Carnet de bord de Septembre 2020 Partager sur Facebook
  • Photos
  • c'est pas des paysages à la noix
    Juju42 vendredrômement vôtre
    ça Comte une photo comme ça
    Ferme à 2 pas de Chanas
    après la montée, ça redescend
  • Vendredi 4 Septembre 2020
  •  

    La douche aussi est bien ici. Petit dej, tartines et je démarre à 8h pour continuer un bout sur la route des noix et non à la noix. Traversée de l’isère et arrivée à St Marcellin. Ce client de loupiottes va bien, le cariste vient toujours aider à la manoeuvre car on barre la route le temps de reculer. Et je squatte un peu la place le temps d’aller à la boulangerie juste à côté, bref, le client parfait. En repartant, je croise Juju42 au dessus de Valence, qui va aller se promener vers Hauterives, il verra qu’on rigole pas tous les jours. 

    Go vers l’avant dernier, en Ardèche, à Guilherand Granges, c’est plutôt l’Ardèche du pauvre. Enfin que dis je, on a quand-même  juste à lever les yeux pour une belle vue sur le Château de l’Adjudant Chef Cruchols, faut pas trop dire de mal alors. Je vide les palettes de Folkestone dans une boîte d’alimentaire qui se trouve sur le site de Comte Frères. 

    J’ai le feu vert pour filer au dernier, à Agnin, vers Bougé Chambalud.  C’est pour les peseuses du nord. C’est pour un agriculteur, donc c’est mieux de bien aviser 1h avant. C’est ok pour 11h30.

    J’y suis tout juste, c’est tout de la RD519 Chanas Beaurepaire, mais c’est pas large, comme l’entrée chez l’agriculteur. Je suis bien guidé. On vide les machines au fen, et dans la bonne humeur. Un employé sans doute ne tarit pas d’éloge sur mon tracteur, “ah il est beau, 500cv!“ Y a quand même rien d’extraordinaire. Il n’a jamais dû voir passer un Aurenico ou autre Duarig sur la D519, il en est au moins à 500m.

    Vide à midi moins 5, je me voyais aller à Jarcieu qui est tout proche, mais non, je dois filer sur St Bonnet de Mûre pour prendre un groupage UK. Je ne perds pas tout puisque je croise encore “The Pride of Jarcieu”.

    Ce n’est plus la cohue de vendredi passé sur A7, je mets 1h tout juste pour arriver chez le transporteur batavo français. Ici toujours du monde, on peut charger maintenant, juste après que je me mange une salade de la boulange de St Marcellin.

    Ici comme d’hab, quelque soit le métrage, c’est compact et calculé au plus juste, et toujours lourd sur l’avant, je ne suis pas fan. Et on dépasse un peu le métrage à la fin. Pas grave, je redescend à Jarcieu comme ça, on verra avec quoi on complète. Je fais un stop coucou à tonton Moriaud qui est en stand by sous l’A46. 2 3 blagues et il a son sms avec l’ordre de rentrer aussi. 

    ça roule à peu près, je suis avant 16h à Jarcieu, en plein rush du vendredi. Pas à quai de suite, mes lots ne sont pas tous là? Julie a réussi à en concocter 3 quand même. Bon je prends un quai quand même pour étudier ça . ça rentrera large, mais juste un lot se fait désirer. Il arrive par un AP trans à 18h avec encore un bon groupage bien merdique à bouger avant de trouver mes 4 pal pour Sudbury. Des camarades m’ont bien tenu compagnie un instant, Emeric, Yvan, Moriaud, mais seul le plus jeune d’entre nous, Célestin a assisté jusqu’au bout. Sa rentrée des classes n’est que le 21. Je repars enfin à 18h30 passé, semi archi blindée, pour le sud toujours. Et ça aura eu le mérite de rééquilibrer le poids sur l’arrière, le chiffre est meilleur pour l’essieu tracteur. Pas de lavage, y a la queue. Je pars les yeux fermés par A7, ça roule très bien, l’A46 aussi. Mais je me fais avoir à Villefranche où un accident sans doute grave a eu lieu juste à l’entrée en gare de péage. Bien 30 minutes à piétiner. Je ne vais pas faire du rab ce soir, la sortie Nuits St Georges conviendra, il est 22h20.