Carnet de bord de Novembre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • du 3 étoiles aujourd'hui
    bed and office
    c'est beau mais c'est long
    aller c'est parti pour le show
    Nice!
  • Mardi 17 Novembre 2020
  •  

    Bon là on voit vite l’aspect positif cette fois de ce pays par rapport à la GB, c’est le stationnement, personne n’est venu squatter dans la rue, je suis toujours seul avec l’éclairage pour moi tout seul. Enfin ici c’est un peu enclavé, ce n’est pas une généralité en NL de garer facilement. 

    Je mets en route à 3h, même si je ne vais pas encore transpirer beaucoup aujourd’hui,  pas question de se louper. Faut être à 8 9h sans faute à Zeebrugge. Il y a 300 bornes. C’est large, j’enquille l’A12 vers Arnhem nord, tranquille à 82, pour rattraper la conso d’hier.  

    L’ atlas est ouvert, j’ai complètement zappé les axes de ce pays pour rejoindre Anvers, c’est criblé d’autoroutes,  il faut souvent en changer. Un peu de sud vers Eindhoven puis ouest par ‘S-Hertogenbosch noord, ou plus simplement “Bois le Duc”, moins long à écrire et à dire. Puis c’est bien fléché Breda. Pour marquer le coup de mon passage chez les Bataves je fais un petit arrêt à une station juste avant Breda pour trouver quelques biscuits, comme des gâteaux au beurre et amandes ou des gaufres fines fourrées au miel, des trucs que j’aimais bien du bas pays qui n’est pas le mien.

    Par contre je ne m’arrête pas chez Joost à Meer, faut passer Anvers avant le brun.  Enfin je veux dire Joost côté Hazeldonk, j’ai toujours préféré ce côté, plus authentique, resté tel que depuis le temps des douanes, à part que le parking a l’air avec des barrières maintenant. 

    La Belgique ce n’est pas la GB non plus pour circuler, c’est carrément affiché interdit de doubler de 5 à 20h.. 

    Anvers, je n’en vois pas grand chose, cap au nord par le tunnel payant, le Kennedy je ne peux pas en adr. Route via Zelzate, et des feux qui font bien flipper après sur la 2x2 à 90 car avec radars.. J’arrive à la P&O à 7h20, un peu de file au guichet, 15 minutes. Enregistrement ok, et je me gare juste après. Pose du câble et plaques, il y a un belge que je connais de le voir souvent ici le lundi soir, un Vervaeke qui est bien sympa, qui lui sort du bateau. La bonne nouvelle c’est pas le nouveau que j’avais pris le mois dernier avec la bouffe infecte. Quoi qu’il me dit que ça s’est amélioré depuis, “nous autres on a gueulé” me dit il avec son accent de Tournai. Il monte en Finlande le week end prochain le veinard, il fait ce trafic assez régulièrement.  

    On vient nous chercher 2h40 plus tard pour monter direct dans le ferry avec bien sûr le contrôle co2 en passant. On n’est que 2, le Nordsky part à l’heure, 11h. C’est le bon équipage philippin habituel, on passe à table aussitôt. Une soupe bien chaude et un steack plutôt bon nous est servi, c’est impeccable. On essaie de causer un peu avec le collègue bubu, il est chez Eurospeed. Il arrive d’Italie, c’est son 2 éme tour, et tout court, car apparemment il débute dans la profession. Il est sans doute de mes âges, avant il était chef dans une usine de fenêtres en Bulgarie. 

    Une douche et une bonne sieste, puis paperasseries en goûtant mes emplettes bataves du matin, y a le temps, ça occupe. La météo est presque claire même si ça remue un peu. Il commence à faire nuit une fois bien avancé dans la Tamise. L’équipage ne tarde pas à frapper aux cabines pour retourner à la soupe, à...17h. C’est pire que l’ephad ici. Enfin ces jours ci j’ai plutôt un programme de 3éme âge. C’est des paupiettes accompagnées d’une bonne ration de crudités et du gratin de pommes de terre, ma foi ça se mange plutôt bien aussi. 

    On est pas arrivés pour autant. Bien plus d’une heure après le ferry se met à quai à Tilbury. Il est 18h10 local, le bubu essaie de faire demi tour mais c’est scabreux niveau place. Je préfère sortir en marche arrière pour ma part. 

    Comme d’hab en bas, y a le comité d'accueil au complet de la border force. Ils sont bien 10 rien que pour nous 2. Mais ce n’est pas plus rapide pour autant, tout y passe, cmrs, carte d’identité,  les questions, armes, drogues, argent, et puis fouille de la cabine, et en règle, ils me demandent où est mon couteau des couverts. Là y a un peu de zèle je pense car beaucoup de petits jeunes qui doivent débuter dans métier et des anciens leur font la leçon avec exercice pratique. Le type en fouillant tombe sur mon passeport, du coup vérif avec la carte d’identité, si c’est bien le même bonhomme. Semi pareille, tous les coffres, ils ont l’air amusés par la réserve de flotte et surtout le coffre à transpalette, il n’avaient jamais dû en voir. Ne manque plus qu’une démo de rehaussage et on finirait en mode Solutrans. Un tour dans la semi et encore ouverture de la calandre pour regarder autour du moteur et ils me lâchent enfin 40 minutes plus tard avec du thank you very much en veux tu en voilà. Comme d’hab ça bataille encore bien 10 minutes à la barrière de sortie qui ne reconnait pas mon immat. Je pourrais presque aller me poser sur le parking de l’entrée, y a bien de la place, sans rien demander à personne, ça ne devrait pas gêner. Mais on est déjà mardi soir, faudrait peut être se mettre un peu à bosser. Je vais tirer jusqu’au 1er ,y a l’air d’avoir des zi à foison autour du bled de Banbury.  M25 nord, ça roule au taquet, M40 puis sortie Banbury donc à 21h30, et je vais voir direct au client, la rue est en double ligne jaune mais son entrée est bien large, aller je me pose là, rien ne dit que c’est interdit. Je ne tarde pas à voir le vigile du site derrière le grillage. Pas de souci pour lui, je peux rester là la nuit, demain, impeccable.