Carnet de bord de Aout 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • GP St Nabord 2020
    nos perles
    Décines
    Givors
  • Lundi 17 Aout 2020
  •  

    Pas d’exception à la règle cette année encore, les 3 semaines de pause estivale sont encore bien vite passées.

    Heureusement je démarre plutôt tranquille à 7h30 pour prendre un complet à St Nabord, à la bonne maison Jean Rouillon. 8h là bas, ça ouvre tout juste pas de bol, déjà un camion est devant moi. De toute façon ma commande n’est pas prête. Ici, ne pas s’attendre à un reportage pélerinage photo sur les camions décorés, on n’est pas au siège rutilant du Syndicat. Juste un vieux XF mulet traîne par là. 

    Le démarrage est assez mou du genou, je suis enfin chargé à 9h30 passé, un complet de papier toilettes pour un dépôt d'humanitaire à près de Lyon, donc encore jouable en foulée, mais il n’aurait pas fallu que ça traine plus car le client me répond que c’est 16h, donc qu’il faudrait arriver vers 15 maxi..

    Bon je traîne déjà un peu au gazole à St Sauveur, et à la boulange trop tentante au bout du parking, 1ére fois que j’y vais. Très bien, il y a du pâté lorrain. ça tombe bien parti un peu à l’arrache sans trop à bouffer dans le frigo hormis quelques tomates et mirabelles.

    Je descends via Besak mais tombe dans le panneau à Beure, la 83 est fermée vers Larnod, il faut se taper la montée vers Pontarlier, super.

    Mais la 83 roule bien ensuite, sans trop que ça végète à 70.

    Je prends quand même l’autoroute à Poligny, je suis vraiment décidé à vider ce jour, ça roule bien aussi, on dirait que les départs commencent à lever le pied. 

    Pause repas 30 à l’aire de Bourg et une bonne heure plus tard j’arrive à Décines dans un petit parc un peu merdique genre à l’anglaise où il aurait été mieux de rentrer en marche arrière. Mais ça ira quand même et je suis juste dans le timing. On vide au tire pal ce complet, et reprend des palettes vides, 36. Il a fallu faire le difficile mais on y est arrivés, sacrés palettes euro.  J’arrive à faire demi tour tout juste et doit filer reposer ces pal euro chez un transporteur à Meyzieu. J’y suis avant 17h, c’est chez Bert, c’est encore ouvert. Je file au quai à l’aide d’un chauffeur qui me parle des Vosges, qu’il allait à la fête des jonquilles dans sa jeunesse. Le type du quai, me dit qu’il y aura un peu d’attente. Ma foi, ça ne change plus grand chose à ma journée. Vide une demi heure plus tard, le compte est bon, il valide les 36 pal euro, je dois repasser à un bureau récupérer un bon, et je dois faire un cmr. Le seul type présent au bureau, parait lui excédé quand je lui dis le pourquoi de ma venue, je ne suis pas annoncé, c’est trop tard, etc etc.. Il s’énerve, dit ne rien pouvoir pour moi, qu’il faudrait que je redécharge ces palettes, car c’est avec leur système pal bank ou bank pal je sais plus. Je préviens Nono à Jarcieu qui appelle l'affréteur vosgien. Je ne m’énerve pas, même si ça commence à faire long 1h pour poser des euros, c’est pénible. Ce type a l’air de faire exploitant et affréteur et de rester un peu le soir et visiblement ça ne l’enchante pas, j’ai eu droit à une rafale de gros mots, c’était charmant. J’ai l’accord  de Noël pour repartir comme ça, que je tilte aller revoir le cariste. Lui est outré par le comportement de son collègue au bureau, et me signe volontiers ma cmr, voilà, tout ça pour ça.

    18h, je repars vers ma suite, demain, à Givors. La rocade est est au vert, et je trouve sans souci de la place au parking public du port pétrolier, le long de l’herbe en plus. 1 bonne 11, même plus de validée, c’est plutôt appréciable un jour de rentrée. 

    Il y a un Intermarket pas loin, je vais fair un tour pour garnir un peu le frigo, car je n’ira pas loin avec mes mirabelles.