Carnet de bord de Octobre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • with motor
    without motor
    45' au guichet
    ça a pas l'air facile le rayon Poudlard
    une 6h30 en ligne
  • Mercredi 21 Octobre 2020
  •  

    Moins il y a à se lever tôt, et plus c’est dur, c’est comme ça. Je file à la douche à 7h. Quel moment, ils ne doutent de rien, il y a un jour en bas des parois de bien 50 cms, les portes pareilles, c’est ventilé aussi. On aurait envie de garder le masque sous la douche tellement c’est le partage qui prévaut. Après tout ça, j’aime autant prendre mon french lorrain breakfast dans mon camion. Et il va falloir se réhabituer à s’isoler avec l’actu pas réjouissante de ce remake du printemps 2020.  

    Je démarre à 8h local, j’ai 30 bornes à faire au sud de Birmingham par la natio, ça ne roule pas terrible. C’est au fabricant de broyeur de branches, je connais, une bonne majorité du personnel est d'origine polonaise, du moins ceux qui chargent. 

    J’ai juste en métrage comme souvent. Une machine est motorisée sur chenillettes en 1er puis la seconde est remorquée, on est obligé de la mettre à l’envers, le timon devant pour l’enquiller sous l’autre. Du coup faut la charger à la main, la montée de la rampe est raide. Alors mon gars appelle du renfort et malgré tout c’est pas facile, ça pèse 1t2. Bref on en chie un peu comme des polonais. 1h plus tard je peux repartir comme ça, blindé aux portes, cesrt 2 engins pour le 38. En route par le M40 sous une pluie battante. Pareil le M25, mais ça roule. Je me gare difficilement au service de Clacket Lane pour faire la pause repas en 30 minutes et je file sur Dover sans trop d’encombre. Il y a une bonne file à la DFDS. Moi je dois prendre la P&O avec mon adr, et de fait crée une bonne file derrière moi au guichet avec mes 8 pages de DGN à enregistrer qui prend 45 minutes. Je suis booké pour plus de 2h plus tard, 17h40. Et si tout va bien, car ça a l’air de bien remuer.  

    A l’heure dite, rien ne bouge. Un peu après ça avance un peu, mais ce doit être d’un ferry d’avant qui est en retard. Le type de la P&O qui vérifie les étiquettes adr a l’air préoccupé sur mon cas en regardant ses feuilles, de quoi, j’ai pas les bonnes étiquettes? Mieux que ça, il vient me voir pour me dire qu’il y a un gros problème, qu’à l’enregistrement ils se sont  gourés de booking pour moi, je devrais être sur celui d’après, mais il est rempli, donc je suis bon pour celui d’après encore, 19h50, mais qui aura plus de 2h de retard à cause de la tempête…. Sorry, sorry, sorry… Oui, ça fait suer mais ai-je le choix.. 

    Je n’ai plus qu’à faire de savants calculs de coupure ferry, mais là je n’ai pas le choix non plus, j’ai beau avoir démarré qu’à 8h ce matin. Je retourne faire un tour au water pour passer le temps, et je croise Hicham, le chauffeur affrété de Aymen, il cherche un truc Harry Potter à sa fille à la boutique. Lui a du bol d’avoir pris la DFDS, son ferry de 19h50 est à peu près à l’heure, et son adr le lui permettait surtout. On boit un café pour passer le temps et je regarde son ferry partir. Je mange une soupe maison qu’il me reste, et pas trop envie d’aller faire une sieste.Vers 21h35, j'embarque en 1er, au moins on ne m’oublie pas cette fois. J’ai déjà 6h30 de pause, mais rien dormi. Idem pendant la traversée, je ne ferme pas l'œil.

    A Calais à 0h45 française, je n’ai plus qu’à filer à St Omer comme d’hab. J’ai roulé 5h19 aujourd’hui.