Carnet de bord 2021 – Olive28 – Semaines 49 et 50

Dans le métier de routier, il y a ceux qui font des grandes lignes droites avec des complets…

Et puis, il y a les autres, ceux qu’on ne voit pas, comme Olivier28, en distribution de petits lots. Un métier qui demande une grande organisation, de la patience et beaucoup de volonté ! Il nous raconte en détail ses 2 passionnantes dernières semaines ici : https://www.fierdetreroutier.com/carnet/index.php?id_chauffeur=47

Olegas, positive attitude

Dans ce monde ou tout le monde voit les choses en noir, je vous présente Olegas.

 

A 50 ans, ce solide Lituanien a déjà une carrière bien remplie. Sur la route depuis 1996, il suit les traces de son père qui ne roulait qu’en national avec des camions d’origine russe, 130 ZIL ou Kamaz.

 

Si beaucoup de chauffeurs de l’est sont derrière un volant parfois par hasard et par nécessité, ce n’est pas son cas.
Il fait ce métier par passion, parce qu’il aime conduire et les camions avant tout, et il n’est pas peu fier de son Scania R450.

Après avoir travaillé pour Rivona, une grande entreprise de conditionnement et distribution alimentaire, il a dû se résoudre à quitter cette société qui a changé sa politique en matière de transport. La ou il parcourait l’ensemble de l’Europe, il aurait dû se concentrer sur du trafic plus local.

 

En Lituanie plus qu’ailleurs, on cherche des chauffeurs à tour de bras, et la concurrence est rude : Le pays compte des transporteurs qui inondent le marché européen avec au volant des chauffeurs Ukrainiens, Bielorusses, souvent très mal payés.

Il a fini par trouver son bonheur voici presque un an, chez les transports Trasida à Šiauliai, au beau milieu du pays. L’entreprise, de taille plus que moyenne comparée aux géants Girteka, compte 8 camions. Olegas est affecté à du trafic entre La France et la Grande Bretagne. Son salaire d’environ 2100€ est plutôt pas mauvais comparativement à ceux pratiqués ailleurs dans le pays. Un chauffeur qui rentre chaque week-end en Lituanie gagne environ 1000€, alors qu’un ouvrier classique tourne autour des 600 à 1000 grand maximum.

Pour Olegas, le compromis de travail est assez correct. Rouler en France, Angleterre, Suisse c’est assez tranquille, sans trop de stress car à force il commence à bien connaitre le secteur, et bien souvent il rencontre des collègues Lituanien partout ou il s’arrête. Malgré tout, pour plus de tranquilité, il privilégie les parkings sécurisés, et bien sûr les coupures de 45h doivent se faire dans des parkings avec tout le confort possible pour pouvoir dormir en dehors du camion, bien que ce ne soit pas toujours facile à trouver.

Malgré la barrière de la langue, il se sent respecté ici, que ce soit par les conducteurs français, ou ouest européens ainsi que pas les clients. Du moment que tu as le sourire, et l’envie de travailler, tout se passe bien.

Olegas roule 6 semaines d’affilée, puis il rentre 3 semaines se reposer en Lituanie. Bien sûr les 3 semaines ne sont pas payées, et le camion continue de rouler. Dans ce système, ils sont 3 chauffeurs pour 2 camions. Dans d’autres sociétés, c’est un peu le même principe, 4 semaines de route, 2 semaines à la maison, ce qui revient à peu près au même.

Sa femme qui est fonctionnaire de police aimerait bien qu’il soit là un peu plus souvent, mais ce n’est pas à l’ordre du jour, car il a encore la foi dans l’international. Quand à sa grande fille, elle travaille comme assistante médicale dans un cabinet dentaire, il ne s’inquiète pas pour elle.

Pour conclure, Olegas souhaite à tous, la bonne prudence et profitez de la vie avec le sourire !

Photos d’Algérie

La majorité de ces photos a été prise dans le port de Bejaia par Rais222.

Sur les routes du Mali

Depuis quelques années, mon lycée est jumelé avec le CEFOTESK, (Centre de Formation Technique Sory Konaké) de la région de Mopti au Mali. Cette année, une délégation de professeurs et d’élèves y est allée. J’ai donc sollicité pour ne pas dire harcelé, mes collègues, pour qu’ils prennent en photos les transports locaux. Merci à Jean Claude, Edouard au Mali et à tous les participants. (Luc 2009)

En Russie avec Stephian