Cap sur Opole (PL) en humanitaire avec le LP Henri Fertet de Gray

Professeur au LP Henri Fertet de Gray (70) section conducteur routier Quirici Stephane, est un fervent lecteur de FDR.
Le 7 mai ils ont fait un voyage humanitaire pour l’Ukraine à destination de la Pologne à Opole pour être précis.
Récit :

Samedi 7 mai 2022, 10h c’est le jour du grand départ du convoi humanitaire solidaire aux Ukrainiens à destination de Opole

Le projet prend vie grâce à Thierry Billier, professeur conducteur routier au lycée Henri Fertet-Gray, et de Béatrice Thevenon, professeur de physique et Dnl, au lycée Cournot-Gray. Ce dernier est jumelé avec le lycée Copernic à Opole en Pologne.
En mars, nous sommes informés, par Bojena et Gossia, nos correspondantes polonaises, de la situation d’accueil de 20 000 réfugiés Ukrainiens surtout des femmes et des enfants, et de la difficulté à aider toutes ces personnes qui vivent l’horreur de la guerre.
Le cœur parlant,  c’est un appel à la solidarité qui est lancé dans le secteur de Gray. Particuliers, supermarchés,  pharmacies,  écoles primaires,  collèges, lycées ont participé à cette grande collecte qui représente 140 m3 de marchandises qui ont été acheminées avec un porteur Daf  et un train routier Renault premium 450,  qui a fait son dernier grand voyage avec nous, un nouveau train routier arrive début Juin.

Six professeurs et six élèves sont volontaires pour participer à cet élan de générosité et mener à destination les marchandises.
1285 kms plus tard, « pieds dedans », car non soumis à la RSE en tant que convoi humanitaire,  nous arrivons à Opole le lundi 9 mai à 10h,  journée de l Europe, pour livrer. Que d’émotions en descendant des véhicules.  Des milliers de MERCI ne cessent d’être dits pour être venus en aide aux réfugiés.
Des bénévoles étaient présents pour nous aider à décharger. Les dons ont été triés et redistribués le jour même.
Le mardi 10 mai l’heure du départ a sonné. Retour à vide de marchandises mais plein de souvenirs dans nos têtes, d émotions dans nos  cœurs.
Le retour s’est bien passé sauf qu’il ne faut pas faire confiance à la réserve d’un vieux premium 450 (ou il voulait nous faire le coup de de la panne pour ne pas rentrer).

On a désamorcé juste devant une aire de repos au niveau de Baden Baden, mise en pratique pour les élèves du basculement de cabine et réamorçage, notre bon vieux camion est reparti pour nous ramener à la maison, nous qui avons la chance d’en avoir une.

Les souvenirs de Ronny Billiauw – Gistel

Ronny Billiauw, partage ses photos souvenirs.

De l’entreprise crée par son père au début des années 1950, l’entreprise n’existe plus non plus, mais il reste de bonnes photos à découvrir ici :

En Europe :

Un voyage Anvers – Doha en 1975

Le nouveau truckstop d’Ashford (GB)

Le truckstop  d’Ashford fait peau neuve, et ce n’était pas du luxe.

Samu88 troque sa casquette de conducteur routier international, pour celle de guide touristique. Il nous fait découvrir les toutes nouvelles installations du truckstop d’Ashford, avec bien sûr, tous les détails pratiques de cet endroit incontournable si vous devez allez en Angleterre.

Suivez le guide et cliquez-ici : https://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/index.php?/category/2194

F12 never die, the happy end

Les années passent, les filles sont grandes et fini les concours.

De mon côté j’ai retrouvé un boulot plus intéressant mais néanmoins prenant. N’ayant plus trop de temps libre à consacrer à mon jouet, ni l’envie je dois l’avouer, il a fallu se résoudre à prendre la décision de s’en séparer avant qu’il ne continue de trop vieillir.

Je n’avais pas trop envie de le laisser partir vers le monde équestre où il aurait trouvé certes une utilité mais où il aurait pris un coup de vieux en peu de temps à coup sûr..

Par l’entremise de Eric, mon commercial Volvo, j’ai contacté François Michel, un collectionneur lorrain qui a partagé une annonce pour une vente. 

ça a duré une journée à peine avant qu’un 1er coup de fil reçu d’Isère qui sera le bon, de la part de Miguel, un ancien transporteur, qui a flashé sur le modèle.. De plus il recherchait un peu ce genre de config, car son fils Yanis fait du rallye, ça pourrait convenir pour partir sur des compétitions, tant en hébergement qu’en paddock.

 Après l’envoie d’autres photos plus en détail puis une venue rapide avec son épouse dans les Vosges pour un essai, Miguel ayant conduit un F12 dans sa jeunesse est vite sous le charme et me confirme vouloir l’acheter. Après une ballade ensemble d’une trentaine de kms où il a manié sans faute la vieille SR62 toujours orpheline de sa 1ére. ça m’a rassuré, surtout pour le projet de son utilité à venir, un peu comme moi à l’époque. Bref,  j’ai dû accepter sa proposition de me l’acheter !

Miguel à l’essai sur les routes Vosgiennes

Rdv pris 2 semaines plus tard pour la transaction . 

Mais entre temps, j’ai constaté une fuite de liquide refroidissement, chose qui n’était jamais arrivé ces 8 années écoulées. Rien de bien grave, il s’agit juste du vase d’expansion qui se délite J’ai trouvé la pièce sans trop de difficulté. Après une bonne heure de boulot de remplacement, ça m’a donné l’occasion de faire un tour d’essai, la montée d’un col, Oderen, pour voir si tout allait bien au niveau fonctionnement du circuit de refroidissement, RAS. Le vase était estampillé 1981, d’origine donc. 

J’ai vidé les coffres, en étant replongé dans les souvenirs des ces quelques années passées à partir tôt les dimanches matin dans tous les confins du Grand Est.  Que des bons souvenirs.

Ce matin, j’ai rempli un dernier disque pour aller le chercher à mon hangar à mon village où venaient Miguel, son papa Daniel retraité qui lui aussi a conduit ce modèle précisément dans le passé et surtout Yanis, le petit fiston qui sera l’heureux propriétaire. 

Tout le monde était ravi, et moi le premier, à voir où mon vieux camion va encore faire un bout de chemin.

Le F12 aura fait rêver 3 générations !

Ce soir à 18h, il est arrivé avec succès en Isère, par les nationales. J’étais un peu inquiet mais à la fois serein!

Voilà, après un rêve de gosse réalisé qui a duré 8 ans et demi et 10000kms, la page est tournée, avec soulagement et surtout avec le sourire, il s’agit d’un vrai passage de flambeau, je suis certain qu’il est entre de bonnes mains, qu’il va être bichonné et restauré.

le premier et le dernier disque

Bonne route et longue vie mon beau camion!

Voici les dernières quelques sorties qui ont eu lieu en 2018 et 2019.

Du saut d’obstacles ou des endurances.

De la Haute Saône, au bas Rhin en passant par la Meuse, tout ça sur fond de belles routes vosgiennes.

Ces derniers concours, notre nièce Lucie nous accompagnait, c’était vraiment cool, de supers souvenirs tout ça.

Et pour finir, la belle vidéo au doux son du 12 litres !

 

La résurection d’un Scania L141 à Worms

Grand rédacteur de longue date sur FDR, Luc est ami avec Michael de Worms qui a restauré ce magnifique Scania L141.

Acheté avec à la clé de serieux problèmes de carrosserie, Michael a passé de longues heures a redonné une seconde jeunesse à son V8 de 375cv. Il a en plus laissé un clin d’oeil à son site web préféré, ce qui ne gâche rien !!

Avec ces 59 photos, vous trouverez les étapes clé de cette superbe restauration au pied du Ernst-Ludwig-Brücke 😉

Cliquez ici pour les photos : https://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/index.php?/category/2174

Le Maroc des années 90 avec Yannick

Tractionnaire pour Calberson Europe, depuis plusieurs mois je demandais à l’affréteur de la branche overseas si il n’avait pas un voyage de Maroc, 24 Décembre 1993 je pars pour Casablanca, une douzaine de voyages plus tard, je ferais mon dernier tour fin 1994, un Troyes – Marrakech – Troyes, ligne régulières qu’effectuait mon pote Boboss

On descendait en général du groupage que l’on vidait à Mohammedia, banlieue de Casablanca et on rechargeait de la confection à Casablanca ou Marrakech. Les voyages s’effectuaient sur une douzaine de jours, départ de Paris le vendredi soir, embarquement a Algeciras pour Tanger le lundi, la semaine au soleil et retour par Casablanca – Cadix le samedi soir.

J’ai eu la chance de faire un voyage à Oujda, près de la frontière algérienne, chargement de machines à Lyon pour livrer dans une centrale électrique. Débarquement à Casablanca ou j’avais attendu 3-4 jours pour dédouaner mais après, 600km qui m’ont laissé de bon souvenirs.

Boboss et son épouse en balade à Marrakech

Quand on fait du camping :

Nikolas qui rit, c’est grâce à lui que ces photos existent. De dos Demis, il avait fait du moyen orient, un super gars. Assis, moustache ou Jeannot, tractionnaire aussi chez Calberson, pas facile de le suivre sur la route, son 142 tournait fort, mdr. Le 4eme à gauche, Guépard, avec son bon accent alsacien et moi qui devais chambrer.

Sur la route….

Un tour au Maroc avec Laurent

Quelle bonne idée d’aller passer son 15 août au Maroc ?

C’est ce qui est arrivé à Laurent conducteur international pour le compte des transports Pierre de CHEMILLÉ MELAY.

Réactifs, ils ont répondu présent, au coeur de l’été pour assurer le transport dans la région  de Béni Mellal-Khénifra.

C’est Laurent, aux commandes de son MAN qui s’est vu confier cette mission. Une première pour lui.

Il nous raconte :

 » Ce fût une super expérience, un peu d’appréhension aussi : le fait de changer de continent, les douanes, de la chance qu’ils parlent un peu français aussi ça a aider.

Les autoroutes : C’est l’anarchie 😊, entre ceux accroché au semis, les vendeurs de pastèques sur la B.A.U!! Une voiture te double et pile devant pour en acheter une sans prévenir…

Tout est bien indiqué sur les panneaux. Les routes secondaires sont comme nos départementales, mais des que tu sors des axes principaux, petite route ou piste.

Les gens que j’ai rencontrés, très gentils, prévenant, bien accueilli. Par contre sorti des grandes villes, c’est très pauvre, les gens vivent de rien.

Question sécurité, tu as intérêt à tout fermer, des que tu t’arrêtes sur un parking, les gamins sortent de partout et essayent d’ouvrir les portes, devant toi, ils n’ont pas peur. Ressenti général, belle expérience, à renouveler pour approfondir et peut être visiter un peu plus pendant la 24. »

Les photos :

Pour rentrer, Laurent a rechargé au Portugal, histoire de boucler ce tour pas banal.

La ballade ardechoise des amis du camion 2021

On ne presente plus l’association « Les amis du camion » ! Depuis des années, ils font renaître des camions anciens destinés le plus souvent à la féraille. Témoins vivants de notre patrimoine industriel, rénovés avec brio, cette année ils ont revisité les magnifiques routes ardéchoises. De Montélimar à Langogne avec pause à St Cirgues en Montagne, puis retour par Privas. Des images magnifiques capturées par Gregory Marcon et Pat’Oc Occitan

https://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/index.php?/category/2168