Carnet de bord de Mars 2021 Partager sur Facebook
  • Photos
  • Grand beau en Maurienne
    Ils ne lâchent rien !
    Obligatoire !
    Des sangles ? pourquoi faire ?
  • Lundi 1 Mars 2021
  •  

    Vendredi dernier j'ai eu confirmation que je gardais le voyage chargé en Allemagne jusqu'au bout. Ça c'est cool !  Un tour de plus de 2000km entre deux pays autres que la France ça arrive que très rarement de nos jours ! 

    On démarre un peu après 6h, toujours avec Fifi. 6h c'est la limite pour passer Givors sans trop d'encombre,  là on a le droit à quelques bouchons,  rien de bien méchant. Un truc me chiffonne,  j'arrive pas à régler l'alignement de la remorque avec la télécommande,  j'ai beau appuyer sur le bouton rien ne se passe. On s'arrête à Communay pour regarder ça. Je débranche et rebranche le boitier récepteur sur la remorque et fait un essai à l'arrêt,  c'est bon ça remarche. On reprend l'autoroute et rebelote,  impossible d'aligner ! Je refais un stop à l'aire de St Priest pour renouveler l'opération,  ça à l'air de marcher. J'essaie en roulant doucement sur le parking,  impec ! Phillippe a filé devant,  je le rattrape à Chambéry,  c'est tout arrêté avant le tunnel. Visiblement un hors-gabarit a déclenché la fermeture de la 4 voies. Au bout de 5 minutes ça repart. Ça reste bien chargé jusqu'à Aiton,  ensuite plus un chat jusqu'au Frejus. On passe quasiment à 70 tout du long le tunnel, il nous reste 1h qui nous emmène à Rivoli à l'entrée de Turin. On fait 45, trop tôt pour manger mais pas assez pour éviter un bon café pour Fifi et un cappuccino pour ma pomme. Il y a du bon dans certaines traditions ! 

    On file jusqu'à Tortona. Tortore,  sieste et cafés, le trio gagnant. 

    C'est bien tranquille jusqu'à Piacenza,  après c'est l'A1, et comme son équivalent français c'est la guerre perpétuelle ici,  avec en plus le style de conduite particulier des Italiens,  le mélange est détonnant !  Il m'est arrivé une chose incroyable vers Parme,  j'ai paumé une sangle !  Fifi me l'avait signalé à la cibi qu'il y en avait une de détendue,  le temps de m'arrêter dans un refuge elle s'est fait la malle...fait chier, c'est la première fois que ça m'arrive. Je vais pas me faire tailler un short ici avec l'échelle pour en remettre une,  je file au prochain parking où m'attend Philippe. 

    On passe Bologne pour attaquer la montagne,  les fameux Apennins. Dans mes souvenirs il y a plus de 20 ans je passais souvent ici, ça grimpait,  c'était tortueux et très sportif,  maintenant c'est devenu l'A1 Panoramica réservé aux voitures,  à la place on a droit à l'A1 Variante di Valico,  une succession de tunnels. L'horreur !  Je suis déçu...

    Il fait nuit en passant Firenze. On a cherché désespérément sur Truckfly un resto routier ouvert. Nada !  Du coup on se gare avec 9h45 sur l'aire de Chianti Ovest,  juste après Firenze. On mange quand même un plat de pâtes accompagné d'une bière. 17,5€, ça fait  cherôt quand même ! 



  • Photos
  • La journĂ©e commence magnifiquement bien !
    Vigili del fueco old school
    DĂ©chargement Ă  la Napolitaine
    Fiat
    Napoli et son VĂ©suve
  • Mardi 2 Mars 2021
  •  

    Ce matin j'ai été réveillé par les sirènes des ambulances sur l'autoroute toute proche. Je rejoins Fifi au bar pour le rituel du matin en Italie, cappuccino et brioche. On décolle dès que le tachy indique 11h01. Au bout de quelques kilomètres on aperçoit au loin des gyrophares de l'autre côté, ça a tapé sec, il reste encore un Scania en frigo la cabine complètement défoncée, à chaque fois ça fait mal de voir ce genre de spectacle!

    La circulation s'intensifie à l'approche de Rome mais rien de bien méchant. On coupe une vingtaine de minutes le temps de boire un café.

    À partir de là ça commence à être le vrai Sud. On commence à voir du TurboStar, c'est un signe qui ne trompe pas ! On arrive à 4h de volant, il va falloir songer à s'arrêter. Le parking suivant n'est pas bien grand, d'ailleurs il y a plus de place pour nous. Je jette un œil sur truck fly,Le prochain sur autoroute est à 50 km, beaucoup trop loin! Sinon en sortant à Cassino il y en a un un peu plus loin après le péage. En fait c'est un ancien restaurant, et à côté il y a un hôtel. Ça fera bien l'affaire pour 30 minutes, mais ça traîne pas une voiture arrive et un bonhomme d'un  certain âge vient nous incendier que soit disant on bousille tout son parking. Je lui dis que dans 10 minutes on s'en va, mais non il voudrait qu'on parte maintenant. Je fais celui qui n'a pas compris et remonte ma vitre. L'ancien fait demi-tour et rentre dans l'hôtel. Au bout de notre 30 on s'en va sans demander notre reste. Moralité,il ne faut pas toujours tenir compte de ce qu'il y a marqué dans Truck fly...

    1h plus  tard on commence à voir le Vésuve au loin. La circulation s'intensifie après le grand péage de l'A1. On va rentrer dans le vif du sujet, avec d'abord un bout de tangenziale. Bizarrement il y a plus aucun camion, pourtant on a pas vu de panneau d'interdiction. Nous sortons à la sortie 11 et d'un coup on se retrouve dans une avenue pas très large, la rue où se trouve notre client part sur la gauche mais il est impossible de la prendre directement car il y a un muret central. On fait demi-tour plus loin, c'est pas large du tout et les bordures sont  vachement hautes, les pneus apprécient... Là on peut récupérer notre fameuse rue et gros coup de flip c'est marqué interdit au plus de 2 mètres 30 de large! Maintenant qu'on est engagé c'est trop tard. Ça passe quand même, il faut faire du gymkhana entre les voitures garées n'importe où. On arrive enfin à destination, et on comprend qu'il sera impossible de rentrer dans la cour... Le client arrive vers 14h30 et nous explique qu'ils vont nous vider directement dans la rue. On a quand même vachement rigolé, avec un chariot élévateur qui a dû voir la dernière explosion du Vésuve en 1944. Bon l'équipe est super sympa et je crois que j'avais jamais entendu autant de "vai fancullo" en aussi peu de temps. Et tout ça au milieu de la circulation, chapeau! Le klaxon est une vraie institution là-bas, en fait on comprend rapidement que c'est une sécurité pour se signaler et non pas une façon rageuse d'exprimer son mécontentement comme chez nous. 

    On a quand même terminé à 18h, il est temps de repartir. On reprend la rue en sens inverse, il y a bien une indication pour la tangenziale qui part sur la droite à un moment mais avec une interdiction à plus de 2 m de large. Nous gardons donc la rue jusqu'à l'avenue et là on s'aperçoit que jamais on ne tournera, une voiture est garée pile dans l'angle... grand moment de solitude. On bloque tout le monde, génial, et là les klaxons ne sont plus là pour se signaler lol! Et là coup de bol un passant va chercher le propriétaire du véhicule,  tout d'abord dans le bistrot à côté,  ensuite à une pharmacie un peu plus loin. Ouf, une dame en ressort avec lui, c'est notre automobiliste. J'avoue que je n'étais pas fier mais on s'en tire bien ! 

    Une fois sur la Tangenziale nous respirons!

    Nous jetons l'éponge à la station de Cassino à mi-chemin entre Naples et Rome. Nous sommes lessivés, on a eu notre lot d’émotions fortes aujourd’hui !



  • Photos
  • Moi aussi je fais des photos avec des palmiers
    SS1 via Aurelia
    ils sont fous ces romains !
    Entre 2 tunnels
  • Mercredi 3 Mars 2021
  •  

    Après une excellente nuit réparatrice au calme nous repartons tranquillement vers 7h30. Aujourd’hui il n'y a qu’à rouler, no stress !

    On passe le GRA de Rome (Gran Raccordo Annulare) en plein dans les heures de pointe. C’est un peu compliqué, style M25 à Londres ou N104 à Paris, il n'y a pas de raison...en y repensant plus tard on a mal calculé notre coup, voire pas calculé du tout, on se relâche ! La traversée de Gênes ce soir nous le confirmera. Après c’est beaucoup plus tranquille, autoroute jusqu’à Tarquinia et ensuite cette bonne vieille Via Aurelia, la fameuse SS1; toujours aussi défoncée avec ses portions à 2x2 voies étroites où il faut bien serrer les fesses quand un “bandito del sud” te doubles à 10kg !!! On fait du gazole dans une petite station service, la moins chère du quartier selon l’appli DKV. Ici pas de pompes gros débit, on a un peu mis le brin aux pompes automatiques, les moins chères. On a bien cru que les automobilistes derrière allaient nous étrangler avec les tuyaux…

    Reprise de l’autostrada après La California, que l’on ne quittera plus .Les tunnels entre La Spezia et Gênes sont quasiment tous en travaux, on ne gagne pas du temps par là en ce moment c’est clair ! On en a même grave perdu pendant la traversée Génoise donc ! Il y a que le nouveau pont Morandini où ça a circulé à peu prêt, c’est dire…

    Après Savona nous bifurquons direction Turin; les 10h de guidons sont quasiment atteintes lorsque nous déboulons à la station service de Carcare où nous trouvons deux places à peu près potables.



  • Photos
  • Collector !
    Les cantonniers en action
    je monte plus vite que lui
    A l'abri pour la nuit
  • Jeudi 4 Mars 2021
  •  

    Encore une fois j'ai bien dormi ici. 2 fois de suite sur un parking autoroutier italien,  ça relève de l'exploit ! 

    D'ici nous mettons 1h45 pour arriver à Barge, là où nous rechargeons,  car oui le tour de bout en bout est identique pour Philippe et moi. Exceptionnel ! 

    20 minutes par camion pour charger les 17t de cailloux,  papiers et café offerts par le cariste/ secrétaire/ palettiseur. Du coup on repart à 9h30 et on envisage sérieusement de vider en foulée ! 

    D'ici pour rejoindre Turin c'est pas compliqué,  il faut suivre les panneaux qui mènent directement sur l'A55 puis la tangenziale. C'est pas toujours aussi évident en Italie. 

    On coupe une vingtaine de minutes à Susa histoire de faire quelques emplettes,  puis direction le tunnel. Et là le 540 ne fait pas un pli,  il me double comme une balle dans la première côte...j'avais oublié comment ça marchait un Volvo !  Snif…

    Je le rattrape au tunnel. Je me paye le pénible du jour qui oscille avec sa Golf entre 45 et 65 km/h durant les 12,8 km de la traversée. J'ai failli craquer et lui balancer appels de phares et coups de trompes mais j'ai fait vœu de résilience concernant tous les tracas routiers qu'on trouve à longueur d'année. Je capitalise sur ma santé psychique pour mes vieux jours lol ! 

    Je coupe à St Michel de Maurienne, j'ai 4h et quelques de guidon. Philippe file,  il est reparti de Barge à zéro. 

    Je tombe en réserve après Chambéry,  j'hésite à remettre du gasoil, mais j'ai pas envie de jouer avec,  surtout sur autoroute. Du coup je remets 30l pour rentrer sereinement. 

    J'arrive chez le destinataire à St Chamond alors que Philippe termine de vider, le timing est bon. En quinze minutes c'est torché. Il ne me reste plus qu'à rentrer au dépôt où je décroche non sans mettre un coup de lavage à la remorque. 

    Je prends mon programme pour demain et saute dans ma voiture,  direction la maison ! 

  • Photos
  • Elle est pas belle ma poutre ?
    Ta gueuse !
  • Vendredi 5 Mars 2021
  •  

    Le chef m'a dit hier de venir pour 7h30, j'arrive un peu en avance. J'en profite pour boire un café avec Claude le mécano maison. Ensuite perception de la combinaison de travail et du MAN mulet. Ma mission de ce matin est extrêmement simple,  j'ai 3 remorques à laver avec la Karcher et finition à la brosse à dents. Je commence par un plateau extensible,  j'étire à fond pour laver la poutre centrale,  ça leur fait du bien de temps en temps. 

    Ensuite c'est au tour d'un pupitre,  l'hydraulique vient d'être refait,  il y a de l'huile de partout mais c'est assez facile à nettoyer. Je termine avec le porte-engins 3+1, je lui fait aussi la totale, de la poutre d'extension au châssis en passant par le plateau. Je largue ensuite le mulet pour récupérer le mien qui est prêt. Là aussi je fais un bon lavage puis les pleins et j'accroche une Nooteboom extra-basse. Je casse la croûte avec des collègues puis une douche,  je suis tout crade des lavages de ce matin,  c'est paradoxal ! 

    J'ai RDV à 14h à la Fouillouse pour l'étalonnage du tachy et du limiteur. Ça se passe pas trop mal et à 15h je suis au CT à Andrezieux pour l'ensemble complet.  Le chef me charge les gueuses sur la semi,  il a eu la main un peu lourde,  confirmé par le passage aux rouleaux. C'est pas grave,  l'examen est un succès encore une fois. Comme quoi un passage à l'atelier avant pour une vérification complète est un gage de réussite.

    Rentrage au dépôt. Je prends mes instructions pour la semaine prochaine. Je dépose la Nooteboom et accroche une Turque. 

    Bon week-end à tous,  pas trop de folies et à lundi ! 

  • Photos
  • Allez viens je t'emmène faire un tour !
    Goldorak...go !
    Accès merdique
    Une première, vidé par 2 pelles et un ampliroll
    Whaaaaaaaaaa !
  • Lundi 8 Mars 2021
  •  

    5h15 au dépôt,  encore une fois je pensais être le premier mais non, j'ai des collègues qui sont définitivement plus courageux que moi et qui sont déjà partis !   
    Ce matin je monte dans le 63, à vide. Je consommais trop ces derniers temps LOL !
    Il est 7h30 quand j'arrive à Clermont,  dans une usine de mécanique générale. J'ai la furieuse sensation que je vais charger une machine outil ici...gagné,  un tour gratuit ou plutôt un tour tout court. Bon celui-ci j'ai pas à m'inquiéter du bachage,  il est stocké dehors et part à la ferraille. On mettra 2 bonnes heures à le charger,  lui et un convoyeur aussi. Le gars qui s'en occupe,  je suppose l'intermédiaire entre l'acheteur et l'usine,  me dit qu'il faut aller peser dans une carrière à Pont du Château,  et que si on peut on ira charger chez lui une pièce de 4t . Houla,  c'est pas prévu et ça sent la magouille du gars qui veut profiter du camion pour envoyer sa came à moindre frais. Je préviens mon chef qui me demande de le tenir au courant après la pesée. Verdict je suis à 37t, du coup il renonce à m'en mettre plus,  bien que techniquement niveau poids c'est bon. J'insiste pas,  j'ai du taf encore derrière à abattre. Du coup je garde la nationale jusqu'à Thiers,  ça vaut pas le coup de reprendre l'autoroute à Lezoux. Casse dalle vite avalé vers Balbigny. L'adresse de livraison m'aura donné quelques sueurs à St Étienne. J'ai hésité à prendre une petite rue qui ne m'inspirait franchement pas,  du coup il faut refaire un gros détour. Je check map,  et je conclu que j'ai pas le choix de la petite rue, sinon c'est un pont à 3.20, là ça se discute pas. Ça passe,  juste juste par endroit mais c'est bon j'arrive enfin à destination. Les gars ici sont très pros,  ils vont me vider avec 2 pelles à grapin plus un amplirol qui va soulager l'arrière de la machine,  là où c'est le plus lourd. La manœuvre réussie,  de toute manière il y avait pas le choix !  
    Je passe rapidement au dépôt pour dire bonjour,  et accessoirement compléter le gazole et charger 4 gros bastains. Ensuite je me rend chez un client à 20 minutes de là. Ma VP désespérait de me voir arriver !  Au moins il aura eu le temps de siester lui !  
    On charge 2 tôles en 3.60 de large. Ici les gars sont sympas,  normalement c'est l'heure de la pause mais ils l'a repousse pour m'éviter de perdre encore plus de temps.  
    17h, l'heure impeccable pour remonter la vallée du Gier...mais j'ai un pilote efficace qui connait son job. Tant mieux !  
    20h, on se gare un peu avant Varennes sur Allier,  je suis décalqué !

  • Photos
  • 2 toles, 3.60 de large
    La centrale de Dampierre
    Hey Dudu !
    Allez, paye ta tournée !
  • Mardi 9 Mars 2021
  •  

    Mardi  
     
     
    Rien de telle qu'une bonne nuit réparatrice pour repartir du bon pied !  Juste un abruti qui devait trouver que ses bouteilles d'air traînaient à se remplir. Il accélérait à fond ce naze,  en moi même je tenais le pari sur la durée de vie du moteur...et puis non il est parti et moi je me suis rendormi.  
    On roule une petite demi-heure,  jusqu'au centre routier à Moulins. Petit déjeuner et douche avant de redécoller sereinement.  
    On tient une bonne cadence,  en craignant un peu le Paris-Nice qui fait étape à Gien aujourd'hui. Mais finalement on aura eu aucune gêne,  si bien qu'on arrive à choper une place de choix pour garer mon petit camion à la total avant Orléans. J'ai à peine 4h mais plus loin il y a rien. On mange un bout de chien whaf !  
    L'après-midi se déroule sans rien de particulier à signaler,  sous le soleil. Juste Dudu que je croise vers le carrefour de Bretagne. Il y prend goût aux itinéraires de convois que je lui donne pour gagner sur l'autoroute...
    On passe Lisieux et les 4h15 sonnent vers Mezidon Canon. Un nom pareil,  ça peut être qu'en Normandie ! On coupe un bon moment afin d'arriver après 19h30 à Caen, avant c'est interdit en deuxième cat'. C'est aussi interdit la nuit là-bas LOL !  
    On passe la préfecture du Calvados sans aucun problème,  encore une fois merci le couvre- feu !   
     un de mes  gyrophares se met à flasher  blanc , merde j'ai perdu le cabochon ! On vise le coup de frein à Emondeville,  seul routier ouvert dans le quartier. Je me gare en débord devant l'entrée d'un champ,  le parking du restaurant est archi plein. J'espère que le paysan n'aura pas l'idée saugrenue de labourer en pleine nuit...660km en 9h50 en convoi,  moi je dis que c'est impeccable !

  • Photos
  • Cherbourg
    Un irlandais, un vrai avec la régule qui va bien !
    Je garde le MAN !
    Rouen
    N31
  • Mercredi 10 Mars 2021
  •  

    Le troquet ouvre à 6h le matin. 6h02, nous faisons le pied de grue devant la porte fermée, le rideau est baissé, nous sommes dépités. 6h03, le patron ouvre enfin. Scandaleux quoi lol!
    Allez hop décollage à 6h30, la 4-voies est à 100 mètres,  je suis lourd et j'ai du mal à me lancer vu que ça monte légèrement. Un camion arrive à vive allure derrière en plein phare, il se place sur la voie de gauche et n'arrive pas à me doubler. Je vais pas freiner en pleine montée quand même, mais je me serre bien à droite, le Renault me double en me klaxonnant et me serre la gueule évidemment. La journée commence bien ! Un fourgon de messagerie,  ça m'étonne qu'il soit bien chargé lourd...
    La traversée de Cherbourg en 3 mètres 60 de large c'est pas top quand même! Ici on sait jamais par où passer. Malgré tout j'arrive à 7h15 chez le client. Il faut attendre 8h pour montrer patte blanche au poste de garde avant de rentrer à l'intérieur. Je commence à connaître la boutique, je file directement au parc à tôle. Le temps d'enlever tout mon barda les gars arrivent. Le vent commence à souffler en rafale, mais pour l'instant c'est bon il vont me vider au pont quand même. J'ai un copain qui a poireauter une demi-journée ici, un vendredi...
    Le miracle du jour, on me retrouve le cabochon de gyrophare, il s'est retrouvé coincé entre les deux tôles! Une chance sur un million que ça arrive!!
    9h30 c'est bon je suis vide, je sonne le bureau pour voir à quelle sauce je vais être mangé. On me dit de commencer à filer direction Paris, je vais bientôt avoir des nouvelles. J'en profite pour faire du gasoil à la station Leclerc. Borys me rappelle, il a rien pour m'occuper aujourd'hui, donc je monte tranquillement dans le 60 pour charger demain matin.
    Je coupe après Caen pour casser la croûte et faire une méga sieste, plus une douche avant de partir, comme ça c'est fait !  
    Je sais pas trop par où passer, et après maintes concertation avec mon Atlas Michelin et le GPS turbo diesel du camion je décide de passer par Rouen et la nationale 31. C'est toujours aussi merdique l'avenue qui traverse la zone à Saint-Étienne-du-Rouvray! En plus il pleut ça arrange pas les choses. Ça va que j'ai le temps.
    La route n'est pas terrible, ça doit être joli quand il fait beau ici mais là c'est pas le cas et je m'ennuie ferme!
    J'arrive devant l'entrée de chez mon client après 18h, juste après les Belges d'Inter. Je suis vite rejoint par un deuxième camion, un Roumain tractant un plateau français qui lui vient vider des traverses de chemin de fer. Plus tard un Roustant arrive,  vide comme moi. On attend avec impatience le 4ème pour taper le carton !  

  • Photos
  • On se fait un rail ?
    Après la folie parisienne la très calme A5
    Ambiance fin du monde...
    Archi-complet
  • Jeudi 11 Mars 2021
  •  


    Finalement il n'y aura pas eu de 4e camion, enfin si mais il est rentré directement ce matin à 6h45 pile au moment où je me réveillais. Ça doit être un habitué le portail et la barrière sont refermées et il n'y a toujours pas de gardien.
    Il est 7h30 je m'avance vers la barrière et elle s'ouvre, je rentre à l'intérieur il y a un parking au bout de l'avenue, je me gare suivi de près par le Roustant. Il charge aussi pour le 13, il passe en premier car ce n'est pas long, et de toute façon le premier camion n'a pas fini de charger et je charge au même endroit que lui. En discutant avec le chauffeur, il me dit que c'est étonnant que l'on est pas été dérangé cette nuit, l'impasse est devenu un lieu de rencontres nocturnes pas très nettes... en tout cas moi je n'ai rien entendu!. Je devais prendre un appareil de voie complet en 3 m de large, finalement ce sera en normal, l'aiguillage est démonté car il devait être transporté par wagon. J'en ressors à 9h30 lesté de 12 tonnes de rails.  
    La Francilienne est tout au vert, mais ça peut vite changer et j'en ai encore eu la preuve concrète ce matin, un accident au niveau de Villevaudé dans l'autre sens me fait perdre au moins 20 bonnes minutes. Enfin c'est pas bien grave j'ai un petit peu de marge!
    La descente se déroule sans incident notoire, juste énormément de pluie entre Beaune et Chalon-sur-Saône.
    À l'inverse de ce matin à Paris, la rocade lyonnaise est indiquée bien en rouge sur Maps au niveau de Vaulx-en-Velin. Tant pis on verra bien, mais finalement tout se déroule à merveille, je pense que je suis passé juste après le bazar.
    Fin de cette journée sans surprise finalement, je me pose comme une fleur à Loriol où je peux valider une 11, ma deuxième cette semaine.

  • Photos
  • Ça vide tranquille
    Canadair
  • Vendredi 12 Mars 2021
  •  

    Vendredi  
     
    En avant pour la der de la semaine !  J'ai bien étudié le parcours pour accéder à l'énorme centre SNCF de Miramas,  celui qu'on aperçoit en contrebas de la N569 qui relie Fos à Salon. La route d'accès directe est fermée, je pense que faire le crochet par Entressen est la meilleure solution. Sinon c'est le centre de Miramas,  ça doit pas être top...effectivement,  une fois sur place le grutier me confirme que mon choix était judicieux. Même lui,  pourtant du coin,  il s'est fait piéger et a du rebrousser chemin. Comment on faisait avant sans internet ?  On tournait en rond,  on s'arrêtait dans les stations-service pour demander,  parfois un quidam nous emmenait avec sa voiture ou bien il y avait les fameux radios-guidages CB. Bref, je veux pas faire le vieux con style "c'étaitmieuxavant" mais c'était vivant !  
    Je me met en place à côté de la grue, un Cheminot est là pour faire mettre en place les voies directement sur wagons. Il est bien gentil mais pas très futé. En fait il nous explique que ce n'est pas son job, il remplace un collègue en RTT. Tout se passe lentement mais sans soucis jusqu'à ce qu'un chef vienne foutre le bazar,  sous prétexte que notre bonhomme ne porte pas un casque réglementaire avec jugulaire,  il le vire du wagon !  Du coup il y a plus personne pour la manœuvre finale. Laisse tomber,  on va te faire voir comment on bosse nous !  L'aide du grutier prend sa place,  moi j'élingue sur la semi. Soit disant que c'est prévu comme ça...bref je n'ai rien vu passer de tel, on va pas en faire tout un fromage,  un vendredi en plus !  
    Du coup à 10h30 c'est vide. Je sonne l'Horme,  retour à St Rambert 26. Remontée tranquille,  avec un stop repas et douche à Montélimar.  
    Au dépôt Rambertois je décroche la Turque et entreprend un sanglage pas évident d'un chargement de charpente sur ma remorque de la semaine prochaine. Ensuite je passe au gazole et adblue à Salaise avant de rejoindre mon domicile conjugal après encore une semaine SDF lol !  

  • Photos
  • Un lundi qui dĂ©bute bien
    voitures playmobil
    Tetris
  • Lundi 15 Mars 2021
  •  

     
     
    C'est ma chérie qui me pose au camion ce matin à 4h30. J'avais la flemme de parcourir les 800m qui me séparent de la maison au garage,  puis j'ai peur du noir. En même temps c'est sa semaine du matin,  4h30 c'est l'heure où elle part de la maison, autant en profiter !  
    J'ai fait un noeud à mon mouchoir,  on sait jamais si j'oubliais de récupérer ma semi à St Rambert. Les panneaux convois sont bien dessus,  Franky n'a pas bouffé la consigne vendredi soir. En plus il les a bien calés entre un poteau et la charpente,  il a même fixé avec du fil de fer,  j'en demandais pas autant (pouce en l'air ! )
    Je reprends l'A7 à Valence nord,  pas trop le temps de lambiner aujourd'hui,  comme souvent les lundi. Il pleut 3 gouttes vers Montélimar puis j'assiste à un magnifique levé de soleil vers Bollène,  ça m'émerveille toujours autant. Là tu te dis que non le covid c'est une invention de ton imagination,  le monde tourne rond,  le dérèglement climatique est une chimère distillée par les médias ,  et puis tu allumes la radio et tu tombes sur les infos,  et là boum,  tout s'écroule !  
    Aujourd'hui ma fille aînée a 20 ans,  putain la claque quand même...je l'appelle avant qu'elle parte chez elle à Lyon,  elle est toute fière de faire sauter le A au cul de la Clio. Plus de présentiel à la FAC depuis plusieurs mois déjà,  mais elle s'accroche ma grande, on est fier d'elle quand même !  
    Je fais tourner en bourrique mon GPS à Aix. Le chantier est juste après une sortie sur l'A8  mais il y a un pont interdit aux plus de 19t, qui est sous surveillance car particulièrement dégradé. Paraît même qu'il y a des capteurs de poids maintenant,  enfin c'est ce qu'il y a de marqué sur les papiers fournis avec le BL. Du coup dans le doute il faut descendre jusqu'aux Milles et faire demi-tour par la D9. Heureusement un collègue m'a bien briefé vendredi. J'arrive au dépôt de bus à 8h45 pour rendez-vous 9h c'est bien quand même!
    Le chef de chantier me fait mettre en place et commence à me vider avec un télescopique. Ils mettront quand même plus 2h tellement il y a du bazar sur la remorque, heureusement il y a une boulangerie pas loin, il y a même le café c'est royal! Je repars donc de Aix à 11h passées. Direction le 26. Je me pointe à 14 heures à Eurre. On m'a dit tu charges une passerelle de 12 m de long et 4 m de large, moi bêtement je pensais à une seule pièce, en fait c'est un kit et vu le nombre de morceaux on est pas rendu... en tout on aura mis plus de 3h pour tout empiler façon Tetris. J'en ai déroulé de la sangle! Franchement ce n'est pas le genre de voyage qui m'inspire beaucoup confiance. Je marque quand même des réserves sur la lettre de voiture. C'est Marc qui me prend en charge en VP, c'est un bon lui, très professionnel, du 5 étoiles! En règle générale chez nous on prend souvent les mêmes pilotes, on les connaît bien et mine de rien un bon guideur c'est beaucoup de soucis en moins.
    On fait 10 km et on s'arrête à un parking pour contrôler les sangles, on a bien fait c'est quasiment tout détendu. Je sens que le voyage va être long et pénible...
    On roule jusqu'au bout de mon amplitude, ce qui nous mène à Ampuis, à 5 km de la maison. Je reste au camion ça ne sert à rien de rentrer pour 9h.

  • Photos
  • Un bout d'autoroute en 4m
    Corbeil city
  • Mardi 16 Mars 2021
  •  


     
    Hier soir j'ai dit à Marc qui s'inquiétait de la proximité immédiate de la voie ferrée à côté de notre parking de ne pas s'en faire, il y a quasiment plus de trains qui circulent la nuit sur cette voie. J'aurais mieux fait de me la fermer, à partir de minuit ça a été infernal! Je pense qu'ils ont dû fermer la ligne de l'autre côté du Rhône et tout dévier le trafic par là... autant dire qu'on était pas bien frais quand on a mis les bouts à 4h30 ce matin. L'avantage de cette heure bien matinal c'est qu'on a été bien tranquille pour passer la vallée du Gier. Nous faisons tirer jusqu'à Roanne et nous nous arrêtons au resto« Tout le monde en parle». Un bon petit déj' et une douche et nous voilà requinqués pour la journée ! J'hésite sur l'itinéraire à prendre, soit Montargis, Sens, Bray-sur-Seine, Montereau, Fontainebleau et Corbeil,  ou bien alors passer par Orléans et la 2020 jusqu'à Étampes et repiquer sur Corbeil. On fait plouf plouf et c'est la première option qui est retenue. Bon en fait il y a eu d'autres critères qui nous ont incité à passer par là lol!
    Arrivé à Corbeil il me reste 40 minutes à rouler, il va falloir sérieusement penser à trouver pour stationner pour la nuit. D'autant plus qu'il commence à y avoir beaucoup de monde sur la nationale 7, et ça devient vite l'anarchie! Heureusement Marc est un vieux de la vieille, il sait s'imposer et anticiper les carrefour où on risquerait de se retrouver bloqué. On trouve un bout de trottoir assez large pour m'accueillir à Juvisy Sur Orge. Je ne gène personne ici. Il était temps il me restait 10 minutes pour faire 10h!  
    On part tous les deux avec la VP pour repérer la fin du parcours jusqu'au chantier à Choisy-le-Roi. Ça va être chaud à des endroits, mais ce serait pas rigolo si c'était facile! Du coup après nous filons directement à La Sénia, les deux routiers sont ouverts, nous choisissons L'Express. Pas trop mal mangé, un poil cher mais bon c'est la région parisienne qui veut ça!

  • Photos
  • Humm, j'adore...
    Un chargement facile
    Pshitt !
    Parking d'autoroute privatisé
    Morvan
  • Mercredi 17 Mars 2021
  •  


     
    J'ai pas trop mal dormi ici finalement, la circulation est quasiment nulle la nuit avec  le couvre-feu Au moment de partir je mets les feux en route, damned, les gyrophares à l'arrière de la remorque ne fonctionne pas,  ainsi que le feu arrière gauche et tous les feux orange latéraux côté gauche. Il est déjà 6h du matin, pas le temps de regarder ça pour le moment!  
    L'itinéraire des convois nous fait passer par le centre de Athis Mons, c'est interdit aux plus de 3 tonnes 5 mais ça passe en 4m, mais faudrait pas être en extra-surbaissée! Encore une ineptie bien française alors qu'il serait beaucoup plus simple de passer par la route qui longe les pistes de l'aéroport. On a failli être bloqués plus loin dans la traversée de Villeneuve le Roi, des camions sont garés au milieu de la route, et des arbres à droite empêchent de me serrer. Je suis contraint de faire un contresens, c'est du grand n'importe quoi !  
    Puis on arrive dans le vif du sujet, Choisy-le-Roi. On passe en plein centre pour accéder à l'usine de traitement des eaux, et malgré l'heure matinale c'est déjà blindé de monde. Pas que des voitures, mais des piétons en veux-tu en voilà,  et ça traverse n'importe où... entre le désir de ne pas accrocher un panneau ou un feu, et la hantise de shooter un piéton, il faut être hyper concentré. Un moment donné Marc se trompe de route, il va tout droit alors qu'on doit tourner à gauche. Je m'engage donc dans la bonne rue et je me retrouve sans VP devant. Du coup il me rattrape mais est obligé de rester derrière car c'est pas large pour doubler lol! On finit le dernier kilomètre comme ça, les rôles sont inversés c'est rigolo !  
    On est quand même arrivé à bon port sans anicroche, en 1h quand même pour faire 20 km. On nous fait rentrer, je me met en place sous la grue et, aidé du décidément bien sympathique Marc on défait la vingtaine de sangle. À 8h la grue est disponible pour moi. Je libère Marc et je recherche ma panne électrique. En fait ça vient d'un des deux branchement des gyrophares, il doit y avoir une masse quelque part. Comme il y a pas de fusibles sur ce tracteur mais des disjoncteurs j'ai pu tout tester sans rien cramer. Un bon point pour la marque ! Ça  va plus vite que prévu pour vider, à 10h je mets les bouts. Direction Les Ulis pour recharger, je suis prévu à 14h mais qui ne tente rien n'a rien! Bien m'en a pris, je suis le troisième et dernier camion à charger et ça arrange tout le monde de finir à midi. Impeccable tout ça il y a plus qu'à redescendre tranquille direction le 69.  
    Je m'arrête à Courtenay pour choper un café,  un pneu de la remorque me semble dégonflé, je le contrôle avec le manomètre du lot de bord fourni avec le tuyau de gonflage. En effet il est à 5 kg. J'entreprends de le regonfler, ça va vachement bien avec ça! On peut critiquer MAN mais il y a des trucs vachement bien, je connais pas d'autres marques qui fournissent un mano. Ça fait deux fois aujourd'hui que je trouve du positif sur mon camion, que m'arrive-t-il?
    Je descends à l'ancienne, sortie Avallon et N6 jusqu'à Chalon-sur-Saône. J'adore cette route à travers le Morvan,  et quand on la connais bien il y a moyen de tenir une bonne moyenne!
    Un stop douche à Mâcon, et je termine cette journée finalement pas trop mauvaise dans la zone de Genay, tranquille au bord de la Saône.

  • Photos
  • Meyzieu
    C'est beau !
    le lac d'Aiguebelette
    le Vercors bien bâché
  • Jeudi 18 Mars 2021
  •  

    C'est vraiment le bon plan parking ici, pas un bruit à part le murmure de la Saône.  Il y a pire !  Juste quand je prenais mon café il y a un gugusse en Dacia qui est passé au ralenti en me regardant bien. Certainement quelqu'un de maniaque car il faisait plein d'essais de freinage. Il voulait peut-être que je vérifie ses feux stop lol...

    Avant de partir je regonfle une dernière fois le pneu,  il est tombé à 4kg cette nuit.

    Je mets 45 minutes pour rejoindre Meyzieu. Du coup comme je suis en avance je vais à la boulangerie Goupil,  comme le renard, pour la mission la plus importante de ce matin,  en l'occurrence café-pain aux Raisins et pains tout court pour midi. C'est donc le coeur léger et l'estomac rempli que je me rend chez mon client. Ici ça vide au pont,  ça ne pinaille pas. En étant le deuxième camion j'en repart à 8h30.

    Borys me confirme mon taf du jour,  et je retourne direction le dépôt pour changer de remorque. Je me fais avoir comme un bleu à Communay,  c'est tout bouché,  conséquence d'un énième accident sur le pont de Chasse,  le pont de la calamité...j'y laisse une petite demi-heure,  ça ne prêtera pas trop à conséquence aujourd'hui.

    Je fais mes pleins plus un lavage tracteur et semi. Claude profite que je sois attelé pour changer la roue avec le pneu crevé, puis je décroche pour reprendre la vieille surbaissée Baude en 4 essieux directionnels. Ça fait une éternité que je l'ai pas trainée !  Allez,  direction le 73, avec une petite coupure de 20 minutes à Aiguebelette. Le temps est pourri,  il tombe une espèce de neige fondue et le vent glacial ne m'incite pas trop à mettre le nez dehors pour profiter du paysage. C'est souvent comme ça ici,  entre les deux montagnes le temps change radicalement !

    J'arrive juste pour la reprise de 13h30 à l'usine. Ici ça va pas trop mal,  le cariste me charge mes 4 caisses en 15 minutes,  le plus long c'est le sanglage. Mon collègue Pierre déboule sur ces entrefaites,  du coup je l'aide pour arrimer les siennes de caisses. Il va pas pouvoir descendre plus bas que Montélimar à cause de l'amplitude,  c'est pas la peine qu'on s'attende.

    Je fais une trente à Valence,  que je mets à profit pour me doucher. Ensuite plus qu'à descendre tranquillement jusqu'à Montpellier où je trouve une place de choix pour me restaurer et dormir.

  • Photos
  • Port de Sète
    Pont St Esprit
    Beuuuuurk !
  • Vendredi 19 Mars 2021
  •  


     
    Il fait bien frais ce matin,  avec toujours ce petit vent bien désagréable. Avant de partir je gave l'hydraulique de la semi. Je sort de ma place en crabe car je suis serré près d'une bordure et on m'a collé devant et derrière moi pendant la nuit. Pas grave ça le fait bien avec la télécommande !  
    En 45 minutes je suis au port de Sète,  qui est maintenant devenu une place forte Turque depuis que le trafic avec la Turquie ne se fait plus avec Toulon. Ici c'est le fief des Ekol et consorts.  
    Le gardien me dirige vers le manutentionnaire et me dit qu'un collègue à moi était déjà arrivé sur place. En effet,  visiblement Pierre est tombé de la couchette ce matin. C'est souvent le vendredi que ça arrive,  je suis pas le dernier dans le lot !  
    A 8h on nous dirige vers les quais. Branle-bas de combat pour désangler, le cariste est déjà en place,  moteur tournant.  
    9h, nous repartons vides. Marseille n'a qu'à bien se tenir,  il existe dans la région un port bien plus performant...
    Retour direct au dépôt. On croise Steph et Flo au péage,  avec les dernières caisses de ce lot pour les émirats arabes.  
    Pierre me sème rapidement. Pour ma part j'opte pour un bout de nationale entre Remoulins et Montélimar,  ça fait un bail que je n'y suis plus passé.  
    Casse dalle à Montélimar,  puis retour sur l'A7 qui se charge bien.  
    Je suis au dépôt vers 14h30, il y a bien du monde déjà. Je vais prendre mes instructions au bureau. Lundi c'est extra-basse et gros bâchage, tiens ça faisait longtemps !  Pour finir de m'achever Gilbert arrive avec un sac rempli de magnifiques autocollants jaunes. J'ai bien tenté de le dissuader d'en coller sur mon tracteur,  ça l'a bien fait se marrer !  Snif !  
    Allez,  je me console en pensant que demain je reprends la deuxième claque de la semaine, ma cadette aura 18 ans !  

  • Photos
  • Costaud
    Hop, c'est bâché !
    La police se modernise
    Les bouchons de retour Ă  Lapalisse
  • Lundi 22 Mars 2021
  •  


     
    Samedi ma cadette a fait ses premiers tours de roues avec sa voiture,  seule. Je l'ai briefé avant ,  puis comme j'avais un voyage à faire à la déchetterie je lui est proposé de me suivre. Elle s'est débrouillée comme une cheffe !  Ce matin c'est direction le lycée,  12 bornes à faire, elle se fera main. Ça fait drôle quand même !  
    Je suis au dépôt vers 6h, j'ai le temps pour faire les pleins,  installer mes affaires et boire le café avec Philippe et Yvan,  l'un de nos pilotes d'élite ! Ensuite go St Étienne, aujourd'hui j'ai un chargement à faire avec bachage. Gros boulot ! La machine fait 5x3x4.10, 23t. J'ai pris une bâche de 12x10 et par sécurité une de 9x6. C'est la maison Chenet qui assure le chargement avec un bras de grue,  une 175t la mémère quand même ! Il faut d'abord sortir la machine de l'atelier,  chose effectuée avec les gros patins à roulettes tirés par le fen. Comme toutes  les machines outil le poids est déséquilibré,  là en l'occurrence c'est côté gauche le plus lourd. On fait plusieurs essais et il s'avère que le mieux c'est 50cm à l'extérieur côté droit et aucun dépassement côté gauche. Il y a encore un déséquilibre,  heureusement j'ai une remorque à essieux pendulaires hydrauliques,  grâce à ça je peux compenser en relevant le côté gauche. Quelle magnifique invention ! Ensuite je chaine la machine à la remorque. Un emballeur met une bâche plastique par-dessus puis avec le pont on monte la 12x10, le plus long côté dans la largeur. Ça tombe nickel,  il y aura pas besoin de la 9x6, toujours ça de gagner !  
    J'ai le droit de rester à l'intérieur pour attacher la bâche,  c'est toujours mieux car dehors il y a du vent. On dirait pas mais c'est  le plus long à faire. Il faut tout fixer bien comme il faut,  mettre des sandows tout le tour et finir avec des sangles. Ça m'a quasiment occupé 2h30 !  
    J'ai bien mérité la douche avant de partir !  Il est 15h, je vais rouler 4h30 ça ira bien pour aujourd'hui. A Moulins ça à bien cartonné de l'autre côté,  à la fin de la 2x2 voies,  un camion a complètement défoncé une voiture,  les pompiers étaient en train de découper la carosserie. C'est moche...
    Je déclare forfait avec 4h25 de guidon à Cosne sur Loire,  j'ai dégoté une petite impasse dans un rond-point vers la zone commerciale. Tranquille pour me remettre de ma journée !

  • Photos
  • Aqueduc de la Vanne
    La riante traversée de Chalon en Champagne
    Vers Suippes
    Magnifique Picasso
    Olivier le belge super sympa !
  • Mardi 23 Mars 2021
  •  


     
    Super bien dormi ici !  Pas besoin de mettre le réveil ce matin,  aujourd'hui c'est que de la route. Bon on se refait pas,  à 6h30 j'avais les yeux grand ouverts,  pas la peine d'insister. Je démarre à 7h30, je vais garder l'itinéraire des 2ème par la vieille N7, quand on peut faire des économies...
    Je me paye même le luxe d'aller courir une petite dizaine de kilomètres dans la vallée de la Vanne, c'est pas une blague lol !  
    Je complète mon gazole à  
    l'Acces de Semoutiers puis une bonne douche,  ça me permet d'arriver sur Chalon en Champagne pile à 14h, l'heure légale pour les convois. Je met une 30 à Attigny 08, j'avais reperé la dernière fois en passant du vieux matériel ferroviaire à l'ancienne gare. Séance shooting photos obligée ! En fait c'est une association qui propose des balades en autorail dans la campagne Ardennaise,  ce doit être joli.  
    Je fais les comptes,  il me reste pile 4h30 pour faire 10h, ça devrait le faire. Je rentre en Belgique à Gué d'Hossus et en avant par l'itinéraire 90t, 4.50 et les routes archi-defoncées ! Cet fin d'après-midi ça roule plutôt bien et c'est tant mieux !  Même à Namur et Jambes,  c'est dire...j'appelle l'ami Olivier,  Aniverlo pour les intimes,  il me guide pour les derniers kilomètres. Il me sauve la vie,  il y a un pont où on avait un gros doute pour passer dessous. Du coup comme mon client est à nonante et quelques mètres de chez Galliker il propose de venir me faire coucou après son service vers 21h30. Pas de souci,  je me gare vers 20h30 avec 4h20 de CC. impec !  
    Le temps de manger et de faire ma petite vaisselle le voilà qui déboule avec un 7UP chacun. Au pays de la bière,  sacrilège !  

  • Photos
  • Superbe le 164 !
    il ne faut pas se fier aux apparences...
    Coucou !
    Breizach by night
  • Mercredi 24 Mars 2021
  •  

    Mercredi  
     
     
    Ici c'est bien, à 100 m il y a une boulangerie qui fait le café. Je me fend d'un cappuccino crème chantilly et d'une gaufre maison fourrée à l'abricot, je sais c'est pas bon pour ce que j'ai mais alors c'est une tuerie de chez tuerie!
    Du parking j'ai une vue imprenable sur le poste de garde. Un magnifique Scania Topline 164 arrive, avec sur son porte engin une petite grue. Petite mais costaude,  elle lève 50 tonnes sans déplier le mât. A elle seule elle pèse 38 tonnes, c'est un modèle électrique avec radiocommande et comme elle est basse elle peut rentrer à l'intérieur des usines sans problème. Bref, c'est un petit bijou de technologie! En discutant avec le chauffeur j'apprends que le 164 à seulement 300000km pour 18 ans! Il est peut-être à vendre, si c'est le cas on va se l'arracher à prix d'or !  
    On se met tous en place, je défais tout mon barda et avec la grue on enlève la bâche. Ensuite c'est au tour de la machine, le grutier me confirme le poids du bestiau, 22 tonnes 500 exactement. Les monteurs qui pour le moment n'ont rien à faire m'aident à plier la bâche. Ils sont sympas,  c'est la même équipe qui était en Pologne l'été dernier, j'avais encore le FH, ça fait une éternité...
    À 10h30, je suis de retour au poste de garde, ça a marché mieux que sur le plan ! Petit coup de fil à la tour de contrôle, Borys attends une confirmation. Je me cherche un coin tranquille dans le zoning comme
     on dit ici. À 11h30 toujours pas de news, je décide de casser une croûte, la gaufre de ce matin est déjà loin.  Je rappelle à midi au cas où on m'aurait oublié,  j'ai la confirmation que je peux aller charger mais que demain matin en Allemagne avec un complément en France. J'ai un peu moins de 500 bornes à faire,  que ce soit par l'Allemagne ou bien par le Luxembourg c'est kif-kif. Finalement j'opte par l'autoroute des Ardennes, la N4 belge et ressortir en France à Mont-Saint-Martin. Ça me semble plus judicieux niveau économiquement parlant, et en plus je peux faire mon gasoil à Martelange. Si j'avais su hier je n'aurais pas refait le plein complet en France, tant pis. J'hésite à passer par Nancy Saint-Dié le col du Bonhomme pour rejoindre Colmar,  ou bien par l'A4, pour savoir je téléphone au local de l'étape, Samu 88. Il me conseille le Bonhomme, pas de souci il va pas neiger avec 17 degrés aujourd'hui !  
    Je m'arrête avant Metz pour la douche. La nana me dit que j'ai de la chance d'être français sinon pas de douche...normalement ils ont interdiction de l'ouvrir,  car c'est désinfecté mais elle fait une exception pour nous. J'ai absolument rien pigé mais j'ai pas insisté,  le principal c'est que je me lave !  
    Hormis le fait que  je perds une trentaine de minutes vers Nancy à cause d'un accident,ça roule super bien.  Ça faisait une éternité que j'étais pas passer par le col, et je suis surpris par le nombre de camions, principalement que des étrangers! La traversée de Colmar avec le couvre-feu est une formalité, ensuite je coupe à travers pour rejoindre Neuf Brisach, je traverse le Rhin j'arrive à Breisach, c'est là où je charge demain. Au moins j'aurai pas coûter cher en taxes allemande à mon patron lol!
    Je me trouve une place Royale dans la zone industrielle à 4 km du client,  muy buene comme on dit par ici !  

  • Photos
  • Les blocs en Allemagne...
    ...et le reste en France
    Il faut pas craindre
    Plus assez de Roumains ?
    Bonne régule !
  • Jeudi 25 Mars 2021
  •  

    Jeudi  
     
    Je charge du béton,  je cherche sur la route indiquée par l'adresse. Il y a que ça !  Je tente au hasard la première usine,  le gardien rigole quand je lui demande si il parle français, ben quoi les alsaciens de l'autre côté cause bien allemand non ? En anglais il m'explique que mon client est à côté,  juste 100m plus loin.  
    Ils sont bien gentils dans cette boutique,  le cariste au premier abord à l'air bourru et un peu benêt, mais il est adroit, c'est déjà bien. Je charge 4 cylindres,  en lignes lol ! Trois en bas et un sur le passage de roues. Je veux qu'il les serrent les uns contre les autres,  nein,  pas question !  Il me fait comprendre que ce que je charge en France se fixe sur les cylindres, il faut de la place. Je chaine tout bien comme il faut,  je rajoute même des sangles en retenu. Le cariste est content apparemment,  vu comment il baragouine tout en mettant le pouce en l'air. Ensuite papiers et je repasse de l'autre coté. C'est à une trentaine de kilomètres,  je coupe à travers la plaine d'Alsace et des villages aux noms imprononçables et aux maisons colorées,  pas toujours de meilleur goût. Certaines en violet ou jaune criard,  bof !
    L'usine est flambant neuve. Je sonne,  on me dit de me placer directement sous le pont. Arrive un bonhomme sur une nacelle,  il accroche une pièce métallique, cylindrique aussi et toute en hauteur. Je comprends enfin à quoi ça correspond,  ça s'encastre dans les cylindres béton qui seront semi-enterrés,  ce sont des poubelles !  
    Trente minutes plus tard je repart.  Good job !  
    Je mange un morceau de saucisse après Montbeliard, of course. Je décide de garder l'autoroute, le chargement n'est pas des plus stables. Je fais ma trente à Bourg en Bresse,  je tente la douche mais il y a déjà 4 chauffeurs qui attendent. J'abandonne l'idée...
    C'est le bazar sur la rocade lyonnaise,  et l'A7 roule au pas jusqu'à Vienne,  merci les agriculteurs !  Je pigerai jamais cette manie de bloquer ceux qui bossent pour revendiquer quelque chose. Ça doit leur en toucher une sans réveiller l'autre au ministère de la rue de Varenne...
    Je stoppe à Roussillon,  là il y a des douches en pagaille ! Oui mais pas d'eau chaude.  Je me fais violence pour me laver, vache, ça fouette les sangs !  
    Je termine ma journée à Portes les Valence,  in-extremis pour valider enfin une onze correcte !

  • Photos
  • Pas large
    C'est beau l'Ardèche quand même !
    Nouvelles décos...
    ...une page se tourne !
  • Vendredi 26 Mars 2021
  •  

    11h01, c'est bon je peux partir. Je rejoins le pont pour traverser le Rhône,  et ainsi rejoindre l'Ardèche. Je monte à Alboussière,  c'est sur la route du Puy qui part depuis St Peray,  Phil City. Il y a quelques virages pour monter là-haut. J'ai le 06 d'un contact sur le chantier mais il est injoignable depuis hier,  nous voilà bien ! Arrivé en haut sur le plateau je m'arrête sur un arrêt de bus. Une Clio se gare derrière,  le pilote vient me voir. C'est lui, mon fameux contact coup de bol !  Du coup je le suis. Plus loin il y a la grue qui se joint à nous,  et on se suit à la queue-leuleu jusqu'au chantier,  dans un hameau en pleine pampa.  La grue me décharge les deux premières poubelles et les mets en place. Ça attire les curieux,  il y a même le correspondant du Dauphiné,  en bleu de travail !  Je m'inquiète pour faire demi-tour,  ici c'est impossible. Pas de panique il y a un "grand carrefour " 500m plus loin. Mouais,  heureusement que j'ai les essieux directionnels et la télécommande,  jamais je tournais là sinon !
    Le deuxième point de livraison c'est sur la grand-route,  l'autoroute des ardéchois. Le sol est mou sous mes roues, heureusement il a pas plu ces derniers jours !  A 10h30 c'est marre,  je suis vide. Je dis au revoir à tout le monde et me sauve. J'attends d'être en bas dans la vallée pour appeler,  monsieur Bouygues a oublié de poser un relais sur le plateau. Je rentre au dépôt,  je m'en doutais bien. Je remonte par la 86 jusqu'à Tournon puis la 7 jusqu'à Chanas. Gros boxon au rond points,  ils refont les lignes blanches avec leur trottinette motorisée. Je termine les restes du frigo sur l'aire de repos après la côte de Roussillon,  celle qui a les bordures vachement hautes et serrées. Les marchands de pneus locaux font des affaires ici !  
    J'arrive à 13h au dépôt,  personne au lavage,  j'en profite. Ensuite les pleins, puis,  il m'arrive un truc de dingue,  je raccroche ma remorque !! Je fais le point sur les elargisseurs,  il en manque deux. J'en fauche sur la remorque à Flo,  de toute façon le chargement dessus est encore reporté aux calendes grecques...
    16h, c'est bien pour rentrer. Je ramène mon ensemble à Condrieu vu que lundi je charge dans le 26.  
    Bon week-end à tous, profitez bien du soleil enfin de retour !   
     

  • Photos
  • le Tetris du lundi
    Baroudeur
    Garde Ă  vous !
    Le Brionnais c'est reposant
  • Lundi 29 Mars 2021
  •  


     
    Le samedi d'habitude je court par les chemins,  ça s'appelle du trail . Pour changer j'ai ressorti mon vieux VTT, ça c'est conclu par une double crevaison,  coup sur coup. Avec une seule chambre à air de rechange j'ai terminé à pied,  tout penaud en poussant mon vélo. Heureusement j'étais à un kilomètre de chez-moi...
     
    Ouch ça pique de se lever à 3h45 le week-end du passage à l'heure d'été !  Autant avant j'adorais les journées à rallonge, maintenant ça me gonfle plus qu'autre chose.  
    Je trainasse pas pour avaler un grand kawa et deux tartines de confiture,  j'ai 10 grosses minutes de marche pour arriver au garage. Et oui, mon épouse aimante n'a pas voulu se lever pour m'emmener. Mais où va t'on !  
    J'ai rdv à 6h à Valence pour charger le voyage du siècle à vider en foulée à...Romans. 19km ! Le chargement prend 2h30, je me les pèles en mettant les Chevrons au fur et à mesure. Ça va que le cariste est sympa et efficace sinon je serai en train de finir ma nuit dans la couchette. C'est pas drôle pour lui aussi,  faire un Tetris niveau 12 le lundi matin à froid,  pour éviter que les bouts de charpente se termine en Mikado !
    A 8h45 je file en bascule,  44t125. Le basculeur me dit que c'est pas assez,  il en manque un peu...heuuuu ! Le temps qu'il pointe tout il est 9h30, c'est bon on va pas y passer la journée non plus. Il décide de me libérer. A Romans je me présente directement à l'usine,  mauvaise pioche le chantier est à l'extérieur,  uniquement accessible depuis la rue. De toute façon y a rien qui urge,  un camion est en train de vider, depuis 8h, ça promet. Je me met enfin en place à 11h, et comme je suis mauvaise langue à midi je suis vide. J'ai anticipé donc j'ai mangé. Vite vite je file direction Roanne,  ça va il y a que 210 bornes lol !  Pas le temps de siester,  et pourtant c'est pas l'envie qui m'en manque !  
    Au départ le GPS m'indiquait 15h, je lui fait fermer son clapet en lui mettant 20 minutes de moins,  non mais Who's the boss ??
    Les formalités au poste de garde durent une éternité,  en plus le gardien n'arrive pas à me valider un badge. Au bout du sixième il abandonne et décide de me faire rentrer en manuel. Satanée machine !   
    Je met en place,  prepare les rampes,  les elargisseurs,  les chaînes,  les panneaux et gyrophares. Les deux chargeurs arrivent avec un 8x8 blindé transport de troupes. L'un d'eux me demande si je veux le monter moi-même,  hors de question je suis pas habilité à mener ces boites de conserves kakis ! Ils se formalisent pas,  et me montent le bestiau sur ma semi comme moi je monterai un vélo ! 28t pour 8m de long et 3 de large,  je le fait placer au centre de gravité de la remorque. On fait les papiers et je peux m'occuper de l'arrimage. Ils sont pas pénibles ici, au revoir et à la prochaine ;c'est cool car je déteste qu'on me tourne autour pendant que j'attache.  
    Je décolle à 16h15, ça n'a pas pinaillé et c'est tant mieux il me reste 3h30 d'amplitude pour avancer un peu. Je rejoins Digoin puis la RCEA jusqu'à Chalon-sur-Saône,  ensuite autoroute. Il me reste 5 minutes lorsque je me pose à Dijon Spoy. Il reste de la place,  et cerise sur le gâteau les douches sont neuves et sur les 5 il y en a une de libre. Je savoure ce moment après une journée un peu compliquée.  

  • Photos
  • c'est imposant quand mĂŞme !
    Vise juste !
    les Vosges c'est beau !
    on monte un Syndicat ?
    autocollant miniature
  • Mardi 30 Mars 2021
  •  

    Je démarre à 6h30 précise, j'aurais pu partir plus tôt mais je préfère me garder de l'amplitude sous le coude afin de valider une onze ce soir. Anticipation.  
    A 8h je téléphone à mon contact à Mailly-le-Camp,  je m'annonce pour 9h15 là-bas,  ça lui convient, bah ça me va aussi alors. Je sort à Arcy et de là il me faut à peine plus d'une trentaine de minutes. Il faut traverser tout le patelin pour accéder au camp,  ça passe pas trop mal hormis vers les travaux où c'est bien juste en 3m. Il me faut manœuvrer entre les engins de TP,  il y a un Tabac juste à côté et 5 ou 6 bidasses qui me regardent faire, s'attendant peut être à me voir accrocher leur jouet sur ma remorque,  finalement tout se passe bien,  ils sont peut-être déçus...
    Carte d'identité contre un badge à l'entrée,  j'ai même eu l'honneur d'un garde à vous de la part du militaire chargé de m'ouvrir le portail d'accès,  c'est trop,  merci !  
    On me fait mettre en place devant les garages et comme hier on me demande si je veux le descendre...ça va pas non ? Du coup on va m'envoyer un pilote. Je demande un délai de 15 minutes,  le temps d'installer les rampes et de détacher l'engin. Un jeune arrive,  c'est lui qui va le descendre,  il s'installe et fait chauffer le D13 Volvo de 550 bourrins,  et moi je me met devant pour le guider. Il veut aller vite,  ça me fait peur. Il ripe un peu sur les rampes et une roue se retrouve à l'extérieur,  ouf, il en reste encore pleins dessus. Visiblement ça le fait marrer,  je soupçonne que ce soit volontaire pour me faire flipper !  
    Séance musculation pour tout ranger,  ça pèse un âne mort les rampes et les elargisseurs.  Papiers et café offert par mon contact,  en fait un civil détaché par l'usine  à Roanne et qui bosse ici. Il m'explique un peu la gamme de leurs produits,  comme un vendeur de bagnoles le ferait. On verra plus tard,  pour l'instant ça m'intéresse pas trop on vient d'acheter une 308 et on est un peu juste lol !
    Allez il est temps de filer vers d'autres aventures,  juste un arrêt à la boulangerie du bled et go,  direction la Vosgie. N4, Nancy,  Epinal,  un stop gazole à St Nabord et le Syndicat pour charger 2 modules en 3m.  Ça charge tellement bien que je suis obligé d'attendre pour repartir que les compteurs se remettent à zéro.  
    Je vais passer au plus rapide,  Epinal et reprise de l'A31 à Bulgneville jusqu'à Langres,  puis A5 direction Paris. Je trouve une place nickel à la tirelire de Ville sous la Ferté pour valider comme prévu ma première onze. 696km en 8h50, yabon non ?

  • Photos
  • la croix verte, maintenant c'est tout shuss !
    il a failli me rendre dingue le Poupou du 78 !
    accès pourri...
    le nouveau dépôt de la STAF à Mitry
  • Mercredi 31 Mars 2021
  •  

    Hier soir le TML m'a rejoint sur mon parking. Le TML c'est le dernier qui a chargé hier,  il est prévu pour 9h au chantier,  il sera à la bourre,  du coup pas besoin de m'affoler !  
    Il est parti après ses 9h de coupure à 5h30. Moi je décolle à 6h. Arrivé au péage des Eprunes j'ai la mauvaise surprise de constater qu'il y a pas de voie large,  c'est chaud patate en 3m ! La Francilienne passe pas trop mal hormis le sempiternel bouchon de Villevaudé,  et gmap est plus que pessimiste concernant l'A86. Je fais le tour par CDG et de nouveau la Francilienne,  d'autant que maintenant le bouchon de la croix verte à sauté en même temps que le rond-point !
    Un bout d'A15 jusqu'à la sortie 5. Pour rejoindre Sartrouville il y a pas 36 solutions,  la D392. Je me retrouve derrière un cycliste d'un âge avancé,  je le double dès que je peux. Plus loin je m'arrête à un feu et là le voilà qu'il me double et crame allègrement le feu. Je me retrouve derrière lui pile où ça se rétrécit,  impossible de le dépasser,  je suis contraint de rester derrière Poulidor à la vitesse d'un escargot sous Xenax pendant un bon kilomètre. Heureusement il prend une rue à droite,  me libérant le passage et m'évitant une crise de nerf !  
    J'arrive à 10h10, le TML a posé son premier module. On me fait rentrer à 11h, c'est archi-tordu et il faut faire de l'escalade sur les trottoirs,  super !  Midi,  je suis vide. Il faut ressortir à reculons et à contre-main dans la rue au milieu d'un nuage de poussière déclenché par le moteur qui souffle par le dessous.  
    Pour le moment il y a rien à recharger. Je trouve une rue tranquille pour tanker,  à Gennevilliers. A 14h30 je vais aux nouvelles,  toujours rien,  je peux filer. Du coup j'attends encore 45 minutes,  comme ça je fais 3h qui me permettent de valider 11h ce soir. C'est compliqué,  c'est RSE !
    Je redescends dans le 88, et la N4 a réouverte aujourd'hui,  ça fera économiser de l'autoroute.  
    Un stoppe douche à la total de St Dizier,  et je termine mes 15h d'amplitude à Pagny sur Meuse.