Pat56 – La BIO

Patrick est un routier breton qui nous raconte ses péripéties dans un livre paru sur le site.Il a connu la Suéde, l’Angleterre, le Maroc, la Roumanie, l’Irak, et une bonne partie de l’Europe .Il a aussi connu les longs parcours, les déboires et les gros soucis de la vie…..

  • Nom : LE BREC PATRICK
  • Date de naissance : 28.04.1955. à Vannes (56)
  • Différents métiers dans le transport : Frigo, baché, benne. Porteur, semi et Camion-Remorque
  • Mes Camions : Berliet Gr200, GR 260 Gr 320 Daf 250, dktd280, dkse310,dkx360, 500 ssc, XF 430 sc, XF 500 SSC. Saviem SM 240, 300 Renault, R340, AE380 Iveco, turbo star 330, daily, Stralis. Scania, LB140, 113.380, 124.400 Volvo, F88, F89, F12, FH 480, FH 520
  • Situation personnelle : marié deux enfants une fille  et un gars
« J’ai la nostalgie des années 70, au moins on était routier, maintenant on est simple ouvrier, c’est tout ».

Itinéraire : 

  • la Suède avec des pommes pour Stockholm.
  • l’Angleterre, à 50 km de Douvres avec des pommes.
  • au sud le maroc, Marakech, avec des pièces mécaniques usagées.
  • Yasi en Roumanie, à la frontière Russe, voyage humanitaire.
  • Bagdad en Irak.
  • Pays Basque.

 

Photos :

Quand j’étais tout petit, je rêvais d’être routier. Je ne connaissais rien aux camions, mais j’avais sans doute le goût des voyages par mon père qui était marin sur les pétroliers de la Shell.

En 1971, je rentre enfin dans une école de routiers à Poitiers, pour faire un CAP conducteur routier mécanicien en deux années. En juin 1973 avec le CAP et les permis en poche, je pensais commencer à rouler. mais une « magouille » entre ma mère et le sous directeur a fait que j’ai rempilé pour faire une quatrième transport. En fait c’était du bourrage de crâne pour les fils de transporteurs, et je n’étais pas motivé du tout. Donc je laisse tombé et le 02.01.1974, je trouve mon premier volant. un Berliet GR200 en porteur, caisse ridelles bâchée avec capucine, pour faire de la France. C’était chez les Transports René Philippe de Janzé 35, très connus à cette époque.

Dans le boite il y avait des camions remorques qui faisaient de l’inter, Espagne Allemagne et beaucoup d’Italie, poudre de lait et peaux de vaches à l’aller et carrelages au retour. Le jeune que j’étais avait envie. Au bout d’un an j’ai eu droit à un Berliet GR260 toujours en porteur. Puis à force de persuasion, j’ai pu enfin avoir mon camion-remorque et faire de l’Italie, c’était un Berliet GR 320 avec un porteur de 11 m et une petite remorque à deux essieux derrière, le tout sur 4.20m de haut, bonjour le balan.

A force de faire l’Italie, je voyais des camions faire du Moyen Orient, Stouff, VIT, Carry, etc…. Ca me tentait. Prenant mon courage à deux mains, je vais à la Stouff à Annemasse. Banco, quelques semaines après j’avais un télégramme pour embaucher.

J’ai eu le droit à deux tours d’Irak, dont le dernier qui a failli mal tourné. En arrivant la boite avait déposée le bilan.

Retour aux sources et donc chez Philippe, mais là j’étais en punition, j’ai eu un Daf 250 toujours en camion remorque et toujours sur l’Italie, et toujours un tour par semaine Bretagne / Santa Croce près de Pise, quand il n’y avait pas de grèves.

Durant cette période je passe l’attestation de capacité par correspondance, malgré les heures que l’on faisaient à l’époque. Un collègue qui avait un Daf 340 partait le dimanche soir de Rennes pour Rome, puis de Rome montait à Paris pour vider, et il rechargeait le vendredi chez nous. Ce serait maintenant………..

1978, je change de boite, je suis aux transports Nivès de Vannes, avec un Saviem SM 240, j’envoie des cheminées sur Cologne en Allemagne. Au bout de quelques mois, je me trouve chez Schambourg à Vannes, avec un Volvo F89, pour faire de l’Allemagne, Hollande.

1979, je me marie et logiquement, je cherche à faire de la zone courte, je vais chez Ridel à Questembert, puis le Gal à Vannes, chez eux j’ai tenu deux mois, et c’est un exploit, d’ailleurs j’attends encore mon certificat de travail.

Enfin en 1982, j’embauche dans une vraie boite de transports, Le Roy à Rennes, avec du matériel en bon état et suivi par un chef d’atelier hors pair, Mr Gendrot et des mécanos supers. De bons dirigeants et des succursales organisées. C’est donc là que j’ai commencé comme tractionnaire, je louais mon tracteur, un Daf 3600 et mes cartes de gas-oil et d’autoroutes puis en fin de mois on faisait le décompte et j’avais la différence. Mon premier tour c’était en juillet 1985. Avec le bilan de fin d’année, j’ai pu acheter un Renault R340, j’avais mis un chauffeur chez Le Roy, moi j’avais trouvé un contrat de traction chez Hautière pour les usines Renault.

Puis la connerie, étant juste en trésorerie, j’ai pris le risque de prendre deux autres tracteurs, avec hélas des brêles comme chauffeurs. Dont un qui m’a viandé un ensemble frigo à Usseau sur la route Niort La Rochelle. J’ai donc déposé le bilan et je suis reparti seul avec un Ivéco turbo star. Le hasard d’une rencontre dans une usine, a fait que j’ai commencé à transporter de la ferraille sur l’Espagne à partir de 1987. Descente en ferraille et retour à vide au début puis avec des ardoises. En 1995, j’ai un accident avec mon Magnum, et ma benne neuve. J’achète une Daf 500 SSC, super génial.et je continu ma ferraille. Voulant gagner plus ce qui est logique, je supprime les intermédiaires, je monte ma société d’import export, j’achète et je revends ma ferraille directement. Puis encore plus fort, je monte une autre société au Luxembourg. La première vends la ferraille au Luxembourg avec le minimum de bénef et la seconde la revends en Espagne avec le maximum de bénef. le tour est joué.

 

Mais un beau jour de 1999, contrôle fiscal, quand le fisc s’est aperçu du manège, ils ont considérés que toutes les factures de la société française était fausses, donc trois ans de fausses factures, avec escroquerie à la TVA, etc.. Saisie des camions, de la grue, des voitures, de la maison tout quoi, et Le Brec en prison préventive. Deux mois de tôle, avec des doutes des peurs, sans savoir de quoi l’avenir sera fait. Puis en sortant on recommence à zéro en attendant le procès, sans savoir le résultat. J’ai racheté un petit Daily et j’ai fait des petits lots. Je gagnais bien ma croute, mais au bout de deux années, le daily était à bout de souffle, 300 000 km. J’ai donc décidé avec mon épouse d’arrêter et de prendre une place chauffeur, chez Dejan à Vannes, qui fait partit maintenant du groupe Rouxel. Le lendemain de mon embauche, je passe au tribunal, là sur le cul, 48 mois de prison don 15 mois fermes et le reste en sursis. J’ai quand même gardé ma place car j’ai eu la possibilité d’avoir un aménagement de peine, je n’ai fait que 9 mois en y allant que le week-end, du samedi 7h au dimanche soir 18h30. Maintenant c’est fini, c’est de l’histoire ancienne tout ça, mais quand on y repense….

Durant mes fameux week-end, j’ai commis mon livre  » Patrick Le Brec la légende », c’est un bouquin qui retrace toute ma vie. J’ai au moins le mérite d’avoir essayer.

Parallèlement à tout cela, ma fille avait eue un accident de voiture. Malgré le fait qu’elle n’était pas en tort, on a été emmerdé un maximum par l’assurance. Plus tard, quand j’ai commencé mes week-end à la maison d’arrêt de Vannes, c’était le tour de mon fils d’avoir un accident de le route. Mais le sien a été très grave, et il a failli mourir au milieu du carrefour. Le détail est dans le livre « la légende ».

 

Bref mon fils s’en est sortit tant bien que mal, puis il a commencé à rouler; Il m’a alors incité à redémarrer une entreprise. C’est ainsi qu’est née la « SARL SLBS ». SLBS, comme Société Le Brec Sébastien. C’était moi le gérant, mais c’était lui qui apportait les fonds. Et d’ailleurs c’était prévu qu’il devait passer la capacité et prendre la suite lors de ma retraite. Malheureusement il a abandonné le navire en route. Donc restant tout seul, ce n’était plus la peine que je développe l’entreprise, pour ensuite la fermer lors de mon départ en retraite.

Le 05 octobre 2015, j’ai eu un grave accident qui a fait deux morts. Heureusement je n’ai pas fait partie des deux morts, mais j’ai été bien abîmé quand même. Tassement de vertèbres, et des problèmes auditifs entrainant un appareillage aux deux oreilles. Par contre mon camion était mort, ainsi que mon châssis. Finalement au bout de 44 ans de route j’en avais vraiment marre. J’ai réussi à faire reprendre le financement du dernier tracteur, par un autre transporteur et le 17 août 2017, j’ai arrêté définitivement le métier pour aller en retraite.

Figurez vous qu’après toutes les aventures que j’ai vécu dans la vie, je suis bien content d’être arrivé jusqu’à ma retraite: VIVANT.

Mes anciens Carnets de route, cliquez ici

Reflexions :

Je suis rentré, il y a 44 ans maintenant dans le monde des routiers. Au départ, je n’y connaissais rien. J’avais donc signé sans savoir ce qui m’attendais, mais j’en voulais. J’ai tout appris sur le tas. Au début, le métier était dur, mais nous étions heureux. Nous étions respectés par tout le monde, et il y avait une solidarité sans faille. Pour faire ce métier, il fallait avoir la vocation, presque comme les curés, quoi.

Après 5 à 10 ans de route, je me suis aperçu d’un changement de comportement, parmi les routiers qui faisaient du national. Cela devenait le début de la période « ma gueule d’abord, les autres débrouillez vous ». Il restait alors une bonne ambiance parmi ceux qui faisaient l’inter.

Maintenant, 44 ans après, tout est pourri. Mon métier, est devenu un métier banal, pratiqué par des gens qui s’en foutent complètement. La majorité des entreprises de transports sont maintenant dirigées par des « fils à papa », qui n’ont jamais mis les pieds dans un camion, qui ne connaissent rien au transport, si ce n’est que les comptes de fin de mois. Je sais, qu’il y a des bons dirigeants, mais je dois avouer que je suis de l’ancienne génération, et j’ai appris mon métier, dans le plus pur style « marche ou crève ». Ce n’était d’ailleurs plus du tout le même métier qu’aujourd’hui. Les chauffeurs, eux, ne sont pas meilleurs. Fini la vocation, ils travaillent, parce qu’il faut travailler, c’est tout. Le principal pour eux, n’est pas la qualité de leurs prestations, ni la pérennité de leur entreprise, non, la seule chose qui compte maintenant, c’est avoir un maximum d’argent, pour un travail minimum. A titre d’exemple, en Bretagne où il n’y a pas d’autoroutes, mais des voies express, et des nationales, une semi-remorque, ne doit pas dépasser les 80 Km/h. Hors, nous voyons en permanence des camions roulant à 90 / 100, des cars à 110, même des citernes d’essence, qui elles étant limitées à 60 ou 70 roulent allègrement à 90 comme les autres. Les seules qui respectaient la vitesse, étaient celles appartenant aux compagnies pétrolières, maintenant, il n’en n’existe pratiquement plus.

Pour moi, le mot « sécurité » veut bien dire quelque chose. J’estime et je sais que j’ai raison, qu’il vaut mieux dépasser les temps de conduite de 10 ou 20 minutes, tout en respectant la vitesse, que de respecter les temps de conduite et rouler pied au plancher du matin au soir. Cela me paraît évident, mais pas aux fonctionnaires bornés qui ne savent que lire bêtement leurs notes internes.

De plus, au niveau social, si on roule 10 Km/h plus vite que la norme, sur une période de 8 heures, cela fait une heure de travail gratuite donnée à l’entreprise. Sur 20 jours de travail mensuel, cela fait 20 heures gratuites, soit deux jours et demi. Deux jours et demi, c’est le nombre de jours de congés obtenus par mois de travail. Donc en simplifiant l’exposé, nous voyons bien que les congés payés des chauffeurs sont en fait payés par eux même, et non par leur employeur. En périodes de grèves, quand ces messieurs barrent les routes, en gueulant contre les patrons, parce qu’ils sont exploités, cela me fait rire aux éclats. Personne n’est derrière eux, pour appuyer sur la pédale d’accélérateur. Et c’est encore sans compter sur leurs responsabilités en cas d’accidents. Leurs permis sautent et leur emploi aussi.

Il suffit de s’arrêter dans un relais routier, et de les écouter raconter leurs exploits devant les serveuses, qui d’ailleurs n’en n’ont rien à foutre pour la plus part. Ensuite, quand ils sont sur le terrain au devant de difficultés, ces mêmes personnes se font discrètes, et l’expression « rentrer en marche arrière dans le bureau », prend tout son sens, avec des gens comme çà.

Durant ma carrière, j’ai vu passer le PTRA des camions de, 35 tonnes, à 38 tonnes, puis 40 tonnes et maintenant nous en sommes à 44 tonnes. Bon d’accord le matériel a évolué, mais quand même. Ce n’était pas la peine dd nous verbaliser quand on faisait 35,500 tonnes alors que de nos jours nous en sommes loin.

J’ai eu le droit aussi de voir des mecs en contre-sens sur l’autoroute. Dont dernièrement sur la bretelle de sortie du Guilberville (50), et cela en pleine nuit.

Vu aussi sur le périf de Caen (14), lors du dépassement d’un autre poids lourd, à 80 ou 90, un mec en moto qui passe entre les deux camions. Enfin ce n’est pas un mec, c’est un abruti de première, un inconscient.

Quand j’écrivais, que le métier de conducteur routier, était devenu banal. Banal, au point de ne plus m’intéresser du tout. Enfin le métier, si, il m’intéresse, mais ce sont les personnages autour qui ne m’intéressent plus.

Accidents :

l y a eu une évolution certaine du style de conduite des automobilistes. Déjà il y a trente ans, il y avait beaucoup moins de véhicules sur les routes. Cela se passait mieux, même s’il n’y avait pratiquement pas d’autoroutes, ni de voies express. Sur les Volvo de Schambourg, on roulait couramment à 105 Km/h, chose impossible maintenant. Et pour cause, le style actuel de conduite, se rapproche plus de celui que je voyais en Turquie dans le temps. C’est à dire qu’aujourd’hui, on peut voir à longueur de journées, des types qui grillent des feux rouges, des stops. Les lignes continues, on ne connaît pas, les clignotants idem. Les ronds-points, sont plus facile à prendre à contre sens pour tourner à gauche, plutôt que faire les trois quarts du tour. Cela devient de la folie sur la route. Et le Sarkozy, qui nous annonce une diminution des accidents et des morts sur la route. Je n’y crois pas, déjà il est de notoriété publique, que les statistiques sur la délinquance sont bricolées par lui, alors, celles là ne peuvent que l’être aussi.

Et il n’y a rien à y faire, la police et la gendarmerie, on ne les voit plus depuis longtemps sur les routes.

Pourtant, c’est beau la route, le paysage, les voyages, les rencontres.

Je vais vous narrer, les deux plus gros accidents que j’ai vus durant ma carrière. Je commencerais par le deuxième, car au cas où les fidèles lecteurs que vous êtes, auraient l’âme sensible, il vaudrait mieux en ce cas, se passer de lire les lignes se rapportant au premier accident.

Donc nous étions vers la fin des années 80. Je faisais de la ferraille sur l’Espagne, avec mon Iveco. C’était un soir, peu avant Noël, vers les 21H, sur la route nationale entre Nantes et Montaigu. Il faisait nuit. Un peu avant le resto « La Saucisse Volante », une Citroën Visa, me double à très grande vitesse, en pleine côte et sur une ligne continue. Comme il n’y avait pas de circulation, cela c’est passé sans problèmes. Mais comme à chaque fois que je vois cela, j’ai mal au ventre de voir des abrutis comme çà.

Un peu plus loin, après Aigrefeuille, Je vois dans la nuit des feux de détresse. C’était un accident, je m’arrête donc. Mon âne de tout à l’heure, venait de doubler un camion en pleine côte encore. Mais en face, cette fois-ci il y avait eu une autre voiture, une camionnette C25. Ils se sont percutés de plein fouet, à combien ? Peut-être 100 ou 110. Un vrai carnage. Nous étions seuls, le chauffeur de l’autre camion et moi, dans la nuit. Sur l’autre voie, il y avait les deux autres épaves toutes fumantes encore. J’ai été chercher mon extincteur au cas où, et une grosse pile. Dans la voiture qui m’avait doublée, le cow-boy était mort. Son volant était cassé et la colonne de direction était enfoncée dans la tête. Horrible, du sang partout, et de la moelle qui sortait du crâne. Il était heureusement seul dans sa voiture, mais aux places arrières, il y avait des cadeaux de Noël. Sacré Noël pour sa famille. Dans l’autre voiture, idem, une seule personne écrasée dans sa cabine, du sang, des membres désarticulés, mort aussi.

Enfin au bout de longues minutes un car de tourisme arrive. Il s’arrête et voyant la situation, s’arrêtera prévenir les gendarmes dans le village à coté. Plus tard arriveront les pompiers de Montaigu, les gendarmes, les ambulances. Ensuite, ce seront les dépositions, les témoignages, et tout le reste.

Bref vers minuit, je m’en vais quand même. Inutile de dire que je n’avais plus envie de dormir. J’ai donc relié Saint-Genis de Saintonge, mon arrêt habituel entre Saintes et Bordeaux, cela sans avoir aucune envie de dormir, malgré l’heure tardive. Curieusement, là bas, ils étaient déjà au courant de l’accident. Mais c’était à cause de la déviation mise en place, les nouvelles ont été plus vite que moi, avec la CB.

Voilà donc pour cet accident. Attention, maintenant, j’attaque le deuxième et plus coriace.

C’était il y a très longtemps, je roulais à l’époque pour Schambourg. J’étais donc jeune marié. Je revenais d’Allemagne par la Nationale 4, vers Ligny en Barrois. Je ne sais plus en quelles circonstances, je me suis retrouvé en pleine nuit, par temps de brouillard, sur les lieux de cet accident. La situation, se présentait comme ceci.

Un camion qui s’est payé un arbre de plein fouet, sans doute pour éviter une voiture qui devait en doubler une autre. Ce camion était du type « nez long », c’est à dire qu’il avait le moteur devant la cabine. C’était donc le moteur qui avait morflé en premier. Par contre le chauffeur était coincé par les jambes dans sa cabine, mais il était conscient. Donc pour lui, des blessures légères, mais impossible de bouger.

Il y avait aussi une voiture, sans doute, celle qui avait due frotter le camion, car le coté gauche de cette voiture, était carrément arraché. Sur la route, il y avait un homme, le conducteur de la voiture. Un homme sans tête, enfin, si, la tête était à cotée de lui, mais rattachée au corps, avec quelques morceaux de chairs et de peau. Le sang coulait à flot par les artères, il n’y avait plus rien à faire pour lui.

Mais, ce n’est pas encore fini. Je voyais tout cela à la lueur de mes phares et de l’espèce de clair de lune au travers du brouillard. Il était éventré et des boyaux lui sortaient du ventre…Ce n’est pas la peine d’en dire plus, je pense. Quand on voit cela, on ne l’oublie jamais, pour le reste de sa vie. Le gars avait donc été éjecté de sa voiture. Mais il restait dans la voiture, la femme et les deux petits gosses qui avaient dans les cinq ou dix ans.

La femme a été touchée, elle aussi. Comment, Je n’en sais rien, mais je l’ai entendu hurler, pas crier, hurler pendant cinq minutes, puis, elle s’est tue, plus rien. Elle était morte, elle aussi.

Je me suis retrouvé seul, avec les deux enfants. Ils étaient vivants et à priori sains et saufs. Ils avaient vus leurs parents mourir devant eux, dans des souffrances intenables. Que faire et que dire ? Je ne pouvais rien faire d’autre que d’essayer de les consoler. Bien plus tard, les pompiers se sont occupés d’eux. Que sont-ils devenus maintenant ? Je n’en sais rien, mais c’est une bien triste entrée dans la vie pour eux.

Ces choses là, on ne les oublie jamais. Dès qu’une voiture, une moto, un camion, roule avec un comportement accidentogène, j’y repense automatiquement, et j’ai mal partout. Autant dire, que maintenant, c’est à longueur de kilomètres, que cela m’arrive.

Enfin, moi aussi j’y ai eu le droit aux accidents. Durant ma carrière j’ai bousillé trois camions. Le Saviem de la Stouff, sur du verglas. Puis Renault AE, je ne sais pas comment. Et enfin mon Daf tout neuf, à cause de deux vieux qui se sont suicidés.

Ma fille aussi, un accident qui a détruit notre voiture et qui a fait deux morts. Et bien sûr mon fils qui était entre la vie et la mort pendant longtemps, à cause d’un ivrogne qui avait grillé un feu rouge et percuté sa moto.

Mes enfants :

A priori, je n’en ai eu que deux. Céline en 1980, et Sébastien en 1985.

CELINE :

C’était notre premier enfant, une fille. Rien à redire, elle était bien portante et normale. Tant mieux. Par contre, elle est née, huit mois après notre mariage. Pour nous, cela ne changeait rien, mais pour les chefs de la famille Guénégo, à savoir, les deux sœurs Le Corno, c’était un crime de lèse-majesté. Cela voulait dire que Jeanne avait couchée avant son mariage. Mais ceci est une autre histoire. A sa naissance, je roulais pour Schambourg. C’était au retour d’un tour de Danemark, que j’appris la naissance de « Bicou ». J’étais à Pontivy, en compagnie de Le Hir, un jeune qui était à son compte, et qui faisait un tour de Danemark, toutes les semaines avec un F 88. J’ai donc appris que c’était une fille. Dès que j’ai pu, je suis aller la voir à l’hôpital. La suite fut plus classique, les couches, les biberons, etc.….

Du fait de mon métier, c’était Jeanne qui s’occupait principalement de sa fille. De temps en temps, je mettais quand même la main à la pâte, ou plutôt, les mains dans la merde, quand il s’agissait des couches. Pour les mêmes raisons, je ne l’ai pas vu grandir non plus.

Maternelle à Noyal, secondaire à Muzillac, et elle a déjà seize ans. Elle ne voulait pas nous dire quel métier, elle voulait faire. Ce n’était pas grave, un jour viendra, où elle nous le dira d’elle-même. Ne serait-ce que pour faire ses études. Ce fût donc à ma mère, qu’elle s’est confiée. Elle voulait être conducteur routier. Diable, sa mère comptait la voir faire coiffeuse, elle en avait été vexée.

Donc elle a fait ses études à Pont-l’Abbé dans le Finistère. Deux années pour avoir ses permis poids lourds et ses examens. En pension la semaine, elle rentrait le week-end en train. A suivre, elle a fait une année de plus en agent du transport. Cette année là, elle a eu le droit d’avoir un appartement. C’était l’époque où nous, ses parents avions les moyens. Ensuite, elle est partie à l’école du Porteau à Poitiers, où moi-même j’étais, trente années plus tôt. Là bas, elle a fait un Bac Pro transports, en deux années. Puis à cause de mes problèmes avec la justice, elle n’a pas voulue continuer pour faire un BTS Transports. Déjà, sans parler des études, qui sont relativement dures, elle avait eu son accident et les soucis que nous avions lui ont sapés le moral.

Durant sa jeunesse, elle a eu beaucoup de coups de gueule avec sa mère. Un jour, elle a fuguée. Elle devait avoir sept ou huit ans peut-être. Elle avait mis des vêtements dans un sac, puis elle est partie à pied. On l’a retrouvée à la sortie du bourg. Elle partait chez sa grand-mère à Damgan.

Chaque fin de semaine, en rentrant à la maison, je lui apportais un petit quelque chose. Le plus souvent, c’était des Kinders, un œuf en chocolat, avec un cadeau surprise à l’intérieur. On en a eu toute une collection. Lorsque l’on rentrait de promenade le dimanche après-midi, en voyant le camion dans la cour, la réflexion habituelle était: « Tiens, papa, est là, peut-être qu’il a ramené un coco chocolat, on peut allumer la télévision ? ». Comme toutes les petites filles, je pense, elle aimait les jupes et robes volantes. Elle prenait plaisir à tourner sur elle-même pour faire voler les pans du vêtement. Comme sa mère, elle a été majorette à la Jeune France de Noyal. Elle faisait la fière avec sa petite jupette et son bâton.

Un jour où nous faisions le plein d’essence dans une station de Vannes, nous avions décidés de faire laver la voiture aux rouleaux. Donc nous restons dehors tous les quatre, car il me semble que ma mère était avec nous ce jour là. Le fameux « Queue Plate », son nounours, était resté sur la lunette arrière. Tout allait bien jusqu’à ce que le rouleau arrive au niveau de l’arrière de la voiture. C’est à ce moment que Céline s’aperçoit que le Queue plate était resté dans la voiture. Elle a piquée une crise, car elle avait peur pour son Queue plate. Et là, ce n’était pas un caprice.

Un jour, elle a failli se faire estropier, elle aussi, et par sa faute. A Damgan, après être sortie de la voiture, elle a refermée de toutes ses forces la porte du véhicule. Pour ce faire, elle avait une main sur la porte, et la seconde était en appui sur le montant de la voiture, au niveau de la serrure. Ce n’est qu’une fraction de seconde avant l’impact qu’elle l’a enlevée, sans le faire exprès. Ma sœur avait vue cela aussi, mais nous ne pouvions rien faire.

Depuis elle est rentrée en CDD chez les Tps Massicot à Redon. C’était son premier emploi. Je lui ai fait passer son BTS transport, et elle est montée en grade chez Massicot, devenu Be Way maintenant. Elle est devenue exploitante. Au niveau familial, elle s’est mariée et a deux enfants, une fille et un gars. Donc nous sommes maintenant grands parents depuis déjà quelques années.

SEBASTIEN

Viens ensuite le tour de Sébastien. Pour lui, j’ai voulu assister à l’accouchement, et ainsi j’ai pu voir comment cela se passe. Au moment où il est né, j’ai pleuré, je n’ai pas pu me retenir. Pleuré de joie, certainement, mais surtout d’émotion. Car derrière ma carapace, je suis très émotif.

Lui non plus, je ne l’ai pas vu grandir. Quoique de temps en temps, il venait avec moi en camion, en Espagne. Il passait le plus clair de son temps à dormir, et à faire des cabanes avec les couvertures dans la couchette de l’AE.

Quand il était petit, il appelait sa sœur « ya », lui c’était « moné », quant à moi c’était « gros didet ».

Au niveau scolaire, je dois avouer que j’ai été déçu. Il était bien le fils de son père, on ne se casse pas trop la tête, mais on avance toujours plus loin. Il devait avoir environ onze ans, quand j’avais récupéré une vieille mob. un Peugeot 102. Il s’en servait, pour faire le tour de la maison, sur la pelouse, puisqu’il n’avait pas le droit d’aller sur la route avant d’avoir 14 ans. Plusieurs fois il me demandait l’autorisation d’aller sur la route, mais il faut être ferme. « Encore trois ans à attendre, je ne tiendrais jamais ». Ben si mon gars, il va falloir. Maintenant, il a 32 ans, et il en a eu des mobs, des scooters, et des voitures.

Autant sa sœur est du genre intello, que lui s’est plutôt un manuel. Très vite, les moteurs de mobs n’ont plus eu de secrets pour lui. Les montages d’autoradios, de petites lumières et des Klaxons, sur les scooters des copains non plus. A l’âge de onze ans, c’est lui qui était aux commandes de ma grue de vingt cinq tonnes, pour charger la ferraille dans mon camion.

Après son cap de routier à Guer, il a commencé à rouler chez Le Gal à Vannes, sur une poubelle de Scania. lui non plus, ça n’a pas duré longtemps. Il a rallié le STAT à Rennes pour faire du frigo. Souvent des tractions de nuit en viande pendue. Puis il a fini par me convaincre de monter la SARL SLBS. Depuis il en est sorti, et il fait du frigo en grand régional. le frigo et lui, c’est une longue histoire d’amour.

PROJETS

Depuis toujours, j’avais envie de voyager. Quand j’étais jeune et célibataire, j’aurais du le faire. Quoique je n’ai pas à me plaindre de ce coté là. Mais j’aimerais bien faire une traversée des USA, en Harley ou en trike, l’Europe, maintenant, je connais.

Le trike aussi, me manque. Autant la moto ne m’intéresse pratiquement plus, qu’avec le trike, j’avais retrouvé de belles sensations et cela en toute sécurité.

Au point de vue travail, comme je l’ai déjà dit, j’aimerais bien retourner au Moyen Orient, en camion. Le voyage humanitaire en Roumanie, c’était bien, mais il y avait beaucoup mieux à faire. Enfin, cela avait été une soupape de bonheur qui se ré ouvrait pour Jeanne et moi. Avec la guerre en Afghanistan, j’espérais qu’il y aurait eu des voyages humanitaires à faire là bas, mais non, rien, pas de contact, maintenant peut-être en Irak ? Pas sûr, étant donné la tournure des évènements.

Le Maroc, il y a des affaires à faire là bas. Mais maintenant, avec ce qui m’est tombé dessus, je n’ai plus le courage. Quant à faire de la Mauritanie, comme cela était prévu, je crois que c’est définitivement annulé.

Ce qui me désole, c’est que je redevienne un Monsieur tout le monde, avec une vie banale. Il est fort possible que l’on va rester habiter à Noyal, à proximité de la belle-mère jusqu’à sa mort, mais ce n’est pas demain la veille. Nous n’irons pas habiter à Damgan non plus. ma mère est décédée depuis presque deux ans, en décembre 2015. La maison est vendue. Je ne connais pratiquement plus personne là bas. A Noyal non plus je ne connais presque plus personne. je suis seul. Voila ce que c’est que de partir toutes les semaines et de ne passer que le dimanche à la maison sans sortir. C’est tout juste si je connais mes voisins.

Je ne me suis jamais plut à Noyal, et encore moins maintenant. C’est le salon de coiffure qui retient mon épouse ici, et c’est mon épouse qui me retient ici. Moi, je n’ai qu’une hâte, partir, partir.

Maintenant, tout en restant poli, je m’emmerdais dans mon travail, plus de motivation. Au volant de mon camion, j’ai souvent le cafard. Je sens le poids de l’âge, je sens que ma vie se termine. Moi qui rêvait des grands espaces, des déserts, des aventures, j’en ai connu, oui mais, c’est fini maintenant, cela c’est arrêté brutalement. Maintenant, il me faut rentrer dans le rang, vivre normalement comme tout le monde. Il faut penser à ma famille, ma femme, mes enfants et petits enfants. Pourtant il me reste encore tellement de pays à visiter, de projets qui vont tomber à l’eau. Adieu les pistes du Moyen-Orient en camion, les transports sur le Maroc, la Mauritanie. L’aventure est finie. C’est comme un film que l’on regarde et qui se termine. Il faut revenir à la réalité, au train train quotidien.

Je ne reverrais sans doute jamais plus les grandes traversées de désert, en camion, sous le soleil, avec des gerbes de sable ocre qui volent sur les cotés de la remorque. Au frais, dans la cabine climatisée, écoutant un concert de Beethoven ou Aznavour chantant « emmenez-moi ». C’était fantastique et j’étais alors prêt à affronter le monde entier comme cela. Mais il aurait fallu être célibataire pour continuer cette vie là.

Mon livre

telechargez ici

Mise à jour Mercedes-Benz

335 nouvelles photos de la marque à l’etoile, envoyées par mail  à sitefdr@gmail.com par nos fidèles contributeurs attitrés : Bata25, Mich07, Samu88, Ju68 et Romain c’est que du bonheur, 1000 mercis à eux !
Un clic et go !!

PATINTER – Paris Aquitaine Transports

Un dossier réalisé par Hakim

Il y a longtemps que je souhaitais faire un reportage sur Paris Aquitaine Transport. Pour moi c’est une très grande partie de mon enfance, mais c’est aussi mes débuts de routier. J’ai eu le plaisir et la chance de connaître des chauffeurs qui aimaient leur travail et leur entreprise.

Cette entreprise avait autant de chauffeurs que de tractionnaires, dont mon père a fait parti pendant 13 ans, de 1983 à 1996.

Comme beaucoup le savent, j’ai passé mes vacances en camion. Les chauffeurs que connaissait mon père je les ai connu gamin. Et quelques années plus tard, je les ai retrouvé sur la route, mais là c’est moi qui conduisait.

Les années passent mais les souvenirs restent. Comme je suis quelqu’un qui a tendance à vivre dans le passé, il y a des jours où j’ai envied’en parler. Un de ces jours, je pensais à Michel, un chauffeur de la PAT, je me souvenais de son nom et de son adresse. Un clic sur le net et j’ai eu son numéro de téléphone. Je l’ai donc appelé, il s’est tout de suite souvenu de moi. On a parlé du passé, des collègues qui sont malheureusement partis, et de ceux qui sont encore du monde.
Et tout en discutant je lui ai demandé s’il avait fait des photos quant il roulait. Et quelle fut ma surprise quand il m’a dit qu’il en
avait depuis ses débuts. Je lui ai parlé du site fierdetreroutier, et de tous ses reportages. Il m’a tout de suite proposé ses photos pour les mettre en ligne. Quelques semaines plus tard j’ai reçu un colis avec les albums photos et un petit message « fais en bonne usage et garde les le temps qu’il faut, Michel ».

 

Michel DUBROUSSE a commencé à l’age de 24 ans chez PARIS AQUITAINE TRANSPORT à Bordeaux Mérignac, il y est resté 37 ans. Paris Aquitaine Transport était une grande société de transport. Quand Michel y est rentré dans les années 1968, quelques chauffeurs avaient déjà 25 ou 30 ans d’ancienneté.

Du Willème au Magnum, en passant par des Henschel, des Magirus et des Berliet, Michel aura traversé l’Europe et le Maroc et tout ça sans oublier son appareil photo. On peut voir sur ses photos qu’il aimait poser devant les camions qu’il aura eu. Un passionné comme le montre la touche d’esthétique qu’il rajoutait sur les camions.

L’activité de Paris Aquitaine était concentrée sur l’industrie automobile et le transport de pneumatiques tel que Michelin. Paris Aquitaine a été une des premières entreprises Française à avoir fait le Portugal. Il en reste encore des traces aujourd’hui avec PATINTER qui voulait dire PARIS AQUITAINE TRANSPORT INTERNATIONALE.

Il y avait aussi le transport de noir de fumée, dans des semis en forme de trémie. Que ce soit des chauffeurs ou des tractionnaires personne ne se battait pour le faire. De la poudre de pneumatique, je ne vous dis pas l’état du véhicule et du conducteur après le chargement et le déchargement.

Chargement de noir de fumée avec un SAVIEM SM260

Au fil des années, la concurrence était de plus en plus féroce, comme Paris Aquitaine ne voulait pas travailler à perte, il préférait
se retirer de certaines lignes, comme le Portugal en 1985. De là a été vendu le dépôt de Mongualde ainsi que les véhicules, pour laisser place à une société cent pour cent Portugaise. Le peu de camion qui restait, faisait la ligne Poissy-Madrid, ou Mulhouse-Madrid pour Peugeot. Il restait d’autres destinations, mais très peu par rapport au passé.

 

Dans les années 1990, OLLOQUIEGUI a racheté CONEUROPA à Pamplona. Une société qui avait pris des parts chez Paris Aquitaine quelques années avant. Ni une ni deux, Paris Aquitaine est passé totalement OLLOQUIEGUI. Les grandes destinations sur différents pays sont donc revenues, OLLOQUIEGUI roulait sur toute l’Europe. OLLOQUIEGUI qui a été créé en 1955, sombrera en 2006, et cessera toute activité peu de temps après.

Michel n’aura pas eu besoin de chercher du travail ailleurs, la retraite aura sonné juste à temps. Pour lui Paris Aquitaine a été une très belle entreprise, les chauffeurs y étaient respectés et étaient payés convenablement. (Hakim)

Michelin lance Road Connect

Michelin lance son application ROAD CONNECT !

C’est une réalisation 100% française, le manufacturier a developpé avec une équipe lyonnaise, une application dédiée au monde de la route. Vous aimez la cartographie Michelin, vous allez adorer l’application !

Il suffit de télécharger l’application gratuite sur son smartphone, vous pouvez entrer les dimensions de votre véhicule afin d’avoir le meilleur itinéraire à votre disposition. L’application propose également une CB intégrée, la possibilité de creer son propre profil, partager les bons plans sur la route, restos, parkings !

 

Téléchargement ici

Vous pourrez également rencontrer l’équipe des developpeurs qui réalisent un tour de France afin de faire connaitre leur travail, avec un point final sur le circuit du Mans…

Expo de Montrond les Bains 2017

Une petite expo, pour une grande cause !
Montrond les Bains, une expo organisée le 2 et 3 Septembre 2017 par l’ association « Les Mille Pattes du Forez  » au profit des enfants du service oncologie pédiatrique du CHU de St Etienne. Merci à Chris42 pour les photos du magnifique materiel exposé, et bravo aux organisateurs !!
http://www.fierdetreroutier.fr/piwigo/index.php?/category/1188

Portrait : Tophe69

 

Depuis ma plus tendre enfance je suis attiré par les camions; mon père était l’unique chauffeur d’une entreprise de distribution de boissons, fioul et charbon et lorsqu’il m’emmenait avec lui c’était la fete au village !
Je débute ma carrière professionnelle en juin 1988 après avoir obtenu un CAP de routier passé à Montelimar. Je me fais embaucher chez TRC à Chavanay (42). Là, je roule d’abord en plateau puis en savoyarde en régional pendant l’été puis en national + Belgique et Suisse.
J’y reste un an et demi et la boite ferme peu de temps avant mon incorporation chez les kakis. Classes à Vienne au 505 RT qui ferme (decidemment!), donc mutation à Lyon OU j’ai la lourde tache de conduire et d’installer le camion info armée de terre sur différentes manifestations.
Fin decembre 90, je réintègre le civil pret à bouffer du km!
Je rentre chez Bert à Sablons (38) pour du national. Je reste trois mois chez eux puis file chez Jury à Condrieu pour faire de l’inter. Je roule en Espagne, Italie, suisse, Allemagne, Belgique , Hollande et GB avec un Merco 1938 de 950000 km nickel! Malheureusement Jury est repris par Debeaux qui virent la patronne. Nous sommes plusieurs chauffeurs à la suivre chez Begey de Belfort qui montent une agence à Vienne. Ils me payent l’ADR citerne et me lachent sur les routes d’Espagne, d’Italie, d’Allemagne, d’Autriche avec un Mercedes 1935 qui marchait du feu de dieu! L’experience n’aura pas été concluante car il regne une ambiance détestable entre l’exploitation de Belfort et celle de Vienne et ce sont les chauffeurs qui trinquent.

Je lache la citerne et rentre chez Baude à St rambert d’albon (26). Très bon boulot et bonne ambiance! Pendant cinq ans je trimballe des préparations de fruits pour les yaourths à destination des laiteries de France, d’Allemagne, d’Espagne et d’Italie.
En avril 97 je pars rouler pour mon père et mon frere attestataire qui ont racheté un petit artisan transporteur à Tournon (07). Rapidement (trop!) on passe de deux à sept camions.
Je roule d’abord avec un daf 95.430 en container pour Mertz puis en frigo en national. Je roule ensuite en affreté permanent chez Giraud à Sonnay sur la GB, mais aussi la Belgique, la Hollande, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et l’Espagne.
Trois ans plus tard mon pere jette l’éponge et revend à Giraud, j’y reste trois mois car je ne fais plus que de l’Italie du nord.
J’intègre alors GLF à Communay (69) et pendant une année je roule en frigo en national, une semaine deux tours, une semaine trois tours. Je m’apperçois rapidement que ce boulot ne me convient pas d’autant plus que meme si le tracteur est attitré en longue, il passe entre plusieurs mains au retour et pas des plus délicates!
Début juillet 2001 je me fais embaucher chez Solygotrans et roule en container en régional puis en plateau un peu partout. Mon patron me fait repasser l’ADR citerne car je posséde la base et depuis 80% de mon taf consiste à tracter des containers citerne après un passage en traction pour Cottard.
Le boulot est plus ou moins plaisant mais me permet de rentrer souvent à la maison retrouver la petite famille.
Je ne cache pas que la longue me manque et dès que l’occas’ se présente je fais un grand tour.


ITINERAIRE

Glasgow pour Giraud vider je sais plus et recharger un complet de whisky.
Emmeloord NL pour Jury chargé des pommes de terre.
Hambourg pour Jury vider des produits chimique et recharger des fèves de cacao.

Wien pour Giraud pour vider des bobines de papier.
Frosinone pour Baude .
Séville pour Baude chez Danone pour vider et recharger des emballages vides.


ALBUM PHOTOS

Solygotrans

Après presque 14 années passées chez Solygotrans, et avant de m’enterrer plus profondément dans le trou que j’avais creusé et où depuis quelques temps je m’enlisais plus profondément,  après aussi maintes concertations avec mon épouse et mes filles,  je lance un coup de pied dans la fourmilière et fait le grand saut. Par l’intermédiaire de Phil je me met en relation avec Michaël, le big boss de TGI, Transports Gomes International. Une opportunité offerte par Fabien,  qui donne sa démission afin de voguer sur d’autres rivières bitumées,  me permet de rejoindre cette société à taille réellement humaine car composée de 4 personnes seulement.
Un patron mettant en avant des relations de qualités avec ses chauffeurs, des collègues sympas, du matos au top et du boulot varié , je suis vraiment bien à l’aise dans cette boite.  Certes, j’en bave encore car je suis chamboulé par tant de changement en aussi peu de temps mais en contrepartie je pars travailler le coeur léger, motivé comme jamais !!!

Transports Gomes International

Tout roule à merveille chez TGI.

Depuis Décembre 2017 nous avons pris possession du nouveau dépôt à Luzinay 38. Il y a de plus en plus de tours en inter, d’ailleurs j’ai décroché la timballe une semaine avant nöel avec une virée sur la Hongrie et la Croatie qui me laissera un excellent souvenir!
Début 2018 le boulot n’est pas bien emballé mais c’est général…donc de nouveau c’est RP rengaine en attendant des jours meilleurs…qui ne viendront pas !!

Dimanche 4 février, midi, Paulo m’appelle pour m’annoncer la terrible nouvelle qui laisse KO tous ceux qui connaissaient Michaël…
Que faire après ? Tant bien que mal on continuera à rouler le temps que sa compagne trouve une solution pour faire perdurer ou non TGI. Pas facile mais grâce à plusieurs FDR et aux transports Thévenon qui se sont spontanément proposés pour nous aider, nous avons pu continuer un peu l’aventure Gomes International.

Un jour Gilbert Thévenon me propose de venir travailler chez lui comme chauffeur longue distance.

Comme ça ne semblait pas se décanter chez TGI et que l’ambiance commençait à en patir sérieusement, je décide de me jeter dans l’aventure des transports spéciaux. Je débute donc chez Thévenon Transports Spéciaux le lundi 4 juin 2018 avec un MAN TGX480 6×2. Ayant eu le temps de faire connaissance avec le staff et réciproquement l’ambiance était plutôt détendue ! J’ai donc commencé a faire mes armes en plateau, extensible, pupitre sur la GB et l’Italie, porte-engin, surbaissée et extra-surbaissée. Convois de première et deuxième catégories sur la Belgique, l’Allemagne et la France. D’emblée je suis emballé par la diversité des trajets et la variété des transports ! Certes c’est un travail qui demande beaucoup de rigueurs au niveau de l’arrimage et de la conduite, mais en fait je me suis rendu compte que comme on est pas , ou rarement, sur de l’express ça permet de se concentrer sur l’ensemble afin de réaliser le transport dans de bonnes conditions. Et le meilleur dans tout ça c’est que je prend mon pied !