Carnet de bord de Janvier 2019 Partager sur Facebook
  • Photos
  • faudra les doubles commandes
    de Kirchberg à Luxembourg ville
    tram
    Bus de la Diagonale, classe
  • Mercredi 2 Janvier 2019
  •  

    Tranquille, comme un début d'année, et non un début de mois, on ne démarre déjà que le 2, on est déjà mercredi, et surtout il est déjà 7h45, bref ça ne ressemble à rien.  Pas trop de pression non plus, cette rentrée mêle sortie familiale en même temps, ma chérie prend place en passager pour une fois, c'est pas souvent. Bon ce sera pas non plus pour un voyage de noces. Mais heureusement qu'elle est là ce matin, mal réveillé ou déjà en plein dans mon voyage qui m'attend, en sortant de mettre un peu de gazole au Leclerc de St Etienne, je me suis placé sur le côté gauche de la chaussée, et allait enfourcher le rond point à l'envers sans complexe aucun. “Mais tu vas où là???”. Ah oui tiens! Ça va en solo, la manœuvre se rattrape facilement. Je sais pas ce qui m’a pris! Faut dire que la 1ere fois que ma chérie m’avait accompagné, y a bientôt quelques décennies, c'était pour aller en GB déjà. Étais je déjà aussi maladroit ? Suite du programme haletant de ma passagère bien aimée, c'est d'aller raccrocher la Schmitz chez Volvo où Serge a bien pu poser le fameux coffre du hand pallet truck ce lundi 31. Il finit juste la connexion du feux latéral qu'il a déplacé de quelques centimètres. En attendant, je vais voir Laurent au magasin pour 2 bricoles d'usure pour les portes de la semi que je remplacerai quand j'aurai 5 minutes, le weekend prochain sans doute. On part de là un peu avant 9h, direction Nancy puis non pas la N4, mais plutôt l'A31. Ça paraît pas évident comme ça, mais je trouve ça plus classe. Et j'en connais une qui sera rassurée de ne pas avoir à risquer l'arrêt pipi au relais de Sancy. Elle a donné une fois, d'y manger je veux dire. J'ai eu été gentleman. Peu de trafic sur l'A31, faut profiter des dernières heures de trêve. Notre périple en amoureux s'arrête déjà peu de temps après Metz, je pose et valide cette fin de jour de reprise à Ennery, tout près de la Gefco. Les filles nous retrouvent aussitôt et on s'entasse tous dans la 207 de l'aînée pour filer à Luxembourg Ville, où un entretien pour un job l'attend. Ça fait bientôt 3 ans que je n'avais pas franchi la frontière de Dudelange, et certainement jamais en mode caisseux. Quoique avec mon père, sans doute que si, en mode dépannage de roulement de semis sur le Benelux, genre de plans qui était courant dans les années 80. Bon c'était pas en 207 mais en 504.

     

    On se gare au Kirchberg, à l'est de la ville, et tram pour rentrer au centre. Les vacances quoi, même si c'est le shopping qui prend un peu le dessus. Je ne m'oublie pas en passant par une boucherie et une boulangerie, je ne suis plus en vacances à partir de la nuit prochaine. Le rdv passé, on redescend sur le 57 pour un peu de détente aux thermes d'Amnéville. Ça fait pas de mal de transpirer un peu toutes les calories englouties les jours précédents. Retour au camion vers 20h30, le couchage est glacial. Ça y est, la journée de répit est passée, je suis tout seul.

     

  • Photos
  • Total Haut Martelange
    ça rapporte aux marchands de bitume
    ça va, fluide
    Chessington Business Park
    on trouve toujours moyen de s'occuper
  • Jeudi 3 Janvier 2019
  •  

    Levé à 2h30, je fais couler un café dans lequel je trempe des biscuits à la pomme et démarre du vieux centre eurotransit à 3h10. Il fait -2, c'est encore sec, ça va. L'autoroute a été salée. Je bifurque vers Longwy, comme d'hab. Le parking frontière de Aubange n'est pas blindé, mais y a du monde déjà. Comme d'hab, je bifurque vers la N4 à Arlon. Le thermomètre descend un peu vers Martelange, tout comme le prix du gazole, 1,030. J'en mets 850l à l'automat, la station ouvre peu de temps après. J' y vais pour le café traditionnellement offert, mais la machine est en panne. Zut. Autre imprévu, il n'y a pas d'étrenne. Re zut. Enfin quand on voit que ma carte de fidélité indique que mon dernier passage remonte au 20/10, faut pas que je rêve. Pas grave, faire la N4 de nuit vaut tous les cadeaux du monde.

     

    Mieux que le bout d'E42 plus loin qui est déjà interdit de doubler à 6h après Charleroi, alors qu'il y a 3 voies et qu'il ne pleut pas. Le code de la route n'est pas une science exacte au royaume. Peu importe, j'arrive tout de même en France, avant Valenciennes chez mon 1er client, le grand constructeur japonais, en 4h et des poussières. Il n'est pas 8h. Je n'ai qu'un fût de carburant à vider, mais le type concerné trouve à me dire que c'est prévu cet aprem. “Exceptionnellement” il me vide. 1 fût, quel exploit. Je fais déjà mumuse avec mon nouveau joujou, le coffre avec rampe intégrée, fais monter le transpalette sans la semi. Je repars à 8h10, je file à la sentinelle chez Vinci ou un conglomérat du genre, pour faire 30’ voire un peu plus, vu le programme. Entre cordon tir à placer, aller à la toilette, enfin aux toilettes car il faut en faire plusieurs, et un pain beurre. J'avais l'impression d'ennuyer la serveuse. Peut être c'est comme chez Toyota, ils ne font les pain beurre que l'après midi. Ils sont mal lunés dans le valenciennois ce matin. Je me sauve à 9h passé sans lâcher un rond au parking payant. Les camarades des écuries hongroises, bulgares ou polonaises le font à notre place. Encore que ça doit être négocié, et certainement dégressif comme tarif. Je retrouve l’A26 à Béthune et arrive à Coquelles en moins de 2h. Un peu de file à l'enregistrement mais pas méchant pour un jeudi fin de matin. Avec mon chargement j'ai obligation de prendre le train, car j'ai du carburant mais en très faible quantité, donc sans plaques oranges, pas obligé de passer Zeebrugge mais quand même interdit de ferry passager à Calais. Donc il faut le déclarer ici, c'est juste un bureau après l'enregistrement où on me donne une étiquette pour derrière le pare brise. Assez vite en ligne, j'ai le temps de manger un morceau. Une saucisse sèche fumée luxembourgeoise convient parfaitement au laps de temps réduit. Je me retrouve à gauche pour de  bon cette fois vers 13h15, à peine 2h pour traverser, pas mal. Je peux aller vider sereinement mon 2eme client à Chessington, sud ouest de Londres, à quelques miles du M25. C'est dans un petit business Park bien bouclé, faut oublier pour dormir ici. Pas besoin , ça vide bien, je peux rejoindre en 20 minutes Cobham et son service. Il est tôt, je prends place au fond du parking push, comme d’hab. Je suis encore parti bien trop tôt ce matin, j'ai pas fini de m'ennuyer. Pas pour longtemps, en remballant le câble tir je constate que le pneu du milieu droit de la semi écrase légèrement. Ah oui, au mano ça dit 3,5 bars. Ça va que j'étais très léger. Rien de spécial sur la bande de roulement, ça a l'air d'être tout simplement à l'obus que ça fuit après test de salive. Je pourrais regonfler et essayer comme ça, mais la semaine n'est pas finie. Aller je change la roue. Bien garé, il fait encore jour, il fait sec, pas 35 degrés, bref, c'est les conditions optimales, c'est presque du plaisir. Et je stresserai moins que de devoir contrôler la pression x fois par jour. Y a quand même fallu sortir le démultiplicateur pour un écrou récalcitrant. Des traffic orders garés au fond m'ont observé mais ne sont pas voir de plus près. Après ça il fait nuit, une soupe et bientôt au lit.

     

     

  • Photos
  • bon plan parking, mais non
    froid dans les Midlands
    M6 pas toll Birmingham
    32000 £
    Lake District
  • Vendredi 4 Janvier 2019
  •  

    Y a pas la file à la douche à 5h30 du mat, d'autant plus que le parking est à peine au ¾ rempli, ça fait drôle de voir ça en bord de M25. Les divers gasthaus ouvrent tout juste, je me paie un morceau de pain avec bacon et un café au Greggs, c'est pas mauvais. En forme pour décoller à 6h30 f, c'est encore tôt ici, pas de souci sur le M25 West pour rejoindre le A1 North. Mon bled est après Cambridge sur la A14, toujours en méga travaux mais qui roule à peu près bien ce matin. C'est à la sortie du service de Cambridge, un Extra, comme à Cobham mais plus petit. Pour comparer je vais tester le petit coin. Bof, c'est moins clean. Mais tout autant de restos. J'arrive à mon client dans le business Park juste de l'autre côté de la A14, il est à peine 8h uk, le client arrive tout juste. Peu de temps pour décharger son peu d'essence. C'est un bout de rue du park, sans ligne jaune au sol, ça ressemble à un bon plan stationnement, mais non, il y a un panneau signifiant l'interdiction de stationnement au pl la nuit, faut pas croire. Cap au nord west, le M6, à travers via la A14 toujours, Kettering puis Rugby. J'ai le temps de passer par le M6 not toll à Birmingham, et ça roule, 11,50£ d'économisé, ça paiera bien 2 breakfast ou bien 1 breakfast et 2 bières dans le weekend. Les 4h25 sonnent juste de l'autre côté de B'ham, je me gare au service de Hilton. Un bien vieux truc qui doit dater des années 80 où 70, avec stationnement merdique. Il est 11h30 f, limite tôt pour manger, mais le temps de contrôler les écrous de roues, et c'est l'heure. Je prends le temps, café et tout, et file vers le dernier client de la semaine, à Middelwich. C'est du matos de tp de St Priest, des marteau piqueur, mais du lourd. Et le fen c'est du lourd aussi ici, je n'ai à ouvrir qu'un côté. On est au sud de Manchester, mon prochain client est à 400kms et quelques, pour lundi, bref, y a le temps. Cap au nord, où je devrais pouvoir éviter facilement un 10h10 ce jour. Je vais voir au truckstop après Lancaster, truckhaven, c'est pas loin d'une baie sur la mer. Mais il fait gris et ça ne m'inspire pas. Je pousse un peu plus loin et me rabat sur une valeur sûre pour déjà une 1ere nuit, le TS de Tebay. J'ai 90% du parking pour moi tout seul.

     

     

  • Photos
  • gâches de portes
    jantes ok
    repos
    Ils sont bien beaux, faudrait revenir avec le F12
  • Samedi 5 Janvier 2019
  • Pas de réveil, juste réveillé par le chauffage programmé. Petit dej en cabine, tranquille, en écoutant Baraton qui fait son baratin via le téléphone, car on capte rien du tout ici, même la FM anglaise ne donne rien. Après réflexion, et puis la connaissance déjà du fret de retour lundi, je vais camper ici jusque demain aprem. On est bien ici, station ouverte H24, resto un peu moins, mais y a ce qu'il faut à la boutique, même du pain de toutes les façons. Après la douche, comme un samedi d'artisan transporteur qui se respecte, c'est petit bricolage. Je mets le bleu, et attaque mon devoir de weekend prévu, les gâches arriéres des portes de la semi, les lockets déconnent sur 2 des 4. Je mets du dégrippant, mais y a à peine besoin, même à 9 ans, la boulonnerie Schmitz se tient bien, et ça vient bien, ça occupe 1 bonne heure, puis dégrippage d'un barillet de coffre qui lui coinçait, et graisse le tout nouveau coffre et sa rampe. Tant que j'ai le bleu, je fais un coup de tour des jantes à l'éponge et paic citron. Il est bientôt midi que les doigts sont tous noirs comme un vrai samedi quoi. Pour finir, du boulot plus propre avec un coup les carreaux. Y a pas foule sur le parking, par rapport à la nuit, quelques décroche raccroche. Je file au gasthaus, je me laisse tenter par un bon breakfast, le 1er de l'année, ça réchauffe un peu. Après tout ça, j'embarque l'APN, le bonnet, et m'en vais gambader dans la nature au dessus du hameau de Tebay. C'est pas le grand beau, mais c'est sec. A peine 2 miles plus loin, on est vite dans la prairie montagneuse et déserte, avec au fond, le minuscule M6. J’avais embarqué l’ancien APN familial, dont les piles ne tiennent jamais long feu, je ne regrette pas, la qualité d’images est meilleure. Retour par un autre chemin qui passe à côté de beaux chevaux qui viennent à ma rencontre, la curiosité est réciproque quoi. De retour au TS, il fait bientôt nuit, on va solliciter un peu le webasto, enfin les batteries je veux dire, elles ont eu leur journée de repos aujourd'hui.

     

     

  • Photos
  • Bread relay
    Scottish truckers at breakfast
    un coup de gonfleur pour la semaine
    M74 Scotland
    Crawford, Janury 5th 2019
  • Dimanche 6 Janvier 2019
  •  

    Comme hier, p'tit dej dans l'hôtel Ikea de Oostakker, et douche au TS. Il a l'air que le ciel est plus dégagé qu'hier. Gros ménage de la cabine, avec du pshitt un peu partout dans les recoins, derrière les sièges tout ça. Le temps de boucler les cdb 2018 des copains, il est vite midi. Je me prends une tourte à l’épicerie du TS, c'est bourré de sauce, ils connaissent pas le vin blanc qui se met dans le pâté ici, mais c'est pas mauvais et ça réchauffe. Je vais prendre le café au resto, y a un peu de monde, ça roule un peu, dont les mêmes décroche raccroche qu'hier, les transporteurs du pain Hovis. C'est marrant, un a décroché, attend dans sa cabine, son collègue arrive, décroche raccroche sans que le 1er ne bouge, les types ne se calculent pas du tout. Ce sont peut être un écossais et un anglais et ils ne veulent pas s’envoyer de pain dans la figure.

    Après recherche d’info sur le net sur l’APN fraîchement emmené, j’ai trouvé qu’il faudrait mettre un type de batterie spécifique au lieu de piles, mais que si on tient l’appareil au chaud, les piles tiennent un peu mieux, ça a l’air de se vérifier.

    Je pars tranquille un peu avant 14h, avec un repos réduit, qui fait environ 44h30. Mais je traine un peu avant de quitter la station, regonfle un peu la roue passée dans le panier de secours jeudi, des fois que. La météo file au mauvais en montant, bruine brouillard, on ne voit rien du tout en passant en Ecosse. Enfin j'ai cru reconnaître le FH16 de Gaby le breton sur la redescente. Ça s'ouvre un peu plus haut, j'en profite pour sortir au niveau de Crawford, voir si un gasthaus où j'avais passer un weekend y a 6 ans est toujours ouvert. C'est marrant c'était déjà un dimanche 6 janvier. Loupé, le bouiboui est fermé, à l'abandon et le parking inaccessible, zut je ne peux pas refaire la même photo qu'avec mon bon vieux FH480 de l'époque. J'en fais une quand même à la sortie du bled, le cadre me plait. Dernière ligne droite de M74 jusque Glasgow où la circulation s'intensifie. Puis direction Stirling pour quelques miles et j'arrive à mon bled, Grangemouth, à quelques miles lui de Edinburgh. La technique m’a fait trouver un parking à 2 pas de mon dernier client de ce 1er tour 2019. C’ est un genre de parking de centre commercial, avec un panneau indiquant bien que c'est autorisé au pl de 5.30pm à 7.45am. Bon il n'est que 4.30pm uk, mais ça va aller.

     

     

  • Photos
  • c'était ça ou faire monter régis
    le bon boulot
    The Kelpies Grangemouth
    M74
  • Lundi 7 Janvier 2019
  •  

    Comme je n'ai pas trouvé de boulangerie dans ma ballade hier soir dans le bled, hormis un café bar Costa, café inbuvable qui est servi sur tous les services du royaume, c'est petit dej en cabine encore. Je démarre tranquille à 7h45 uk pour rejoindre le client à 1 ou 2 kms. Déjà ouvert, ça ne devrait pas prendre longtemps pour vider les 2 caisses de St Priest. Mais une est lourde, bien 4t, le petit fen n'y arrivera jamais. Et leur gros fen n'a pas de fourche, juste une potence fixée au mat. Alors ils décident de désosser la caisse pour attraper par le marteau piqueur directement. On aurait pu appeler Jarcieu pour suggérer à Régis de monter avec un porte char chargé du gros fen mais pas besoin, en 40 minutes c'est réglé.

     

    Surtout que rien ne va mal, Julie Macron a trouvé du boulot très bien, il suffit de traverser la rue! Carrément en face. En plus ça charge à quai,un complet d'ibc adr. Et sympa, je peux passer les sangles pendant le chargement. Il n'y a que 18 unités pour 23t, donc on étale, il reste quand même 1m40. Le bouquet final est la destination, F34 Béziers. Les semaines no1, je suis souvent gâté, une année, j'avais rechargé à Trnava(SK) pour Rennes, y avait des bons trucs dans le boulot PSA.

     

    J'ai tout de même déjà 18 minutes de volant, il est temps de ne plus en perdre, et go vers le sud comme à l'aller, M9, Glasgow et M74. La météo est déchaînée, j'ai eu du bol de ne pas avoir ce temps pour ma balade de samedi. Enfin je ne passe plus à Tebay, sors avant pour couper par la A66 direction l'est, Scotch Corner. Une belle route avec beaux paysages de clôtures en pierres. J' en profite sur ce tronçon pour faire les 30’ de repas et 15, après un va et vient sur le lay by, rse power. Bonne nouvelle, il y a un complément sur Ashford pour du 69. Comme ça la question de l'itinéraire en France est réglée, je psychotais à descendre via l’ A75  ou non, avec la neige. Ici, ça roule très bien tout du long, l'A1 idem, 0 travaux, même l'A14 passe bien. J'arrive, mais il était temps, en 4h30 au service de Stansted où c'est déjà limite pour garer 30’. On se contentera des zébras. Bon c'est limite de se retrouver en short si on veut faire ses carreaux extérieurs. Dernière ligne droite sans encombre, jusque Ashford où j'arrive à 21h15 f. Comme souvent le lundi soir ici , y a du Jarcieu trucker en coupure. C'est Anthony, mais ça a l'air de dormir. Tant pis, je boirai ma bière tout seul.

     

     

  • Photos
  • Bureau adr terminal Folkestone
    y a pas besoin de toutes les langues aujourd'hui
    navette à perte
    Bouchons rocade de Calais, ça craint
    A26
  • Mardi 8 Janvier 2019
  •  

    Tranquille, levé à 7h30, go à la douche. Le bressan est déjà parti, alors le bressaud prend le café encore tout seul. Décollage à 9h15 f pour, presque comme hier, juste traverser la rue, enfin 2 rond point quand même pour aller chercher le complément. C'est encore fermé mais ça ne tarde à ouvrir à 8h30 uk. Déjà un LT et un conteneur sont là, mais j'ai finalement vite un quai, normal,juste 2 palettes de peluches à prendre. J'ai le choix pour la traversée,mon adr d'hier peut passer le tunnel. En ce milieu de matinée, pas de repas, ni de douche à prendre, je suis inspiré par le Shuttle, et j'ai bien fait. Zéro file. 1h15 pour traverser incluant le  passage au contrôle adr et un contrôle au scanner. On était juste 2 camions dans la rame. Très bien. A 11h30 sur le continent, c'est pas pareil dans l'autre sens. Ça bouchonne bien sur l'A26, à cause de la rocade de Calais qui est fermée. Du coup on peut apercevoir de potentiels passagers clandestins rôder sur la bau. Dans mon sens ça trace, je pousse jusqu'au début d'aprem, à l'aire de la Vacquerie, pour casser une graine. Un peu plus loin, c'est le camion qui va bientôt commencer à avoir soif, sortie à St Quentin pour quelques 3 centaines litres au Leclerc, 1,338. Descente tranquille, calé à 84, c'est bon pour la conso, surtout en lourd. 30 minutes d'arrêt à l’aire de Sommesous. Pas plus, on est à quelques dizaines de mètres de la N4, beurk, caca. Toujours calé à la même vitesse, je sors à Tournus, pour rejoindre la zi de Sennecey. Ah non, zut, je me suis gouré, c'est à Chalon sud qu'il fallait sortir. Tant pis, je pousse jusqu’au 1er routier après, à Uchizy. 21h30, je trouve une dernière place. Pour valider une 11, ça ira bien.

     

     

     

  • Photos
  • nord ouest Lyonnais
    A7 liner
    on disait que j'allais en Catalogne
    mauvais plan: le client
    bon plan: la rue
  • Mercredi 9 Janvier 2019
  •  

    Resto bien authentique, tout comme sa douche, j'en repars à 8h30. Autobahn à Mâcon nord, la météo est changeante pour terminer en beau en arrivant à Dommartin au nord ouest lyonnais. Je connais ce client, c'est bien la 3 ème fois que je livre. Je fais doucement pour rentrer, car l'accès serait idéal pour baptiser le tout nouveau coffre. Rapide comme toujours, ça ne dure pas 10 minutes. On complète pas, je peux descendre sur Béziers pour vider le restant. Avant 16h, ça va être short. Sauf si on pourrait passer Fourvière en ADR. Ça plus le fait que je n'ai pas eu le tact de faire 15 minutes ici, c'est tendu. Grand tour, enfin via A46 et perif, ça passe bien quand même, et même le Grd Bœuf se monte bien. Je croise le prof principaliner de Catalogne à Montélimar, et bien sûr loupe la photo. En été on a les moustiques sur le pare brise et en hiver c'est le soleil blanc. Je pousse les 4h30 à Tavel nord où je casse la graine, 45 minutes pas plus. Il fait beau, c'est l'A9, j'ai l'impression de descendre en Catalogne. Mais non, je reviens d'Écosse, c'est cool aussi. Ça roule très bien, pas de gilets à ma sortie Béziers, j'arrive sur la pointe des pieds au poste de garde du client à 15h40. Ça part bien, on me fait rentrer dans tortiller. A la logistique, après avoir scruter mes papiers, on ne me dit pas que c'est trop tard, mais que c'est prévu demain. Après échange de SMS avec la direction à Jarcieu, j'ai un nom qui avait dit ok pour aujourd'hui avant 16h. Mais ce contact vient de partir, comme c'est étrange. Bref y a rien à faire, qu'à attendre demain 7h30. Et faudra pas louper le réveil, 3 camions se présentent derrière, qui pareil sont invités à se garer dans la rue. Je dessange pour occuper une petite demi heure. Et direction une grande surface biterroise, mon frigo commence à crier famine. C'est bête à une semaine près, je pouvais aller assister aux vœux de la mairie, y a des affiches placardées partout, vin chaud offert. Il est sympa Bob.

     

     

  • Photos
  • Poligono des hangars à Colombiers
    A9
    très prochainement ici, votre nouveau centre de vacances
    Jarcieu par la porte des artistes
    moc.stropsnartgiraud.www
  • Jeudi 10 Janvier 2019
  •  

    A 7h, personne ne bouge mais je suis sur le qui-vive. A 20 j'avance au gardien, qui apprécie moyennement que je vienne avant l'heure, mais finalement compatit quand je lui dis que je n' ai pas vidé hier. Et puis le temps qu'il raconte son nouvel an et sa vie de gilet jaune à un employé qui rentre à l'usine, il est vite 7h30. Je retrouve mon ami d'hier qui cette fois me donne un quai et en 35 minutes c'est classé. La cour devant le bureau s'est bien remplie, va falloir se mettre au boulot maintenant. Je file de l'autre côté de Béziers, au sud, pour recharger. A Colombiers, je devine que c'est mieux d'y arriver par Montady. C'est dans une petite cour d'une ancienne usine, le type fort sympa me guide pour ma manœuvre de demi tour et charge vite un complet de palettes vides par un côté et transpal. Je prends une photo du camion dans ce cadre qui me plaît bien. Le type me demande “qu'est ce que vous avez tous chez vous à prendre tout le temps des photos ?” Je me marre. Je me barre assez vite à 9h45, go le 26, Anneyron. Il fait beau, les rond point passent bien, et ça trace sur l’ A9. Juste ce vent qui est agaçant, limite dangereux, je ne suis pas bien lourd. Et une de mes bulles de portiere a failli s'envoler, je m'arrête à Mornas pour refixer ça et du coup mange en bouclant 30’ , il est juste midi. C'est pas ça les bulles adaptables, ça va que je les avais pas payées. Sortie à Valence nord et N7 pour arriver à la route d'Anneyron après St Vallier. Ici c'est le pays de la chaise sportive. Et ils sont sympas ici, ça ne vide pas l'aprem, mais ils me vident quand même. On va pas se faire Béziers à chaque fois quand même. Et à peine j'allais notifier fièrement au chef que ça vidait, qu'il me notifie juste avant que je recharge ici même. Très bien, je passe une bonne heure dans l'usine de mobilier et je peux remonter au quai 3 ou 4 de Jarcieu. Pour la 1ere fois je vais remonter à travers, c'est plus court, mais c'est pas large non plus. Bref, faut pas boire d'Epinouze depuis 11h du matin. Mais ça a son charme d'arriver à Jarcieu village. Un autre truc qui a carrément du charme en arrivant chez Duarig, c'est la dernière semi qui est sur le parc, de loin je croyais que c'était une vieillerie ressortie, mais non c'est flambant neuf, et la couleur historique Giraud est une réussite. Trop belle. Ne manque qu'un Scania NTG à cabine pigeonnier devant, et les anglais brexiteurs verront ce qu'ils verront.  Je laisse mon lot de base aérienne de St Dizier à quai car c'est du hayon, et on débriefe ce dernier tour passé avec Régis et Jean No, et sur celui à venir. Régis est d'accord avec moi sur le cadre agréable du truckstop de Tebay. Je dois commencer à charger demain sur Voreppe, alors j'attends un lot à descendre là bas, que ramène Emanuel de chez Villardel. Comme je suis à quai, je joue au transpalette avec les collègues, et ma semi a l'honneur d'être balayée par Antho et son propre équipement, un balai de compet. Le mien avait l'air de lui faire de la peine. Les quelques palettes de cartons chargées, je passe au lavage Je fignole sans plus, à 1 ou 2 degrés, ça fait froid aux doigts. Avant de partir, je passe à la douche, où là par contre j'aurais bien fait une 3h, ça réchauffe. Je repars à presque 19h, ce sera bon pour passer Grenoble. J'échoue à 2 pas du client dans la zone de Villard Bonnot.

     

  • Photos
  • Montbonnot
    Super U truckstop
    Anthony de ce côté
    Périf , orange
    Aire mythique
  • Vendredi 11 Janvier 2019
  •  

    Bien dormi, un peu loin de l’autoroute, mais pourquoi pas retenir le plan, un vrai parking au fond de la zone. Frisquet mais ensoleillé ce matin, 8h15 je vais voir tranquille le client juste en face, une boite qui doit vendre de la pièce auto. Peu de temps pour vider les quelques palettes de carton, je me gare à nouveau au parking pour notifier la livraison en plus haut lieu. C’est en second lieu, Régis, qu’on me répond que je peux aller tranquille à Voreppe pour 10h pas avant, chez Allemand. Le temps de passer Grenoble, faire 2 3 bricoles, ça ira, je n’attendrai pas des masses. Mais tout va bien, à peine je remonte sur l’A41, que finalement en haut lieu, Stéphane, a une ramasse sur Montbonnot, juste à côté. 3 colis pour le Mexique via l’ES08, dont 2 échelles de 7m.  Une formalité, au froid certes, mais toujours sous le soleil, et qui permet d’avoir encore laisser un peu la circulation grenobloise se fluidifier. J’arrive sur Voreppe sans encombre, 10h moins 5. Ce n’est pas une distance folle, mais on a juste l’impression d’avoir changé de climat ou de saison, ça neige presque ici. Je file au gazole juste après la zone des teutons à la Total Access. Oh pis non, y a la station Super U juste avant, avec petite boutique, ça m’intéresse. Quelques 400l, et personne derrière, je m’empresse d’aller visiter l’épicerie, qui vend du pain. Bon, ça change pas de chez Total, c’est la même Rustiguette industrielle. Mais peu importe, je trouve le concept pas mal pour des petits ravitaillements du frigo en route. J’arrive à la maison rouge vers 10h15 bien passé, mais palettes d’ADR sont arrivées et déjà sur le quai. Nickel, c’est Alex qui charge, et qui me file un coup de main pour bouger et reposer ensuite les encombrantes échelles. Comme vu avec Régis hier, j’ai casé et réparti le chargement de manière à ne plus le rebouger, donc je sangle ici même. 1h plus tard, c’est reparti, et je n’ai plus qu’à remonter au quai 2 Jarcieu qui m’attend. On retrouve le beau une fois la côte St André, du bon soleil même. Mais ça caille bien à Jarcieu, un petit vent méchant est bien trompeur de l’ensoleillement coutumier ici. Une fois à quai, je serre la louche à Antho, qui repart après être finalement être repassé ici. Il va en GB aussi semaine pro. Hier il me disait qu’il avait le choix avec ça ou de la Normandie. Il a bon goût ce garçon, on le savait. Ya du peuple à quai, il faut peu de temps pour rajouter quelques palettes de carburant derrière après avoir recaser aussitôt mon lot et échelles dans le camion Vilardell de Emanuel juste à côté. J’avance de quelques mètres du quai, ouvre les 2 côtés et Régis aidé de Antho du quai me charge illico presto une douzaine de palettes de 2 habituels clients UK. Ça traine pas longtemps, c’est aussi simple quand on peut que de tout ressortir pour gerber une à une. Fini à 13h, Régis me propose si je veux venir manger avec la troupe. J’ai failli dire oui, c’est toujours bon de fayoter un peu, et puis non. Dans les 2 cas je pouvais rentrer ce soir, mais si ça peut être avant 22h, c’est toujours mieux. Retour sur A7, plus de gilet à Chanas, tant mieux. Lyon périf sans calculer ou checker, ça passe limite comme d’hab. Et retour encore une fois via A42 et A39, c’est-à-dire vers l’est et haut vosgien. Pause à l’aire du Poulet, où je casse la graine bien tard, mais c’est peut être l’heure que je repartirais de Jarcieu si j’étais allé festoyer avec le UK boss. Bon ici on est bien aussi, y a de belles aires en Bresse, hein chef ?  Je sors à Dole Autume, et route des Vosgiens, qui porte bien son nom car plus ça monte et approche de Vesoul, et n’en parlons pas plus haut, ça blanchit bien. Une fois le col de la Demoiselle, Remiremont, pas de doute on est bien du côté est vosgien. Toujours des rond point par chez moi avec des feux, les mêmes campements, des types dehors avec gilet jaune comme doudoune, c’est têtus des vosgiens, mais courageux faut reconnaître. Bref, rien n’a bougé depuis l’année dernière. Non, j’exagère je suis parti que le 2. Pour 20h, je gare à mon parking d’avant.

    C’était bien, mais ça fait du bien de retrouver sa maison. Et à la maison, y a pas que le chien qui a l’air de cet avis.