Cap sur Opole (PL) en humanitaire avec le LP Henri Fertet de Gray

Professeur au LP Henri Fertet de Gray (70) section conducteur routier Quirici Stephane, est un fervent lecteur de FDR.
Le 7 mai ils ont fait un voyage humanitaire pour l’Ukraine à destination de la Pologne à Opole pour être précis.
Récit :

Samedi 7 mai 2022, 10h c’est le jour du grand départ du convoi humanitaire solidaire aux Ukrainiens à destination de Opole

Le projet prend vie grâce à Thierry Billier, professeur conducteur routier au lycée Henri Fertet-Gray, et de Béatrice Thevenon, professeur de physique et Dnl, au lycée Cournot-Gray. Ce dernier est jumelé avec le lycée Copernic à Opole en Pologne.
En mars, nous sommes informés, par Bojena et Gossia, nos correspondantes polonaises, de la situation d’accueil de 20 000 réfugiés Ukrainiens surtout des femmes et des enfants, et de la difficulté à aider toutes ces personnes qui vivent l’horreur de la guerre.
Le cœur parlant,  c’est un appel à la solidarité qui est lancé dans le secteur de Gray. Particuliers, supermarchés,  pharmacies,  écoles primaires,  collèges, lycées ont participé à cette grande collecte qui représente 140 m3 de marchandises qui ont été acheminées avec un porteur Daf  et un train routier Renault premium 450,  qui a fait son dernier grand voyage avec nous, un nouveau train routier arrive début Juin.

Six professeurs et six élèves sont volontaires pour participer à cet élan de générosité et mener à destination les marchandises.
1285 kms plus tard, « pieds dedans », car non soumis à la RSE en tant que convoi humanitaire,  nous arrivons à Opole le lundi 9 mai à 10h,  journée de l Europe, pour livrer. Que d’émotions en descendant des véhicules.  Des milliers de MERCI ne cessent d’être dits pour être venus en aide aux réfugiés.
Des bénévoles étaient présents pour nous aider à décharger. Les dons ont été triés et redistribués le jour même.
Le mardi 10 mai l’heure du départ a sonné. Retour à vide de marchandises mais plein de souvenirs dans nos têtes, d émotions dans nos  cœurs.
Le retour s’est bien passé sauf qu’il ne faut pas faire confiance à la réserve d’un vieux premium 450 (ou il voulait nous faire le coup de de la panne pour ne pas rentrer).

On a désamorcé juste devant une aire de repos au niveau de Baden Baden, mise en pratique pour les élèves du basculement de cabine et réamorçage, notre bon vieux camion est reparti pour nous ramener à la maison, nous qui avons la chance d’en avoir une.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.