Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Emeric va découvrir la SR1700
    matières premières
    un mois après la entrée, une nouvelle matière
    les bras cassés du jour, Thomas et Emeric
    ah oui la roue rouillée c'est vraiment pas possible
  • Mercredi 7 Octobre 2020
  •  

    1ére fois de ma vie que je coupais ici, douche correcte, ras à la jauge et aux bâches, je mets en route à 6h45. Un peu tôt pour aller à Romans, mais des fois que le client ouvrirait à 7h30. 

    Tout faux, pas ouvert du tout, portail fermé, et impossible de garer à proximité. Demi tour au rond point le plus près qui est assez loin et retour sur mes pas jusqu’au Lidl où il y a le Marie Bachère pour occuper les 25 minutes à attendre. ça bouchonnait plus à la boulangerie que dans la zone. Alors je me suis lâché, pain de campagne, une salade pour midi, chouquettes, café et même la promo de la tartelette aux pommes à 1€. 

    Avec ça je peux aller au client sereinement. Oui faut être serein, il m’annonce que ce n’est pas prêt de suite. Bref, ce sera le tarif british, une heure pour une palette.C’est pour l’Italie encore.

    Je peux remonter cette fois à Jarcieu. On attend après une de mes ramasses. Je passe à travers, via Marges et Hauterives, c’est encore cool avec 10t, mais faut 1h dans tous les cas. C’est David de chez AP qui me prend une palette Italie. Je vois Emeric en coup de vent, il a la banane il va faire un tour en plateau en mode tourne disque avec le FH12 vert. Moi aussi j’ai la banane, avec la suite que le chef m’annonce, mais faut d’abord que je sois sage et que je bosse un peu. Je revide tout, reprends quelques palettes de matières pour St Etienne de St Geoirs chez le fabricant de tubes pvc. Je vide ça vite fait au milieu des vraqueux. 

    Ensuite je dois descendre sur Grenoble charger un complet de déchets, Fontaine exactement. Après appel du responsable qui s’occupe de ça, ce sera qu’à 13h30. Je bippe ma petite qui fait ses études à Grenoble si des fois il y aurait le temps de manger un morceau ensemble ce midi, mais non, elle reprend les cours à 13h. Tant pis, une autre fois, il y en aura bien.  

    Je me pose 200m avant où je dois charger pour contrôler mes boulons de roues et enfin déguster mes achats chics et Blachère. J’en profite pour dépoussiérer un atlas qui n’ a pas servi depuis 4 ans au moins. 

    13h30 en bascule, puis chargement à côté, c’est assez long, mais le type est bien sympa. Je l’ai déjà fait au début de l’été. C’est un chargement assez hybride vu que ça vient de déchèteries. On y passe 1h30, mais j’ai déjà droit à des étrennes, des calendriers et un stylo. 

    Je peux remonter ce fourbi et également un des calendriers au quai à Jarcieu.

    Emeric est toujours là. Je revide tout avec son aide, et recharge donc un complet pour la région de Milan, avec l’aide de Damien également. On se marre bien. Encore plus quand on a la patate. Milan c’est pas vraiment loin ni exotique mais en sachant qu’il faut passer par Nice, ça rend quand même la chose sympathique et surtout un come back après plus de 4 ans à n’avoir pas mis les roues de l’autre côté des Alpes. J’ai pas le temps de me sauver que Philippe qui tilte que je vais passer par Nice me demande si je peux passer à Draguignan pour poser une palette. Ma foi ça rajoute du pain sur la planche mais ça ne se refuse pas. Je m’en vais juste temps et évite le rechargement des déchets au pauvre Thomas. Il est 17h25, faut finir les heures au plus loin. ça roule sur A7, du moins dans mon sens, mais je dois encore faire un stop gazole adblue. J’opte pour la Access de Montfavet, encore assez proche de la sortie Avignon sud. Enfin, ça perd 1/4h quand même. Une fois l’A8 c’est plus calme. Je finis à un coin tranquille, un plan 26 encore quelque part à Brignoles, il est 21h40 et pas grillé une 10 encore cette semaine. Ouf.