Carnet de bord de Mars 2021 Partager sur Facebook
  • Photos
  • plus jamais je ne relèverai le nez sur du SNF Tredi
    Ardennes Liner
    25.25
    Arnhem
    terminus, sympa
  • Lundi 1 Mars 2021
  •  

    Voilà qu’il refait froid maintenant. Bon faut y aller quand même, il est 4h à Châtenois quand le frigo est bien garni, et même si la destination du début de semaine reste intra européenne. 

    La difficulté du matin est de ne pas se tromper de sens à Toul, cette fois je bifurque vers Nancy, c’est ici que je sors de ma case UK liner, un peu de changement. Je retrouve l’A31 nord, un de mes axes du passé. Il est encore tôt, pas de perte de temps particulière. Je file via Longwy. Il me faut du gazole, j’ai checké Martelange, la Total est toujours fermée, alors je sors à la frontière pour aller au Luxembourg proche, à Rodange. Il est 6h10, il y a déjà du monde à la Total, mais ça va. Enfin ça s'accumule vite derrière. Je traine pas trop, je vais juste me chercher un café. C’est sympa les stations luxembourgeoises, mais en fait je prends conscience que c’était quand même une contrainte à l’époque quand on ne jurait que par le gazole Grand Ducal. Le monde toujours, savoir si on trouvera de la place ou pas, Martelange c’est pareil. C’est plus cool à St Quentin finalement. A chaque ligne son stress.

    Je ne fais que passer à Martelange, les travaux de la Total du haut sont en cours d’achèvement, ça a peu changé au niveau des pompes.  La N4 au petit matin c’est bien agréable, c’était mes heures à l’époque. Un peu de E25 direction Liège et je suis vite à mon client des poubelles à la sortie Baraque de Fraiture à 8h, à Manhay exactement. Déjà 2 3 camions devant,  mais de suite je passe en bascule. Et je suis vite en place, après avoir suivi un cariste sans doute d’origine polonaise. ça s’annonce bien, ça vide par côté, mais il va falloir vider pas couleurs, à des endroits différents, et on a bien achevé de tout mélanger vendredi. Je mets ma blouse et file un cop de main au cariste, et on dégage assez vite la couleur verte, en les vidant des débris jaunes ou bleu.. Puis on rebouge pour sortir le reste. 2h30 pour tout vider, ça aurait pu être pire. Je tablais sur 3h. Inutile d’espérer de les valider car j’ai bougé. Une bonne chose de faite, j’ai recollé la cabine de Beaurepaire au tablier, en sécurisant au max et c’est reparti pour la suite des aventures car dans Benelux, il y a Ne.

    Go sur Liège, via le E25 ardennes toujours. Par ce temps c’est magnifique, presque autant que les Vosges! On croise  du beau matos, plus que dans les Vosges là. Liège via les tunnels j’ai pas d’ADR aujourd’hui route sur la NL via Visé. Maastricht, via son tunnel aussi, ça a bien changé ici depuis 2016.  La vitesse je ne saurai jamais en NL, 80, 85, 90. Toujours est il que c’est plus proche du 80 dans les faits, les hollandais mouftent peu. Et des interdictions de dépasser de journée là dessus, c’est vite l’effet colonne de camions. Là c’est flagrant que la GB est plaisante à ce niveau, c’est plus libre, fluide. Par contre le matos que l’on croise ici, est bien plus coloré et typique aussi. Je percute un peu tard que j’ai zappé de faire mon eurovignette. Je m’arrête vers Roermond à l’unique station de l’A73 au tronçon récent pour casser la graine, lâcher 0.50cts aux toilettes pour un voucher, qui me sert à participer à l’achat d’un café. Là encore, c’est une coutume des pays locaux, B, D, NL. On ne paye pas les toilettes en GB, comme quoi.  Je fais ma vignette pour 2 jours et une sieste de 10 minutes et je repars vers Arnhem via Nijmegen. Qu’est que j’ai pu passer dans ces quartiers. ça roule bien, j’arrive à Arnhem par le sud, mon client est dans une zi proche du ring. Il est 14h45, je vide sans tortiller les 2 palettes de batteries.Il me reste de quoi rouler pour rejoindre le clou du voyage à 180 bornes d’ici, tout en haut de ce bas pays. C’est bien chargé jusque Zwolle, mais après ça se calme. J'apprécie ce lundi enfin changeant, mélangé à de bons souvenirs. J’évite Groningen en sortant à Assen et en prenant une 2x2 qui monte sur Emshaven, juste en face de l’Allemagne. Il faisait beau jusque là, ça devient gris un peu avant d’arriver à Appingedam, bled du dernier client. Il y a un pont levis en action juste avant de tourner à la zi. C’est bien marqué interdit de stationner pour les PL à l’entrée du bled, sauf le jour. Comme quoi encore, il n’y pas que la GB qui est maniaque de l’interdiction de stationner. Mon client, un vieil atelier d’engin de chantier est encore ouvert. Il me vide sans traîner la cabine. Il me dit que je peux rester sur le parking la nuit sans problème, m’indique où sont les toilettes, où je dois activer le disjoncteur et même la planque de la clé du bâtiment. J’ai jamais vu ça. Je le remercie bien, en lui disant que je ne sais pas encore si je vais rester ici, c’est selon la suite. Maryan ne tarde pas à envoyer la suite, sur Roermond, donc un bon bout à redescendre. Il me reste une demi heure à rouler, je file sur Veendam, j’avais repéré une zi à proximité de la 2x2. Terminus à 18h30. J’ai passé une bonne et belle journée;

  • Photos
  • la classe batave
    Liège Haven
    Liège Waffles
    décrassage du moteur en Ardennes
    Martelange never die
  • Mardi 2 Mars 2021
  •  

    Ras malgré l’éclairage très blafard, je démarre à 4h10. C’est bien calme et désert sur la N33 et l’A28 plus bas. Mais ça change vers Hoogeveen, Zwolle et à chaque croisement d'autoroutes, ça se blinde vite une fois 5h du matin. La paisible Frise est déjà bien loin derrière. Une fois Nijmegen passé, c’est à nouveau assez calme sur l’A73.  Je sors à un resto indiqué sur un panneau par un camion accompagné d’un cadenas, entre Nijmegen et Venray. Tous les restos ou truckstop sont indiqués de cette manière aux Pays Bas. C’est ouvert,  je peux prendre une douche, c’est nickel.  Je repars avec un café et un petit sandwich au fromage. Il ne reste qu’une heure pour arriver à Roermond. La zi est grosse, il y a de quoi stationner un peu dans toutes les rues. Il est 8h25 chez le client, c’est ouvert, pas foule. Mais il me dit bien sympathiquement que ne suis prévu que demain, faut attendre 10 15 minutes pour faire le point si possibilité de chargement ce jour ou non.. Un peu plus tard, rien de neuf, enfin si, je peux sortir me garer dans la rue et ils viendront me chercher si ils peuvent me charger aujourd’hui.. Ah oui bien, et tout ça dit avec le sourire, qui se fiche un peu de ta poire, à la batave quoi. En gros c’est mort, ils s’en fichent c’est notre client qui nous envoie, donc les frais ne sont pas pour eux si attente. C’est bien partout pareil. Dommage, ça allait à Montpellier. Je fais une bonne sieste pour commencer l’attente, mais rien ne bouge. Au bout d’une heure, un sms de Noël qui n’a pas fait la sieste, me fait signe de descendre sur Liège. J’en suis à une heure. L’adresse est au nord, sur le port,vers la brasserie Jupiler. C'est un dépôt d’acier en bord de Meuse. Il est 11h30 sur la bascule, je rentre aussitôt pour charger. J’ouvre le toit, et doit attendre en cabine.ça prend même pas 1h, j’ai juste eu le temps de manger. Je dois vite aller re-peser avant 12h30 car ils se barrent jusque 14h. Je prends le temps de mettre quelques sangles sur les 3 longueurs de barres d’acier. Un beau chargement et bien sécurisé, avec palettes au tablier et planches entre chaque rangée, le tout pour le 74. Je repars vers le nord de Liège pour faire le grand tour, dommage, c’était bien les quais de Meuse. Il me reste 4h à rouler si je veux valider une 11 ce soir. J’ai quand même Sprimont temps de m’arrêter à la Q8 en haut de la 1ere côté, histoire d’utiliser encore un voucher des toilettes. Comme hier, ils font comme en Allemagne, mais à part que c’est encore moins propre. Je me prends 2 paquets de gaufres liégeoises fraîches, j’aime bien les gaufres liégeoises. Mon papa ramenait ça au début des années 80, on ne connaissait pas du tout.  La E25 est toujours aussi agréable par ce temps, même avec 25t. ça rappelle les Liège Sochaux ou Mulhouse en bobines. Par contre je n’ai pas gagné de temps de passer par Martelange, pas mal de travaux et quelques tracteurs agricoles pas très conciliants. Je ne m’arrête pas au gazole, ni à Rodange, pas trop le temps. Pareil, un bon cou de frein à Mont St Martin, puis avant Metz, c’est tendu comme tout. ça n’ a pas changé ici, et toujours ces motards qui rôdent à la recherche de la moindre infraction, il ne vaut mieux pas dépasser quand c’est interdit ici. Chose incroyable, l’A31 jusque Nancy est bien roulante, tenu le 90 d’un bout à l’autre, mais où donc est passée la maison Mauffrey? 

    je visais le plan stationnement de mon pote Juju42 à Atton, mais je n’ai même pas 8h30. Je verrais bien le péage de Gye, mais là ça dépassera vu comme la moyenne chute sur Nancy. Je me rabat sur un vieux spot stationnement de mes anciennes lignes, dans la zi de Ludres, vers chez Volvo. Il est 17h10, ouf!

     

  • Photos
  • A40, ce viaduc n'a encore jamais Bugey
    Hellas, c'était mieux avant
    Old school
    Paladru
  • Mercredi 3 Mars 2021
  •  

    Une 11 de validée, et une. Je démarre donc à 4h10. Après moultes hésitation sur l’itinéraire à prendre, via les Vosges et la Haute Saône ou pas, l’efficacité l’emporte le porte feuille, je file retrouver l’A31 à Colombey les Belles par Neuves Maisons. C’est kif kif en kms mais la moyenne est assurée par ce côté. A39, et je le garde, toujours pareil par le Haut Jura ça roule bien mais la moyenne tombe forcément. Je m’arrête à l’aire du Poulet pour la douche. Pas possible car pas d’eau chaude. Je valide 15 le temps d’un café et d’une gaufre belge. et repars. C’est pénible les douches en France. Je fonce sur l’A40, snobe l’aire de Bourg et m'arrête à l’aire du Col de Ceignes en 4h30 pile. Au passage je constate que j’ai gagné du temps par rapport à la 2x2 des Vosges, 70, 25 et 39. De chez moi j’arrive à peine ici en 4h30. Je vais revoir pour la douche, là les 2 sont occupées. Il n’y a rien de plus pénible que d’attendre son tour pour une douche. On scrute les entrées et sorties de la station, pour ne pas se faire piquer son tour, et aussi les accès des toilettes. Et c’est généralement très long, on a envie d’étrangler le 1er type qui en ressort tellement il a été long. Et en plus, comme à chaque fois, il y a passé du temps mais n’a pas utilisé la raclette mise à disposition. Résultat faut speeder derrière, 15 minutes raclette comprise pour ma part. Non mais. Je repars après 40 minutes de pause donc, il reste 100 bornes mine de rien. C’est à Ayse, en banlieue de Bonneville, on passe à côté de l’ancien dépôt Chevrier, snif snif. Mon client, un négociant d’acier est au bout d’une rue, faudrait faire demi tour sur place pour reculer à main. J’engage la manœuvre à contre main, un demi tour sauvage comme ça, très peu pour moi. Ils ont l’air de me prendre pour un demeuré que j’attaque la manœuvre de la sorte, je n’ai pas intérêt à la louper ou d’accrocher le bâtiment. Mais non, tout se passe bien. lls ne sont pas trop causant mais pas méchant, ça vide assez vite, arrivé à 11h, fini à midi, ils sont à l’heure pour la soupe donc tout va bien. Pour ma part ce sera le pâté lorrain de service qui m’attend dans le frigo car je dois recharger à St Etienne de St Geoirs avant 15h. Je passe par les Abrets et Paladru, c’est toujours cool comme balade, et en même temps je vérifie que Yannick n’a pas loupé le réveil. J’arrive à l'usine de tuyaux pvc flambant neuve, côté zi maintenant et plus côté ville. ça gagne encore 5 minutes de route. Il est 14h15, il y a de la palce comme il faut pour faire la file par rapport à avant, ils ont prévu. Mais aujourd’hui niet, je rentre quasi de suite. Je charge 3 lots d’auvergne,  et assez peinard, très peu de vrac. Il y a moyen de récupérer de la place. Du coup je peux filer faire encore une ramasse sur Grenoble, à la bonne maison Ziegler, à 2 pas de chez ma fille. 45 minutes pour descendre à peine, 15 minutes pour charger 2 pal de Catalogne, et par côté, vu que j’ai un trou facile à faire au milieu des lots de pvc, et je peux rentrer à Jarcieu, en 1h15 pile. C’est mieux que ça n’ait pas trainé, je suis à Jarcieu à 17h05, et avec 9h50. Si je n’avais pas raqué l’autobahn ce matin, je serais coincé à St Etienne de St Geoirs à cette heure là. On ressort le lot catalan et garde le 63, je peux rajouter du 43. Du coup c’est exotique quand même. Enfin, un exotisme du pauvre. Je gerbe 2 3 pal de pvc entre elles pour trouver un peu de place pour 5 ibc, tout ça sous l'œil d’Arthur. J’ai rien cassé, il me valide mon cassos. Il fait presque nuit quand ces ibc arrivent du 84 par les soins du collègue à Ptitdud. Peu importe, je ne bouge plus mon véhicule, je valide la 2éme 11 malgré que je dois livrer tôt le 43, banlieue rouge poivre & sel. 

  • Photos
  • Autovia 75
    il faut le voir pour le croire
    vide usine liner
    déchets leader du 68
    tout va bien
  • Jeudi 4 Mars 2021
  •  

    Réveil à 3h15, faut marcher un peu pour aller à la nouvelle douche provisoire en attendant la fin des travaux. Mais c’est du 5 étoiles quand même. Café à la senseo qui a déménagé là bas aussi, impec. Je mets en route à 4h05, et c’est parti pour tailler tout droit à Chanas sur le Rhône puis l’Ardèche et le 43 via le Tracol. Avec 7 8 t c’est supportable, et surtout de nuit, pas trop embêté pas les autres camions. Juste quelques autochtones qui roulent comme des maboules dans les bleds, genre un dans la rue principale de Montfaucon en Velay, un Vraicon en Velay le type quoi. On est quand même content de retrouver la 88, mais là c'est des travaux qui prennent le relais. Pour aller à Chaspuzac, je taille par la vieille Wauquieziaine nord, Polignac tout ça. Plus loin en filant tout droit à St Paulien vers Thiers, je me gourre, Je peux retourner aussitôt sur le parking du routier. Rien de grave, à part que c’était sous l'œil d’un voisin vigilant qui était derrière moi, Jérôme le magnat local du béton.  On se fait coucou mais juste par téléphone, j’arrive tout juste à 6h30 et des poussières à Chaspuzac, un petit dépôt dans un vieux garage. Le mec est un peu speed, il doit repartir à 7h sans faute. On vide par côté les IBC qui sont au milieu, et on tire avec une sangle ceux de l’autre côté. Il est bien sympa, mais va vite, ça me stresse aussi. Il veut quand même m’offrir le café. Bizarre, si il est pressé. Ah mais il le pose sur une fenêtre, me signe la cmr et se barre.  Je referme, en étant toujours speed, et repars vers le centre du bled. Il m’a expliqué pour rejoindre la 102, mais j’ai rien compris, je taille tout droit, c’est pas terrible mais ça roule et j’arrive presqu’en bas du Col de Fix Geneys. Et surtout je m’aperçois que j’ai oublié son café, tant pis. Je lui fais un sms pour le remercier quand même. Je fais un bout d’A75 et m’arrête à l’aire d'Authezat pour faire 30 et déjeuner comme il faut.  Il fait beau, c’est cool l’Auvergne par ce temps, les Vosges c’est pareil, c’est beaucoup plus sympa quand il ne pleut pas. Mon 1er est à Aubière, route de Cournon, 15 minutes, puis je ne tombe pas la parka ni le masque pour rejoindre le 2éme qui à Cournon, route de Aubière. Là encore 10 minutes en tout. Me reste un seul client, Riom. Je serai large en avance pour mon rechargement. Mais n’allons pas trop vite, du moins ce doit être la devise de ce dernier client à Riom, où la cour et l’accès sont minuscules, et où je vois un type mettre des sacs dans un caddie. Il vient me demander ce que j'emmène. Je peux rentrer en manoeuvrant un peu, c’est large me dit il. Et il se barre avec son caddie, à l’Aldi en face..Reste juste un cariste dans la boutique, et une série de clients qui arrivent, et qu’il sert donc. Notre ami revient bien 35 minutes après, le caddie rempli, parfait, j’avais encore jamais vu ça en 27 ans de carrière… Mais le balai des clients continue, et le type m’invite à boire un café. Je lui dit que je préférerais qu’il me vide peut être, au bout de 45 minutes ce serait bien. Ah non, c’est comme ça me répond il. Je lui dis être étonné, que chez ses collègues de Clermont, je n’ai passé que 10 15 minutes. Ah mais c’est parce qu'ils sont bons qu'il me répond.  Bon je prends un café, je ne m’énerve pas ,et reluque son caddie, pack de Leffe, de la bouffe, il a fait ses courses pour le week end, j’y crois toujours pas. Il vient me vider au bout d’une heure,et en prenant le temps Il n’ a pas l’air d'apprécier que j’ai fait riper du plancher la dernière couronne pour gagner un peu de temps pour refermer. Il me demande de ressortir de la cour pour venir chercher mes papiers, sans doute pour pouvoir fermer son portail, mais je reste dedans tant que je n'ai pas mes papiers. A midi moins le quart je me barre enfin, 1h50 pour 4m. Je ne me suis pas énervé, désolé pour lui, il a perdu, pas de bol, je ne recharge qu’à 15h sur le 03. Je monte via Gannat et Saint Pourçain où je m’arrête au pain à une belle boulangerie le long de la natio. Je continue et mangerai sur place au rechargement. C’est à Montbeugny, le long de la RCEA. Il est 13h30 là bas, un Weber du 68 se met en place, pour ce sera après. Je peux me garer sur la place du joli hameau. Il charge pour Ottmarsheim, c’est des spécialistes du déchet cette maison, on les voit à Tredi. La manœuvre est assez compliquée pour se mettre en place. Je prends la place bien avant 15h, avec l’aide du collègue haut rhinois qui me guide. Les bretons, spécialistes de l'évacuation de déchets qui nous chargent sont sympas, pléonasme, pour des bretons. Ils s’occupent de tout, chargent à ma place dans la semi. ça tombe bien, j’ai de quoi m’occuper, une alarme s’est déclenchée à l’arrêt d u moteur, "défaut système moteur” en orange, puis en rouge. Je regarde tout si pas de fuite, les niveaux, ras, et coupe la batterie. Mais rien n’y fait, ça sonne tout rouge en rallumant. Je relève 7 codes défaut et appelle Damien à St Nabord. Tous ces codes sont liés, pour lui c’est un connecteur ou un mauvais contact sur le thermostat sur les filtres à huile qui fiche le bazar. Je peux rouler mais ça va sonner sans arrêt.Un truc a bougé là dessous, la faute sans doute à mon passage sur les routes biscornues du 43 ce matin. Je suis chargé pour le 39, il est 16h passé. donc Volvo Chalon serait le mieux pour demain matin. Pas de souci, rdv pris après un coup de fil. A une demi heure près ou sans travaux interminables sur la RCEA,  j’aurais pu passer ce soir. Je ne vais pas dormir vers le garage, c’est pas loin de la N6, à Sevrey, au sud, j’aime pas trop le secteur, je vais à la place à côté d'Areva. La coupure va être bonne.   

  • Photos
  • ça tombe jamais en panne qu'ils doivent dire
    ceux là peut être
    Vouglans
    jamais en retard au gouter en ce moment
    made in Auxerre
  • Vendredi 5 Mars 2021
  •  

    Réveillé à 6h, j’ai de la marge, je fais un bon ménage de la cabine, et du rangement, ça fait du bien, ça commençait à partir en vrille. C’est l’éventuel basculement de cabine qui va avoir lieu qui m’a motivé. Je mets en route à 7h40, je suis au gge Bassigny à Sevrey à 55. Dételage immédiat, je rentre le tracteur sur une fosse et je dois aller à la salle d’attente. Peu importe, j’insiste pas pour rester à l’atelier, je ne suis pas client habituel. Il y a une tv qui passe en boucle une vidéo sur les nouvelles séries, ça date bien d’un an, quand ils avaient fait la présentation avec le show un peu mégalo des colonnes de camions.  Il n’y a pas le son, mais à priori ces camions ont tout pour eux. Une demi-heure plus tard, le chef d’atelier vient me confirmer pour le truc au dessus des filtres, une électrovanne, et une autre mais qu’il n’ont pas en stock, ils la font commander à St Nabord, ça pourra attendre. Il faut une bonne heure de boulot pour changer la disponible, pas de souci. Je fais un tour sur le  parking, il y a 2 3 vieilleries à photographier. A  9h30, le sympathique mécanicien vient me chercher, m’explique un peu ce qu’il a fait et qu’il a débranché l’autre vanne ou sonde qui est à remplacer, je n’ai plus d’alerte rouge cette fois, juste du orange, on se croirait à Calais avec toutes les couleurs. Je dois filer maintenant à Beaufort dans le 39, via Louhans. Je mets presque 1h30 mine de rien. A 11h15 bien sonné, et après m'être promené un peu en me gourrant d’entrée au Tredi local, je suis sur la bascule. Bonne nouvelle, il n’y en aura qu’une, malgré que j’ai 8 bordereaux différents. Le cariste est bien sympa aussi, je l’aide en accrochant les big bag à ses fourches. J’en repars à 12h30, ça bosse pendant midi. ça a bien été, je me voyais passer 3h ici.  Heureusement car j’ai du taf dans le coin, à Orgelet. C’est dans le coin, mais le cariste m’a conseillé de repasser par Lons et de monter Montaigu, que de couper à travers depuis ici. A 13h15 là bas, à l’entrée de la zone, je charge après un cassage de graine express, un petit complet de boites plastiques pour cosmétiques pour la catalogne. En repartant, je fais un saut au Super U pour un peu de gazole. Le gazole luxembourgeois de lundi matin m’a presque tenu la semaine, et pour pas cher. Ici, c’est 1,354, c’est pas pareil. Je redescends à Jarcieu au plus simple, par Moirans en Montagne, Oyonnax, et A40 pour un 2éme passage du col de Ceignes cette semaine. J’ai croisé Alex, le monsieur déchets du Jura avec son Renault cr tradi. Alors on papote un peu poubelles et cheval. C’est un peu chaud sur Lyon au niveau trafic ais je m’en sors bien, il vaut mieux aller à Jarcieu qu'à Sainté.  A Jarcieu à 17h et des poussières, je fais d’abord un coucou à Phil 26 qui va encore rentrer pas trop tard, même avant son homonyme de Moriaud. Puis à mon copain ex gefco Christophe, qui va encore à Corleto, le pauvre. Puis il y a plein de monde, Dudu qui me présente son patron, en fait on s’est vu avant hier soir, et  Vanvan, Tristan, bref toute la clique est là. Mais le meilleur est pour la fin, Christophe, puisqu’il va m’aider à vider le lot catalan et à reprendre un lot de déchets pour le 02. Pas trop de difficulté ce vendredi pour le complément qui n’a rien de scabreux, puisqu’il va passer au sol, c’est juste un petit paquet de ferraille qui ne devrait pas me poser de problème pour trouver l’adresse puisque dans les Vosges.  Je passe au lavage, y a besoin comme à chaque fois. ça m’a permis de voir Emeric qui revient avec la dernière nouveauté de chez Duarig, une semi de marque Fruehauf. Elle est jolie, Nico receptionne le produit franco polonais. Elle ne va pas tarder à repartir, les moyeux n’ont pas été peints. Je repars à 19h presque 30, Lyon cette fois est au vert contrairement aux moyeux de toute à l’heure. Je fais l’A39 et fini l’amplitude au mieux dans une zi à Dole, près de Mecano Service. 

     

  • Photos
  • Pesmes, photo obligatoire
    Bucey les Gy, arrêt obligatoire
    chez zinzin avec le Roland
    pièce arrivée
    aussitôt remplacée
  • Samedi 6 Mars 2021
  •  

    J’étais pas garé au mieux, mais je n’ai dérangé personne ni inversement. Par contre, il fait froid. Je démarre à 7h40,c’est  parti pour un petit vosgian road trip. Pour fêter ça, je m’arrête à la boulangerie de Bucey les Gy pour embarquer un copieux petit dej. Je tente un pâté lorrain pour commencer, mais ce n’est pas une réussite. Qu’est ce qu’on attend en Lorraine pour faire une AOP, comme si dans les Vosges faisait du Comté. Je passe mon bled sans m’arrêter, je dois aller livrer le paquet d’acier de Chavanay chez un ferrailleur un peu plus haut. Ils me vident sans tarder les plats. C’est une bonne maison chez “Zinzin”. C’est un vieux surnom. Stéphane ne l’avait pas compris comme ça, et leur à demandé si il était bien chez Zinzin en les appelant pour la livraison! C’est pas grave, c’est drôle. Ici je tombe sur Roland Steff  qui vient chercher un bout de tôle, on papote un moment, ça commence à faire des années qu’on ne s’était pas vu, depuis que j’ai déserté Gefco quoi, eux aussi d’ailleurs de plus en plus. Il roule encore à 70 ans passé, chapeau, toujours la banane le Roland. Ma chérie qui rentrait du ski, a vu mon camion depuis le contournement de Saulxures, s’est arrêtée et nous a immortalisés devant le camion, et avec les masques, pas très old school.

    Je rentre pas bien tard à la maison, avec le camion pour une fois. Je vais en profiter pour faire un grand ménage de pré-printemps, recharger les batteries, et aussi remplacer la vanne manquante hier qui est arrivée à St Nabord ce matin, ma fille l’a récupérée. 

    Sans le trajet parking, le week end paraîtra tout de suite plus long.  

     

  • Photos
  • week end productif
    pour des siestes productives
    je n'oublie pas mon département
    coucou les anglais!
  • Lundi 8 Mars 2021
  •  

    A chaque fois que je dois partir moins tôt qu’à l’habitude, à chaque fois je suis à la bourre. Ce devait être 7h sur le papier, finalement c’est 7h20 sur le chrono. Et c’est encore pire quand j’ai le camion à la maison, il faut raccrocher et tout.   

    Même avec le camion à proximité, le week end fût profitable, un bon rangement de cabine a pu être opéré, avec installation définitive d'une imprimante semi compacte dans un placard. Je n’en pouvais plus de devoir tout virer de la couchette pour la moindre sieste. Bon aujourd’hui, étant à la bourre, je ne pourrai pas tester ce confort et espace retrouvé. J’avais dit 8h aux pneus à Chavelot, mais je dois encore m’arrêter au gazole à Leclerc St Etienne les Remiremont, je fais au plus vite. ça me permet quand même de balancer un peu de devises à mon bon vieux département qui m’a fait bosser samedi, une fois n’est pas coutume.  Mais il sait me rendre la monnaie, un copain, Jean Michel, qui m’a vu de loin, est venu me dire bonjour, ça fait plaisir, c’est un bon copain rencontré au centre équestre, passionné de camions, on papote un peu. Il repart et un autre ami vient à son tour, là c’est Bernard, un ancien chauffeur de mon père qui vient donner du coup de poing. ça fait plaisir aussi, on s’était pas vu depuis un repas avec mes parents il y a bien 5 ans. Il est en CFA maintenant. ça fait bizarre, j’avais 10 ans quand il est venu rouler chez nous, il devait en avoir 20 et quelques. Après ces instants amicaux non déplaisants où j’ai déjà validé 20 minutes, je fonce sur Epinal, j’y suis à 8h25. ça va, il y a juste mais quand même, le jumelage arrière à totalement permuter, ça prend 45 minutes pressions et visu du reste de l’attelage inclus. Je dois filer sur Chauny maintenant, en 4h30 ce n’est pas gagné, on ne part pas de Châtenois. Il a fallu mettre du travail opportunément aux pneus. Enfin, j’ai bossé quand même un peu, j’ai enlevé et remis les cache écrous.

    Il fait beau en Lorraine, une fois n’est pas coutume non plus. C’est toujours agréable cette époque de l’année quand ça sent le printemps, même si on est en train d’en prendre un de plus. Je retrouve mon axe habituel à Toul, et je passe Reims pour casser une graine en 30 minutes à l’aire du Loivre. Je suis encore dans les clous au niveau timing, je mets une bonne heure pour arriver à Chauny, au client recycleurs de déchets d’aérosols. 

    Une pesée, un passage à quai, ça vide, re-pesée, et passage à un autre quai pour reprendre des palox vides. Un bon boulot pas bien stressant dès le lundi. Des lundis comme ça, je signe jusque la retraite. Enfin il reste de la place, j’attends un peu, mais pas longtemps, on recomplètera sur Dijon demain matin. Rien ne va mal, je vais essayer de repartir par le sud, puisqu’on est sur la route de Soissons. Ma foi  ça roule, c’est potable, ça tortille un peu en descendant sur Soissons, quelques rond point, et les radars à se méfier sur la N31. Et mon vieux train avant bientôt millionnaire ne souffre plus comme dans toute sa jeunesse sur le contournement de Fismes qui a enfin subi une bonne réfection depuis.

    Je n’ai même pas perdu 5 minutes pour Reims par rapport à l’autoroute. Je continue par les natios habituelles, 44, 4 et 67, ça roule très bien.Un qui roule bien aussi, c’est Mimich07, tellement bien qu’il ne me voit pas, snif snif. 

     Je visais Langres en 10h, mais j’ai 9h05 au péage de Semoutiers où il reste une place, et la 11 sera validée très bien comme ça aussi.  

  • Photos
  • N74
    Guillot Bourne II Jarcieu
    le Llierthi 05
    demain il prend un an de plus Ludo
  • Mardi 9 Mars 2021
  •  

    Ici ça remue jour et nuit, relais et compagnie, mais ça va, bien dormi quand même. Je démarre à 7h après un copieux pain beurre mirabelle, de la confiture hein. Il fait -2, j’ai encore utilisé le basto, pauvres batteries, elles bossent cet hiver. Je m’arrête à Dijon Brognon pour la douche. La station n’a pas 6 mois, les douches font déjà 10 ans. Les types ne pourraient-ils pas utiliser un peu plus les raclettes mises à disposition? je sors juste après pour filer sur la rocade de Dijon et le sud, à Gevrey Chambertin zi exactement. Je ne charge pas du vin, mais dans un truc de produits pharma, appelé mercurochrome. C’est du rouge aussi, mais qui tache. ça prend à peine 20 minutes pour prendre ce lot à destination de la Catalogne. Je peux cette fois aller vider les emballages vides à Salaise. C’est largement mort pour midi, je fais un bout de N74 à travers le vignoble jusque Beaune, c'est joli. 

    Je passe Lyon via périf et m’arrête à Solaize pour casser la graine. Au soleil, frais peut être, mais au soleil, ça fait du bien. Je suis à 13h30 à Salaise, rentre aussitôt sans blabla, pas de pesée ni rien, normal pour juste vider des emballages vides. 

    Je peux remonter à Jarcieu, pas à Jarcieu Est, au dépôt, mais à Jarcieu centre, aux pépinières. Je recule aussitôt dans la fosse en ayant au préalable sorti mon transpal pour bouger les palettes catalogne, elles seront mieux derrière que coincées contre le tablier sous les arbres. Quoique ça m’aurait obligé à les garder, et en plus ça irait bien avec les arbres qui vont à Montpellier. ça met une bonne heure pour charger 36 arbres sur 10 mètres, un beau chargement. Le jeune et nouveau chauffeur, Maxime arrive après , il va en banlieue chic de Grenoble pour un 2éme voyage. Cette fois je peux rentrer à Jarcieu, au quai 2, et oui du coup, je dois sortir le lot de 2 pal pharma pour le E08. C’est dommage, ça m’aurait permit de mettre les roues outre Pyrénées une fois en 2021. Mais je suis mauvaise langue, j’ai la possibilité de prendre 1 autre, 2 ou 3 autres lots pour le E08 aussi. Je ne rêve pas, et ce n’est pas pour un Zinzin installé là bas. Cool.  Maryan me montre les palettes en question, du fût, du fût, et 2 dévidoirs de fils machine. Déjà les fûts, ça passera juste, mais ça y va. Emeric vient m’aider, et trouve la solution pour les dévidoirs. 2 sangles là dessus, et c’est impeccable, tout est rentré. Autant marquer le coup. Il est 17h30 passé quand je repars après avoir croisé mon ami barbu qui lui s’en revient de Catalogne, que j’ai failli oublier mon transpal sur le quai, il me sera utile demain. Emeric commence sur Montpellier aussi, on se suit de pas trop loin et je l’attends à la sortie Gallargues et il me montre un bon plan stationnement dans la zi. Impec. Pour fêter ça, je sors le filet mignon fumé vosgien, et lui le Figatellu corse, fumé aussi.  

     

  • Photos
  • café fumant après le fumé
    un peu de verdure pour le béton
    à chaque fois je la fais
    chez Marti
    Caldes de Montbui
  • Mercredi 10 Mars 2021
  •  

    C’est parfait ici, ras aux bâches ni au gazole. Juste un peu frais pour du 34, enfin, il fait 5 mais il y a un petit vent traître quand même. On se réchauffe le café sur les marche pieds comme les vrais et on décolle à 7h20. 

    On sort les 2 à l’entrée de Montpellier, je file vers la nouvelle zone toute neuve, quoique une fois j’ai livré une charpente vosgienne il y a bien 5 ou 6 ans pour les buildings qui se sont montés, bureaux, écoles, start up...Là je vais à la gare TGV, elle est un peu excentrée, tout contre l’A709. Après 3 coups de fil, on me donne enfin le bon contact qui est sur place , un sous traitant d’un gros paysagiste.  Pas compliqué à trouver, ils m’attendent mais il faut reculer le cul de la semi dans un chemin qui descend dans le terrassement du square qu’ils aménagent. Ma foi il ne pleut pas, et on ne gène pas trop, car ça circule de partout, bus, camions bennes...ça vide bien avec une minipelle, l’employé du sous traitant est dans la semi, et je décroche l'élingue des arbres une fois au sol, il y en a 36 quand même. ça prend 2 petites heures, rien de méchant. Il y a juste que je ne ressortirai jamais de là, les roues de la semi étant dans la pente avec bien 7t sur les 3 derniers mètres 50. Et une fois vide,et après un bon nettoyage du plancher le tracteur ne veut guère descendre car plus de poids du tout sur la sellette, et la semi tire en arrière. Heureusement avec les 2 paysagistes qui m’aident à tirer 2 piles de palettes de fûts, ça se redresse un peu, et j’ai facile à ramener  2 autres piles au tablier et ça sort sans patiner, ouf. Je retrouve l’A709 pour continuer vers le sud, go à  la Jonquera pour une douane sur l’essence. J'aimerais quand même prendre un douche, je sors à Narbonne croix sud, mais en fin de matinée, le cr est fermé, zut de zut, comment perdre 10 minutes pour rien. Tant pis, on verra ça plus tard. Il faut aussi que j’aille au gazole, je sors à Perpi sud et vais à la Total à côté de St Charles, 1.355 €/l, un prix que l’on peut considérer d’abordable de nos jours. Je valide 20 minutes. Je monte facile le Perthus avec mes 7t,  sans encore savoir si on a le droit de dépasser ou pas. J’arrive à la Jonquera à 13h30, prépare mon sac de douche, amène les papiers et file en 3 éme vitesse à la Tortue pour la douche, faudrait pas trop dépasser les 30 minutes.  De retour au bureau à 25 minutes, la dame me dit que c’est pas bon à cause d’une erreur de document au départ. Elle prend mon 06 et redit. Du coup je prends le temps de manger, ça dure bien 1h, qu’une personne de Givors m'appelle pour me dire que ça va être bon dans 15 minutes. J’y retourne, mais rien de neuf, elles me rappelleront. J’attends encore une petite heure pour avoir le feu vert. Ma foi, je me serai cru à Hythe ou Calais  un instant, le soleil et les montagnes et le parking gratuit en primes. Je repars à 15h40 passé, il ne faut plus espérer vider quoi que ce soir ce jour, hormis ce carburant qui va à la maison Vilardell. Je bipe Marti pour lui dire dans 2h, c’est ok. ça roule bien, même la sortie de Barcelone vers le nord sur la C59. Traversée de Caldes de Montbui et je suis à 17h35 à Sentmenat ou Marti attend le portail ouvert. Il prend ces palettes, et me dégerbe tout le restant, c’est sympa. C’est un peu une antenne Douarrrrig Transportes Catalunya ici. Je ne suis pas loin d’un client à suivre demain, à Castellar del Vallès, mais Maryan préfère que je redescende à Parets pour faire en priorité un client normalement prévu ce jour. Ma foi ce n’est pas bien loin, juste un peu de route sinueuse et la re traversée de Caldes. Je me gare vers l’entrée du client, que j’ai déjà fait à mes débuts Duarig. Ici, le couvre feu commence plus tard. Je vais voir au resto pas loin, mais c’est encore fermé le soir, pas grave, les douches sont accessibles par contre. Je vais faire un tour dans le bled, et trouve une superette, ça va, il y a un peu de vie revenue quand même.

     

  • Photos
  • Sabadell
    celle là aussi je la fais à chaque fois
    15h, heure de la sieste
    un par minute environ sur AP7
    Barjac 48
  • Jeudi 11 Mars 2021
  •  

    Je retourne au resto, prends la douche au type du parking. Pas terrible la douche ici pour 3 balles, ça dépanne. Au resto, c’est servi à l'extérieur. Si c’est pour pas profiter du zinc, avec la télé à fond, les types qui causent forts et le bruit des machines à sous, c’est pas la peine, je vais écouter les infos plus sobrement dans ma cabine pour petit déjeuner. Je vais pour m’inscrire un peu avant 8h, la gardienne me dit 8h, pas avant. Il y a déjà du peuple, du coup je ne rentre qu’à 8h15. Enfin je vide assez vite leurs palettes de fûts. Je peux aller finir cette tournée de nouveau dans la montagne à Castelar; Cette fois je passe par les grands axes, AP7 et Sabadell, qui se contourne par l’ Avinguda d’Estraburg. ça va, ça passe mieux que Strasbourg le matin. Juste le rond point qui tourne bizarre au bout. A Castelar, c’est une boîte qui transforme du fil d’acier. L’adresse est mauvaise, il faut juste faire le tour du pâté de bâtiments. Et l’accès n’est pas large et à contre main avec un bon trottoir et les platanes au milieu, mais le type vient chercher ses 2 dévidoirs dans la rue, comme c’est gentil, j’ai gratté un quart d’heure de manœuvre. Maryan m’a déjà envoyé mon billet retour plutôt sympa, comme le veut cette semaine, il s’agit d’un petit complet pour le 43 à prendre à Subirats, vers Martorell au sud. Je suis là bas en moins d’une heure qu’on ne voit passer puisqu’elle consistait à contourner le Montserrat. C’est un truc de logistique situé dans un trou, en contre bas de l’AP7, je peux passer à quai de suite, ça part bien. Mais je dois attendre en cabine. Au bout d’une heure ça ne bouge pas. Je signale à Maryan, et vais re-sonner gentiment, il est midi.  Ils ne peuvent pas me charger tout de suite, il leur faut un accord à cause d’une histoire de paiement. On est bien. En France c’est mort jusque 14h. Je vais relancer un peu avant 13h, car ici ça risque d'être mort aussi pendant un bon moment. Maryan me dit quoi à 14h. C’est sûr, c’est pas simple, une situation comme ça. D’autant plus que c’est un client du 43, le temps de faire intervenir le président de la région RAA, convertir les anciens francs et tout. Rien de neuf à 14h. Le client dit qu’il vont nous charger, qu’il faut attendre. Pas de souci. Mais ici c’est la pause jusque 15h. Enfin on ne peut pas dire que l’activité battait son plein jusque maintenant, hormis un petit camion qui fait des navettes. J’attaque une sieste, et à 15h45 ça bouge enfin. ça ne traîne pas, à 16h15 c’est classé. C’est pas grave, limite ça m'aurait embêté de laisser cette belle remontée vers l'Auvergne, d’autant plus que je n’ai que 8t. Seule déception de cette longue attente était la non vue sur le Montserrat.  Barcelone passe tout au vert. Je fonce vers la Jonquère pour faire une 45. Je vais à la Tortue, où le parking gardé est déjà bien blindé à 18h30. Et en plus pour trouver le supermarché fermé. Je fais une bonne marche pour aller à l’escudero à côté pour 2 3 courses. Tout ça passe en 45 minutes, et du coup je ne paie rien pour le parking, ouf. Me reste 4h à peine à rouler pour achever l’amplitude. L’A9 est bien chargée, c’est limite pénible, mais ma destination du jour et son poids ne me font guère hésiter à bifurquer vers Clermont Ferrand par l’A75. Là je me retrouve bien seul, c'est peinard, mais limite endormant. On est éternellement insatisfait dans ce job. Il commence à flotter sur le Larzac, mais ça va, la température est encore dans les 8 9 degrés. J’enquille la N88 et finis l’amplitude à l’entrée de Barjac, bled un peu avant Mende. Je serai bien, il y a un lampion et surtout une boulangerie pas loin. 

     

  • Photos
  • Parfait
    dans moins de 5 ans, votre Ikea à Mende
    ça en sera fini des belles photos
    pour les photos, ne restera que la 88
    après le petit Zinzin de Henri Dès, la musique du camionneur
  • Vendredi 12 Mars 2021
  •  

    Bon pour le lampion, on repassera, il s’est éteint peu de temps après mon arrivée. Enfin, ça ne m’a pas empêché de bien dormir , au contraire, et ras à la jauge ce matin, faut dire qu’on est assez loin de l’A9. Ne reste qu’à aller voir la boulangerie, si elle n’a pas mis la clé sous la porte. Non, c’est bon, mon vendredi commence bien, et ça change un peu du Blachère d' Andrézieux, coutumière du vendredi. Je mets en route après cet instant festif à 8h20, sous une météo mi figue mi raisin.   Ma foi c’est correct pour profiter des paysages qui bordent la N88. Je peux même voir le début de la construction d’une rocade de Mende. Est ce bien utile? Sans doute oui pour le lobby du béton qui décidément  a l’air influent dans la région. En tous cas ce lobby a bien bossé au Puy, il faut admettre que ça gagne du temps pour contourner. Bravo Lolo, il aura laissé une trace dans l’histoire en plus de la polémique sur sa teinture poivre et sel pour faire plus mûr aux élections. J’arrive à mon client qui est dans la za de la Levée à Yssingeaux vers 10h30. Heureusement ils ont fini par déblayer la neige depuis mon dernier passage tout début janvier. Vide 1h plus tard, j’ai une ramasse à faire à Bas en Basset, c’est pas loin, mais j’appelle quand même pour assurer le coup avant la pause de midi. C’est ok, il s’agit de palettes de film plastique, pour le 04. J'en reçois une seconde non loin de là, chez la maison Ollier à Beauzac. Là c’est mort pour midi, je vois 2 3 chauffeurs qui discutent qui me disent que le type du quai vient de partir. J’aurais dû appeler aussi pour le coup. Je casse la graine du coup et attends presque 14h que ça reprenne. ça fait une bien longue attente juste pour  4 palettes de film encore, pour l’Italie. Une 3éme ramasse à enchaîner, sur Andrézieux m’attend. ça vaut le coup, je ne suis pas venu dans le quartier pour rien. Décidément, un tour de Catalogne ça se paie. ça bouchonne un peu sur le contournement ouest de Sainté, notamment vers Villars. C’est pas possible, ce secteur doit être jumelé avec Essen ou Bochum. Je charge du carton à Andrézieux, pour le 04 encore, ça rentre au chausse pied, du coup cette fois je peux rentrer comme ça. ça merdoie encore un peu du côté nord de Sainté. Je croise de loin mon voisin inter-régional, Pierre 70 au croisement de Chasse. Et on a été un peu voisins cette semaine, enfin là il y a avait bien 2 provinces de différence. A Jarcieu, je revide tout, je n’habite pas trop sur la route de toutes ces destinations. Jean No m’avait annoncé hier que j’étais l’heureux gagnant d’un petit groupage UK. En effet un bon petit groupage, métrage, tout comme avant quoi. Moi qui suit un chantre du c’était mieux avant, je suis comblé. Les bons vieux clients du début qui reviennent post brexit, il y a un côté rassurant. Emeric et Christophe me filent la main, donc on rigole un bon métrage aussi avec ces 2 sauvageons. Je repars à 19h, pas de lavage, tant pis, enfin ça n’a pas trop sali cette semaine. Ah ben oui, suis je bête, je suis pas allé en GB. Je passe au gazole vite fait à Bron et taille sur l’A6. C’est bien long pour arriver à Gevrey Chambertin. Je suis garé à 22h15. J’ai sommeil mais faim aussi. 

  • Photos
  • pas de photos
  • Samedi 13 Mars 2021
  • 7h20, je quitte le parking caravaneux de Gevrey. C’est gris mais encore sec. C’est une fois franchie la limite du 52/88 que la météo tourne à l’automne, normal après l’été. Je suis garé à 9h15 au truckstop angle morts de Châtenois. Je suis presque trempé le temps de balancer tout dans la bagnole. De quoi motiver un passage par la boulangerie de Châtenois. Il faut savoir renouer avec sa région pour bien commencer un week end qui succède à une belle semaine!

     

  • Photos
  • comme un lundi
    the check of the day
    le truc de travers
    3éme classe
    Sweet Brock M20
  • Lundi 15 Mars 2021
  •  

    Après un week end de 45 heures et quinze minutes, je mets en route à 6h30 , sous la grosse flotte, comme samedi. ça met tout de suite en condition sur la destination de la semaine. La nouvelle alerte du matin, c’est un message indiquant “défaut frein moteur”. ça se remarque en effet tout de suite, il doit rester juste le frein échappement, et encore. J’appelle Jean Marc à 8h30, il dit de regarder éventuellement un fusible, sinon, il faudrait passer au garage pour regarder plus loin, et ça nécessite d'enlever le cache culbuteurs pour voir la vanne de commande du VEB. 

     On dit que ça ne vaut rien en efficacité le VEB, alors que si, finalement. ça n’empêche pas de rouler, mais le manque se ressent tout de suite comme dans Ligny en Barrois.

    ça roule un peu plus qu’à l’habitude, à l’heure là, tout le monde est parti, surtout les Mauffrey. Les Daf doivent encore rouler moins vite que les Vico on dirait. 

    Enfin je mets à peu près le même temps pour rejoindre Reims. Je sors là mettre du gazole, à la place de Leclerc de St Quentin, ça me comble dans ma quête de changement. ça permet surtout de valider 15 tout en ayant passé le câble, et de faire 30 plus loin au Champ Roland à un horaire plus matinal pour petit déjeuner que l’aire du Plateau. Je fais aussi le formulaire quarantaine UK, tout ce blabla ne cesse pas, il ne faut pas l’oublier. Je regarde aussi le fusible F44 comme préconisé par Jean Marc de St Nabord, perdu, il est bon, je suis bon pour passer au garage, et encore plus anticiper mes arrêts.

    J’arrive à Coquelles vers 13h30, Peu de monde, ras avec mon code barre au pitstop des chien et bâches. Mais bâche de toit qui attire l’attention d’une contrôleuse, qui me remet une feuille orange pour le pare brise, je suis bon pour une navette exprès, avec d'autres bras cassés de mon genre, un peu plus fermée en principe. Plus loin, c’est la Border Force qui m’invite vers les contrôles. Un agent m’emmène dans un hangar, sans rien de spécial, juste il me demande ce que je transporte, part avec mes papiers pendant bien 10 minutes et revient avec un appareil qu’il plaque contre la bâche. Ce doit être pour mesurer la radioactivité, j’ai déjà eu le coup à Douvres une fois. Au bout de 10 minutes, ras, je peux rejoindre les lignes, ouf. Dans une ligne exprès donc, avec des plateaux ou des autres taut plus trop de première  jeunesse comme la mienne. D’après l’appli, je suis booké pour la navette de 16h08. Je regarde donc ce qu’à mon toit. EN fait c’est le jonc qui longe tout le long du toit sur le côté qui s'est décroché, le rivet a sauté. Faut déjà avoir l'œil. Bref, rien de trop grave et facile à réparer.  

    Alors que je m’attable devant mon rituel repas du lundi, le pâté, pensant avoir plus d’une heure devant moi, voici que ma file avance déjà 15 minutes après, le lorrain à peine achevé. Ma foi c’est mieux comme ça. De l’autre côté à 15h local, le M20 en face est bien au clame aussi, quelque soit la file du brock. J’enquille le M26 et M25 sud, pas motivé à griller une 10h pour la maison Stobart, je vais me rabattre sur le service de Cobham avec 8h à peine, mais en validant largement une bonne 12h de pause. A cette heure là, on choisit encore bien sa place. 

     

  • Photos
  • ce bon vieux Stone
    ce bon vieux M62
    ce bon vieux Elland
    re ce bon vieux M62
    ce bon vieux A580
  • Mardi 16 Mars 2021
  •  

    Garé du côté nouveau parking, j’ai un bon bout de marche pour rejoindre la douche. 10 minutes aller, j’ai regardé. Quand il ne pleut pas ça va. Je déjeune les genres de mini crumpets trouvés au M&S hier soir et démarre à 5h. Il se met à pleuvoir, j’ai eu chaud tout à l’heure. Le M40 sans VEB, c’est pas terrible. Je passe via Birmingham M6 pas toll, 12£ dans la popoche. J’ai pas trop de mal à retrouver mon bon vieux client à Stafford, j’ai bien dû le faire 10 ou 15 fois. Mais c’est une première post brexit. Rien n’a changé, le cariste paraît toujours autant au bout de sa vie, visiblement le brexit n’a pas encore rendu sa vie meilleure. Surtout qu’on continue à lui demander de sortir dehors pour attraper ses palettes par côté. 15 minutes. Je file au binôme, à Stone, là non plus, toujours pas de stress pour vider, 35 minutes. Je peux filer vers le terminus du voyage, à Elland. Le soleil traverse le brouillard sur le M62, c’est joli, comme toujours ici. Après une descente sur Elland où j'avais négligé que mon VEB me faisait défaut, donc que je descendais avec assurance, la surchauffe des freins s'est affichée au tdb en bas, et les freins se sont mis en puissance réduite, 1ere fois que ça m'arrivait , ça fait drôle.  A 11h chez nos amis à Elland quelques miles plus loin, tout est bien tiède voir froid. L’horaire est parfait, moins flippant que 13h30 ou 45. Je rentre de suite et vide en même pas 40 minutes le complet, et toujours au soleil. Mon retour est à prendre sur Liverpool. Du coup c’est billet retour sur le M62, l’autoroute la plus haute d'Angleterre. Je m’arrête casser la graine au service avant Manchester, et j’arrive dans la zone de Knowsley, au nord de Liverpool à 14h. Je connais les lieux, c’est juste en face un client chimique de Voreppe. J’attends un peu avant de rentrer, le cariste qui vient me dit que c’est prévu demain en regardant la commande, mais me fait rentrer pour finalement charger tout de suite, ouf. C’est des palettes de billes pvc, couleur poivre et sel, normal vu la destination. Il me charge par un seul côté, bien sympa ce cariste. J’ai bien des documents pour la douane, c’est parfait. Faudra dédouaner dans le nord demain, mais avant je dois passer faire le côté anglais à Ashford, ce sera que demain matin. Un peu de 2x2 A580, qui fait Liverpool Manchester et go sur M6 south. Je visais Stobart comme un mardi soir, mais ça va encore faire 9h15 ou un truc dans le genre, sans parler d’un bouchon après Coventry. A la place, je vais m’arrêter avant Coventry, à Hampton in Arden, au Lincoln Farm truck stop, c’est pas la place qui manque ici. C’est parti pour la 2éme 11h. 

  • Photos
  • Avec le brexit on voit la vie en fluo
    mais ça fonctionne
    avec le brexit, le béton coule à flot
    ce midi c'est port fluvial
    et bouchons pour le goûter
  • Mercredi 17 Mars 2021
  •  

    11h peut être, mais faut pas se louper. Levé à 3h50, je file à la douche. ça paye pas de mine ce truckstop, si on veut voir l’angleterre des années 70 ou 80, ça a dû rester tel que ici. C'est très vieux, mais finalement très propre. Et des horaires bien larges, 4h -23h. J’embarque un café et mets en route à 4h40. De là c’est plus simple de rejoindre le M40 via Solihull.  La descente se passe bien; Ce motorway est bien plus agréable que son parallèle number one. Peu de travaux, et plus bucolique niveau paysage. Il commence à faire jour tôt.  Le M25 se passe idem sans encombre, c’est cool. Il est à peine 7h, déjà les bagnoles Vosa sont postées sur leurs refuges au niveau de Leatherhead. Cette fois, je sors bien à la 8 du M20 à Maidstone, pour faire tout comme il faut, vu que la douane de Ashford Sevington est bien proposée dans la liste des douanes à rejoindre sur le formulaire du permis du Kent. On a le doute quand il faut aller à Hythe, ça n’est pas proposé, c’est pour ça que ces cas là je garde le M20 en double sens. Là, pas foule sur la ligne 1 jusqu'à Ashford. Je vais enfin découvrir cet énorme truc construit à la va vite durant l’hiver qui surplombe le M20. D’ailleurs des toupies tournent encore là dedans.

     Je ne serai pas perdu, Yannick y est depuis un certain temps ce matin. Mais pas de bol, il a ses papiers juste quand je repars. C’est bête, un café n’aurait pas été de refus. On se fait juste coucou 30 secondes sur le canal 19.Bon ici ça fait peur vu la grandeur du truc. Mais on est vite pris en charge par des gens en fluo qui nous indiquent le chemin, qui nous demandent si on a ou voulons faire un test, si on vient pour la douane, si on a un n° de référence pour cette dernière. On se gare d’abord une fois, quelques questions avec leur tablettes, puis on nous redirige vers des autres gens en fluo pour se garer définitivement cette fois. On peut aller au bureau, driver office. Là encore, impossible de se perdre, du fluo de partout. Ils sont là par centaines. Pas de files aux guichets, pareil, il y en a à foison. On remplit une feuille avec son 06,, immat et la place de parking, que j’avais pas repéré, j’ai refait l’aller retour. Puis on peut retourner attendre sagement à sa cabine. il y a des toilettes,  un food truck. Je petit déjeune mon restant de crumpets, des pikelets que ça s'appelle exactement. Bon c’est râpé pour la sieste ou attaquer un dvd, j’ai le sms que les papiers sont prêts même pas une heure après.Rebelotte, des types en fluo indiquent à quel guichet(un différent du départ) récupérer ses papiers quand on a le sms. Le T1 est remis avec une feuille “EXIT” à mettre au pare brise pour pouvoir sortir. Voilà, j’ai visité ce truc de dingue, ils ont mis le paquet les english, il faut le reconnaître. Enfin, là tout allait bien, j’avais les bons docs en arrivant, car le cas échéant, c’est 1h maxi et c’est dehors et re-cirque pour revenir d’après Yannick. Je file au train, ça fait plaisir à Franck qui m’avait déjà dégoté un lot sur Libercourt. Mais n’allons pas trop vite, je devrai avant dédouaner sur Lille. La traversée passe assez bien, 1h30 ttc et surtout flèche verte à la sortie. Là aussi, ça change par rapport à janvier. Je peux filer sur Lille au bon vieux Port Fluvial. Je galère un peu à trouver le transitaire, j’ai pas trop eu d’info de la part de Lucas, et rien sur Google. Et personne ne connait. Lucas finit par me trouver un n° de tel. En fait ils sont tout près du resto le Melting Port où ce bon vieux Bata avait son rond de serviette.Les dames sont sympas, prennent mon 06, ça dure 30 minutes en principe. Juste le temps pour casser la croûte. Je repars à 15H passé, Franck a prévenu ma ramasse à Libercourt. C’est pas loin, mais ça bouchonne déjà comme il faut dans le quartier sur A1. j’entend un coup de klaxon dans le bouchon, un Grimonprez,  c’est Baptiste, le frangin à mon collègue José de chez Duarig. A 15h50  dans la zi de Libercourt, on me charge 2 pal aux portes, dans la rue, ça ne traîne pas 15 minutes, good.  Avec tout ça je n’ai pas eu le temps de potasser l’itinéraire pour aller en 43sie. J’y vais souvent en ce moment, mais jamais du même endroit. Via Paris ou Reims Lyon? Il y a pas loin de 80 bornes en moins par la capitale et l’A77. Aller, on prendra la N330 et puis c'est tout.   Je commence à connaître aussi le quartier de l’est francilien, ça roule bien il faut reconnaître. Je connais tellement bien que je rejoins un plan récent à Vert St Denis, possible grâce au couvre feu, c’est dans une zone de chaîne de restauration. Il est 19h40 et cette fois ça a valu le coup d’attaquer une 10h de route.  

  • Photos
  • les autochtones d'abord
    c'est la Tophe à Condrieu
    les caïds de la maison à Chavanay
    Antho est tout près de la maison, il peut discuter minutes
    old school
  • Jeudi 18 Mars 2021
  •  

    Là encore, faut pas louper le réveil, je mets en route à 4h40. Faut être à midi chez les 43. Melun passe bien à cette heure matinale, pareil Fontainebleau. Un peu d’A6 puis A77 où je peux terminer la nuit tranquille au vu du calme qui règne sur cet axe. 

    Une fois de plus je ne fais que passer à 500m de chez ma soeur sans m’y arrêter. Le petit dej en famille d’accord, mais le rdv 43 d’abord.

    Je m’arrête quand même à la Leclerc de Moulins pour mettre du gazole, et du pas cher de nos jours, 1.369€,  tout en validant 15 minutes. Et guère plus loin je valide 30 en passant sous la douche au cr de Toulon sur Allier. En même temps, on a pas envie d’y passer plus de temps. La moyenne se maintient, ça devrait aller pour le rdv chez les plasticiens. Même derrière Villars ça roule, c’est dire. Enfin dans ce sens c’est moins pire en général. Juste une baisse de moyenne une fois la limite 42 43 franchie avec les l’apparition des 1ers dénivelés, et sans VEB. J’arrive tout de même avec 5 minutes d’avance sur le rdv de 12h avec plein d’assurance. Mais le type poivre et sel qui me reçoit me dit que c’est rdv 13h30, et non sans assurance. Du coup je réplique non moins sans assurance avec mon mail de Lucas truffé de références à l’anglaise. Mais l’anglais c’est de l’étranger ici, tout comme le vosgien, et je sens bien que c’est inutile de discuter J'en informe Lucas, et je casse la graine en observant les autochtones rentrer ressortir. C’est le protectionnisme altiligérien, c’est comme ça. Le pire dans tout ça, c’est que je mange sans pain, je ne voulais pas perdre une minute à un stop bread, ma bonté me perdra. Je me mets en place à 13h30 quand même, mais ça ne bouge que bien 40 minutes plus tard, c’est bien pénible. J’ai une ramasse sur le feu depuis ce matin. Comme c’est parti ça sera la seule, shit. J’en repars enfin à 14h45, presque passé 3h. Je file donc à ma ramasse côté 42, à Roche la Molière, le long de la rocade ouest de Sainté. Je charge vite une caisse pour la Catalogne. Il est 15h35, la journée est déjà faite grâce à nos amis du proche 43. Je peux revenir tranquille sur Givors. Je reçois en route une ramasse à Chavanay côté 42, chez ceux qui bossent quoi. Après mettre payé un bout de 86 où ce n’est pas vraiment la tophe avec du bouchon à Condrieu, j’arrive chez notre client découpeur de tôle à presque 17h, en faisant la file presque sur la 86. De loin, je vois Antho, Ph Cancade et Stéphane du 34, et il y a encore bien 3 ou 4 autres camions. ça promet. Mais en fait ça avance vite, on fait tous nos papiers avant de charger, on prend tous de faibles quantités, et en une bonne heure c’est réglé. Bref, on est bien loin de Monistrol ici. Et en plus j’ai eu le temps d’aller au pain derrière le Leclerc, de quoi bien finir la semaine. Je n’ai rien chargé pour chez Zinin mais j’ai 2 lots quand même, du 21 et 53. Je remonte à Jarcieu via Serrière Chanas. Il est presque 18h quand j’ouvre mon côté. Ptitdud attend après un de mes colis de tôle, il va livrer ça en montant en GB pour le week end, le courageux, et Aymen me prend le lot d’hier du 62. Du coup Christophe est sollicité pour tout sortir en extérieur. Comme ça il est fin prêt pour son 1er printemps dans la boîte. Ma journée se termine sous les rouleaux, enfin plutôt avec les brosses, un moteur du portique a grillé. J’y passe largement plus d’une heure à tout frotter à la brosse, comme dans ma jeunesse. Sans soleil, donc sans le produit qui sèche, c’est pas déplaisant et ça fait du bon boulot. ça a pris du temps, mais au moins ça m’aura épargné une bonne partie du petit apéro de presque tous les chefs, mais néanmoins sans le plus grand et le plus illustre d’entre eux. C’est bien ce qui me semblait que je n’entendais plus une palette bouger. 

  • Photos
  • freinage d'urgence
    c'est l'envers de la 1ere choucroute
    Chambéry
    pourquoi pas
    le ciel vous tienne en joie
  • Vendredi 19 Mars 2021
  •  

    Il fait encore frais ce matin. Heureusement il fait bon à la douche de remplacement au bâtiment d’en face. Les travaux avancent à vitesse phénoménale, on aura bientôt une nouvelle cuisine et sanitaires doublés, cool. Je mets en route à 7h, après avoir mis une claque à la bonne baguette de campagne de Chavanay. Go sur Chambéry via Paladru, une bonne balade de vendredi matin quoi. Je fais un arrêt d’urgence à Charancieu après avoir vu un marchand de primeurs qui sort une pancarte avec écrit asperges. C’est les 1eres de provence, je craque, c’est week end après tout. Je vais charger dans la zi au nord de Chambéry, c’est un complet de big bag de fibre de verre, comme on livre un peu partout en GB depuis le brexit. Mais c’est la 1ere fois que je vais charger à l’usine même. Avec les explications de Yannick qui a son rond de serviette ici, je ne suis pas trop perdu, ni sur le nombre de sangles à mettre selon le quai. J’ai le quai cool, donc c’est sanglage cool aussi. 

    Une bonne heure douane incluse, c’est parfait. Il ya 24t, donc on ne monte qu'avec ça. J’hésite sur l'itinéraire retour, à travers via Annecy Nantua Lons ou bien Saint Exupéry. Sans VEB, j’ai assez freiné cette semaine, je file via autobahn, et je pourrai poser le camion au garage cet aprem. Après coup de fil à Jean marc, il est ok, peut être qu’ils pourront faire une des opérations préventives prévues à l’avenir. Et ils auront une voiture à me prêter, parfait. 

    Je fais la pause 30 repas au Poulet, au frais mais toujours au soleil. Je prends la 83 à Poligny et les nuages arrivent. Besac passe bien, mais ça se met à neiger à gros flocons au bon et célèbre hameau de Cayenne. C’est dingue ça. Enfin, il y a 70 cms tombé récemment sur les crêtes vosgiennes.  Heureusement ça ne dure pas, on retrouve le beau une fois Vesoul passé et en s’approchant des Vosges; Après une descente old school du col de la Demoiselle à 60, j’arrive freins froid à St Nabord dans les 16h. Je détèle et pose mes affaires dans un Fiat Doblo estampillé T comme Théobald Trucks. 

    J’ai connu plus court comme week end!

     

  • Photos
  • N4
    Comme un Loivre
    ça rappelle les années 90
    operation bloque sur le M20
    rien a déclarer
  • Lundi 22 Mars 2021
  •  

    5h30, camion à la maison, c’est royal. Je m’arrête au Leclerc, pas celui de Reims, ni de Saint Quentin, mais celui de St Etienne les Remiremont, 2éme fois ce mois ci. Avec le passage au gge samedi, je n’en finis pas d’enrichir le département en ce moment. Pas le gros plein, je ne monte pas au fin fond de l’Ecosse, mais je valide 15 minutes quand même. 

    Je passe sans trop de grumeaux Nancy, il est juste 7h, c'est une ville que je n’ai plus l’habitude de passer, et c’est très bien ainsi. 

    Il fait pas moche sur la N4, où je retrouve mes marques d'un lundi matin lambda. 

    J’achève la pause à l’aire du Loivre, juste après le péage de Reims. En partant des Hautes Vosges, impossible de rejoindre l’aire du Plateau en moins de 4h30, il manque 1h. Le câble a été posé dimanche, me reste le formulaire quarantaine pour accompagner la brioche trempée dans le café. 

    J’arrive à Coquelles à 13h30, après m'être gouré et suivi l’accès VL . Heureusement il y a un rond point avant le péage, mais je me suis quand même retrouvé vers le centre commercial Cité de l’Europe. Demi tour vers A16. Comment faire le show perdre 5 précieuses minutes un lundi. Pas foule aux contrôles sécurité, mais c’est bien long pour attendre le type qui vient scanner le MRN. L’avantage c’est tout fluide ensuite, de l’enregistrement aux passeports. Je suis vite en ligne, à peine le temps de manger mon pâté qu'on monte déjà dans un train. Une fois dans la navette, la dame chef de train annonce d’abord qu’il y aura de l’attente, puis plus précisément que ça fera 40 minutes à attendre avant que le train ne parte. C’était trop beau. Enfin rien ne va mal pour le validage de ma 11h ensuite, c’est encore large. De plus elle propose le café, un gobelet de soluble à remplir d’eau chaude à l'extrémité de la navette. Certainement des restes d'Eurest, de l'époque où un repas était offert à bord. 

    ça débarque à 15h20 local dans le jardin de l’Angleterre, toujours sous le soleil. Par contre en face, c’est bien chargé dans le brock, ça a changé depuis ce matin, tout le trafic du Channel, train ou ferry doit repasser par là, côté M20, donc forcément. Enfin c’est quand même mieux que de devoir monter le M2 puis passer à l ‘ancien aéroport à Ramsgate, un détour pas possible. 

    Dans mon sens ça roule, je suis vite sur le M25 sud où je croise Aymen qui va expérimenter ce nouveau système brock tout à l’heure. 

    J’arrive à Cobham comme un bon lundi soir qui se respecte, et en moins de 9h malgré un départ côté hautes Vosges. 

    En payant mon parking, je fais encore un crochet au M&S, pour les habituels achats de Pikelets, chips au poivre et autres petites salades multicolores.

  • Photos
  • tout n'était pas mieux Havant
    Hastings costa
    sea essex and sun
    on a le temps de faire des photos plus sympas qu'au train
    je dois tout inaugurer
  • Mardi 23 Mars 2021
  •  

    Toujours la marche intensive de 10 minutes pour aller à la douche. Et toujours les bâches intactes, encore mieux. je petit déjeune et mets en route à 6h local. Go sur A3 south toute proche. 1h plus tard et 70 bornes plus loin je suis déjà arrivé, à Havant, c’est juste avant Portsmouth. Je suis venu une fois ici en novembre passé, rien a changé, ça vide toujours aussi vite par les 2 côtés. 

    J'ai déjà mon retour de Julie, à 100 bornes à l'est, pas très loin de la côte. C'est la A27 direction Brighton qu'il faut prendre, nouveau pour moi, jamais passé là, hormis Newhaven une fois. Ça ne roule pas super, ça bouchonne au moindre feu de chaque rare bled, et le tout sans aucune vue sur la côte.  Enfin Brighton ça va, c'est bien contourné, mais du coup on ne voit rien non plus de cette station balnéaire, célèbre pour un attentat manqué contre la dame de fer. Mon bled, Hailsham est un peu plus loin, après Newhaven. J'aurai mis 2h pour faire 100 bornes. La zi est grande mais manque de place comme souvent, j'attends 30 minutes dans la rue avant de pouvoir charger un complet de pompes au transpalette. 6t600, c'est parfait, d'autant plus que j'ai déjà tous les documents de douane ainsi que l'importation, je n'ai à passer nulle part en principe. Enfin ça n'empêche que c'est prévu Calais port comme bureau d'entrée et que c'est ballot en étant chargé pour le 76 tout en étant à 2 pas de Newhaven et son ferry pour Dieppe. Tant pis c'est comme ça. A la place je peux continuer à longer un peu la côte pour rentrer dans le Kent et même de bien la voir en traversant Hastings. En été ça doit être quelque chose de circuler ici. Plus loin ça rentre un peu dans les terres avec des routes pas possible. C'est pas la N340, il faut passer là que si on a quelque chose à y faire, comme aujourd'hui. Je pousse jusque Hythe, mais sans apercevoir la côte à cause d'une berge qui longe la route. M20 au niveau du Stop24, j'aurai quand même éviter le Brock. D'autant plus que c'est bien chargé au Tunnel à voir la file à l'enregistrement. J'arrive à Dover vers 14h, c'est bien blindé aussi, il y a un peu de régule dans les lignes à l'entrée du port. Je ne sais pas quoi prendre comme file de compagnie, aller DFDS, y a nettement moins de monde. C'est mon retour ici post Brexit. Le principal changement c'est le retour des douaniers français qui regardent le passeport et le test. Enfin non, il a dit ok sans même regarder quoi que ce soit. J'avais mon ticket de train de la veille faisant foi des moins de 48h. Puis on fait scanner son document douanier au guichet de la cie.

    Je suis booké pour celui de 17h. Ça ne s'est pas arrangé de ce côté pour les temps de traversée. Enfin ça fait un paquet de mois que je n'ai pas traversé en ferry, ça changera un peu.Et il fait beau, ça reste plus sympa que le train quand même. Ma foi je casse la graine à bord, un peu tôt, comme à l'ehpad. Toujours gratis sur cette compagnie. L’écran indiquant les plaques qui peuvent sortir ou non ne se trouve pas où on mange, faut que je le trouve dans un des salons, mais il ne fonctionne pas, il y en a finalement un autre dans un couloir et qui marche. C’est pour ça que je cours après. Tout ça pour que je découvre mon immat en rouge. Purée, alors que c’est majoritairement vert pour le reste. On descend du rafiot à 20h, donc à droite pour moi, y a encore un type avec une tablette qui vérifie qu’on ne se barre pas et qui montre où se garer. Je vais au bureau, et là c’est mal barré, on me dit que ma déclaration anticipée n’est pas bonne, puisque déjà passée par Dieppe, le 20 mars... Et le total du poids ne colle pas à la cmr. Ah bien, une nouvelle comme ça à l’heure ci.. Ici, ce n’est qu’un bureau de délestage, on m'indique à aller à la douane un parking plus loin, où il y a le sivep et tout le tintouin. tout près de l’entrée du port.  Je me vois valider une belle 11h voir plus, je préviens Lucas par principe, mais on y fera rien à l’heure ci. Tout ça pour qu’au second bureau, la dame me dit que tout est ok. Je ne demande pas mon reste et me barre de là. C'est quand même un peu le boxon leur cinoche. La différence avec la douane de Eurotunnel, c'est qu’ici on a à faire à des douaniers directement, il n’y a pas de sous traitance au personnel portuaire. Après je ne sais pas si on peut dormir là si souci de paperasse. Au pire on dit rien, on squatte épicétou. J’ai assez perdu de temps comme ça, je file donc vers A16 sud, comme d’hab il n’y a pas un chat.En même pas 1h30, limité par l’amplitude, je stoppe au péage de Abbeville nord.  

     

  • Photos
  • la Normandie sans discours ni Barentin
    Flaubert Bridge
    ce n'est pas un Avre ici
    Signer la Chartres de l'écologie c'est pas pour tout de suite
    le Berliet T100 relifté
  • Mercredi 24 Mars 2021
  •  

    Je traîne un peu ce matin, pour l'amplitude vu mon rechargement sur rdv cet aprem. Comme ça ménage, carreaux, tour des feux, on relève les pointes ou vis dans les pneus, bref, je m'occupe sainement jusque 9h.

    Go sur A28, et contourne Rouen par le nord, Mont St Aignan tout ça. Mon client est bien au bord de la N15 à Barentin, c’est aussi bien parceque cette ville c’est assez compliqué. Je vide à la filiale française d’où j’ai chargé hier. Le cariste qui est content de me voir arriver, me demande si j’ai pris la semi à Dieppe.. Une semi est coincée là bas depuis bientôt une semaine.. ça résonne un peu avec la remarque du douanier hier soir.. Ma foi j’ai eu le feu vert, on cherche pas à comprendre et on vide les pompes rapidement. Ils ont de gros soucis d’appro depuis le brexit. Vide à 11h30, un retour de Franck m’attend à Acquigny, de l’autre côté de Rouen dans le 27. Prévu à 14h, je prends le temps d’aller au Ange, enfin la boul’Ange à Tourville la Rivière, il faut de quoi s’occuper au cas où le rdv soit respecté ou non. A 12h30 chez le client, une usine de papier wc, on prend les 06 pour nous prévenir. Le truc bien, les quais sont juste en face du parking. Du coup y a le temps pour les petites endives bressanes, le temps d’une petite douche, avant une mise à quai à 14h en petites tranches de 25 sec. Le temps de faire les papiers, c’est une petite 3h comme je les apprécie qui est ainsi validée. Je repars à presque 16h, avec le choix de la route à prendre, Paris ou Orléans? Faut juste choisir où on dira des gros mots. Ce sera par le bas. ça commence  déjà à St Rémy sur Avre. Encore que ça passe assez bien. Dreux aussi. Et en léger, l’armada de rond points passe crème. C’est à Chartres qu’une bonne chute de moyenne s’observe, un convoi génère de grands arrêts à chaque rond point. Mais c’est pire dans l’autre sens pour ceux qui arrive de Orléans. C’est vraiment des coins pas terrible et hyper saturés ici. Je continue à l’économie par Orléans, Gien, l’A77 après une pause soupe au péage de Cosne. Il me manquait une demi heure pour aller squatter le dîner chez ma sœur. 

    Je m'arrête encore dans le 58 quand même plus bas, à la Total de St Pierre le Moutier pour un peu de gazole. Vraiment un petit peu, j’aime pas en mettre le soir. Il est 22h, c’est encore ouvert, c’est bien, ça fait un peu old school de la night, ce genre d’endroit. Mais j’y passe 10 minutes maxi. Par contre plus loin, la N7, c’est bien désagréable avec son lot d’habitués de la night, lesquels collent aux fesses si on a le malheur de rouler à 85.  Ben oui, je passe pas là tous les jours, je ne connais pas la carte des radars par coeur. Je mets fin à l’engorgement de l’axe Ouest Lyon à Roanne, je sors au Coteau et trouve une ruelle calme loin de cet enfer nocturne. La prochaine fois je descendrai full autoroute. Il est minuit tout juste.

     

  • Photos
  • on avait oublié les manif dans notre pays
    si la vue est bonne, peu importe
    la Côte St André
    le jour des petits fours
    si t'as rien a faire, c'est le bon plan de se garer à côté de Philippe
  • Jeudi 25 Mars 2021
  •  

    J’enregistre cette impasse, calme, éclairée, on ne gène pas. Je mets en route à 9h vers la N7 tout proche. Rien ne va mal, je suis léger, je continue vers cette même N7 jusque Tarare. Mauvaise pioche, la moyenne prend vite une claque. Un convoi de tracteurs devant met presqu’à l’arrêt la circulation. Cette une manif d’agriculteurs, ils sont encadrés par les gendarmes. Ces derniers ne facilitent pas le passage d’autrui, il faut passer le Pin Bouchain pour qu’ils se serrent comme il faut. ça se confirme à la radio, ils descendent place Bellecour à Lyon. Les tracteurs arborent le drapeau de la FNSEA. Ils ont même sur l’A89 plus loin. D’après les infos, ils ont rdv à 11h Lyon, j’ai eu chaud quand même vu que je peux passer via le tunnel pour aller à St Genis Laval. ça a bien roulé. Juste un peu l’impression d’être surveillé par des types en fluo qui prennent des notes sur les ponts de part et d’autre du tunnel, ils semblent faire du comptage.  Je vide chez les mayennais Breger qui un dépôt dans le coin. ca vide bien, sympa et tout, et ils ont eu même la bonne idée de s’installer en face d’une boulangerie. C’est pile mon horaire, je traverse donc la rue. Vide à 11h30, je ne regrette pas mes emplettes car il va falloir tuer le temps. Je dois charger un complet à St Etienne de St Geoirs pour remonter au nord de Lyon, demain… Je passe par Vienne, Saint Jean de Bournay, belle balade pour commencer. Je suis là bas vers 13h. Peu de camions, mais des barnums partout, ça sent l’inauguration de la nouvelle usine. Je vois Lionel qui est chargé, il est tenté d’aller faire un tour pour voir à quoi sont les verrines. Moi je n’ai pas le temps, la cariste vient me chercher de suite, et je suis chargé à peine 3/4h après d’un complet de tuyaux pvc. J’appelle quand même le client à Limonest par principe, mais il me confirme que c’est livraison que le matin, donc demain 8h.Je passe donc à Jarcieu pour occuper l’après midi entre lavage à la main toujours, au passage c’est bien, il n’y a jamais la queue, café, douche et blagues vu je suis garé à côté de Ph Moriaud. Je repars en fin d’aprem, sans trop checker la circulation. C’est pas trop beau dans l’autre sens, j'ai le temps de voir passer Tophe qui n’a pas l’air d’être à la régule. Les temps annoncés s’affolent d’un coup dans mon sens, à Lyon centre. Je dois monter via tunnel encore. Finalement le tunnel est marqué fermé, je file donc sur full périf et je revoies des tracteurs avec leur drapeaux et des gyros bleus partout.J’avais complètement zappé tout ça. Avec la gb qui n’est plus dans la pac, ils ont dû obtenir les subventions, ils repartent.Les tunnels du nord passent bien, je suis à l’aire de Limonest à 19h30. C’est pas trop le genre d’endroit blindé ici, encore moins sur les places voitures.

     

  • Photos
  • M6 liner
    Georges, le old school, mais pour de vrai
    P'tit Tom en mode compacteur
    Christophe en mode balayeur 2.0
    la carotte du jour
  • Vendredi 26 Mars 2021
  •  

    Le vendredi, il y a 2 écoles, soit ne pas surtout pas louper le réveil, soit ne pas trop le mettre, c’est souvent mon cas Je mets en route qu’ à 8h bien sonné, après un petit dej en mode comptage des protagonistes qui arrivent sur Lyon par M6, légalement ou non. Je sors juste après et arrive à mon client quelques minutes plus tard. Le cariste paraît bien sympa, “ton camion est beau, tu le bichonne, il est à toi…..”  Malgré ces compliments qui n’en finissent pas, ce n’est pas du rapide pour sortir sa dizaine de grosses palettes, sans parler de une qui s’est écroulée avant de poser par terre. Le carénage du beau camion a eu chaud. Bref, je repars à 9h30, ça aura mis le temps. Je suis bon pour repasser Lyon via Fourvière, cette fois sans les agriculteurs ni les types qui font du comptage sur les ponts. Je vais à Pusignan, j’aurais peut être dû passer par le périf nord,  mais je ne sais pas ce que coûte les tunnels payants. Peu importe, je suis chez Dimo une petite heure plus tard. A quai de suite, mais ça s’annonce bien long comme souvent ici. Et les compliments sur mon camion en moins. Enfin si, j’ai une remarque sur mon masque Duarig, car aux couleurs du drapeau algérien! Enfin, ils ne sont pas méchants mais pas rapides, les palettes de groupage à destination londonienne sont éparpillées un peu partout dans le dépôt. 2h plus tard je repars avec 3m de plancher, mais aussi les papiers de douane, enfin carrément une enveloppe vu le nombre de lots.  

    Avant de rentrer à Jarcieu, j’ai une 2 éme ramasse en chemin, au Vaulx Milieu. ça fait longtemps que je ne l'avais pas faite celle là. Là c’est rdv 14 15h en principe, mais là à 13h15 c’est prêt, à quai de suite, et chargé aussitôt de palettes pour les 2 habituels du Staffordshire. Tout juste eu le temps de manger une bricole, cette fois je continue mon chemin à travers pour Jarcieu. Je croise Georges vers Septème. On le reconnaît de loin maintenant son Scania avec la calandre repeinte en noire, jolie bête ce V8. 

    Aussitôt à quai, que le P’tit Tom à côté se jette sur mon chargement pour attraper le groupage de devant. Il a la tâche de le réduire à 1m50. On y arrive. Vu que ma semi est vide et que Christophe est sympa et surtout content de sa balayeuse, qu’il se propose d’en faire un tour à l’intérieur. Je reprends mes palettes  de Vaulx Milieu et 2 autres lots, faut gerber un peu, c’est le fils à Georges qui s’en charge, et à peu près tous les transpalettes sont à mon service pour le reste, c’est cool. Je suis tendu pour rentrer quand même, d’autant plus que je monte voir Nico si des fois il lui resterait des autocollants angles moches.   Il en a, mais pas en bleu. J’ironise en lui faisant remarquer que ça va, sur ces camions oranges, ça fera plus discret que sur mon bleu. Je me sauve à 17h30, je file à droite vers Beaurepaire sans même checker Lyon. Je croise Fabien en solo plus haut sur les petites routes, il me raconte ses dernières aventures à la sauce Pierre70. Je perds peut être 15 minutes par là, SQF et St Ex, mais ça roule. Je sors à Tournus pour faire du gazole et manger un morceau en même temps, tout est tout le temps minuté le vendredi soir, comme le reste de la semaine d’ailleurs, quoi que pas trop cette dernière. J’arrive à Jackyland à 23h30, pas terrible l’amplitude mais c’est comme ça, faut repartir tôt lundi. 

    1h de bagnole, mais tout ça valait le coup, il reste de tarte de brimbelles dans le frigo. Le week end commence bien.

     

  • Photos
  • après la brimbelle, la perle de la Lorraine
    ça mérite bien d'être sur un plateau
    ça a bien passé
    là faut sourire
    lundi soir, c'est Stobart
  • Lundi 29 Mars 2021
  •  

    Non content d’avoir une heure de moins de week end, en plus de ça je pars tôt, un horaire dont j’avais perdu l’habitude. Mais vu que j’étais assez en avance, j’ai passé le cable et déjà rempli le formulaire quarantaine UK avant de mettre les voiles à 2h30.

    Un bon horaire pour une moyenne impeccable, surtout avec 17t dans la semi.Juste le contournement de St Dizier où on est toujours derrière quelqu’un qui culmine à 70, quelque soit l’heure du jour ou de la nuit, c’est la règle. 

    Vu que j’ai mis suffisamment de gazole vendredi, je trace sans perdre de temps jusque l’aire du Plateau en 4h15, et il y fait presqu’encore nuit, de quoi donner envie de profiter de 30 minutes de sieste. La motivation du réveil et du début de semaine, c’est encore de la tarte, mais de plus tard dans la saison, aux mirabelles. Enfin dans le tiroir du dessous dans le congél. Avec un café, je suis en forme jusque Coquelles à 9h30 où il n’y a pas foule et c’est tant mieux.Mais quand peu de monde, peu de navettes, ce serait trop facile sinon. J’embarque à 10h50 et arrive donc dans le Kent à 10h30, sous le soleil toujours. C’est parfait, je suis large pour faire ma 1ere livraison sur l’est de Londres. J’avais un devoir ce weekend, confié par Nathalie du bureau, qui consistait à évaluer mon tracteur en nombre d’étoiles  quant à sa capacité à appréhender les angles morts. En effet, non content d’être encore dans l’essuyage des plâtres encore coulant du Brexit, les anglais sont en train de mettre en place dans le grand Londres, une zone où des véhicules seraient à la pointe au sujet des angles morts. ça va des rétros d’angles ,antéviseur, frontal, autocollants, alertes de marche arrière, jusqu’aux caméras multiples. Autant dire qu’en France avec nos pauvres autocollants obligatoires auxquels on ne comprend rien, on est à la ramasse au niveau contraintes. Comme dirait Jean No, ils ont un don ces anglais, c’est de faire ch..r. Après recherches, et même un email à Volvo trucks UK, mon tracteur serait classé 0 étoile, et pourrait tout de même encore rentrer dans le grand Londres jusque 2024. Mais à confirmer, il faut monter un dossier avec photos et tout. La zone en question correspondrait à la zone de basses émission qui est bien indiquée, et truffée de caméras. Mon client du jour qui n’est pas loin de Purfleet se trouve dans une zi juste après cette limite. Bien, on verra si on reçoit quelque chose, ça changera un peu des radars français. Il est bientôt midi au client, on va me vider, mais après avoir fait un peu de place, du coup j’ai le temps de manger une salade. Vidé du matériel médical une bonne heure plus tard, je peux quitter la LEZ et la Safe Zone pour  retourner sur le M25 afin de finir les heures Je pourrais boucler moins de 9h et valider 11 au 1er truckstop du M1 après Londres mais il est franchement tôt. J’avais pour objectif Stobart, et je m’y tiens. A 15h50 je suis garé à Rugby, et sous le cagnard!       

  • Photos
  • de Stone à Uttoxeter, c'est joli
    à l'heure
    du M5 à Swindon
    bandit pour rien
  • Mardi 30 Mars 2021
  •  

    J’ai peu à marcher pour aller passer sous la douche. Par contre on marche plus qu’à Cobham une fois sous la douche, vu l’espace autrement moins restreint. Je petit breakfast et démarre à 7h pile. J’ai 100 bornes pour rejoindre Stafford, tout est au vert d’après les cartes. Très tôt ce matin, j’avais regardé, c’était rouge complet sur le M6 au nord de Birmingham, comme souvent avec les fermetures nocturnes. Mais là tout est rentré dans l’ordre je me paie même le luxe de ne pas aller payer un M6 toll. Tout est vert à 7h45. J’arrive chez l’habituel client de Stafford à 8h20 où je passe 10 minutes à peine, et ce malgré l’état de déprime habituelle du brave cariste. Je file aussi sec un quart d'heure plus haut à Stone, chez toujours le même où ça sifflote en vidant. Tout s’est bien passé, je serai même en avance au dernier à Sutton in Ashfield. Je coupe à travers via Uttoxeter où c’est bien joli puis Derby. Je passe dessus le M1 et je suis à 10h30 chez le rouge de St Vallier. C’est moins sympa qu'à Andrézieux ici, pour y être déjà venu. Le gardien ne déroge pas à l’idée que je me fais. Mais la suite ça va, j’ai un bip. On m’appelle à l’heure. ça traine bien un peu, puis faut retourner se garer pour attendre cette fois le bip des papiers signés,j’en profite pour manger un morceau. Tout ça a occupé 1h30 pour 8 palettes. Il n'aurait pas fallu que ça traine plus, je redescends à Swindon pour recharger, bien au sud, et avant 15h. M1, A42, M42, M5, tout passe au vert, même la petite butte après avoir quitté le M5.Je suis là bas à 14h55.

    Je charge un demi camion de matériel de ventilation. On ne traversera qu’avec ça. Mais avant de traverser, je dois passer faire la douane à Ashford Sevington ou Fluoton plutôt.

    Je ne suis guère téméraire à m’engager dans tout ça ce soir. A la place, je m’empresse de réserver une place au truckstop à Ashford, pas loin de là. ça roule très bien, M4, M25 et le M20 même. Comme je ne traverse pas ce soir, et que j’ai réservé un parking, je garde encore le M20 en circulation locale, je ne dois pas perdre de précieuses minutes dans les régules. J’aurais pu, il n’y a pas foule du tout ce soir.  Je suis garé à Ashford à 18h55 avec 8h51. On m’a encore casé dans le petit parking à droite après le gardien.  

  • Photos
  • quand ils veulent, ils en trouvent de la place
    c'est pas le pauvre Sivep de Coquelles et ses 2 guichets
    caoutchouc'coils
    la pause est dans le champ à Annezin
    PAM51
  • Mercredi 31 Mars 2021
  •  

    Je vais  à la douche, c’est encore pas trop loin ce parking finalement, et embarque un breakfast to take away histoire de ne pas marcher à vide pour le retour.

    Je mets en route à 6h, la mécanique est à peine chaude quand j’arrive côté M20 à Sevington Dogana. Toujours pareil, y a des mecs en fluo partout ,comme dirait Yannick, qui nous prennent par la main. Pour d’abord si il faut un test, moi non, j’ai encore moins de 48h avec mon ticket de lundi  9h39, puis contrôle de la réf de douane LRN et du Kap avant d’aller se garer à l’emplacement indiqué,  le tout  bien sûr sans possibilité d’échapper au regard des brigades fluo postées à tous les coins, tablettes dans les mains. Pareil pour aller aux bureaux, pas question d’aller faire une photo d’un Bryan Yardley de service qui traine dans une travée voisine ou quoi. Y a le paquet de bureaux, de guichets, on en fait pas la queue. Je dépose mes papelards et 06 et LRN sur un papier et puis une fois un check rapide ok qui est bon signe que tous les docs nécessaires sont là, il n’y a plus qu’à retourner en cabine attendre le sms pour revenir récupérer le T1. Une bonne heure plus tard, j’ai le feu vert et l’étiquette Exit pour le pare brise et je peux y aller. ça a bien été, enfin il n’y avait pas foule de camions et c’est remarquablement organisé. On ne croyait pas possible ce foutu brexit, mais faut constater qu’ils ont mis le paquet. Plus loin ça s'annonce bien aussi au train, 1h15 tout compris, et cherry sur le pudding, j’ai le feu vert à Coqueles Dogana!  C’est aussi bien tout ça, j’ai déjà mes 2 compléments depuis hier à Swindon. D’abord à Béthune, Annezin exactement. Il est 11h30.  Vite en place mais pas convaincu qu’on va me charger avant midi. Et puis y a un souci de métrage quand je vois les papiers, c'est 5 pal de bobines de caoutchouc, de 1m20 par 1m55 minimum. C’est vendu 5m80, impossible, il faut 6m. Et ensuite j’ai encore besoin de 1m20 alors qu’en tout je n’ai que 7m. Je me vois ici jusque 15h, mais Lucas voit aussitôt avec son affréteur et le problème est vite réglé, ce sera une palette en moins.  Et le cariste attaque pendant midi, impec. Juste un bon sanglage à assurer vu le poids des bestioles et je sors à 13h, me gare le long d’un champ contre l’usine pour manger un morceau. Il fait bon. Le 2éme enlèvement est à Seclin, à une petite heure de là via A21. Je croyais que c'était un frigo vu que c’est de Fabien Affrètements, mais non c’est une palette de pubs pour ces frigo promotionnels justement. ça ne traine pas, c'est juste derrière gge Scania qu’on voit depuis l’A1. Je peux redescendre avec tout ça sur la région Lyonnaise. C'est parti pour le trajet habituel du milieu de semaine de RA UK RA liner, A26, N44. C’est repos quoi. Je dépasse un Scania de la maison Mahoudiaux juste après le nouveau rond-point de la sortie de Reims. ça klaxonne, je reconnais, c’est Pierre Antoine, du forum. On s'arrête à Sillery, c’est parfait pour faire 30 minutes, enfin du coup 45. Me restent 3 bonnes heures à rouler, avec mes 15t la moyenne est encore bonne sur la 67 en cette fin de journée quasi estivale. L’aire de Dijon se présente à moins de 15 minutes de la fin de l’amplitude, parfait.