8h.
    D'ici je vais suivre Maastrich, en longeant l'Allemagne par la A73, qui passe par Roermond, Susteren, et Stein, ou je finirais par passer côté Belge.


    Un peu de géographie tiens, en regardant ma carte je me suis rendu compte que le pays était vraiment très étroit par ici, et qu'au niveau de Susteren, seulement quelques kilomètres séparaient la Belgique de L'Allemagne, et en effet après un rapide coup d'oeil sur le web la Hollande ne ferait que 4 kms de large à cet endroit...
    On s'en fou non? Ben non c'est aussi ça la route, en apprendre chaque jour, et pas seulement sur le méier...
    C'est 120 kilomètres plus tard que je me présente à Lummen, pour y charger de la crême fraiche, mais ce n'est pas prêt...


    J'obtiens tout de même mon quai de suite, et dispose d'une bonne heure pour y sortir mes palettes des coffres...
    Il sera 10h finalement quand je quitte les lieux, après m'être chargé pour gagner du temps, prêt à faire feu direction Tours!
    Je rejoins la France à Valenciennes, en ayant suivi Bruxelles, Mons et Charleroi, le tout bien sur en m'étant arrêté faire le plein de cigarette sur l'autoroute.
    J'ai quitté Lummen avec 1h40 de volant, ce qui me laisse 8h20 pour descendre, et je sui bien décidé à ne faire qu'une seule coupure pour y aller.


    Passé Valenciennes je reste sur l'A2 jusqu'à rejoindre l'A1 au niveau de Perrone, pour y suivre la direction de la grande poubelle, Paris!
    Je m'arrête à l'aire de Vemars pour y faire ma coupure et enfin manger un morceau, tout en scrutant le trafic parisien sur le net...
    Et c'est rouge de partout, du moins sur les routes qui m'intèressent, alors je me décide à prendre au pls court, et descend par la A3, puis l'A86, qui après quelques bouchons me faisant perdre une petite demi heure, me laissera liberer les cheveaux sur la A10.
    Maintenant que je devrais être débarassé des bouchons je re-calul mon trajet, et j'ai moyen de vider ce soir, donc rapide coup de fil au bureau, qui appelera le client, mais le retour est négatif, demain 9h!


    Je ne réduis pas la cadence pour autant, ne connaissant pas le programme pour demain, mais ayant une vague idée de sa composition habituelle du vendredi, mieux vaut que j'aille au pus loin ce soir pour démarrer le plus tard possible demain.
    Au final je finirais garé en vrac à la dernière station de L'A10 avant la sortie de Parçay Meslay, persuadé qu'a cette heure ci il n'y aurait pas eu de place pour moi au centre routier...

  • Photos
  • allonnes 49
    pomme pomme pomme...
    Saint Nicolas de Bougueil
    pique-nique
    Durtal
  • Vendredi 3 Avril 2015
  •  

    9h pétantes je passe la barrière de la Stef de Tours, et à la vue du nombres de camions en warning sur le côté ça ne s'annonce pas bien...
    Il y aura de l'attente, à moins que tu te vides tout seul me dis le mec du bureau, pas de soucis, mais dans ce cas tu me descends mes europes!


    Il ne veut pas, donc moi non plus, car une fois de plus je suis plus têtu que pressé!
    Au final il reviendra me voir 10 minutes plus tard me disant que mes palettes m'attendent en bas de la rampe de l'autre côté du batîment, je me mets alors à quai pour me vider...
    Il est 10h30 quand j'en ressors, bien vide, mais encore une fois bien éssouflé par ces foutoues palettes, et m'en vais faire ma première ramasse, à Allonnes...
    Bon faut pas se gourer, il y a Allonnes et Allonnes, l'une se trouve dans le 49 et l'autre dans le 72, et ne vous moquez pas, l'erreur fût bien souvent commise chez nous...
    J'y arrive à 11h30, pile poil pour charger avant midi, et ici tout le monde semble souriant, ah mais oui c'est weekend de trois jours pour les gens "normaux"! 


    Midi sonne et je m'en vais faire la deuxième, qui se touve à Parçay les pins, et comme je ne serais pas pris avant 14h, je décide de prendre l'itinéraire touristique, c'est à dire par Saint Nicolas de Bourgueil, et Gizeux...
    D'ailleurs il semblerait qu'à Saint Nicola le pinard coule à flôt!
    C'est donc en pleine forêt  à l'entrée de Gizeux que va se faire le repas de midi, suivi d'une bonne sieste...
    La deuxième est faite, mais je n'ai aucune palettes pour moi dans tout ce que j'ai chargé, donc je vais à Durtal pour tout vider, et attendre que les miennes arrivent au fur et à mesure avec les collègues...


    Et ça va prendre du temps, certains remontant du sud, alors on va passer le temps à ranger les palettes europes de certains, à boire du café et comme d'habitude à refaire le monde...
    Il est 20h quand je quitte Durtal, après 4h30 sur place, direction le port de Ouistreham!
    S'en suit alors la route habituelle qui mène au Mans, puis à Argentan et enfin à Caen ou j'irais faire mes pleins au centre routier, et avec la hâte d'en finir, car éblouis tout du long par les touristes en plein phare se ruant vers un weekend en province...


    Les pleins fait je rejoins le port pour y faire ma 24h, le ferry ne s'y prendra que dimanche matin, et j'ai bien fait de pousser mes heures hier, puisque je m'y gare avec 14h58 d'amplitude...
    Je me glisse entre deux semi décrochée, soucieux de me protèger du vent si fort, et aussi d'un éventuel voisin bruyant...

  • Photos
  • Samedi 4 Avril 2015
  •  

    Je ne pourrais rien faire de ce que j'ai prévu aujourd'hui, la pluie est battante et le vent violent, donc je me conterai de rejoindre la douche comme balade journalière, et de scotcher sur le Forum Fdr comme d'habitude...

  • Photos
  • le soleil se lève sur Ouistreham
    papillons!!!!
    ça commence à faire long
  • Dimanche 5 Avril 2015
  •  

    C'est à 7h que j'ai ouvert les yeux ce matin, après avoir passé plus de 30h sur le port de Ouistreham...
    Le ferry quand à lui ne quittera le quai qu'à 8h30, pour nous libérer à 13h15 heure britannique sur le port de Posrtsmouth.


    Peu de camion en ce jour de fête, ce qui fait que le contrôle de sortie sera rapide, et c'est à peine dix minutes plus tard que je rejoins l'autoroute, pourtant sorti dans les derniers...
    C'est no stress aujourd'hui, puisque j'ai de nouveau tout mon temps pour monter à Gateshead, lieux de ma première livraison, qui ne se fera que demain soir, alors je me pose tranquillement à 80km/h en direction d'Oxford.


    Le trafic est tout de même dense aujourd'hui, mais ça ne bouchonne pas, du coup les routes s'enchaînent et se succèdent, et c'est donc à vitesse grand V que je passe de la M27 à la M3, pour ensuite ramer dans les côtes de l'A34, puis dans les ronds points de la A43...


    Puis réapparait l'autoroute du Nord Est, la M1,sur laquelle les quatre heures de volant sont atteintes, et je me vois donc forcé et contraint de songer à m'arrêter, malgré mon envie de rouler sous ce soleil radieux, mais comme vous le savez nous ne sommes plus maître de grand chose.
    C'est donc au service de Trowell, au niveau de Nottingham sur la M1 que se fera la pause, pour un café, et un encas, le tout sur un parking PL des plus désert, mais face à une foule de gens venu passer leurs jour férié dans un fast food d'autoroute...


    De là ne me reste qu'à rouler 2h45 droit devant,en empruntant la M18 puis l'ultime route de ce parcours, la A1, pour arriver en soirée dans la banlieue Sud de Newcastle, comme d'habitude le long d'un trottoir, à deux pas du marché...

  • Photos
  • Lundi 6 Avril 2015
  •  

    Deuxième coupure de plus de 24h, les Anglais étant fériés aussi, je ne commencerais mes livraisons que la nuit prochaine...
    Me voilà donc à profiter du soleil pendant toute ue journée à Gateshead...

  • Photos
  • dans le marché
    attendre, encore et toujours!
    propre!
    entre amis..
  • Mardi 7 Avril 2015
  •  

    Enfin le boulot reprend...
    Il est 23h30 ce mardi soir que je bouge enfin pour parcourir les 500 derniers mètres qui me séparent du marché de fruits et légumes de Gateshead.
    Comme toujours il faudra montrer patte blanche et justifier l'entrée avec le CMR, le tout sans oublier de donner les 3 pounds.


    J'ai deux clients ici, le premier n'ayant qu'une palette sera vite réglé, le second quand à lui va décider de jouer les prolongations...
    Je n'ai pourtant que trois palettes pour lui, mais il à décidé de ranger les deux complet qu'il vient de vider avant de me prendre, me rappelant bien le retour du collègue passé la dernière fois...
    Il sera quand même 1h du matin quand je vais sortir d'ici, pour enfin prendre la direction du plaisir, l'Ecosse!
    Enfin le plaisir c'est la journée quand on peut admirer le paysage, car à cette heure ci peut importe ou vous allez en Gb la vision de la route est la même...


    J'emprunte alors la A69, de la sortie de la ville de Newcastle jusqu'à Carlisle, ville séparant l'Angleterre et son comté de Cumbria et l'Ecosse pour y rejoindre la M6.
    Une fois la M6 prise, rien de plus simple puisqu'il suffit de se laisser porter par la nuit pendant plus de 200 kms, tout en admirant les camions Ecossais tout plus illuminés les un que les autres venant en face...
    3h15 plus tard je qui l'autoroute au profit du périph de Glasgow, pour y prendre l'habituelle sortie qui mène au marché, pour m'y garer avec 3h40 de volant...


    Ici on est toujours reçu par l'ancien, le manager, qui est toujours d'un calme déroutant pour un type qui bosse dans un marché, mais qui est aussi un homme des pls adorable et souriant.
    Il ordonne à un cariste de me vider au plus vite, et en effet ça ne traîne pas puisque 2 minutes plus tard mes 16 palettes de pommes sont descendues...


    Comme toujours c'est avec un café qu'on contrôle chaque palette avec l'ancien, et qu'on signe la multitude de CMR, les pommes n'ayant pas toutes été ramassées au même endroit.
    Ce qui nous laisse en général le temps de discuter un peu, et depuis un moment il y a un sujet qui me taraude plus particulièrement...
    Pourquoi sont ils si con à Edinburgh, sachant que c'est la même boîte qu'ici, à la seule différence qu'elle ne se trouve pas dans un marché...


    Si vous aviez vu la tête de l'ancien se décomposer...
    En effet je ne suis pas le seul à les trouver con, car lui aussi, pourtant manager refuse d'y mettre les pieds, s'étant plusieurs fois fâché avec eux pour leurs façons de travailler...
    Car à Edinburgh c'est simple, que vous ayez une palette ou quinze, qu'ils aient du boulot ou pas, c'est pareil, c'est 6h!
    Et je comprend bien que c'est pas notre homme qui pourra y changer quoi que ce soit, car je fini par comprendre qu'il existe une réelle rivalité entre Glasgow et Edinburgh, les habitants de Glasgow se faisant plaisir de les "traîter" d'Anglais...


    Je me serais cru à la buvette d'un match PSG-OM, les hooligans en moins...
    C'est sur cette courte parlotte que je prend alors la direction du dernier, à Edinburgh donc, et que je me gare dans la rue à 5h, me vautrant dans la couchette pour une heure, bien soucieux de respecter les horaires...
    Une heure de sieste qui  va se prolonger, puisque je ne vais y aller qu'à 6h30, après tout c'est qui le patron?
    De toute façon je ne recharge pas très loin, et pas tout de suite.


    Je recharge à Livingston, à 30 minutes d'ici, et bien qu'on mais annoncé le chargement à 11h, je m'y présente à 7h30, alors ce sera parking, mais seulement jusqu'à 9h30...
    Bien heureux que je suis quand je découvre la nature du chargement, soit 20 palettes de boîte en polystyrène vide, alors pensez donc que je n'ai rien dis quand on m'a demandé de charger au transpal à main...


    Il est 10h quand je quitte les lieux, direction Bobigny, à 1200Kms d'ici...Je reprend Glasgow, puis la M6, et même si j'étais parti pour prendre mes dix heures de volant, je me rend compte que mes 9h de volant s'achèvent en même temps que mes 13h d'amplitude, résultat je me pose avec 8h55 de volant et 12h57 d'amplitude au service de Southwaite, juste en dessous de Carlisle, pour la modique somme de 19,5 livres...
    Une douche n'a pas de prix...

  • Photos
  • Arrivé à Douvres
    Calais
    à table!
    L'IDS
    j'adore!
  • Mercredi 8 Avril 2015
  •  

    J'aurais pu partir bien plus tard, sur les coups de 4 ou 5h du matin, mais j'ai vraiment envie de rouler sans stress aujourd'hui, et de passer toutes ces grandes agglomérations à la régule.
    C'est donc après 11h de coupure que je décolle à 23h30 anglaise, direction le port de Douvres, puis la France...


    C'est quand même fou le monde qu'il y a sur la route la nuit dans ce pays, il circule plus encre la nuit que sur certaines autoroute Française en pleine journée...
    Je passe Manchester sans soucis, par contre comme prévu la M6 est encore et toujours fermée la nuit au niveau de Birmingham, de la sortie 12 à la sortie 10, et comme par hasard j'étais censé prendre la 11A....
    Je sors comme demandé à la 12 et suis la déviation, direction Cannock et sa M6 Toll bien trop chère pour que je puisse l'emprunter, pour rattraper mon trajet initial quelques kilomètres plus loin...
    Birmingham et Coventry passent à leurs tours à vitesse grand V, et je rejoins la M1 et ses éternels travaux sans encombre, juste forcé de me poser à 80 derrière les autres...


    Le chrono clignote, il est temps pour moi de m'arrêter, ce sera à la sortie 15A, au service qui se trouve à la jonction de la M1 et de la A43...
    Une heure plus tard ça repars, avec maintenant pour dernière étape de passer Londres, et malgré le fait qu'il ne soit que 5h30 quand j'attaque le ring il y a déjà foule, mais là non plus ça ne freinera pas, le pied!
    Le Dartford se passe et me voilà parti pour la dernière ligne droite avant le ferry,  la M2 qui sera suivi de la A2 jusqu'au port...


    Il est 7h30 quand je me présente au guichet, j'ai le prochain ferry part dans une heure, et à peine 20 minutes plus tard l'embarquement commence, c'est jour de chance!
    Il est 11h en France que je reprend la route du bon côté, mais étant resté dans ma cabine durant la traversée, je m'arrête aussi tôt à L'IDS à Calais pour manger, et vu l'heure je serais le seul à table, et ça me va bien!


    Il est finalement midi quand je reprend la route, alors que les bruyantes voix des clients commencent à recouvrir le bruit de la radio, quand je reprend la route direction Paris....
    Rien ne sert de pousser les heures à fond, demain le programme n'est pas des plus chargé, alors je me pose à l'aire de Souchez sur l'A26, avec 8h40 de volant, et une fois de plus 13h d'amplitude...

  • Photos
  • chacun son tour
    c'est juste!
    ça se rempli!
    ça se rempli!
    Mister Tonin!
  • Jeudi 9 Avril 2015
  •  

    5h45 ce matin, c'est déjà mieux que les jours précédents!
    Ce qui est moins drôle c'est la destination, en plein centre de Bobigny, avec un rendez vous à 8h, et comme j'ai clairement raté le réveil ce matin, je suis toujours dans les temps mais sans plus aucune marge...
    Et ça repart tranquillement sur L'A26, pour à peine 15 kilomètres plus loin prendre la direction de Paris par l'A1, sur laquelle il y a déjà pas mal de monde à cette heure ci.


    Je tire tout droit jusqu'à L'A3, puis me faufile parmi les scooter et autres bargeots du matin sur l'A86 pour finir par m'échapper de ce fléau sous le tunnel de Bobigny...
    Il est 7h55 quand je passe la gardien qui prendra en otage ma carte d'identité, et je vais me mettre en place attendre le cariste sans avoir le droit de sortir du véhicule, le tout muni de mon gilet fluo et d'un casque...
    Mais ça ne traîne pas et à 8h45 je récupère ma carte de citoyen, et reprend l'A86 direction Lyon...
    Un rapide coup d'oeil sur google map pour le traffic et je constate que l'A86 et le périph intérieur son bouchés plus loin, alors je prend finalement l'A4 pour rattraper la francilienne, ce qui me rallonge de quelques kilomètres, mais je ne freinerais pas une seule fois...


    Il est 10h30 quand je me présente chez Norbert D. dans le 91, à Le Coudray Montceaux, avec un rendez vous à midi, et c'est donc sans aucune conviction que je tente ma chance...
    Quel médisant je fais, puisque j'obtiens un quai de suite, et n'aurais que 20 minutes à patienter avant le début du chargement, qui lui va durer des plombes, puisque notre cariste Antillais se doit de dire bonjour à chaque personne qui passe, et de rester à chaque fois baver la nouille...
    J'avais bien précisé que mes Europes se trouvaient dans les coffres, et c'est avec un "Pas ni problème" que le cariste m'a dis qu'on verrait ça à la fin...


    Bon ben il me l'a mise bien profond, j'en ai 16 à échanger, et il faut que je les posent sur le quai d'à c^té, sinon je ne récupère pas mes papiers...
    C'est donc ronchon que je sors de ce qui en 2015 s'appelle un transporteur, que je reprend la direction d'Etampes, sous un soleil des plus radieux, et une température à faire péter un thermomètre breton...
    Et là passe devant moi Tonin, un membre du forum, et du coup je le suis, et partagerai avec grand plaisir l'heure qui suivra à discuter avec lui.


    De là je rattrappe le centre d'Etampes que je traverse pour enfin arriver à l'A11, qui me mènera suivie de l'A10 jusqu'à l'aire de la Sarthe Sargé Le Mans pour une 45 minutes toujours au soleil sous les yeux éclatés de la panoplie de moustiques et autres insectes volants qui se trament sur mon pare-brise...
    Messieurs Dames, c'est officiel, le printemps est bien là!
    De là ne me reste qu'à filer tout droit, de passer Rennes sans bouchons, et de me poser à l'aire d'Armor et d'Argoat avec 8h50 de volant, pour une bonne douche et une bonne nuit...

  • Photos
  • Vendredi 10 Avril 2015
  •  

    Départ à 7h ce matin, pour la dernière ligne droite de cette quinzaine...
    Je me présente à 9h comme prévu dans notre jardinerie de Saint Brieuc, ou ça peste déjà dès le matin...
    "C'est livraison au hayon impératif" me souligne le cariste, puisqu'ici il n'y a pas de quai, du coup c'est parti pour un complet au transpal à main, sous le regard blasé du cariste déjà fatigué de sa journée...
    1h après je met les voiles, à vide jusqu'à la boîte pour l'habituel passage à L'AS24 et au lavage, pour poser le camion dans un coin à 13h30, pour finir la journée à l'atelier...
    Bon weekend à tous!