Carnet de bord de Novembre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Silo dans le Cher
    N7 hebdomadairement vôtre
    Lapalisse
    après Moriaud, c'est iauiaud tout court
  • Vendredi 20 Novembre 2020
  •  

    Bon ça va on dort bien dans le Cher. Je mets en route à 7h, direction Bourges, puis vers l’est, la route de la Charité. Je connais un peu la Charité, ma sœur y a habité, très belle ville en bord de Loire. Le bled n’est pas loin, Moulins sur Yevre. C’est un gros silo.En fait je reconnais, déjà été en Gefco national fréteur. Et puis ma nièce y a fait un job d’été, je lui envoie une photo. Son père bosse dans ce groupe depuis longtemps. ça vide à l'intérieur, par les 2 côtés, assez vite. Je peux filer vers ma suite reçue hier soir, vers Moulins, tout court cette fois.  Je fais un arrêt à la Total de St Pierre le Moutier pour l’adblue, dont la pompe marche, et pour pas de douche, qu’elle ne marche pas, elle. Tant pis. Je fais un peu de N7, comme la semaine dernière, c’est sympa. J’arrive à Avermes, banlieue nord de Moulins un peu avant 11h, et y charge rapidement un complet de déchets de peinture en big bag. Au transpal, c’est pas bien lourd. RDV à 16h à Salaise, j’ai quand même le temps de passer par Moulins centre pour redescendre. C’est joli. Oui c’est l’Auvergne quoi. Puis N7  encore un bon bout, il fait beau, c’est chouette, d’autant plus que le contournement de Lapalisse est fermé. ça permet de savoir qu’on est à 660kms de Menton. Je casse la graine plus loin vers St Germain Lespinasse, c’est bucolique aussi dans le quartier.   Tout roule bien Sainté tout ça, je suis en avance à Salaise, et cette fois pas de Philippe Moriaud qui arrive en même temps, mais je croise Lionel qui en repart. Je rentre donc direct, et ça ne traîne pas, transpal toujours. Vu l’heure, je suis bon pour rentrer direct à Jarcieu. Je n’ai pas de quai à prendre, et trouve de la place pour garer. Mon programme n’est pas très compliqué, soit accrocher une semi que Jérémy a chargé, ou bien transvaser. Mais tout est sanglé, c’est du lourd, le chef avait pensé que je prenne directement cette semi, un poil plus léger que la mienne. Et puis c‘est la guerre sur le quai, faudrait qu’on transvase dehors par les côtés. Aller adjugé vendu, le chef a gagné, je dételle. Et ça semble satisfaire Jérémy. En plus il fait un de ces vents dans le secteur, on a tous la flemme. Comme ça je peux donner un bon coup de lavage sur le tracteur. Yannick lui est en mode guerrier sur le quai, il prend un bon groupage UK, aidé par beaucoup de monde. Il rentre dans le vif du sujet là. Moi je coupe ici, je dois faire encore une 11, du coup je prends le temps de charger ma roue de secours  tracteur dans le coffre à palettes et 2 3 bricoles. Une bonne douche là dessus et je ne vais pas trainer pour aller au lit.