Carnet de bord de Juin 2018 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Vendredi 1 Juin 2018
  •  

    Quelle nuit de misère, je n’ai pratiquement pas fermé l’œil, des jeunes s’amusaient à klaxonner et à hurler pratiquement sous mes fenêtres, c’est la première fois que je suis emmerdé ici, je n’y remettrai plus les roues en tout cas. Départ non caféiné à 3h45 direction Namur, bifurcation vers Luxembourg. A Wanlin je fais une pause toilette/café et je me sauve, j’ai du pain sur la planche. Je roule sans un coup frein jusqu’à Arlon, je dois vider mon camion, mon collègue reprends du service aujourd’hui !

    Je vais lui déposer le camion chez Kuehne, mais Google m’annonce un gros carton sur l’autoroute près de Luxembourg, du coup je coupe à travers, histoire de gagner du temps. A 8h, je raccroche la remorque et je me gare sur le parking, je dépose les clés au bureau de Kuehne, je suis un peu triste, je commençais à le trouver sympas ce camion-remorque !

    La suite, c’est prendre un tracteur à nous chez KN, accrocher une remorque container, et filer chez Dupont pour charger. Il y a déjà un camion qui charge devant moi, du coup je patiente jusqu’à 9h30 pour avoir le quai. Et encore près de deux heures et demie pour être chargé, une vraie misère ! Je dois ensuite ramener et décrocher la remorque au dépôt, puis ramener le solo chez KN pour le collègue lundi.

    J’ai encore du taff aujourd’hui, du coup ma chérie vient me chercher chez KN pour m’emmener à Grevelsbarriere. Je vais dépanner des amis qui ont une société d’événementiels. Je grimpe dans un merco, accroche un fourgon, et file à l’héliport de Luxembourg. En un quart d’heure j’y suis, je rentre en marche arrière dans les entrepôts et j’attends tranquillement que les intermittents chargent la semi. En 30’ c’est chargé et je peux aller me jeter dans les embouteillages du soir pour ramener l’ensemble à la société d’événementiels. Je vais passer presque une heure pour faire 25 bornes, mais c’est pour des amis, ça n’a pas de prix !!! Une fois à quai, je n’ai plus qu’à rentrer à la casa.

    Bon weekend à tous

     

  • Photos
  • pub
    sympas ce man
  • Lundi 4 Juin 2018
  •  

    Je prends le café avec madame tranquillou ce matin, elle m’emmène au dépôt pour 8h00 donc ont décollent vers 7h45.

    Première mission, prendre l'ensemble garé dans le lavage et parcourir 500m pour vider chez le marchand de matériaux voisin. Je débâche seulement un côté vu qu’ils ont des grandes fourches, à 8h30 je suis de retour au dépôt. Je garde ma semi pour aller à Latour, juste à côté de Virton. Arlon, Messancy, Aubange, Halanzy puis Latour.

    Je viens charger une dizaine de palettes, et comme c’est sur rendez-vous, je suis tout seul et ca ne traîne pas. Je vais compléter la commande à Rodange, Latour, Halanzy, Aubange, Rodange. Ici point de rendez-vous mais comme je suis tout seul, la dizaine de palettes est vite chargée et je peux filer dédouaner à 500 mètres de là. Le bureau est ouvert en continu, j’arrive à midi, et vingt minutes après je peux remonter au dépôt.

    En arrivant, je me mets à quai pour vider la semi que je décroche ensuite sur notre petit parking. Le chef me fait reprendre une remorque pleine à remonter sur Arlon, je vais faire un échange avec un collègue afin de lui épargner une bonne demi-heure de volant. J’accroche gentiment sa remorque et je me rentre, pile à l’heure pour le goûter !

  • Photos
  • plaque belge
    la classe non?
  • Mardi 5 Juin 2018
  •  

    J’avais mis le réveil à 5h15 mais à 5h00 ma gonz, qui ne dormait plus, est venu voir pourquoi je n’étais pas encore levé ! Peut-être par ce que tu as quinze minutes d’avance chérie !!! Vivement la fin du moins que tout redevienne plus où moins comme avant !

    Bref, je décolle à 6h de la casa pour rejoindre l’autoroute de Luxembourg. Je vais à Bertrange décharger  la semi de mon collègue dans une petite usine toute rikiki qui met en boîte des cacahuètes et des pistaches. Il y a un Portugais devant moi qui termine de vider puis je peux me mettre en place. 25 palettes avec des big-bags que le cariste se fait une joie de vider en moins d’une heure. A 7h30 je me tire.

    Je vais charger à Bascharage, je m'y rends en coupant à travers la campagne, 15 petites bornes bien sympathiques ! Je prends 8 palettes et un café et je me sauve à Rodange. J’ai cinq bornes à faire, j’en réussi à y aller sans GPS, je deviens bon.

    Ici c’est la magie du transport dans toute sa splendeur. J’arrive vers 9h pour ramasser une palette, à 9h05 elle est dans la remorque. Puis je poireaute pendant presque une heure en attendant les documents car il y a discrétion commerciale et le client ne doit pas savoir que la marchandise vient d’ici. Je sors du quai vers 9h30, à 9h31 je suis en place chez le voisin pour poser ladite palette. Dans le genre discret ça se pose là d’autant que je n’ai même pas refermé les portes pour les 50 mètres que j’avais à faire !

    Bref, je continue mes ramasses à 2kms d’ici, je prends une dizaine de palettes et je remonte vider le tout au dépôt. Vu que nous sommes situés à 4 kilomètres de l’usine de Beckerich qui met en bouteille l’eau minérale du même nom, nous les comptons dans nos clients. J’ai donc la chance d’aller leur amener 8 palettes d’autocollants publicitaires et d’y charger un complet non sans avoir pris le temps de faire mes pleins.

    A 13h30 je suis en place, a quai, pour charger mes 33 palettes de flotte. Il faudra pratiquement une heure, par 30°C, pour m’auto-vider et m’auto-recharger, avant que je ne puisse à nouveau profiter de la clim bienfaitrice de mon FH !

    Je n’ai plus qu'à rouler jusqu’au client. Je descends par l’A31, Metz, Nancy, Lunéville, Colmar ou je me pose pour couper 45’ et faire quelques courses. Je roule encore une vingtaine de minutes jusqu’à Sainte-Croix-en-Plaine et sa base Aldi. Je trouve facilement une place au calme pour dormir vu que je suis tout seul dans la rue, réveil réglé à 5h45, je peux ronflir en paix !

  • Photos
  • faut que sa brille
  • Mercredi 6 Juin 2018
  •  

    Comme convenu avec moi-même hier soir, le réveil sonne à 5h45. Je dors vraiment bien dans ce Volvo, il faut dire que le bouzin est assez récent, la couchette est encore dure. Je me fais un petit café et à 6h, je vais me présenter au bureau. La demoiselle m’envoie directement au quai 25 pendant qu’elle envoie mon cmr au responsable déchargement. Ici, ont vident avec un transpalette à grande fourche, 17 aller-retour, 30 minutes et je me sauve !

    J’ai un rechargement de sept palettes de pavés autobloquants à Iffezheim. Je monte par Colmar, Obernai, Illkirch, Offenburg, Baden-Baden.

    C’est une immense boutique, et vu que la France est toute proche, beaucoup de monde parle un peu français, ça aide pour s’y retrouver. Le gars du bureau m’envoie chercher trois palettes d’un côté, puis quatre de l’autre, mais l’allemand est efficace, en moins d’une demi-heure c’est réglé. Je retourne au bureau pour la paperasse et à 11h je me sauve.

    Je prends la d4 jusqu’à Roppenheim, puis l’A35 direction Strasbourg, ça roule super bien, faut dire qu’il fait beau aussi, ça aide ! Quand l’A4 approche, je m’en vais direction Metz, que je garde quelques bornes. Je sors à Saverne, prends un peu de routes départementales pour rejoindre Steinbourg. L’usine est au milieu des champs, un gros truc, mais je suis seul et ont chargent le temps de midi, parfait ! Le mec est un peu mou, pratiquement une heure pour 15 palettes, autant dire que j’ai eu le temps de remettre les compteurs à zéro et de me faire un café avant de repartir. A 13h00, je me sauve.

    Je m’en vais rejoindre l’autoroute, pied au plancher direction Sarre-Union, Saint-Avold, Metz ou je bifurque vers Luxembourg, Thionville, Bettembourg, Windhof ou je sors de l’autoroute pour couper en travers afin de rejoindre le client final à Rédange.

    Je suis à peine poser dans la cour, que les deux caristes se pointent, ils font la course à celui qui enlèvera le plus de palettes, me voilà à courir comme un fou par 35°C pour bouger mes bâches et mes planches sous les encouragements d’un deux zouaves !!! En 15 minutes c’est plié, je peux rejoindre le dépôt à trente secondes d’ici pour décrocher et prendre une bonne petite douche !!!

    Je monte en solo jusqu’au Windhof pour accrocher une semi. J’accroche et je me sauve en remontant sur l’autoroute direction Bruxelles. Je sors à Habay et je prends la nationale jusqu’à Bouillon. La suite c’est Sedan, Charleville et direction Reims. Je sors juste avant Reims pour faire ma coupure sur un petit parking peinard, à 3 bornes de mon client demain. A peine garé qu’il se met à tonner et pleuvoir des cordes, la température diminue rapidement, la nuit sera bonne !

  • Photos
  • Jeudi 7 Juin 2018
  •  

    Réveil tranquillou vers 7h30, il pleut ce matin, je prends mon café au frais et à 8h15 je décolle. Cinq minutes plus tard, je suis chez le client, je me mets à quai directement, à contre-main,  en évitant un tas de mamans stressées qui déposent leurs mômes à l’école en face et les cailloux posés partout pour pas qu’elles se garent sur le trottoir, un vrai test de permis !!!

    A 9h, je suis vide, le quartier est désert, je peux remonter en direction de Charleville. 50 bornes plus tard, je quitte la nationale pour rejoindre la source Aurèle, ou je charge un complet de flotte pour Amnéville. Il y a quelques camions devant moi, mais ont chargent les palettes deux par deux, du coup en moins d’une heure, j’ai 26 tonnes dans la cabane. Je n’ai plus qu’à rejoindre la nationale direction Charleville puis Sedan, Bouillon, Florenville, Arlon. Le chef m’appelle pour que j’aille décrocher au Windhof et reprendre une remorque pour le dépôt. Je m’exécute et je me pointe vers 15h au dépôt.

    Il y a un tas de camion et de remorques en vrac un peu partout, c’est le gros bordel, tout le monde est stressé et court dans tous les sens. Je pose ma remorque chargée sous les rouleaux, accroche une vide, et je me rentre à la maison sans me faire prier, bien content de ne pas devoir me farcir la mauvaise humeur du boss !!! 16h, je me gare devant la maison, à temps pour le goûter !

  • Photos
  • dépôt
  • Vendredi 8 Juin 2018
  •  

    Aujourd’hui, j’ai rendez-vous à 7h00 à Munsbach, de l’autre côté de Luxembourg-ville, après l’aéroport. Je décolle à 6h00 de la maison, pour éviter les embouteillages du matin. Le trafic est bien dense malgré l’heure matinale, et j’arrive un peu avant 7h00 chez le client. Je prends le temps de me faire un café et je vais voir en quoi consiste le job du jour.

    Il va falloir faire un maximum de navettes entre ici et leur nouvel entrepôt situé à Contern.

    Je n’ai pas grand-chose à raconter, et après 4 allers-retours, mon boss me demande d’aller décrocher chez le client à Munsbach. Lundi, c’est un collègue qui va venir s’amuser à faire les va-et-vient.

    Pour l’heure, je m’en vais ramener le Volvo au dépôt, son propriétaire revient de vacances lundi. Moi je rentre avec la camionnette de service.

    Bon weekend à tous